Livres
439 579
Membres
369 244

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le sang des princes, tome 1 : L'Appel des Illustres



Description ajoutée par Gyna 2015-10-09T06:21:02+02:00

Résumé

Le destin des ducs Spadelpietra est assuré. Inexorable. Une ascension déterminée vers le pouvoir, vers la couronne, vers la place qui leur revient de droit à l’avant-garde du monde. Ils sont les pacificateurs, les bâtisseurs, les gouverneurs de Slasie. Ils sont les Illustres.

Mais les nomades Austrois y font à peine attention. Leur monde n’est fait que de théâtre, de musique, d’art et d’inventions dont ils gardent jalousement les secrets. Leur vie est une routine maîtrisée, à l’image de leurs automates.

Et pourtant, un tout petit hasard vient gripper la mécanique de l’histoire. Trois fois rien. Une toile découverte par les Spadelpietra qui catapulte son peintre, le jeune Mical, dans une longue fuite... Et pousse le pays, son peuple, ses nobles et ses artistes dans les premiers vents de la plus grande tourmente de leur histoire.

Edition de l'Homme sans nom

Afficher en entier

Classement en biblio - 23 lecteurs

Extrait

- Je suis content que tu restes avec nous, déclara soudain Philio, la voix toujours neutre. Tu sais faire des tas de choses.

- Ah, euh... merci, répondit Mical, totalement pris au dépourvu par le compliment. Enfin, tu sais, à part peindre, je ne suis pas très doué...

Philio sembla étonné de sa réponse.

- Tu arrives quand même à faire sourire ma petite soeur, déclara-t-il d'une voix candide. Moi, je ne lui donne que des soucis.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Lu aussi

J'ai découvert ce roman sur Livre Paris, cette année. J'ai pu en discuter avec l'auteur qui m'a beaucoup intriguée avec son résumé et une couverture que je trouve particulièrement bien réussie !

En fil des premières pages, j'ai fait la connaissance de Mical de Meris ainsi que des ses amis et ennemis. Jeune peintre talentueux, Mical ne se doute pas du "don" qu'il possède et ne comprends guère ce qui lui arrive.

Pour ma part, j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire. Les personnages sont très bien décrits et attachants pour certains. Cependant, j'ai trouvé qu'il était difficile de comprendre où tout cela menait. Il n'y a pas beaucoup d'indices au fil de la lecture qui m'ont permis de construire une ébauche d'hypothèse quand à ce qu'est l'Appel ou face aux réactions, parfois étranges, des protagonistes.

Du coup, j'ai trouvé que l'histoire patinait, bien qu'il y ai des passages qui m'ont plu, parce que je ne parvenais à comprendre où cela m'entraînait. Je n'aime pas rester dans le flou trop longtemps. Qu'il y ai un peu de mystère, c'est tout à fait normal. Mais de là à ne pas saisir le but de l'histoire, c'est un peu dommage.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Argent

Le sang des princes, tome 1 fait partie de ces jolies découvertes que j'ai faites à la foire du livre de Bruxelles. Loin d'être joué d'avance, l'achat de ce roman était un coup de poker ; le genre de lecture dans laquelle vous vous lancez sans trop savoir à quoi vous attendre, quand bien même le résumé vous met l'eau à la bouche. Finalement, bien que j'ai été séduite par de très nombreux aspects de ce roman, je ressors plutôt mitigée de ma lecture. Explications.

Il faut reconnaître à l'auteur un style très travaillé et un imaginaire fertile ; le tout doublé d'une intrigue prenante et non manichéenne (du moins pour ce que le lecteur en sait à la fin de l'Appel des Illustres). Mais je regrette malheureusement l'impression globale que me donne ce tome-ci après l'avoir terminé : celui d'un volume introductif, soulevant des dizaines de questions pour n'en répondre à aucune.

J'ignore si je poursuivrai ma route en Slasie en me procurant le second tome.

Chronique complète : https://la-choupaille-lit.blogspot.be/2018/03/le-sang-des-princes-tome-1-lappel-des.html

Afficher en entier
Or

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette année 2017 s’achève sur une excellente lecture ! Cet énorme pavé, qui m’a accompagnée durant toute une semaine, a été une véritable révélation : enfin un auteur qui ose s’affranchir des règles ancestrales de la fantasy tout en piochant allégrement quelques éléments chez les autres genres littéraires afin de proposer au lecteur quelque chose de nouveau, d’innovant, de rafraichissant, qui ravira autant les amoureux des grandes épopées épiques que les passionnés d’intrigues de cours, de steampunk ou de Renaissance ! Quel plaisir de se plonger, jour après jour, dans ce livre magnifiquement bien écrit qui nous transporte dans un monde à la fois si proche et si différent du nôtre, qui nous invite à faire la rencontre de personnages atypiques plongés au cœur d’une intrigue palpitante et captivante !

Tout commence par une mort, foudroyante, inexpliquée, inexplicable. La jeune Iarma, onze ans, cousine de l’Illustre duchesse Jana Spadelpietra, meurt dans d’atroces souffrances en contemplant un tableau, apparemment banal et inoffensif. Commence alors une longue traque afin de retrouver le peintre et le faire venir à Tandal, ville historique des Illustres, cette noble famille qui va très prochainement s’unir à la lignée royale. Pour Mical, jeune prodige de la peinture, c’est le début d’une éprouvante fuite … La rencontre avec les Austrois, ce peuple nomade épris d’inventions mystérieuses et de spectacles envoutants, permettra-t-elle à ce jeune homme élevé dans un monastère de survivre ?

L’auteur a fait un choix, audacieux mais délicat : celui de plonger directement le lecteur dans cet univers sans jamais rien lui expliquer de son fonctionnement, en laissant aux événements et aux personnages la responsabilité d’enseigner discrètement au lecteur les rouages de ce monde. Et pourtant, pas une seule fois je ne me suis sentie perdue : Romain Delplancq a réussi l’incroyable exploit de construire un monde qui s’impose au lecteur, qui fait partie de lui. Cela peut sembler étrange dit comme cela, mais c’est vraiment l’impression que j’avais : que l’univers dans lequel prenait place le récit existait depuis toujours au fond de moi, de telle sorte qu’il était inutile d’en dire plus, je sentais comment les choses se passaient au sein de ce monde. La hiérarchie politique, militaire, religieuse, les mythes et les coutumes … tant d’éléments qui s’imposaient à moi comme coulant de source. Du vrai génie, que de réussir à distiller tellement d’informations capitales de ci de là sans que le lecteur ne s’en rende vraiment compte, sans que cela ne l’ennuie, sans que cela ne ralentisse l’intrigue, sans que cela ne se voie, tout simplement !

Et cette intrigue, mais quelle intrigue ! Dès les toutes premières pages, le ton est donné : ce roman sera puissant, sanglant parfois, intriguant souvent, captivant toujours. Très rapidement, l’ambiance devient pesante, l’urgence se fait sentir, on a le souffle court et le cœur qui s’emballe. On tremble pour Mical, ce pauvre gamin qui n’a rien demandé, on serre les poings face aux manigances des Illustres, on exulte d’insouciance ou de vengeance aux côtés des Austrois. Les Austrois, probablement LE peuple le plus intriguant de toutes mes pérégrinations littéraires. Ces nomades, ces musiciens saltimbanques, ces savants gardant jalousement leurs secrets technologiques indispensables, ces familles soudées et solidaires qui ne laisseront jamais la mort d’un d’eux impunie mais sont capables de programmer une vendetta qui prendra des dizaines d’années avant de se réaliser, ont su conquérir mon petit cœur. Ils sont, à leur manière, bien plus intrigants encore que les Spadelpietra, cette Illustre famille qui a su se hisser tout en haut sans que l’on ne sache tout à fait comment … bien que j’aime énormément les intrigues de cour !

L’intrigue est menée d’une main de maitre. J’ai rarement croisé le chemin d’un rythme si bien géré, si bien maitrisé. Ce roman est un livre en clair-obscur : tantôt le lecteur se retrouve plongé au cœur du palais Spadelpietra, où tout se trame dans l’ombre et les faux-semblants, tantôt il se voit propulsé au milieu des plaines et des déserts traversés par les Austrois, où les batailles et les courses-poursuites s’enchainent. Le calme avant la tempête, l’ouragan avant le silence. Et tout est parfaitement dosé : pas moyen de s’ennuyer, mais pas moyen non plus de se retrouvé submergé face à un trop-plein d’action. Le juste milieu a été trouvé. L’auteur n’a pas hésité à avoir recours à des ellipses plus ou moins longues, il n’a pas hésité non plus à occulter volontairement tout un pan de l’histoire pour ne pas casser ce rythme ; certains regrettent ainsi de ne pas avoir vu naitre la romance entre deux personnages, pour ma part je suis ravie de voir que l’auteur a eu ce courage de ne pas en dire plus : j’aurai trouvé cela profondément ennuyant et inutile sur le plan de l’intrigue.

Mais, plus que tout, je suis admirative face à la plume de Romain Delplancq. Quelle plume ! Certains trouveront peut-être qu’il utilise des phrases trop longues, trop emberlificotées … mais puisque j’ai tendance à faire la même chose dans mes propres écrits, je ne peux pas le lui reprocher. Bien au contraire. J’aime ces belles phrases riches en figures de style, ces tournures parfois alambiquées mais tellement riches de sens, ces jeux de sonorités qui font naitre des images, des sons, des sensations dans mon imagination ... Si la magie existe en ce monde, elle se cache au cœur des mots, qui, lorsqu’ils sont savamment agencés comme c’est le cas ici, parviennent à nous faire voyager sans efforts, sans autre support qu’un simple livre. En ouvrant ce livre, ce n’est pas uniquement une belle aventure que vous allez suivre de loin, mais c’est bel et bien un grand voyage que vous allez effectuer en compagnie de Mical et ses compagnons, aux côtés de Jana et des autres nobles. Ouvrez ce livre, lisez quelques pages, puis fermez les yeux et laissez-vous happer par cette fantastique histoire …

Vous l’aurez compris, je pourrais parler de ce roman pendant des heures. Je n’ai pas dit ici le quart de ce que j’aurai envie de vous dire au sujet de cet incroyable récit qui ne ressemble à rien de ce que j’ai pu lire jusqu’à présent. Des tas de portes s’ouvrent au fur et à mesure que l’histoire avance, des tas de sous-intrigues naissent, les alliances se font et se défont, les manigances se mélangent aux destinées mystiquement tracées … Il est tout simplement impossible de lâcher ce livre avant de l’avoir terminé, et une fois la dernière page tournée, on se languit de la suite. Il n’y a pas uniquement l’envie de savoir comment tout cela va se terminer, comment les choses vont évoluer et se dénouer, il y a surtout le besoin de retrouver cet univers riche et mystérieux, ces personnages atypiques et intrigants … et cette belle plume qui fait rêver et voyager. Que j’ai hâte de lire la suite, que j’ai hâte !

https://lesmotsetaientlivres.blogspot.fr/2017/12/le-sang-des-princes-tome-1-lappel-des.html

Afficher en entier
Lu aussi

Un riche univers, assez original, qui rappelle l'Italie de la Renaissance, une galerie de personnages très intéressants, où nombreux sont ceux qui ne jouent pas franc jeu, un candide aux yeux vairons, des nomades artistes et inventeurs, une famille avide de pouvoir... Des thématiques classiques, mais bien utilisées dans ce contexte où l'art, et la peinture en particulier, tient une place centrale.

http://appuyezsurlatouchelecture.blogspot.fr/2018/01/quand-nous-avons-decide-de-venir-ici.html

Afficher en entier
Argent

Et bien, une belle découverte que ce roman. L'ambiance est de suite prenante avec de nombreux personnages qui nous permettent de plonger rapidement dans l'univers. Il y a beaucoup d'éléments et d'interrogation dès les premières pages mais on parvient néanmoins à suivre l'histoire sans trop d'incompréhensions.

Les personnages sont très attachants, que ce soit les personnages principaux ou secondaires. J'ai de suite accroché avec Mical, Dimtri, Cyril, Lydie, Basil et Philio et j'avais hâte de lire la suite de l'histoire à chaque chapitre. C'est vrai que le manque d'informations peut donner l'impression que l'histoire n'avance pas mais je trouve que l'auteur construit son roman doucement et même s'il nous laisse dans le flou, au final on est comme Mical, ce qui permet de s'identifier encore plus.

J'ai particulièrement aimé l'univers qui rappelle évidemment l'Italie de la Renaissance qui est une période que j'aime particulièrement. Je m'attendais presque à voir Machiavel se pointer et j'ai vu quelques clins d'oeil à cet auteur ainsi qu'à l'Italie, aux Médicis et à d'autres familles influentes de l'époque. J'ai trouvé du coup la revisite très intéressante et prenante !

La fin du tome appelle nécessairement une suite parce qu'on a pas toutes les réponses à nos questions. Heureusement, que j'ai acheté les deux d'un coup !

Bref, pas d'hésitation si vous aimez les intrigues politiques, les complots, la peinture, la fantasmagorie, la technologie d'automates, l'aventure... foncez !

Afficher en entier
Lu aussi

J'ai découvert ce roman sur Livre Paris, cette année. J'ai pu en discuter avec l'auteur qui m'a beaucoup intriguée avec son résumé et une couverture que je trouve particulièrement bien réussie !

En fil des premières pages, j'ai fait la connaissance de Mical de Meris ainsi que des ses amis et ennemis. Jeune peintre talentueux, Mical ne se doute pas du "don" qu'il possède et ne comprends guère ce qui lui arrive.

Pour ma part, j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire. Les personnages sont très bien décrits et attachants pour certains. Cependant, j'ai trouvé qu'il était difficile de comprendre où tout cela menait. Il n'y a pas beaucoup d'indices au fil de la lecture qui m'ont permis de construire une ébauche d'hypothèse quand à ce qu'est l'Appel ou face aux réactions, parfois étranges, des protagonistes.

Du coup, j'ai trouvé que l'histoire patinait, bien qu'il y ai des passages qui m'ont plu, parce que je ne parvenais à comprendre où cela m'entraînait. Je n'aime pas rester dans le flou trop longtemps. Qu'il y ai un peu de mystère, c'est tout à fait normal. Mais de là à ne pas saisir le but de l'histoire, c'est un peu dommage.

Afficher en entier
Bronze

Romain Delplancq nous entraine dans un univers qui nous semble familier tout en ne ressemblant pas complètement à ce que nous connaissons. Un univers d'art et de spectacle, de voyageurs et d'aristocrates. On a l'impression de ce plonger dans l'Italie de la Renaissance mais ce n'est quand même pas tout à fait ça. Avec ce tome 1, l'auteur nous offre plusieurs point de vues différents, celui mystérieux de la famille Spadelpietra, celui des nomades Austrois qui traverse la Slasie de long en large pour faire partager leur art et enfin celui de Mical artiste peintre de génie qui va devoir quitter le monastère où il a grandi pour ... rencontrer son destin.

Le plume de Romain Delplancq est vraiment entrainante et agréable à lire. Elle nous immerge petit à petit dans ce nouveau monde, par petites touches. Cela donne un rythme assez lent à l'histoire mais qui n'est ni désagréable ni lourd. Le décor qu'offre l'auteur à son histoire a la flamboyance des palais et des villes italiennes, tout en nous offrant un monde d'inventions à la Leonard de Vinci : on s'accroche à cette univers de Fantasy soft où les mystères entourant la famille Spadelpietra semblent le centre de toutes les intrigues : entre chuchotement dans les couloirs du palais de Tandal et embuscade sur les chemins de campagne, cette famille d'aristocrate à l'origine de la paix et de la prospérité de la province de Slasie, semble posséder ses propres démons. J'ai particulièrement aimé croiser les Austrois, ces nomades en roulotte qui régalent les habitants des villes sur leur chemin de spectacles élaborés et originaux. Cette communauté soudée et ingénieuse est un plaisir à suivre et à découvrir, avec leurs coutumes et leur amour de l'art.

Je trouve ce roman légèrement inclassable de part son univers, le déroulé de son histoire et son rythme. Romain Delplancq nous surprend avec ses personnages charismatiques ou insouciants. Il distille les mystères tout au long du récit sans nous donner beaucoup de pistes sur la direction qu'il va choisir pour le destin de ces personnages. Ça faisait longtemps que je ne mettais pas laisser autant porter par l'histoire sans savoir, ou plutôt sans avoir la moindre idée, d'où l'auteur voulait m'emmener.Un bon roman de Fantasy "soft" qui nous transporte dans un univers proche de la renaissance italienne avec ses intrigues de palais, ses familles aristocratiques puissantes et ses inventions dignes d'un Leonard de Vinci. Une écriture qui nous transporte en douceur dans ce nouvel univers que l'on découvre lentement et où les intrigues se dessinent à petit pas scénaristiques. Le premier tome de la duologie Le sang des princes met en place une ambiance envoutante et mystérieuse qui m'a bien plu et me dit que j'aimerai très vite découvrir le fin mot de l'histoire !

http://chutmamanlit.blogspot.fr/2017/02/lappel-des-illustres-de-romain.html

Afficher en entier
Argent

http://delivreenlivres.blogspot.fr/2017/01/le-sang-des-princes-tome-1-lappel-des.html

Un premier tome de fantasy très sympa !

J'ai beaucoup aimé ce livre, bon ça n'a pas été un coup de cœur mais l'univers et le style fluide ont bien réussi à tirer mon attention, surtout vers la fin quand on a commencer à mieux comprendre de quoi il s'agissait.

Il y a cependant quelques points qui m'ont semblé un peu bancal sur le moment.

Tout d'abord j'ai trouvé l'alternance des différentes temporalité et le changement de point de vue un peu brouillon. Normalement j'aime beaucoup quand on découvre plusieurs personnages mais ici certains passage d'une seule page me laissaient sur ma faim. En fait j'avais l'impression que le roman était bien ficelé au niveau intrique mais qu'il n'encourageait pas assez le coté sentimental et l'attachement aux personnages.

Par exemple le couple principal du livre, vu que toute la partie rencontre et établissement de leur relation est totalement zappée, je n'avais aucun affectif les concernant. Et en plus de cela on retourne dans l'histoire a un moment ou leur couple va mal. Le résultat est que pour moi ce couple ne m'a absolument pas semblé crédible, on ne ressent aucune familiarité entre eux, ni aucun affectif.

Un autre point qui m'a surpris (mais qui la n'est pas forcement négatif) c'est que la menace contre Mical qui compose la partie la plus importante du récit est vraiment sourde, dans le sens ou on n'a aucune idée de quoi il s'agit. J'avais l'impression que les tentatives de retrouver Mical n'étaient pas très motivée.

Et surtout j'avais l'impression pendant un long moment que tout était parti d'un malentendu. Je ne comprenais pas ce qu'ils lui voulaient, et pourquoi ils n'essayaient pas la méthode qui aurait semblé la plus simple : simplement demander à la personne si elle ne voulait pas venir avec eux, bien entendu en lui expliquant pourquoi et le dédommageant, mais en fait non, ils n'ont jamais essayé. Il on fait une vague demande au tout début et au premier refus ils sont directement passé à la méthode dure.

Et le pire la dedans c'est que leurs méthodes arrêtaient pas de louper de façon qui puait l'amateurisme, pour soit disant des grands espions, ne pas avoir pris en compte le fait que les amis et la famille pouvaient réagir me semble un peu léger comme enquête ! Il y avait une sorte de décalage la, surtout qu'on arrêtait pas de dire de partout que les Spadelpietra étaient différents, qu'ils ne pratiquaient pas la violence.

Tout ça pour dire que d'un coté c'est super parce que ça brouille les pistes, on ne sait pas du tout ce qui se passe, mais d'un autre coté à certains moment j'ai trouvé que ça manquait de motivation pour continuer, je me demandais ou ça menait, ça manquait de danger en fait. A aucun moment pendant ces passages la je n'ai vraiment été convaincue que Mical était en vrai danger. Ce qui fait qu'il y a un passage au milieu du livre qui a été un peu creux pour moi.

Heureusement la fin modifie cette donne, et nous dévoile tout un pan de l'intrigue qu'on ne connaissait pas.

Et on est loin d'être au bout de nos surprises à mon avis, parce qu'on a l'impression de n'avoir qu’effleuré le problème. L'auteur nous tease en quelque sorte, il nous donne quelques miettes et on sens qu'il y a quelque chose d'énorme par dessus qu'il nous reste à découvrir.

Le dernier point mitigé du livre a été pour moi le manque de description des personnages. J'ai découvert à 100 pages de la fin qu'un des personnages avait la moustache ... et ça m'a totalement surprise, c'est la que je me suis rendu compte qu'en fait on n'a quasiment aucune description autre que sommaire des personnages.

D'un coté ça nous laisse libre de nous imaginer plus ou moins à quoi ils ressemblent mais d'un autre coté ça m'a manqué quand même. Quand j'essayais de me visualiser les scènes, je n'avais que des silhouettes assez vagues. Je pense que c'est pour ça que j'ai eu un peu de mal au milieu, si on ajoute le coté pas vraiment émotionnel du livre au fait que je n'avais pas de représentation, ça n'a pas aidé.

Au final un livre que j'ai bien aimé, j'ai adoré la façon dont on nous appâte avec des bouts de l'intrigue alors qu'on sens qu'il nous manque le principal, le mystère en quelque sorte.

Je lui ai quand même trouvé quelques points qui rendent la lecture un peu plus mitigée, mais ça ne m'empêchera pas de prendre la suite dés qu'elle sortira !

16/20

Afficher en entier

En terme de livre fantasy, il me faut remonter à Robin Hobb et l'Assassin Royale pour trouver un univers m'ayant autant séduit.

Pas de déjà vu, ou de débauche de magie. Juste ce qu'il faut d'allusion, de subtilité, d’ellipse pour nous laisser imaginer un univers cohérent et plein de promesses. Les morceaux traitant de peinture, de musique ou de mécanique sont un régale.

Je n'ose en dire plus tant l'expérience est importante en matière de lecture comme d'art martiaux (cela ne vaut pas pour les livres d'art martiaux en revanche :p).

Ce livre vous fera regretter de ne passer que 2 heures en train par jour, et comme dédicace un souriant barbu "En vous souhaitant bonne route aux cotés des Austrois !"

Vivement la suite.

Afficher en entier
Diamant

Un véritable cout de cœur pour ce premier roman.

On y trouve un univers très riche et bien construit avec de très nombreuse intrigue et enigme dont certaines ne trouverons pas encore leurs réponse dans ce tome.

Les personnages sont tous très bien dépeins et ne sont pas fade du tout, avec pour tous une finesse dans les caractère qui démontre un travail d'écriture.

L'écriture venons en elle est d'une grande fluidité tout en étant riche, une plume à découvrir.

J'attend avec une très grande impatience le tome suivant.

Afficher en entier

Dates de sortie

Le sang des princes, tome 1 : L'Appel des Illustres

  • France : 2015-10-15 (Français)
  • France : 2018-01-04 - Poche (Français)

Activité récente

newmoon l'ajoute dans sa biblio or
2018-04-14T14:15:53+02:00
Aryia l'ajoute dans sa biblio or
2018-02-14T13:54:50+01:00

Les chiffres

Lecteurs 23
Commentaires 9
Extraits 2
Evaluations 9
Note globale 7.44 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode