Livres
505 247
Membres
512 912

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par mickaeline 2015-04-13T11:28:14+02:00

En quelques secondes à peine, la certitude m'a envahie : le nom de mon futur restaurant ne pouvait être que L'Escargot.

C’était ça !

Emmitouflée dans ma couette comme un gâteau roulé, j'ai claqué des doigts toute seule.

Désormais, avec ce restaurant posé sur mon dos, j'avancerais, lentement. Le restaurant et moi, nous ne formerions plus qu'un.

Afficher en entier
Extrait ajouté par mickaeline 2015-04-13T11:27:45+02:00

Quand tu prépares à manger, pense toujours à quelque chose d’agréable, il faut cuisiner dans la joie et la sérénité

Afficher en entier
Extrait ajouté par BenKhelifa 2019-09-07T03:43:01+02:00

Mais la réalité, comme une guillotine, vient toujours abattre sa lame froide sur mon cou. Sans pitié, elle cisaille tout net le fil de l’espérance.

Afficher en entier
Extrait ajouté par BenKhelifa 2019-09-06T05:33:07+02:00

Mon restaurant, je voulais en faire un endroit à part, comme un lieu déjà croisé mais jamais exploré.

Comme une grotte secrète où les gens, rassérénés, renoueraient avec leur vrai moi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par BenKhelifa 2019-09-06T05:12:29+02:00

Est-ce que tu veux bien mettre la remise a ma disposition? Je travaillerai de toutes mes forces. S'il te plaît.

Après avoir ajouté cette phrase. je lui ai tendu la feuille avec déférence.

Puis j'ai fermement collé les paumes de mes mains sur les tatamis et je me suis profondément inclinée, le plus sincèrement qui soit.

Va jusqu'au bout, ne baisse pas les bras.

Lorsque j'ai relevé la tête, ces mots tracés de l’écriture de fluide de ma mère m'ont sauté aux yeux.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Line-Chan 2016-06-08T20:19:22+02:00

Quand j'ai relevé le visage, le soleil était sur le point de sombrer derrière la chaine de collines, à l'horizon.

Un soleil orange foncé et lisse, comme un jaune d'œuf frais.

Le soleil s'enfonçant entre les immeubles de la ville avait aussi son charme, mais le coucher de soleil, ici, c'était comme si la nature exhibait ses biceps. Devant une telle majesté, les hommes devraient renoncer à essayer de faire plier la nature selon leur bon vouloir. Le corps de mon insignifiante personne était prolongé par une ombre étirée comme un bâton.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Line-Chan 2016-06-08T20:14:02+02:00

Un jour où je regardais le contenu de la jarre à ses côtés, ma grand-mère m'avait fièrement racontée son histoire. Née au début du XXe siècle, elle l'avait elle-même héritée de sa mère, ce qui voulait dire que cette saumure avait été transmise de génération en génération sans doute depuis l'ère Meiji, peut-être même depuis l'époque d'Edo. Impossible de confectionner la même aujourd'hui, ou de s'en procurer. Il suffisait d'y glisser les légumes pour qu'ils se réjouissent et deviennent un régal: c'était une jarre magique.

Afficher en entier

L’amour n’a pas besoin d’artifices, alors j’ai simplement ajouté une pincée de sel.

Afficher en entier

J’ai un don, qui fait un peu ma fierté. Il me suffit de voir une personne pour savoir si elle aime le thé ou le café, et dans le cas du café, quelle variété elle préfère boire. C’est peut-être parce que, pendant mes premières années passées en ville, j’ai travaillé à la caisse d’une grande chaîne de cafés. A force de regarder le visage des clients et de prendre leur commande, je savais plus ou moins ce qu’ils allaient choisir.

Afficher en entier

Ce n’était pas quelque chose que l’on m’avait appris et je ne savais d’ailleurs pas exactement quand j’avais commencé à le faire, mais avant de cuisiner, je suivais toujours le même rituel. J’approchais mon visage, mon nez, des aliments, j’écoutais leur « voix ». Je les humais, les soupesais, leur demandais comment ils voulaient être cuisinés. Alors, ils m’apprenaient eux-mêmes la meilleure façon de les accommoder.

Ce n’était peut-être qu’une illusion, mais j’entendais bel et bien leur voix ténue. Ensuite, je m’agenouillais en esprit et priais les divinités de la cuisine.

Je vous en prie, faites en sorte que je cuisine un bon curry.

Accordez moi de métamorphoser ces aliments en un curry délicieux, sans les décevoir, les malmener ni les gâcher.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode