Livres
450 546
Membres
395 370

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Sophia2003 2018-05-31T18:51:32+02:00

- Je sais ce que tu ressens.

Oh c'est vrai? Donc toi aussi tu viens d'une autre planète? Connardland peut-être?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eleana2731 2018-08-24T15:16:02+02:00

– À ta guise. Hé, Lomé !

Je me retourne, intriguée par son ton amusé. Il ne fait d’ailleurs rien pour masquer le sourire qui va avec.

– Je te crois sur parole quand tu dis que tu viens de loin. Tu es en train de retourner sur tes pas. Si tu ne veux pas tomber nez à nez avec nos poursuivants, je te suggère de prendre plutôt cette direction.

Il montre du doigt le sens opposé du chemin que je viens d’emprunter, en me souriant avec amabilité. Je m’efforce de ne pas rougir et redresse le menton.

– C’était juste pour te tester. On y va ? Ou tu comptes te bidonner toute la journée ?

Il s’esclaffe pour de bon, cette fois, et je le suis, vexée comme un pou.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eleana2731 2018-08-24T14:52:41+02:00

– Alors, jeune Lomé, dis-moi, comment es-tu arrivée à Bâl’Shanta ?

[...]

– Hum… Je… j’étais en train de faire de la…

Je cherche le mot dans sa langue mais, ne le trouvant pas, j’utilise le terme français :

– … "spéléologie", avec ma classe, et comme je suis, euh…

Rebelote.

– … "claustrophobe", j’ai eu un malaise et je suis tombée dans une vasque où s’écoulait une cascade. Quand je suis remontée à la surface, je me suis retrouvée au bord d’une mare, au milieu de cette forêt bizarre. Est-ce que tu sais comment je peux faire pour rentrer chez moi ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eleana2731 2018-08-24T14:50:14+02:00

– Bon, arrête de pleurer, je ne te veux aucun mal. Je me présente, je m’appelle Iollan. Iollan Hal’Kan, prince de Tân et des royaumes du Nord. Toi, comment t’appelles-tu ?

Tân ? Les royaumes du Nord ? Comme si ça allait m’éclairer !

J’essuie mes larmes d’un revers de la main et essaie de reprendre ma respiration.

– Je m’appelle… Lomé. Devitto. Et désolée de te décevoir, mais je ne suis pas une princesse. À la limite, la reine du bal de fin d’année, mais on va s’en tenir là.

Il me regarde comme si j’étais complètement folle.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eleana2731 2018-08-24T14:45:22+02:00

J’hésite une seconde, regarde derrière moi, écarquille les yeux quand je me retrouve presque nez à nez avec une main gigantesque, et ni une ni deux, motivée par le désir ardent de ne pas faire plus ample connaissance avec elle, je plonge dans l’eau turquoise de la rivière.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eleana2731 2018-08-24T14:41:30+02:00

Il se tourne vers moi et me gratifie d’un sourire en coin, le genre qui doit faire tomber toutes les filles à ses pieds. Mais j’ai bien trop peur pour jouer les fleurs bleues.

– Auriez-vous l’obligeance, ma chère, de descendre de votre perchoir afin que nous puissions discuter à notre aise, sans heurter la sensibilité de nos cordes vocales ?

Laena ricane.

– C’est une Fille de Tân, Iollan. Que veux-tu qu’elle comprenne si tu lui fais de la poésie ?

Je suis, je dois l’avouer, profondément offensée. C’est vrai que je n’étais pas la meilleure en français, mais je ne suis pas assez stupide pour ignorer le sens du mot « obligeance » !

J’ouvre la bouche pour la première fois, faisant sursauter Laena, à ma grande satisfaction. Quand le premier mot sort, je réalise, à ma grande surprise, que je ne parle pas le français, mais bien le dialecte local.

– Je ne descendrai point de mon perchoir, ne vous en déplaise. Je n’ai guère d’estime pour vos cordes vocales, et les miennes se portent à merveille. Quant à toi, la brunasse, va ramasser les déjections de tes bestioles, tu n’as l’air bonne qu’à ça.

Iollan ouvre des yeux ronds de surprise, puis semble retenir un fou rire. Laena, elle, devient rouge comme une tomate et pousse un hurlement déchaîné. Elle jette son arme à terre et saute sur la première branche de l’arbre dans lequel je me trouve.

– Si je t’attrape, sale petite vermine, c’est toi qui vas finir dans les déjections de mes smartaks, je te le promets !

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eleana2731 2018-08-24T18:25:07+02:00

Oh my goodness, ne puis-je m’empêcher de penser, il va m’embrasser ! Le langage universel existe ! Merci, mon Dieu !

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eleana2731 2018-08-24T16:46:32+02:00

Le poète Jacques Prévert a dit : « J’ai reconnu mon bonheur au bruit qu’il a fait en partant. » Moi, j’ai simplement reconnu la garce que j’étais quand je n’ai plus eu d’emprise sur mon petit royaume. Et ça fait mal.

[...]

Je redresse le menton. Je viens de citer Jacques Prévert. Maintenant, je vais citer Jules César :

Veni, vidi, vici.

Je ne baisserai pas les bras. Je n’abandonnerai pas. Je suis peut-être égocentrique et égoïste, mais j’ai au moins une qualité qu’on ne pourra pas m’enlever.

Je suis une battante, et je compte le rester.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eleana2731 2018-08-24T16:37:48+02:00

Quand je la vois répandre le jaune d’œuf sur mes racines et mes longueurs, je ne peux m’empêcher de protester.

– Mais enfin, je peux savoir pourquoi tu prépares une omelette sur ma tête ? Je ressemble donc à une poêle à frire ?

– Décidément, je ne comprends pas un traître mot de ce que tu racontes. En revanche, je peux te dire que je me sers d’œufs d’irabo, un oiseau qui vit sur les berges du lac. C’est le meilleur agent lavant pour cheveux que je connaisse.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eleana2731 2018-08-24T15:52:12+02:00

– Comment je m’appelle ?

Un tas de noms me viennent à l’esprit, mais je ne pense pas qu’il les apprécierait. Je garde le silence et ma position. Il baisse le bras et me pince violemment sur le côté. Je pousse un hurlement de douleur et j’ai le malheureux réflexe de lui coller une gifle. Gifle qu’il n’a pas vue venir, d’ailleurs, et j’en suis assez fière.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode