Livres
515 619
Membres
529 368

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par mgroun 2017-10-08T12:03:18+02:00

" Les mille autres chemins que nos vies auraient pu, et peut-être dû, prendre nous restent à jamais inconnus. C'est probablement pour le meilleur. Certains secrets sont faits pour demeurer secrets. Ce n'est pas Pandore qui vous dira le contraire."

Afficher en entier
Extrait ajouté par keisha50 2019-01-26T13:40:05+01:00

La lettre n'avait rien à voir avec cette pause dans leur vie sexuelle, ni avec quoi que ce soit d'autre. Elle était rangée en lieu sûr, dans l'enveloppe rouge qui contenait la copie de leur testament.

Elle avait promis de ne pas l'ouvrir. Elle ne pouvait plus se permettre de le faire. Elle ne le ferait pas.

Afficher en entier
Extrait ajouté par book-princess 2020-07-07T14:48:28+02:00

"Si je comprends bien, commença Tess, vous avez pris conscience que tous les deux..." Elle déglutit.

"On veut que tu saches qu'il ne s'est rien passé, dit Felicity.

- On n'a pas... tu sais, insista Will.

- Couché ensemble", termina Tess, devinant qu'ils en tiraient une grande fierté.

Encore un peu, et il faudrait les applaudir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par book-princess 2020-07-07T14:41:35+02:00

"Merde ! s'exclama Cecilia tout à coup en ouvrant de grands yeux. Putain de merde !

- Quoi ? Qu'est-ce qui se passe ?" demanda John-Paul avec un mouvement de recul.

Sa femme ne jurait jamais. Lorsqu'un gros mot lui venait, elle s'autocensurait et le rangeait soigneusement dans un Tupperware réservé à cet effet quelque part dans sa tête. À présent, elle avait ouvert le couvercle et savourait la fraîcheur et le croquant des mots emmagasinés pendant toutes ces années.

"Les bonnets de Pâques. Je n'ai pas fait les putains de bonnets de Pâques d'Esther et de Polly pour cette putain de parade."

Afficher en entier
Extrait ajouté par book-princess 2020-07-07T14:36:04+02:00

Reçu cinq sur cinq. Le message était on ne peut plus clair. Le péché se répandait dans sa maison comme l'huile de sésame dans son cellier.

Virginia lui sourit gentiment en reprenant sa part de gâteau citron-noix de coco. "Mais je n'ai pas besoin de vous le dire, n'est-ce pas ? Vous êtes mère. Vous feriez n'importe quoi pour vos enfants. Tout comme moi."

Afficher en entier
Extrait ajouté par book-princess 2020-07-07T14:31:24+02:00

Cecilia pensait savoir ce qu'est la colère - ne lui arrivait-il pas de s'emporter ? -, mais à ce moment précis, elle comprit qu'en réalité, elle n'en avait jamais fait l'expérience. C'était un sentiment insensé, formidable, absolu, d'une ardeur incomparable. Un sentiment qui lui donnait l'impression de pouvoir voler. Voler à travers la pièce comme un démon et lacérer le visage de John-Paul de ses serres.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Aurelie-455 2020-05-31T20:11:26+02:00

Vous êtes mère. Vous feriez n'importe quoi pour vos enfants. Tout comme moi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Framb0ise 2020-03-29T11:42:22+02:00

They'd be shocked for months, before they finally learned, as Rachel had, that the unthinkable happened, and the world kept turning, and people still talked at length about the weather, and there were still traffic jams and electricity bills, celebrity scandals and political coups.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Framb0ise 2020-03-29T11:40:54+02:00

Maybe Mum was right, she thought hazily. It's all about our egos. She felt she was on the edge of understanding something important. They could fall in love with fresh new people, or they could have the courage and humility to tear off some essential layer of themseles and reveal to each other a whole new lever of "otherness", a lever far beyond what sort of music they liked. It seemed to her everyone had too much self-protective pride to truly strip off down to their souls in front of their long-term partners. It was easier to pretend there was nothing more to know, to fall into an easygoing companionship. It was almost embarrassing to be truly intimate with your spouse; because how could you watch someone floss one minute, and the next minute share your deepest passion or tritest of fears? It was almost easier to talk about that sort of thing before you'd shared a bathroon and a bank account and argued over the packing of the dishwasher.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Framb0ise 2020-03-29T11:36:39+02:00

That was the sex has been so good with Connor, because they were essentially strangers. It was his "otherness". It made everything - their bodies, their personalities, their feelings - seem more sharply defined. It wasn't logical, but the better you knew someone, the more blurry they became. The accumulation of facts made them disappear. It was more interesting wondering if someone did or didn't like country music than knowing one way or the other.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode