Livres
482 759
Membres
469 846

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par MissSharp 2014-08-18T11:31:10+02:00

"L'amour, qui n'est pas aveugle, n'est peut-être qu'une fausse divinité après tout ; car lorsque le bandeau tombe des yeux de Cupidon, ce dernier étend ses ailes et s'envole."

Afficher en entier
Extrait ajouté par paraty62 2013-10-13T18:07:34+02:00

Sa jolie cousine,à la figure de lutin,aurait pu être complètement folle de lui et le répéter en ces termes charmants et détournés qui n'appartiennent qu'aux femmes,cent fois par jour,trois cent soixante-cinq jours par an,qu'à moins d'attendre quelques exceptionnel 29 février et de marcher droit sur lui,en lui disant:"Robert,voulez-vous m'épouser?", je doute fort qu'il se fût jamais aperçu de l'état de son coeur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par paraty62 2013-10-13T18:03:17+02:00

Mon cher Robert,

Qu'il est cruel à vous de partir pour cet horrible Saint-Pétersbourg avant la saison de la chasse ! J'ai entendu dire qu'on perdait souvent son nez dans ce climat désagréable, et comme le vôtre a une certaine longueur,je ne saurais trop vous conseiller de rentrer avant que le véritable mauvais temps s'installe.Quelle sorte d'individu est ce Mr Talboys? S'il est très aimable,vous pourriez l'amener au château aussitôt que vous serez de retour de vos voyages.Lady Audley me demande de vous prier de lui apporter une parure de zibeline.Vous ne devez pas vous arrêter au prix, mais à ce qu'elle soit positivement la plus belle que vous pourrez trouvez. Papa est parfaitement absurde avec sa nouvelle femme, et elle et moi ne pouvons ,en définitive,nous accorder; non qu'elle soit désagréable avec moi ,car,bien loin de là,elle se rend ,autant que possible,agréable à tout le monde ;mais elle est incurablement puérile et sotte.

croyez-moi,mon cher Robert,

Votre affectionnée cousine,

Alicia Audley

Afficher en entier
Extrait ajouté par paraty62 2013-10-13T17:53:34+02:00

Le document qui désignait Robert Audley tuteur du petit George Talboys fut rédigé dans l'étude d'un avoué le lendemain matin.

- C'est une grande responsabilité, s'écria Robert .Moi, gardien de quelqu'un ou de quelque chose ! Moi qui n'ai jamais pu de ma vie prendre soin de moi-même!

Afficher en entier
Extrait ajouté par paraty62 2013-10-13T17:49:22+02:00

Robert passait toujours la saison de la chasse au château d'Audley;non qu'il fût chasseur distingué comme Nemrod, car il aimait mieux trotter à couvert ,sur un mauvais cheval bai, pacifique, aux membres solides, et se maintenir à une très respectable distance des cavaliers intrépides ,son cheval sachant aussi bien que lui que la chose la plus contraire à ses désirs était d'être exposé à se tuer.

Afficher en entier
Extrait ajouté par paraty62 2013-10-13T17:44:57+02:00

Robert Audley était censé être avocat. Il était inscrit en tant qu'avocat dans le Law-List,il avait son appartement dans Fig-Tree Court Temple,et il avait consommé le nombre voulu de dîners,épreuve suprême pour tout aspirant au barreau désireux de gagner réputation et fortune.Si toutes ces conditions peuvent faire d'un homme un avocat,Robert Audley en était vraiment un. Mais il n'avait jamais eu de cause à plaider,ou n'avait jamais essayé,ou même souhaité en avoir une pendant les cinq années entières que son nom était resté peint sur une des portes de Fig-Tree Court. C'était un beau garçon,paresseux ,insouciant de tout,d'environ vingt-sept ans, fils unique du plus jeune frère de sir Michael Audley .Son père lui avait laissé quatre cents livres de rente,revenu que ses amis l'avaient engagé à augmenter en embrassant le barreau. Comme il avait trouvé ,après mûres considérations,plus d'ennui à s'opposer aux désirs de ses amis qu'à consommer tous ces dîners et prendre un appartement dans le Temple,il avait adopté le dernier parti et,sans rougir, s'intitulait lui-même avocat.

Afficher en entier
Extrait ajouté par paraty62 2013-10-13T17:32:22+02:00

C'était une vieille résidence qui ravissait tous ceux qui la visitaient, leur inspirant l'impatient désir de se retirer du monde et l'idée de venir se fixer là pour toujours , à regarder dans les eaux fraîches de l'étang et compter les bulles produites à la surface par les carpes et les gardons. Le calme semblait avoir choisi ce lieu pour asile, étendant sa main apaisante sur les fleurs et les arbres ,sur les étangs tranquilles et les paisibles allées, sur les coins obscurs des vieux appartements à l'ancienne mode, les profondes embrasures ménagées derrière les vitraux peints,les prairies basses et les avenues majestueuses ,et même sur le puits à l'eau stagnante ,frais et abrité selon l'usage d'autrefois et caché dans un bosquet derrière les jardins ,avec sa poulie paresseuse qui n'avait jamais tourné et sa corde pourrie qui avait laissé tomber dans l'eau le seau qu'elle ne pouvait plus retenir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par paraty62 2013-10-13T17:23:27+02:00

Une avenue de tilleuls,bordée de prairies,menait à la partie reculée d'une cuvette plantée d'arbres séculaires et couverte de luxuriants pâturages. Surmontant les hautes haies, les troupeaux de boeufs semblaient vous regarder passer avec curiosité , s'étonnant peut-être de votre présence en cet endroit dénué de tout chemin, à moins de vouloir aller au château.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode