Livres
461 733
Membres
418 361

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par AnteikuUta 2018-07-29T18:11:38+02:00

« Nous voilà maintenant comme deux abrutis en train de fixer la porte d’un air concentré, comme si elle pouvait s’ouvrir par la seule force de notre pensée.

Je n’ai pas le temps de tester l’étendue de mes dons surnaturels qu’un homme débarque dans la pièce. Je cesse de respirer un instant, subjugué.

Au temps pour moi, ce type ressemble vraiment à une rockstar.

Putain, ce qu’il est canon. Grand, fin, musclé, un jean slim noir, des Converse de la même couleur, un tee-shirt qui laisse deviner son ventre plat et, dernier point, mais pas des moindres, des bras entièrement tatoués et un piercing sur la lèvre.

Je me tourne vers ma sœur, la fustige du regard, et je vois son sourire s’étirer davantage.

— Il est mignon, non ?

Mignon ? Merde, comment vais-je pouvoir me concentrer sur la route avec un gars pareil sur le siège d’à côté ? J’en viens à penser que tout ça n’est en fait qu’une tentative pour se débarrasser de moi. À force de le mater en conduisant, je finirai encastré dans un arbre et elle sera enfin tranquille.»

(Road Tripping)

Afficher en entier
Extrait ajouté par GabrielleViszs 2018-09-20T20:53:06+02:00

Le journaliste était bi et ne s’en était jamais caché. Il l’avait d’ailleurs toujours su et sa famille avait été assez ouverte d’esprit pour qu’il puisse traverser l’adolescence sans souffrir du rejet des siens. Sorti à peu près indemne de cette période ingrate pour n’importe qui, Julien était devenu un homme satisfait de sa vie qui ne se prenait pas trop la tête. Ceux qui comptaient pour lui se moquaient complètement de ce que pouvait être sa vie sentimentale, du moment qu’il était heureux. L’avis des autres n’avait pas grande importance. Ce dont il se souciait en revanche, c’était l’avis de Stanislas. Que son meilleur ami ait montré un tel dédain envers une potentielle relation entre eux, c’était plus que ce que Julien pouvait supporter. D’aussi loin qu’il se souvienne, les sentiments qu’il éprouvait pour Stan avaient été plus forts qu’une simple amitié ne le requérait, mais il s’en était accommodé, persuadé qu’un jour, il tomberait sur la personne qui les lui ferait oublier. Alors il pourrait regarder Stan comme son meilleur ami, seulement comme son meilleur ami, et tout irait pour le mieux.

Afficher en entier
Extrait ajouté par GabrielleViszs 2018-09-20T20:52:51+02:00

Je m’avachis sur le lit et allume la télévision pour me détendre un peu. Je songe à cette journée, à ce que j’ai appris sur Asher. Je repense à tous ses tatouages qui recouvrent ses bras, m’interrogeant sur les mystères qu’ils recèlent. Je revois son sourire, sa façon de jouer avec son piercing du bout de sa langue. Je me pose des questions sur ce qui se cache vraiment derrière cette barrière de nonchalance et de bonhomie. J’ai cru apercevoir le vrai Ash un peu plus tôt, juste après avoir discuté de ma passion pour mes livres et de mon père. Je me rends alors compte qu’à part évoquer rapidement sa sœur, il n’a pas parlé du tout de sa famille lorsqu’il en a eu l’occasion. Et je me demande bien pourquoi.

C’est avec toutes ces interrogations en tête que je finis par m’endormir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Nari 2018-08-27T14:49:53+02:00

- Alors, Matt, raconte-moi, qu'est-ce que tu cherches à fuir en quittant l'Illinois?

Je hausse les épaules pour lui signifier qu'il n'y a pas de motif particulier, mais il n'est pas dupe.

- Arrête, on ne décide pas sur un coup de tête de se lancer dans un road trip d'une semaine.

- Pourquoi pas? Tu le fais bien toi.

- Non, j'ai saisi une opportunité, nuance. Et n'en profite pas pour changer de sujet.

[...]

- Je me suis fait larguer.

Il éclate de rire et je pique un fard. Voilà qu'il se fout de moi. Ca m'apprendra. Je savais que j'aurais dû fermer ma gueule.

- Tu fais souvent ça? demande-t-il en ricanant. Tailler la route à cause d'un chagrin d'amour?

- J'ai déjà fait l'aller-retour jusqu'en Floride et jusqu'à Vancouver aussi, réponds-je nonchalamment.

Je lui glisse un regard en coin et le découvre les yeux écarquillés, ahuri par ma déclaration. Je tente tant bien que mal de retenir mon éclat de rire, mais il m'échappe rapidement.

- Tu déconnes, hein?

J'acquisse sans cesser de m'esclaffer et il se joint à moi.

(Road tripping)

Afficher en entier
Extrait ajouté par AnteikuUta 2018-07-29T18:11:32+02:00

« — Tu vas me manquer, pleurniche alors ma sœur en me serrant fort contre elle.

Je ne pars que quelques mois, trois au maximum, je pense que tu devrais y survivre.

Pour toute réponse, elle me tire la langue et m’emboîte le pas vers l’entrée. J’attrape mes affaires pour les déposer dans le coffre de mon pick-up. Je m’installe au volant et démarre le moteur avant de descendre la vitre pour les saluer une dernière fois.

— Conduis prudemment ! me conseille mon père.

— Ramène-moi des souvenirs de chaque ville par laquelle tu passeras, s’écrie ma sœur.

Ouais, ces deux-là n’ont vraiment pas le même sens des priorités. »

(Road Tripping)

Afficher en entier
Extrait ajouté par AnteikuUta 2018-07-29T18:11:20+02:00

« — Sky, tu veux pas lire ce qui est marqué ?

Il resta les yeux dans le vague et répondit d’une voix froide :

— No Future.

Je caressai la base de son cou.

— J’t’ai demandé de lire, pas de t’en souvenir.

Je me retournai pour lui présenter mon dos et sentis ses doigts sur le tatouage brûlant à mesure qu’il articulait lentement « No Future ». Je souris.

— C’est classe comme nom, hein ?

Les bras de Sky s’enroulèrent autour de ma taille et son front vint buter entre mes deux omoplates.

— Hé, Sky, murmurai-je, il nous reste treize jours, alors fais pas la gueule, d’accord ?

Il me serra plus fort contre lui et je devinai son hochement de tête dans mon dos. Je le laissai faire. »

(No Future)

Afficher en entier
Extrait ajouté par AnteikuUta 2018-07-29T18:11:14+02:00

« Cela lui était étrange de se retrouver dans un tel endroit, sans Louise, sans aucun membre de sa famille.

Ce n’était pas un sentiment désagréable après avoir passé dix-huit ans au milieu d’une famille nombreuse et presque autant de vacances en colonie, avec trente autres garçons. La solitude ne lui déplaisait pas vraiment. Pas encore.

— Un joli jeune homme qui sourit dans sa bière, j’aimerais en rencontrer plus souvent.

Alexandre releva la tête, surpris de voir le barman face à lui. Devant son étonnement, l’homme pointa du doigt un autocollant au-dessus de la caisse, un petit drapeau, un peu passé, aux couleurs de l’arc-en-ciel.

— J’ai le droit de flirter autant avec les clientes qu’avec les clients s’ils le souhaitent et si cela ne nuit pas à mon service. »

(Juste un point dans un motif)

Afficher en entier
Extrait ajouté par AnteikuUta 2018-07-29T18:11:00+02:00

« Jimmy passa une main dans les cheveux bruns ébouriffés en une tendre caresse et Colin lui offrit un sourire paresseux en retour. Cela faisait un peu plus d’un an qu’ils se fréquentaient dans le plus grand secret. Des rendez-vous clandestins, cachés par l’obscurité, des nuits volées quand Colin arrivait à se faufiler hors de chez lui pendant que sa mère dormait, ils n’avaient le droit à rien d’autre… Ils s’étaient rencontrés par hasard : la moto de Colin était tombée en panne et Jimmy, qui venait d’être embauché dans le seul garage du coin, s’était chargé des réparations. Ils s’étaient tout de suite entendus, partageant la même passion pour les bécanes. De discussions en confidences, les deux jeunes hommes en étaient venus à se connaître. »

(The Hypocrite’s Horror Show)

Afficher en entier
Extrait ajouté par AnteikuUta 2018-07-29T18:10:55+02:00

« Stanislas regarda derrière lui, déjà à moitié mort de rire, ravi de son effet, pour tomber sur le visage horrifié de celui qui était son meilleur ami depuis aussi loin qu’il s’en souvienne : Julien Dubreuil. Un meilleur ami qui, pour l’heure, avait le bec ouvert grand comme un four et ses yeux hors de la tête. Et ce n’était pas parce que Stanislas se baladait à poil – non, malheureusement pour Julien, cela faisait partie des habitudes complètement décomplexées de Stan – mais à cause de la dernière lubie du grand blond. Même si pour être parfaitement honnête, Julien aurait préféré que Stanislas s’habille un peu plus souvent…

— Sur le cul ? Sérieux, Stan, tu t’es fait tatouer une planche de surf sur le cul ? »

(D’ancre à encre)

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode