Livres
554 806
Membres
600 008

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Gandalf : Sabre de bois ! Sam Gamegie ! Vous étiez aux écoutes à la fenêtre.

Sam : J'étais pas à la coupe de la fenêtre, votre seigneurie. J'étais à la coupe de la pelouse, sous la fenêtre, je vous jure.

Gandalf : N'est-il pas un peu tard pour entretenir la pelouse ?

Sam : J'ai entendu s'élever des voix.

Gandalf : Qu'avez-vous entendu ? Parlez !

Sam : Rien d'important. J'ai entendu des choses sur un anneau, un seigneur des ténèbres et un peu sur la fin du monde mais, pitié votre seigneurie Gandalf, ne me faites pas de mal. Ne me transformez pas en quelque chose de pas naturel.

Afficher en entier

Gandalf rit soudain :

- Entrez ! cria-t-il.

Et, tendant les deux bras à l'extérieur, il souleva par la fenêtre un Sam étonné, avec les cisailles, les rognures d'herbe et tout, et il le mit debout devant lui.

[...]

- Il va me falloir partir. Mais (Frodon scruta alors le visage de Sam) si tu te soucies vraiment de moi, tu garderas là-dessus le secret ABSOLU. Tu me comprends ? Si tu ne le fais pas, si tu souffles fût-ce un mot de ce que tu as entendu ici, alors j'espère que Gandalf te transformera en crapaud tacheté et qu'il remplia le jardin de couleuvres à collier.

Sam tomba à genoux, tremblant.

Afficher en entier

- C'est évidemment ce que je voulais dire, ajouta Pippin. Nous autres Hobbits, nous devrions faire bloc, et c'est ce que nous ferons. Je partirai avec toi, à moins qu'on ne m'enchaîne. Il faut une intelligence dans le groupe.

- Dans ce cas, ce n'est certainement pas vous qu'on choisira, Peregrïn Touque ! dit Gandalf, passant la tête par la fenêtre, qui était assez proche du sol.

Afficher en entier

"Non, en effet. Il n'est guère possible de vous séparer, et cela même lorsqu'il est convoqué à un conseil secret et vous non."

Afficher en entier

Mes chers Amis, dit Bilbon, se levant à sa place. « Silence ! Silence ! Silence ! » crièrent-ils, ne cessant de répéter ces mots en chœur sans paraître vouloir suivre leur propre injonction. Bilbon quitta sa place et alla grimper sur une chaise sous l’arbre illuminé. La lumière des lanternes tombait sur son visage radieux ; les boutons d’or brillaient sur son gilet de soie brodée. Tous pouvaient le voir là debout, agitant une main en l’air, tandis que l’autre était enfouie dans la poche de son pantalon

Afficher en entier

Il y avait de nombreux Sacquet et Bophin, et aussi de nombreux Touques et Brandebouc ; il y avait divers Fouille (parents de la grand-mère de Bilbon Sacquet) et divers Boulot (alliés de son grand-père Touque), et une sélection de Fouine, Bolger, Sanglebuc, Trougrisard, Bravet, Sonnecor et Fierpied. Certains n’étaient que de très lointains parents de Bilbon, et d’aucuns qui vivaient dans des coins retirés de la Comté n’étaient à peu près jamais venus à Hobbitebourg. Les Sacquet de Besace n’avaient pas été oubliés. Othon et sa femme Lobelia étaient présents. Ils n’aimaient pas Bilbon et détestaient Frodon ; mais si magnifique était la carte d’invitation, écrire à l’encre d’or, qu’ils avaient trouvé impossible de refuser. Du reste, leur cousin Bilbon s’était spécialisé depuis bien des années dans la bonne chère, et sa table était hautement réputée

Afficher en entier

Ce feu d’artifice était de Gandalf : il ne l’avait pas seulement apporté, mais combiné et fabriqué, et ce fut lui qui tira les effets spéciaux, les pièces montées, les vols de fusées. Mais il y eut aussi une généreuse distribution de pétards, de serpenteaux, de soleils, de torches, de chandelles de nains, de fontaines d’elfes, d’aboyeurs, de gobelins et de coups de tonnerre. Tout cela était superbe. L’art de Gandalf se perfectionnait avec l’âge

Afficher en entier

En cette occasion, les cadeaux étaient exceptionnellement beaux. Les jeunes Hobbits étaient tellement excités qu’ils oublièrent presque, un moment, la question du manger. Il y avait des jouets dont ils n’avaient jamais vu d’exemple, tous magnifiques et certains manifestement magiques. Un grand nombre de ces jouets avaient été commandés un an auparavant ; ils venaient d’aussi loin que la Montagne et le Val, et ils étaient d’authentique fabrication naine

Afficher en entier

Mais, à ce moment, s'élevant majestueusement du sud, les grands nuages s'avancèrent et lancèrent dans les champs étoilés de sombres avant-coureurs. Une peur soudaine s'empara de la compagnie.

- Elbereth Gilthoniel ! s'écria en soupirant Legolas, qui levait les yeux, cependant qu'une ombre noire, semblable à un nuage mais qui n'en était pas un, car le mouvement en était plus rapide, sortait de la noirceur du Sud et s'avançait vers la compagnie, effaçant toute lumière à son approche.

Bientôt elle apparut sous la forme d'une grande créature ailée, plus noir qu'un puit dans la nuit. Des voix féroces s'eleverent pour l'accueillir de l'autre rive. Un frisson soudain parcourut le corps de Frodon et lui étreignit le cœur; il sentit dans son épaule un froid mortel, tel le souvenir d'une ancienne blessure. Il se jeta à terre, comme pour se cacher.

Soudain, le grand arc de Lorien chanta. La flèche partit, stridente, de la corde elfique. Frodon leva les yeux. Presque au dessus de lui, la forme ailée fit une embardée. Il y eut un croassement rauque, tandis que dans sa chute elle s'evanouissait au sein de l'obscurité sur la rive oriental. Le ciel fut de nouveau pur. Un tumulte de nombreuses voix qui jurait et se lamentaient s'éleva au loin; puis ce fut le silence. Aucune flèche, aucun cri ne vint plus de l'Est cette nuit là.

Afficher en entier

Les mythes que nous tissons, même s'ils renferment des erreurs, reflètent inévitablement un fragment de la vraie lumière, cette vérité éternelle qui est avec Dieu.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode