Livres
418 385
Membres
332 957

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par Lovelynette 2018-06-05T10:46:44+02:00
Diamant

Ce livre est une petite pépite dans son genre !

L'autrice réadapte la mythologie du berserk scandinave à merveille le mêlant à l'ambiance sombre et violent de son univers. Elle a réussi à me tenir en halène tout au long de son histoire et, m'a prise de court plus d'une fois ce qui est assez rare.

Ivar, le personnage principal du trio, est très intéressant. Ne cessant de lutter contre tout ce qui lui tombe dessus, essayant de faire du mieux qu'il peut, est vraiment très attachant Spoiler(cliquez pour révéler)bien que la fin peut le rendre antipathique mais personnellement, je le comprend.

Oswald, le froussard du groupe, est rendu sympathique par son humour (noir ?). Heureusement, car sans cela, il serai un personnage pathétique qui me serais très vite sorti par les yeux ! Spoiler(cliquez pour révéler)Bien que l'on se doute qu'il est le premier à mourir.

Kaya, quant à elle, elle me plaisait bien dans la première partie du roman. Une fille forte, franche et qui sait, un tant soit peu se battre. Puis, lorsqu'ils sont envoyés sur les terres des Berserkirs. Je l'ai détestée ... Son changement dû au parasite est compréhensible mais ... je n'ai pas du tout accroché à ses choix, ses décisions que j'ai trouvé plus que ... discutables Spoiler(cliquez pour révéler)comme se jeter dans le lit du Roi des fauves pour se venger d'Ivar alors que ce pauvre gars veut juste aider ses deux amis ...

Une fois terminé, on prend un certain recule pour réfléchir à ce que l'on vient de lire ; car on peut interpréter un grand nombre de message dont le plus évident : la dualité homme/animal chez chacun de nous.

J'ai eu la chance de rencontrer Aurélie Wellenstein et de discuter avec elle de son travail, de savoir comment et pourquoi ce récit-là. C'est une femme vraiment très sympathique et ses histoires sont accrocheuses ! J'ai beaucoup aimé "Le Dieu-Oiseau" et celui-ci ne fait pas exception. Ce sont des livres à lire !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par mielicanela 2018-05-23T19:09:18+02:00
Bronze

Un livre que j'ai lu d'une traite, en une seule journée.

J'avoue que quand j'ai lu la 4e de couverture, je m'étais mise en tête que ce roman était surtout prétexte à des réflexions sur notre intériorité, sur le combat que nous menons parfois contre certaines circonstances... Mais en fait, ce n'est pas vraiment ça, du moins pas tout à fait.

Dès le début de l'histoire, on se retrouve plongé dans une civilisation moyenâgeuse nordique, avec les injustices de l'époque et la présence de certains personnages issus de la mythologie nordique. L'univers décrit par l'auteur est détaillé, les actions précises même (surtout) dans leur cruauté. Je n'y connais pas grand chose, mais si la série "Vikings" est fidèle aux moeurs de l'époque, c'est réussi pour planter le décor et les personnages. Ces derniers sont souvent des archétypes (la belle insoumise, le froussard, le costaud, les affreux,...) mais on a quelques personnages qui sortent du lot, notamment vers la moitié du récit.

Au final, ce n'est pas une histoire facile à comprendre, notamment parce que les notions de bien et de mal (qui pourtant sont essentielles dans les récits moyenâgeux) ne sont pas des filtres pertinents pour analyser ce qui se passe. J'en ai bien tiré quelques petites idées de valeurs et de morales, mais ce n'est pas très satisfaisant: la fin de l'histoire, très ouverte, pourrait faire pencher la balance dans pas mal de directions... A lire à partir de 15 ans peut être?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par anne58 2018-05-13T19:34:36+02:00
Bronze

Ce livre je ne le placerai pas en Young Adult. Je l'ai trouvé sombre, dur mais plutôt bien écrit. L'évolution des personnages m'a beaucoup étonné, l'intrigue m'a plu dans l'ensemble, la plume de l'auteur m'a parut agréable, mais je n'ai pas franchement accroché.

Un livre bien écrit et original mais sans plus pour moi.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par camille2159 2018-04-16T20:06:40+02:00
Or

Le roi des fauves est une très bonne lecture. L'univers est sombre, mais son être oppréssant. J'ai été surprise de la tournure des événèments : la fin est bien menée, on ne se doute pas que cela va se finir comme ça, mais en même temps, elle est totalement logique.

Spoiler(cliquez pour révéler)Seul bémol : Kaya. Faites des personnages féminins un peu moins cliché s'il vous plaît. Elle ressemble à toutes les meufs dans les autres livres de fantasy, c'est agaçant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MlleAndromaque 2018-04-07T21:23:52+02:00
Or

J'ai beaucoup apprécié ma lecture que j'ai trouvé plutôt mature pour du Young Adult et qui m'a transportée comme je l'attendais ! On voyage, on souffre un peu, on espère, on reste incrédule face à la réaction des hommes qui parfois s'apparentent plus à des monstres qu'à des hommes, les personnages sont assez complexes et ne sont pas "ou tout beau ou tout méchant" mais... je me suis quand même sentie éloignée de Kaya du début à la fin, j'ai trouvé ce personnage très difficile d'accès je ne saurais dire pourquoi...

Autre petit bémol, la fin.. bah, tu restes sur ta faim quoi. En fait, la fin est TRES ouverte. Trop, en fait. Tu fermes le roman et tu te poses plein de questions parce qu'il y a justement plusieurs suites/fins possibles quoi...

Mais sinon, c'est une très bonne lecture, un one shot en plus ça fait du bien des fois et celui-ci se lit très facilement !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par CarolinaBouquine 2018-04-02T23:28:10+02:00
Diamant

Le roi des fauves est une réussite et l’intrigue été à la hauteur de mes espérances. C’est un roman qui fait frissonner, avec un univers sombre et captivant à la fois. C’est une lecture qui m’a marquée et que je n’oublierai pas. Je serai ravie, plus tard, de lire et de relire cette superbe histoire. Petit bémol quand même, pour moi, pour cette fin ouverte mais je suis quand même satisfaite dans l’ensemble. C’est un roman fantasy que je recommande, une véritable page-turner grâce à la plume fluide et très poétique de l’auteure.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Aryia 2018-02-12T17:15:13+01:00
Or

Je crois l’avoir déjà dit dans une de mes chroniques : non seulement je suis une vraie froussarde, mais en plus j’ai la sale manie de rêver de mes lectures. Et je ne vais pas y aller par quatre chemins : je sais pertinemment bien que je vais cauchemarder toute la nuit – voire même toute la semaine – à cause de ce livre. Livre qui, bien que particulièrement traumatisant, est vraiment très bon, ne vous y méprenez pas ! Mais si vous êtes du genre sensible et que votre imagination est très fertile durant votre sommeil, je vous conseille tout de même de passer votre chemin … ou de vous acheter une veilleuse, un doudou, ou que sais-je encore pour vous aider à surmonter cette épreuve ! Ouvrir ce livre, c’est plonger dans un univers sombre, voire malsain, c’est suivre l’équilibre précaire d’une âme entre humanité et bestialité, c’est accepter de se laisser embarquer dans une véritable descente aux enfers sans passer par le purgatoire. Vous êtes prévenus !

Alors qu’ils ne cherchaient qu’à ramener un peu de gibier pour nourrir leurs familles, Ivar, Kaya et Oswald se voient accusés de tentative meurtre sur la personne du seigneur Jarl, qui s’est brisé les jambes en tombant dans un précipice tandis qu’il cherchait à exécuter les jeunes braconniers. Et les trois adolescents en viendraient presque à regretter qu’il n’ait pas réussi … Capturés, emprisonnés puis jugés, ils sont finalement condamnés à un sort pire que la mort : destinés à se transformer en berserkirs, ces monstrueux hybrides entre l’homme et la bête, ils n’ont plus que sept jours devant eux avant que leur humanité ne laisse place à la folie la plus meurtrière et la plus incurable. Ils seront ensuite chassés par les braconniers pour être ensuite asservis et exploités par les nobles qui les ont condamnés à cette déchéance. Mais Ivar refuse de se laisser abattre et lutte de toutes ses forces contre cette inexorable transformation, contre cette colère inexplicable qui grandit en lui en réclamant du sang, poussé par la lueur d’espoir que lui insuffle une vision : il existe, quelque part aux fins fonds de ce territoire désolé, un être capable de les sauver de cette malédiction. Alors, bien décidé à éviter à ses deux meilleurs amis ce terrible sort, il les exhorte à tenir bon tandis qu’ils se rapprochent du château où vit le Roi des Fauves …

Ce qui fait la particularité de ce livre, c’est bien l’ambiance qui s’en dégage. Ce n’est pas seulement sombre ou glauque, c’est tout simplement malsain. Parqués dans un immense territoire en ruines, bouclé par un sortilège, les condamnés savent d’avance ce qui va leur arriver, et la crainte et la colère combinées ne font qu’accentuer la folie qui les guette. Il est particulièrement terrifiant de voir ces hommes se changer peu à peu en bêtes assoiffées de sang. Et, en dépit de leur résistance acharnée, nos trois héros ne sont pas épargnés par cette transformation : petit à petit, leur caractère change et se voit remplacé par les instincts de leur animal. Les conflits se font toujours plus forts et toujours plus fréquents, tandis que s’installent les antagonismes naturels entre proies et prédateurs. On se rend finalement compte que notre humanité ne tient qu’à un fil, qu’un petit rien peut transformer l’adolescente la plus altruiste en une jeune femme uniquement soucieuse de sa propre survie au dépend de celle des plus faibles, qu’il n’y a pas besoin de beaucoup pour faire ressurgir les instincts les plus primaires chez un individu équilibré et moral. C’est très intéressant, mais aussi très dérangeant et assez perturbant.

Nous avons ici un trio puissant car ses membres se complètent entre eux : Ivar est celui qui protège, Kaya est celle qui dirige et Oswald est celui qui maintient l’harmonie. Ensemble, ils sont forts, mais à partir du moment où ils sont séparés, ils courent à leur perte. Et le plus terrible dans cette histoire, c’est bien cela : aucun personnage n’est épargné, et le lecteur non plus. Ne vous attendez pas à une happy end avec ce roman : bien que destiné aux adolescents, il offre une fin aussi brutale et noire que le reste du récit. Le lecteur est littéralement plongé dans une ambiance angoissante, éprouvante, qui donne la chair de poule et fait accélérer le rythme cardiaque. Il y a de la violence, dans ce livre, du sang et des tripes, de la chair et des boyaux, mais cela n’est rien comparé à ce que nous apprennent les visions d’Ivar quant au commencement de toute cette sombre affaire. Malgré tout, une petite étincelle d’espérance et de douceur se cache au cœur de l’histoire, tandis que l’innocence perdue d’une fillette se transforme en l’envol majestueux d’un cygne enfin libéré de sa misère. Ce passage fait du bien, je peux vous le dire, une véritable bouffée d’air frais dans cet univers si sombre et si complexe.

Complexe, l’intrigue l’est également : bien plus riche que ne le laisse penser le résumé, qui ne met l’accent que sur cette cruelle transformation sans évoquer le moins le monde ce fameux Roi des Fauves et tout ce qui tourne autour de lui, elle a su me surprendre et m’étonner. Voire même me captiver. Il y a quelque chose derrière ces monstrueuses mutations, une histoire de malédiction et de vengeance, une histoire de pouvoir et de puissance. Je ne peux pas en dire plus pour ne pas gâcher la surprise à ceux qui désirent se lancer, mais je suis vraiment ravie de cette bifurcation imprévue de l’histoire, ravie que le résumé taise cet aspect car mon intérêt a ainsi été renouvelé tandis que je grimaçais face aux descriptions si peu ragoutantes de ces hybrides sanguinaires aveuglés par la haine. Donc si vous aviez peur de vous retrouver face à un remake fantasy de la Métamorphose de Kafka (classique que je n’ai par ailleurs pas réussi à terminer), soyez rassuré : l’histoire ne s’arrête pas là ! Laissez-vous surprendre par ce mystérieux Roi des Fauves qui donne son titre au roman …

Derrière cette magnifique couverture aussi soignée qu’intrigante se cache donc un récit d’une richesse inouïe. Des personnages en proie à la folie, au désespoir et à la perte progressive de leur humanité au profit d’une bestialité sauvage et sanguinaire. Une ambiance oppressante et angoissante qui permet au lecteur de s’identifier à ces condamnés qui sont conscients de ce qu’il va leur arriver sans savoir s’ils parviendront à lutter. Une histoire bien plus complexe qu’elle ne peut le paraitre au premier abord, qui surprend et captive le lecteur sans lui laisser le temps de respirer. Le tout porté par une narration efficace qui va droit au but, sans jamais épargner les lecteurs qui ont intérêt à avoir le cœur bien accroché et à ne pas être sujet aux cauchemars ! Un livre qui perturbe, mais qui se place tout de même dans les bonnes surprises de l’année. Je compte bien lire d’autres romans de l’auteur qui a su attiser ma curiosité avec ce livre qui sort des sentiers battus et qui, finalement, aurait mérité à être un tantinet plus long !

https://lesmotsetaientlivres.blogspot.fr/2016/10/le-roi-des-fauves-aurelie-wellenstein.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Pendergast 2017-11-03T15:51:37+01:00
Argent

Un roman intriguant ( la couverture superbe donne le ton) et déconcertant , l'histoire est originale , le suspens suffisamment prenant pour qu'on ne lâche pas le livre , mais les personnages manquent de profondeur , on ne s'y attache guère et de nombreuses questions restent sans réponse , la fin est beaucoup trop rapide, on aurait aimé en savoir plus. Un bon moment de lecture malgré tout .

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Bluenn 2017-10-29T11:37:15+01:00
Or

Ma chronique complète: https://ombrebones.wordpress.com/2017/10/29/le-roi-des-fauves-aurelie-wellenstein/

En bref, j’ai passé un très bon moment avec cette lecture ! Je recommande ce roman aux lecteurs qui aiment les histoires sombres, violentes, qui apprécient la mythologie nordique et qui ont envie de découvrir un one-shot qui sort du lot. Il mérite, selon moi, amplement sa nomination et sa victoire dans tous ces prix littéraires. J’ai passé un très bon moment avec le Roi des Fauves et je vais me pencher sur le reste de la bibliographie d’Aurélie Wellenstein, qui a une vraie personnalité littéraire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Miney 2017-09-27T14:02:02+02:00
Argent

Alléchée depuis un moment par la couverture et le résumé, je n'ai pas pu me retenir d'être légèrement déçue en terminant ce livre, même si ça reste une bonne lecture.

L'intrigue est très simple mais efficace, et va droit à l'essentiel sans tergiverser ni digresser inutilement. Le rythme est soutenu, et les pages se tournent sans qu'on s'en rende compte ! La fin m'a beaucoup plu. J'ai aimé cette revisite du mythe du berserker, qui se prête très bien aux aventures dures et sombres des héros, cernés de monstres qu'ils sont eux-même condamnés à devenir. Dans ce récit, l'aspect psychologique n'est pas à négliger.

Mais j'ai trouvé l'écriture sèche, froide, distante, ce qui n'est pas un problème en soi, tant que c'est bien écrit (ce qui est le cas). Mais du coup, je n'ai pas réussi à m'immerger complètement dans l'histoire, vibrer avec les personnages. Je suis restée tout du long une lointaine spectatrice, sans ressentir d'émotion, de suspens.

Idem, donc, avec les personnages, auxquels je ne me suis pas attachée. Si les trois héros ont une personnalité bien distincte, je l'ai trouvé à peine effleurée, et la plupart du temps, ils ne parviennent qu'à être agaçants. Le côté extraordinaire d'Ivar est trop appuyé, les choses sont trop faciles pour lui.

Ça a été un peu frustrant de ne pas accrocher totalement à cette histoire qui avait pourtant les ingrédients nécessaires pour m'embarquer.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode