Livres
540 826
Membres
571 732

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par anonyme 2020-05-06T12:02:34+02:00

L'élève, dont le corps est parfois plus robuste et dont les nerfs sont moins sensibles que ceux du professeur, a sur son maître un immense avantage ; soyez certain qu'il en usera sans pitié, parce que l'être qui est jeune, vigoureux et insouciant, ne partage pas la souffrance qu'il voit subir et n'épargne personne.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2020-05-06T12:00:29+02:00

Bref, il en est, pour le professeur, de la jeunesse et des charmes de ses élèves, comme d'une tapisserie dont il verrait continuellement l'envers ; fût-il parfois à même de regarder la surface brillante dont chacun admire les détails, il connaît trop bien les nœuds, les points démesurés, les tortillons, les bouts de laine emmêlés qui se trouvent par derrière, pour être séduit par l'éclat et la pureté de lignes que l'on expose à la vue de tous.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2020-05-05T12:42:56+02:00

On n'aime pas, en général, à reconnaître que l'on s'est mépris en choisissant telle ou telle profession ; et tout individu qui mérite le nom d'homme rame longtemps contre vents et marée avant d'avouer qu'il s'est trompé de chemin et de s'abandonner au courant qui le ramène au point de départ.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2020-05-04T23:19:17+02:00

Il n'y a pas de beauté qui plaise autant à l'homme que la vue de ses propres traits adoucis et purifiés dans un visage de femme ; c'est par ce motif que les pères regardent avec tant de complaisance la figure de leurs filles, où ils retrouvent souvent une ressemblance flatteuse.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2020-05-04T23:14:53+02:00

La danse commença. J'aurais aimé à lui montrer, si l'on m'eût présenté à quelque jeune fille intelligente et belle, que je pouvais ressentir la joie que l'on peut avoir à épancher le trop-plein de son esprit et à lui prouver que je savais faire partager mon plaisir ; mais je n'étais là qu'une masse inerte, un peu moins qu'un meuble. Personne ne se doutait que je fusse un être pensant, ayant une voix et un cœur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2020-05-04T23:07:42+02:00

Ayant toujours eu en horreur de demander de l'argent à qui que ce fût, j'avais acquis dès mon enfance l'habitude de m'imposer une stricte économie, afin de n'avoir pas besoin, dans un moment pressé, de recourir à la bourse des autres. Je me rappelle qu'à cette époque je passais pour avare auprès de mes camarades, et que je me consolais par cette réflexion, qu'il valait mieux être incompris actuellement que repoussé un peu plus tard.

Afficher en entier
Extrait ajouté par les_livres_de_Martine 2019-06-11T09:53:49+02:00

Quatre heures sonnèrent à l'horloge de Growetown. Les derniers rayon du soleil glissaient à travers les branches nues des vieux chênes qui entouraient l'église et donnaient au paysage le caractère que je souhaitais en ce moment. J'attendis, immobile, que le dernier son de la cloche s'éteignît dans les airs. Puis, l'oreille, les yeux et le cœur satisfaits, je quittai le mur où j'étais appuyé et repris le chemin qui conduisait à X...

Afficher en entier
Extrait ajouté par Mondaye 2013-10-31T14:07:40+01:00

Belgique ! Nom peu romanesque, peu poétique, et pourtant celui qui réveille en mon cœur l'écho le plus doux et le plus profond ; celui que je répète à minuit quand, seul, je rêve au coin du feu ; celui dont la puissance évoque le passé, brise la pierre du sépulcre et fait surgir les morts ! Je le redis tout bas, et les souvenirs, les émotions depuis longtemps endormis, s'élèvent entourés d'une auréole ; mais tandis que, l'œil fixé sur leurs formes vaporeuses, j'essaie de les reconnaître, ils s'affaissent comme le brouillard absorbé par la terre et s'éteignent avec le son qui les a suscités.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2013-05-04T00:21:52+02:00

On n'éprouve qu'une seule fois les émotions qu'éveillent une première vue, une première audition, garde-les bien, ô ma mémoire, conserves-en le parfum dans un flacon scellé, et dépose-le en un lieu sûr.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2013-04-30T16:06:54+02:00

Elle essaya même de composer quelque chose, et s’adonna avec bonheur à cette occupation, qui semblait être pour son esprit ce que l’air était à sa poitrine ; ses progrès furent rapides et m’arrachèrent bientôt cet aveu, que les qualités que j’avais prises d’abord pour de la fantaisie et du goût méritaient le nom de jugement et d’imagination.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode