Livres
464 036
Membres
424 111

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le Serment du silence



Description ajoutée par 21la 2013-04-08T21:07:02+02:00

Résumé

Nouvelle Description

Kate Burkholder est le shérif d’une petite ville tranquille de l’Ohio ébranlée par la découverte d’un corps de jeune fille égorgée et saignée comme du bétail après avoir été torturée et violée. La scarification d’un chiffre romain sur son nombril lance la police sur les traces du « Tueur de l’abattoir », un tueur en série ayant sévi dans la région. Cependant, Kate violée 16 ans plus tôt par ce même tueur avait survécu à l’attaque du psychopathe. Et elle l’avait tué.

Depuis, elle vit avec le fardeau du secret et de la culpabilité : le violeur, Daniel Lapp, était amish comme elle et sa famille. Afin de préserver la communauté de l’opprobre, son père et son frère avaient enterré le corps, et plus jamais il n’y avait été fait allusion. La vie de Kate avait ensuite basculé ; elle avait renoncé à son appartenance à la communauté et subi le bannissement.

Après ce nouveau meurtre le doute l’assaille : et si Lapp était encore en vie ?

À nouveau, d’autres meurtres sont commis. Kate doit malgré elle accepter de travailler en collaboration avec un agent fédéral, John Tomasetti, et avec le shérif Nathan Detrick, un quinquagénaire charismatique. Peu à peu, Tomasetti lève le voile sur sa vie : il est ce flic émérite ayant fait la Une des journaux deux ans plus tôt lorsqu’il était jugé pour le meurtre de l’assassin de sa famille. Il devine que Kate dissimule de nombreuses informations et qu’elle est la détentrice d’un sombre secret. Flic déchu, alcoolique, John est au bord du gouffre et se sait sur la sellette ; il ne laissera pas Kate saboter une affaire qui pourrait sauver sa carrière.

Un suspense haletant, au rythme soutenu. L’épuisement moral et physique du personnage principal nous gagne à mesure que l’enquête s’enlise, au moment clé de l’histoire, avec pour décor une tempête de neige qui enveloppe l’intrigue et nous entraîne dans son tourbillon.

Afficher en entier

Classement en biblio - 72 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par siegrid 2012-02-19T20:05:53+01:00

1

La voiture de police illumina en rouge et bleu les branches dénudées des arbres malmenés par l'hiver. L'officier de police T. J. Banks gara son véhicule sur le bas-côté et brancha son projecteur, dirigeant son faisceau sur la lisière du champ où les tiges de maïs tremblaient dans le froid. À cinq mètres de lui, six vaches jersiaises paissaient dans le fossé.

— Satanées bêtes, marmonna-t-il.

Avec les poules, les vaches étaient sans doute les animaux les plus stupides de la terre.

Il attrapa sa radio.

— Central, ici 47.

— Quoi de neuf, T. J. ? lui demanda Mona, la standardiste de nuit.

— J'ai un 10-54. Le troupeau de Stutz s'est encore échappé.

— C'est la seconde fois cette semaine.

— Et toujours pendant mon service.

— Qu'est-ce que tu vas faire ? Il n'a pas le téléphone chez lui.

Un coup d'œil à l'horloge du tableau de bord lui apprit qu'il était presque 2 heures du matin.

— Ouais, ben j'ai pas envie de traîner dans ce froid pour regrouper ces foutus bestiaux.

— T'as qu'à leur tirer dessus.

— Me tente pas.

Il lâcha un soupir en regardant autour de lui. Du bétail sur la route à cette heure-là, c'était l'accident assuré. Pour peu qu'un conducteur arrive et prenne le virage un peu trop vite, il pourrait y avoir de la casse. Il pensa à toute la paperasse qu'un accident engendrerait et secoua la tête.

— Je vais installer quelques balises lumineuses ci sortir cet Amish de son lit, reprit-il.

— Dis-moi si tu as besoin de renforts, ricana-t-elle.

Il remonta la fermeture Éclair de son manteau jusque sous son menton, attrapa dans le vide-poche sa lampe torche et sortit de la voiture. Le froid était si cinglant qu'il sentait les poils de son nez se congeler. La neige craqua sous ses bottes tandis qu'il s'approchait du fossé. Devant lui, son souffle créait de gros nuages de vapeur. Il détestait être de l'équipe de nuit presque autant qu'il haïssait l'hiver.

Il fit courir le faisceau de sa lampe sur la clôture. Aucun doute, six mètres plus loin, deux lignes de fil barbelé s'étaient décrochées de leur mince piquet de bois noueux. Des empreintes de sabots lui apprirent que plusieurs bêtes avaient profité de l'aubaine qui s'offrait à elles et s'étaient aventurées dans le fossé pour paître en douce.

— Satanées vaches.

T. J. retourna à sa voiture et ouvrit le coffre, d'où il sortit deux balises lumineuses qu'il installa sur la ligne blanche de la route pour prévenir les automobilistes. Il revenait sur ses pas quand un objet se détachant sur la neige de l'autre côté de la route attira son attention. Piqué par la curiosité, il traversa. Une chaussure de femme reposait, solitaire, sur le bas-côté. À en juger par son état et l'absence de neige sur sa surface, elle n'était pas là depuis longtemps. Des adolescents, sûrement. Cette partie isolée de la route était un lieu de prédilection pour fumer et s'envoyer en l'air. Ces ados étaient presque aussi bêtes que les vaches.

Sourcils froncés, T.J. poussa la chaussure de la pointe de sa botte. Il remarqua alors les sillons dans la neige, comme si un objet lourd avait été traîné par là. Du faisceau de sa lampe, il suivit la trace, qui passait la barrière et remontait dans le champ. Les poils de son cou se hérissèrent quand il aperçut le sang. Une mare de sang.

— Qu'est-ce que... ?

Il enjamba la clôture et découvrit de l'autre côté encore plus de sang, sombre et étincelant sur la blancheur virginale de la neige. Il ne lui en fallut pas plus pour avoir la trouille de sa vie.

Les sillons le menèrent à un bosquet de pommiers aux branches dégarnies dans un coin du champ de maïs. Il entendait sa respiration difficile et saccadée dans le murmure des épis qui l'entouraient. T.J. mit la main à son revolver et balaya tout autour de lui du faisceau de sa lampe. Ce fut à ce moment qu'il remarqua la chose dans la neige.

Il pensa d'abord qu'un animal avait été percuté par une voiture et s'était traîné jusque-là pour y mourir. Mais, alors qu'il s'en approchait, le faisceau de sa lampe mit autre chose en lumière. Une peau pâle. Une tignasse sombre. Un pied nu sortant de la neige. L'adrénaline lui contracta l'estomac.

— Bordel de merde.

Pendant un instant, il fut incapable de bouger. Il ne pouvait détacher son regard des cercles de sang sombres et de la peau livide. Se forçant à réagir, il s'agenouilla près du corps. Sa première pensée fut qu'elle était peut-être encore en vie. Brossant la neige, il posa une main sur l'épaule dénudée. La peau, sous ses doigts, était aussi froide que la glace mais il retourna le corps quand même. Il vit plus de sang encore, une peau terreuse et des yeux vitreux qui semblaient le fixer.

Sous le choc, il recula précipitamment. Les mains secouées de tremblements, il prit son micro déporté.

— Central, ici 47 !

— Quoi encore, T.J. ? Une de ces vaches t'a coursé ?

— J'ai un cadavre ici, dans le champ de Stutz.

— Quoi ?

La police de Painters Mill utilisait les codes chiffrés pour nommer les délits, mais impossible pour lui de se rappeler le code pour un mort. Jamais encore il n'avait eu à l'utiliser.

— J'ai dit : j'ai un cadavre.

— J'avais entendu la première fois, rétorqua Mona avant de marquer une pause étonnée tandis que les mots pénétraient son esprit. Quelle est ta position ?

— Dog Leg Road. Juste au sud du pont couvert.

Un silence, puis :

— Qui est-ce ?

Painters Mill, tout le monde connaissait tout le monde, pourtant il n'avait jamais vu cette femme avant.

— Je ne sais pas. Une femme. Aussi nue que le jour de sa venue au monde et plus morte qu'Elvis.

— Une ivrogne ou quoi ?

— Ce n'est pas un accident.

Posant la main sur la crosse de son .38, T.J. scruta les ombres qui enveloppaient les arbres. Il sentait son cœur battre à tout rompre dans sa poitrine.

— Tu ferais mieux d'appeler le chef, Mona. Je crois qu'on a un meurtre sur les bras.

2

Je rêve de la mort.

Comme chaque fois, je me trouve dans la cuisine de la vieille ferme. Sur le plancher éraflé, le sang pourpre scintille. Les odeurs de levure boulangère et de foin fraîchement coupé se mêlent à la puanteur nauséabonde de ma propre terreur, une opposition que mon esprit ne parvient pas à concilier. La brise qui entre par la fenêtre au-dessus de l'évier fait gonfler les rideaux. Le tissu jaune est moucheté de gouttes de sang, le mur en est éclaboussé. Mes mains sont poisseuses.

Recroquevillée dans un coin, je pousse un gémissement animal que je ne reconnais pas ; il s'échappe de ma gorge comme un hurlement étouffé. Je sens la mort. L'obscurité m'enveloppe, s'insinue en moi. À quatorze ans, j'apprends que le mal existe dans mon petit monde préservé.

La sonnerie me tire brutalement du sommeil. Le cauchemar retourne se tapir dans son trou comme une créature nocturne. Je roule sur le côté et attrape le téléphone sur la table de nuit.

— Ouais.

Ma voix est comme un croassement.

— Chef, c'est Mona. Désolée de vous réveiller, mais je crois que vous feriez mieux de venir.

Mona est la régulatrice de nuit. Elle est généralement d'un sang-froid à toute épreuve, aussi l'angoisse qui perce dans sa voix retient-elle toute mon attention.

— Que se passe-t-il ?

— T. J. est chez Stutz. Il regroupait les vaches et il a trouvé un cadavre.

Tout à coup, je ne suis plus endormie. Je m'assois en écartant les cheveux de mon visage.

— Quoi ?

— Il a trouvé un corps. Il avait l'air plutôt remué.

Au ton de sa voix, je peux dire que T.J. n'est pas le seul à être secoué.

Balançant mes jambes hors du lit, j'attrape ma robe de chambre. D'un coup d'œil sur le réveil, je vois qu'il est presque 2 h 30.

— Un accident ?

— Juste un corps. Nu. Une femme.

Oublions la robe de chambre, ce qu'il me faut, ce sont mes vêtements. J'allume la lampe et la brusque lumière me pique les yeux. Je suis complètement réveillée à présent. J'essaye toujours de me faire à l'idée qu'un de mes agents a découvert un cadavre. À ma demande, Mona m'informe sur le lieu de la découverte.

— Appelle Doc Coblentz.

Doc Coblentz est l'un des six médecins exerçant à Painters Mill, Ohio, et accessoirement il sert de médecin légiste pour le comté de Holmes.

Je m'approche du placard et cherche soutien-gorge, chaussettes, leggings et sous-pull.

— Dis à T.J. de ne rien toucher et de ne pas déplacer le corps. Je serai là-bas dans dix minutes.

La ferme des Stutz s'étend sur trente-deux hectares bordés d'un côté par Dog Leg Road et de l'autre par la fourche nord de la rivière, Painters Creek. L'endroit que m'a indiqué Mona se trouve à huit cents mètres du vieux pont couvert, sur un tronçon de route isolé qui aboutit à la limite du comté.

Une forte envie de café me tenaille tandis que je me gare derrière le véhicule de patrouille de T.J. Mes phares découpent sa silhouette sur le siège conducteur. Je remarque avec plaisir qu'il a installé des balises lumineuses et laissé son gyrophare en marche. Ma lampe torche à la main, je m'extirpe de mon 4 x 4 Explorer. Le froid glacial me saisit instantanément et je m'enfonce un peu plus dans ma parka, regrettant d'avoir oublié mon couvre-chef. T.J. semble ébranlé, à mon arrivée.

— Qu'est-ce qu'on a ?

— Un cadavre, Une femme.

Il fait son possible pour garder une attitude professionnelle, mais ses mains tremblent quand il pointe un doigt pour désigner le champ. Je sais que le froid n'y est pour rien.

— À moins de dix mètres, près du bosquet d'arbres.

— Tu es sûr qu'elle est morte ?

La pomme d'Adam de T.J. fait un aller-retour dans sa gorge.

— Le corps est froid. Pas de pouls. Il y a du sang partout autour.

— Allons jeter un œil, dis-je en avançant vers les arbres. Tu as touché à quelque chose ? Contaminé la scène de crime ?

Il baisse légèrement la tête, preuve que oui.

— Je pensais que peut-être elle était... vivante. Je l'ai retournée pour vérifier.

Ce n'était pas la chose à faire, mais passons. T. J. Banks a ce qu'il faut pour devenir un bon flic. Il est sérieux et appliqué quand il s'agit de son travail. Mais c'est sa première affectation dans les forces de l'ordre. Il a beau être à mon service depuis six mois, il reste un bleu. Je tiens le pari que c'est son premier cadavre.

Nous avançons péniblement dans la neige qui nous monte jusqu'aux chevilles. Une pointe de frayeur me traverse quand j'aperçois le corps. J'aimerais qu'il fasse jour, mais il va falloir attendre des heures avant que mon vœu soit exaucé. Les nuits sont longues à cette période de l'année. La victime est nue. La vingtaine. Des cheveux blond foncé. Une flaque de sang de soixante centimètres de diamètre entoure sa tête. Elle était jolie autrefois, mais dans la mort, son visage est figé dans une expression aussi grotesque que lugubre. À l'origine, elle était visiblement étendue sur le ventre : la lividité s'est installée, teintant de violet un côté de son visage. Ses yeux vitreux sont à moitié ouverts. Sa langue gonflée pousse contre ses lèvres enflées. Des cristaux de glace perlent dessus.

Je m'agenouille près du corps.

— On dirait qu'elle est là depuis quelques heures à peine.

— La peau commence à s'oxyder, fait remarquer T. J.

J'ai beau avoir patrouillé à Columbus pendant six ans et avoir été inspectrice à la criminelle pendant deux autres années, je me sens complètement dépassée. Columbus n'est pas franchement la capitale mondiale du crime, même si, comme toutes les villes, elle possède sa face cachée, son côté obscur. Des morts, j'en ai vus. Et malgré ça, je suis choquée par la brutalité flagrante de ce crime. Je voudrais croire que ce genre de meurtre violent n'arrive pas dans des villes comme Painters Mill.

Mais je sais que si.

Je me rappelle qu'il s'agit d'une scène de crime. Je me relève et balaye le périmètre de ma lampe torche. À part les nôtres, aucune trace n'est visible. Avec angoisse, je me rends compte que nous avons contaminé les indices éventuels.

— Appelle Glock et dis-lui de se ramener ici.

— Il est en vac...

Le regard que je lui jette l'empêche de terminer sa phrase.

Les services de police de Painters Mill se composent de moi-même, de trois agents à plein temps, deux standardistes et un auxiliaire. Rupert « Glock » Maddox est un ancien marine. Il est en outre mon agent le plus expérimenté. Son surnom lui vient de sa passion pour son arme de service. En vacances ou pas, j'ai besoin de lui.

— Demande-lui d'apporter des bandes jaunes pour délimiter le périmètre, dis-je en réfléchissant à ce qu'il va nous falloir d'autre. Fais venir une ambulance. Préviens l'hôpital de Millersburg. Dis-leur que nous amenons un corps à la morgue. Oh, et puis dis à Glock d'apporter du café. Des litres de café. On risque de traîner un moment dans le coin.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Argent

Vraiment super et le suspense nous tient du début à la fin. Des scènes très détaillées donc âmes sensibles s'abstenir.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Justb 2017-02-23T13:25:37+01:00
Argent

Un thriller très poignant qui nous emporte dans des scènes très dures à vivre. Le suspect est découvert vraiment à la fin du livre ce qui n'arrive pas souvent pour ce genre de livre. A lire absolument

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Viola99 2016-12-29T09:42:25+01:00
Pas apprécié

J’ai été un assez déçue par « Le Serment du Silence ».

Pour commencer, il est qualifié de thriller, alors que pour moi, c’est avant tout un polar. L’ambiance n’est pas assez noire, assez pesante, et je n’ai pas ressenti le côté angoissant qu’un thriller aurait dû me faire ressentir. Et je pense que si je n’ai pas eu d’émotions particulières durant ma lecture, c’est à cause des personnages. L’auteur ne décrit absolument aucune émotion. Durant toute ma lecture, j’ai eu l’impression de suivre des légumes. Seules les actions sont décrites, et cela rend les personnages insensibles. Ils me sont très vite devenus désagréables, et leur sort m’importait peu. Or, l’émotion est quelque chose d’absolument capital dans un thriller, puisque ce dernier se base sur le suspense, sur l’attente du lecteur, sa peur de ce qui peut arriver aux personnages… et il n’y a rien de tout ça dans ce livre, pour ma part. Kate, le personnage principal, a un passé très lourd, qui la hante encore malgré les années qui ont passées. Alors je peux comprendre qu’elle soit traumatisée et qu’elle se protège en étant un peu distante, mais agresser une personne dès qu’elle lui parle et être désagréable avec tout le monde, c’est un peu exagéré. Vous l’aurez compris, je n’ai vraiment pas aimé Kate. Et c’est pareil pour les autres personnages, ils paraissent aussi insensibles que Kate. De plus, ils ne servent à rien dans l’histoire, ils n’ont aucune fonction, ils ne font pas avancer l’intrigue.

J’ai trouvé les « retournements de situation » très prévisibles, et la « révélation » de fin tombe totalement à plat. Tout est beaucoup trop visible bien avant que les évènements se produisent, les caractères des personnages sont clichés… en plus, il y a la romance qui sort de nulle part et qui n’a rien à faire là. Bref, très peu de surprises, et c’est dommage dans un thriller/polar.

Pour finir ce commentaire des plus élogieux, je vais parler de l’écriture. Cette dernière n’a franchement pas été à mon goût. Comme toujours, impossible de dire si c’est à cause de la traduction ou non. Comme je l’ai évoqué un peu plus haut, l’auteur reste en surface, et cela a rendu ma lecture très lisse, trop fade.

Ma lecture m’a donc laissé un goût amer dans la bouche, d’autant plus qu’il y avait un sérieux potentiel : le tueur et ses méthodes auraient pu donner un récit très sombre, glauque, qui prend aux tripes le lecteur ; la psychologie des personnages aurait pu être vraiment intéressante, et plus de sentiments les auraient rendus attachants ; le contexte avec les populations Amish et English aurait pu être bien plus développé et rendre ce livre d’autant plus riche. Mais malheureusement, nous restons en surface tout du long. Je ne conseille donc pas spécialement ce livre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lilyanne 2016-12-16T22:20:52+01:00
Diamant

Vraiment très bon un excellant thriller. A lire absolument !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par gael_leboeuf 2014-05-14T17:34:37+02:00
Diamant

Et voilà un excellent thriller avec une bonne dose de terreur et un suspense à couper le souffle...

On découvre le monde des Amish...

Je conseille ce livre pour les fans du genre Thriller !!!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par coucougi 2014-05-11T00:32:35+02:00
Diamant

Pour un premier livre il est vraiment super. Un suspense à vous tenir en haleine jusqu'à la dernière ligne. Je n'ai pas deviné le meurtrier mais très vite j'ai compris la profession qu'il exerçait. Faut s'accrocher car les descriptions des crimes donnent vraiment tous les détails, et l'assassin est d'une cruauté sans bornes. Mais c'est ce qui fait souvent le succès d'un thriller. Très bon moment de lecture, j'ai hâte de trouver le 2ième livre de cet auteur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par siegrid 2012-02-19T20:04:58+01:00
Diamant

Un livre qui ne m'a pas déçu!!! C'est la première fois que je me laisse tenter par un thriller (j'aime plutôt les films dans ce genre), mais là j'ai été scotchée jusqu'au bout. Rien ne laisse entrevoir qui est le meurtrier, on est tenu en haleine jusqu'au bout. De plus l'histoire du passé et l'histoire d'amour y sont très bien intégré. J'ai hâte de lire le prochain tome de cet écrivain!!!!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lullaby02 2012-01-23T21:17:56+01:00
Argent

Un livre prenant, qui nous tiens en haleine ! Le suspense est au rendez-vous, tous les ingrédients pour ne pas décrocher son nez du livre y sont ! A ne pas commencer si vous n'avez pas du temps devant vous !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par goretti 2011-06-22T02:45:36+02:00
Argent

Vraiment super et le suspense nous tient du début à la fin. Des scènes très détaillées donc âmes sensibles s'abstenir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par alorguigui 2011-06-20T13:46:15+02:00
Or

J'ai bien aimé ce livre, il est bien écrit dans tout les sens du terme. Je l'ai d'abord fait lire à mon père qui a 40 ans de plus que moi et il l'a lu en une nuit. Bon suspense, bonne histoire et complet.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par antilope973 2010-09-18T13:43:03+02:00
Or

j'ai adoré ce livre qui nous emmene au sein de la communauté Amish ou des meurtres horribles de jeunes filles ont lieu, une intrigue noir qui nous tiens en haleine jusqu'a la derniere page.

Afficher en entier

Date de sortie

Le Serment du silence

  • France : 2011-01-12 - Poche (Français)

Activité récente

angel88 l'ajoute dans sa biblio or
2018-01-26T23:20:30+01:00

Les chiffres

Lecteurs 72
Commentaires 12
Extraits 3
Evaluations 19
Note globale 8.53 / 10

Évaluations

Titres alternatifs

  • Voto de Silêncio - Portugais

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode