Livres
454 826
Membres
403 532

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Sonia-16 2018-11-04T21:32:11+01:00

Personne ne sait où je suis. Même maman l’ignore ! J’ai juste prévenu que j’allais le faire et poster la vidéo, mais ils ne savent pas où me trouv…

Cette fois on renifla dans le haut-parleur. Lourdement.

– Liiiiise…, fit une voix rêche et craquante, je te… sens…

Ses jambes se vidèrent de leur matière, elle tenait à peine debout. Elle paniquait.

Merde. Qu’est-ce que c’est que cette connerie ?

La personne soupira dans le babyphone.

– Je te sens, répéta la voix… Où es-tu ?

Lise secouait la tête. C’était un délire. Un mauvais trip.

J’ai même pas fumé un joint depuis trois jours ! C’est pas une hallucination !

Brusquement elle réalisa qu’elle n’entendait pas le gamin pleurer. La personne était dans sa chambre, et avec tout le bruit qu’elle faisait Arny aurait dû se réveiller. Ce silence était tout aussi inquiétant.

[...]

Elle tira sur la poignée et sortit dans le couloir du sous-sol.

La lumière était éteinte, pourtant elle allumait à chaque fois qu’elle descendait, le long corridor blanc sans fenêtres l’effrayait toujours un peu et elle ne coupait jamais les néons tant qu’elle n’était pas remontée, même pendant un film.

De sa main libre elle tâtonna à la recherche de l’interrupteur. Son index l’effleura et appuya.

Les néons crépitèrent. Il y eut un premier flash, tandis qu’ils clignotaient, comme si la lumière cherchait à prendre sa respiration.

Et pendant le bref instant où le couloir s’illumina, Lise vit la silhouette, immense, juste devant elle.

Les yeux la fixaient. Mauvais.

Elle hurla.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alex_Admv 2019-03-27T16:04:40+01:00

N’avait-on pas, à force de jouer avec la science, ouvert les portes de l’enfer?

Afficher en entier
Extrait ajouté par annick69 2018-11-05T13:16:26+01:00

"Chaque portion qu'il arrachait ressemblait à une couche de peau sur laquelle Tom tirait pour mettre à nu une partie de la bâtisse qui dormait en secret depuis longtemps. Il dévoilait ce corps enfoui sous la couche de vêtements anciens, et l'espace d'un instant…"

Afficher en entier
Extrait ajouté par annick69 2018-11-05T13:16:07+01:00

- "La chair crépitait et le sang commençait à affluer vers la surface, se mêlant à la graisse qui brûlait en produisant un chuintement sonore."

Afficher en entier
Extrait ajouté par meg59255 2018-12-23T14:49:04+01:00

"Parce que les filles savent et comprennent des choses qui nous échappent. Pourquoi crois-tu que ce sont elles qui portent les enfants? Elles savent fabriquer la vie. Face à la mort, c'est exactement ce qu'il nous faut. "

Afficher en entier
Extrait ajouté par Root 2018-11-24T01:52:10+01:00

Cette journée n’était décidément pas comme les autres.

Et ce qui dérangeait le plus Ethan Cobb n’était pas l’accumulation des faits, mais bien le sentiment étrange qui l’envahissait avec de plus en plus de conviction depuis le matin. À la manière des soirées chaudes d’été où l’on sent l’orage arriver avant même de le voir, Ethan devinait que tout cela n’était encore rien à côté de ce qui les attendait. Il lui était impossible de rationnaliser cette émotion, qui grandissait en lui de manière implacable.

Quelque chose approchait. Une tempête singulière.

Mahingan Falls n’en ressortirait pas indemne.

Ethan Cobb devait s’y préparer. 

Afficher en entier
Extrait ajouté par laylani 2018-11-20T16:14:32+01:00

Une légère brise d'été dansait avec le rideau devant la fenêtre sous le regard perplexe de Chad. Sa mère avait tout ouvert pour que " la maison respire". Chad n'aimait pas cette expression. Elle impliquait que la maison les digérait petit à petit, au fil des jours, des semaines. Et au bout de plusieurs mois, que se passerait-il? Ils seraient assimilés une bonne fois pour toute? Non.

Chad détestait l'idée d'une maison vivante.

Afficher en entier
Extrait ajouté par alapage 2018-12-16T04:13:40+01:00

Et ce qui dérangeait le plus Ethan Cobb n'était pas l'accumulation des faits, mais bien le sentiment étrange qui l'envahissait avec de plus en plus de conviction depuis le matin. À la manière des soirées chaudes d'été où l'on sent l'orage arriver avant même de le voir, Ethan devinait que tout cela n'était encore rien à côté de ce qui les attendait. Il lui était impossible de rationaliser cette émotion, qui grandissait en lui de manière implacable. Quelque chose approchait. Une tempête singulière.

Mahingan Falls n'en ressortirait pas indemne.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode