Livres
477 700
Membres
458 586

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Au commencement étaient les ténèbres. Un monde où n'existait ni le temps, ni la faim, ni la soif. Peut-être était-ce cela, la mort, une éternité dans un néant si étroit que l'on ne pouvait à peine s'y tenir que recroquevillé, comme un enfant à naître.

Afficher en entier

-j'ai un peu réfléchi, reprit Karib. Vous me direz que c'est tout ce qu'on pouvait faire en marchants huit heures par jour.

-J'aurais dû y penser, fit Nils. Moi, je n'ai pas réfléchi du tout. Et du coup je me suis emmerdé.

Afficher en entier

Le temps d'Helion s'achevait. Bientôt le petit royaume serait un souvenir précieux puisqu'il était le seul. Il était Nils, l'ami des chevaux; il allait renaître, une nouvelle foi, ailleurs."

(Page 381)

Afficher en entier

Karib ouvrit le sachet et en sortit délicatement une poignée de feuilles séchées, d’un vert très sombre.

 

– La brûlure n’a pas coûté grand-chose. Nos économies sont passées… là-dedans !

– Je projetais justement d’acheter des feuilles mortes, grommela Olen.

Afficher en entier

Tel jour, à l’heure du déjeuner, Oranie lui avait porté de quoi agrémenter son ordinaire. Elle lui avait dit ceci, avait insinué cela. Tel autre jour, elle avait vanté ses qualités auprès d’Untel. Et enfin, présentée en apothéose, la scène de dispute lors de la descente en ville. Jalouse ! Elle était jalouse ! Cela voulait tout dire !

Nils désespérait de voir s’achever un jour le récit le plus long de son existence quand Karib arriva à point pour l’en délivrer.

Afficher en entier

Le Fils de la lune, enfin. Nils se leva, s’appuya au bastingage et regarda, fasciné, l’épouvantail qui avait plongé un pays entier dans la terreur.

Afficher en entier

Se pouvait-il que cette fille, sur un simple regard , ait fait en sorte qu'il soit muté à sa porte ? Olen n'osait le croire. Cela pouvait très bien être un hasard. Mais cette seule hypothèse le remplit d'une indicible sensation de pouvoir . Il n'avait plus de souvenirs , pas d'argent , pas d'avenir ,mais même nu comme un ver , il serait encore capable d'influencer son destin , du moins tant qu'il y aurait des femmes . Olen en aurait mis sa main au feu : s'il était là , c'était grâce à elle .

Afficher en entier

Au commencement étaient les ténèbres. Un monde ou n'existaient ni le temps , ni la faim , ni la soif. Peut être était ce cela , la mort , une éternité dans un néant si étroit que l'on ne pouvait s'y tenir que recroquevillé , comme un enfant à naître . L'air était rare , moite , chargé d'une écœurante odeur de bois humide. Il avait fallu s'accoutumer à respirer lentement , calmement , à petites bouffées. Lutter contre l'engourdissement et les nausées .Cesser de crier , de s' étouffer , de céder à une affreuse impression de noyade .Les premiers temps , de véritables crises de terreur prenaient au ventre ; au réveil , c'était de nouveau les ténèbres , parcourues de grincements , de craquements , de bruits sourds .

Afficher en entier

Il posa le doigt sur la page ouverte que Karib scrutait toujours.

 

– Si ça peut vous aider quand vous le rencontrerez, votre sort s’appelle le gouffre des mémoires.

– Le Puits des mémoires, rectifia Karib.

Le nécromant ouvrit grand la bouche comme une carpe hors de l’eau.

 

– Tu lis le runique de haut rang ! Et moi qui me croyais malin à vous faire courir dans les marécages ! On peut discuter, si tu veux ! Si tu cherches un disciple, je suis ton homme ! Je n’ai pas une fortune, mais…

– Je ne suis pas nécromant, coupa Karib. Mage, mais pas nécromant.

– Pas possible. Ça fait dix ans que je m’entraîne à déchiffrer ce jargon, même mon maître avait un peu de mal sur cette calligraphie.

– Je t’assure, je ne suis pas nécromant. Mais je suis très cultivé, ajouta-t-il avec humour.

– Ah, fit l’autre, déçu.

 

Il se pencha de nouveau sur l’ouvrage et grimaça en déchiffrant les pattes de mouches que Nils aurait pu prendre pour des gribouillis d’enfant.

 

– Puits des mémoires, tu es sûr ?

– Certain.

 

Le nécromant referma son grimoire en hochant la tête.

 

– Je pense que vous voulez savoir où on peut trouver Ekhelmineon, dit-il.

 

Quelque chose vola en éclats dans la tête de Nils, et un torrent d’acide se répandit à travers son crâne. Un bourdonnement violent, comme vingt ruches déchaînées, enfla dans ses oreilles. L’espace d’une seconde, une seconde si longue qu’elle lui parut une heure, il eut l’impression atroce que son cerveau se liquéfiait. Puis la douleur se calma comme elle était venue, et il ne subsista plus qu’un vague vertige. Olen, la tête entre les mains, grimaçait encore. Seul Karib restait de glace, un peu surpris. Le nom du nécromant prononcé à haute voix n’avait déclenché chez lui que de la curiosité. Triomphant, le braconnier pointa sur lui un doigt accusateur :

 

– Nécromant !

Afficher en entier

– Et pourquoi est-ce que je ferais la causette avec un simple garde ?

– Parce que le simple garde s’ennuie un peu.

– Voyez-vous ça.

– Et parce que le simple garde aimerait bien voir tes yeux plutôt que ton dos.

 

La stratégie d’Oranie était en flammes. Elle n’avait pas eu tous les hommes qui lui avaient plu, loin de là : la liste de ses conquêtes se limitait à deux. Mais ces deux-là, elle en avait fait ce qu’elle voulait. Ils étaient restés dans l’ombre, sans que personne n’apprenne même leur existence. Quant à ceux qui lui avaient fait la cour, et ils étaient nombreux, aucun ne s’était permis ce que venait de s’autoriser un volontaire d’Helion.

 

– Tu sais ce que tu risques ? fit-elle en se raidissant.

– À voir tes yeux plutôt que ton dos ?

– Non, à parler à une dame de la cour comme à une fille de salle.

– Une fille de salle, c’est rarement ses yeux qu’on demande à voir.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode