Livres
477 378
Membres
457 837

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Libertad 2013-11-24T21:34:23+01:00

Tu as froid ? Tu as faim ? Et mon fils, dont le plus grand bonheur était de te servir, crois-tu qu'il soit au chaud, douillettement installe et bien nourri ? La différence avec toi, qui as décide tout seul de t’éloigner dans la nuit et d'avoir froid, c'est que Likari danse parce qu'il n'a pas le choix. >

Elle reprit son souffle. Fils-de-Soldat se taisait, le regard au loin, la couverture sur les épaules, la chope tiède entre les mains. Je sentais une tension monter en lui, mais Olikea devait penser qu'il ne l’écoutait pas.

- Tu l'as oublie ! cria-t-elle soudain d'une voix stridente. Tu avais dit que tu le ramènerais, que tu ferais quelque chose, que tu détruirais Guetis pour que Kinrove rende mon fils a son clan ! Il te servait du mieux que le pouvait un enfant de son age ! Il parlait de toi avec fierté – non, avec amour ! Et c'est toi qui as ordonne de reprendre la danse pour protéger les arbres des ancêtres ; tu savais que c’était le tour de notre clan de voir ses membres arraches a leur foyer et a leur famille, mais tu t'en fichais. Parce que tu ne nous considères pas comme ton clan, n'est-ce pas ? Nous ne sommes que ceux qui te donnent a manger, qui t'habillent et subviennent a tous tes besoins ; notre souffrance t’indiffère ! Tu ne restes pas éveille la nuit a imaginer les pauvres petits pieds de Likari qui dansent et qui dansent sans cesse ! Peut-être meurt-il de froid, mais l'enchantement l'empèche-t-il de se rendre compte de ses gerçures, des crevasses qui fendent ses lèvres et les font saigner ? Tu ne te demandes pas s'il a maigri, s'il tousse pendant qu'il se repose, comment on le traite pendant ses brèves périodes de pause ! > Elle s'accroupit brusquement et se mit a se balancer d'avant en arrière tout en continuant a dévider son chapelet d'accusations, les mains sur les yeux.

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-18T22:18:11+02:00

Je m’en fiche ! » répliqua Fils-de-Soldat. Il rentra d’un pas décidé à la hutte et se dirigea vers le coffre de cèdre qui renfermait les affaires de Likari ; il l’ouvrit, le fouilla sans ménagement et mit enfin la main sur la fronde. L’arme à la main, il ressortit sans même prendre le temps de refermer le coffre. « La prochaine fois, je le tuerai, dit-il tout haut

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-18T22:18:04+02:00

Moi, j’ai pris Likari ? Non. D’ailleurs, si je l’avais pris, je l’aurais « pris », et tu ne me l’aurais pas donné pour payer ce que tu me dois. Non, ta dette tient toujours

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-18T22:17:57+02:00

Le ventre plein, il retourna se jeter sur le lit où, comme s’il éprouvait un grand soulagement à se retrouver seul, il se détendit et plongea dans le sommeil aussitôt. Les heures passèrent. En suspens en lui, je me demandais quelles étaient ses intentions. L’après-midi touchait à sa fin quand il se réveilla

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-18T22:17:51+02:00

Elle se pencha pour ramasser le sac qu’elle avait laissé tomber, puis le passa sur ses épaules en se dirigeant vers la porte ; elle sortit et s’en alla sans un regard en arrière. Fils-de-Soldat était seul. Il entendit vaguement des voix interrogatrices et celle d’Olikéa qui répondait brièvement ; la conversation se poursuivit, mais elle s’atténua à mesure que les interlocuteurs s’éloignaient puis disparaissaient, hors de vue et hors de portée d’oreille. Il s’assit dans le lit, au milieu de ses couvertures froissées. Dans la cheminée, la marmite oubliée, qui contenait son petit déjeuner, fredonnait sous son couvercle étanche. Il entendit un écureuil glapir dehors, puis le cri d’alarme d’un geai qui affirmait son droit territorial ; les oiseaux devaient déjà fouiller les huttes silencieuses en quête de nourriture oubliée, ce qui indiquait bien que nul ne restait dans le village

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-18T22:17:44+02:00

Et Likari ? lança-t-elle brusquement alors qu’il reprenait sa respiration. Et ta promesse de le sauver ? J’y ai cru ! Tu as dit, non pas une seule fois mais plusieurs, que tu trouverais un moyen de le ramener. Que fais-tu de cette promesse ? » Il baissa les yeux et répondit avec réticence, mais d’une voix claire : « Je dois la rompre, non parce que je le veux, mais parce que je ne sais pas comment la tenir. 

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-18T22:17:37+02:00

Elle se tut, les bras ballants ; elle scrutait les traits impassibles de mon double comme pour pénétrer ses pensées. Enfin, elle demanda dans un murmure atone : « Pourquoi ? Qu’est-ce qui te prend ? Pourquoi me fais-tu ça ? Si je pars sans toi, on dira que j’ai abandonné mon Opulent et jeté l’opprobre sur mon clan. 

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-18T22:17:31+02:00

Mais, alors qu’elle parlait, un des nourriciers regarda les autres puis s’éclipsa discrètement par la porte ; un deuxième l’imita peu après. Fils-de-Soldat les suivit des yeux puis reporta son attention sur Olikéa. « Je ne pars pas. Tu dois t’en aller. » Furieuse, elle jeta par terre le sac qu’elle tenait. « Et que deviendras-tu si je te laisse ici ? Je ne peux pas faire ça, tu le sais bien 

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-18T22:17:24+02:00

Un nourricier soupira tout haut. Olikéa regarda un instant Fils-de-Soldat d’un air incrédule, puis, comme si elle se prêtait au caprice d’un enfant, elle répondit : « Nous en parlerons en marchant ; en attendant, il faut emballer tes couvertures

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-18T22:17:17+02:00

En effet. » Il se tourna vers Sempayli, un peu plus loin. « Pars tout de suite ; je veux que tu prennes mon cheval et que tu ne nous attendes pas. Veille à ce qu’il paisse en chemin, et, lorsque tu arriveras chez nous de l’autre côté des montagnes, trouve-lui un coin ensoleillé avec de la bonne herbe ; l’hiver a été dur pour lui

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode