Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
705 312
Membres
966 630

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

La vie n'est belle et précieuse que parce qu'elle est vouée à avoir une fin.

Afficher en entier

- J'aurais préféré mourir cette nuit-là. Chaque matin, je me réveille et je me maudis parce que je suis toujours vivante. Je suis vivante, et pas eux. J'ai réussi à m'enfuir, et pas eux. Ils ont brûlé vifs et pas moi. J'ai tellement mal que je ne comprends pas comment je tiens debout. Ça me dévore de l'intérieur. Ça me dévore et je ne sais plus comment respirer. J'ai tellement mal que c'est comme si des milliers d'aiguilles invisibles me piquaient encore et encore sans jamais me laisser en paix. J'ai tellement mal que ça me fait du bien de me couper pour tous les rituels de sang, parce que, enfin, c'est une blessure qu'on peut voir et soigner. Parce que j'aimerais que ma douleur coule en même temps que mon sang. J'ai tellement mal que je ferais n'importe quoi pour les faire revenir. N'importe quoi. Je blesserais , je tuerais, sans même hésiter. Je suis une magicienne. J'ai été choisie par le dieu de la destruction et des sacrifices, par un dieu du sang Alors je sais que je peux faire quelque chose. Je ne resterai pas les bras ballants. Je les ramènerai. Quoi qu'il en coûte. Même si c'est la dernière chose que je dois faire.

Afficher en entier

Mieux vaut demander pardon que permission.

Afficher en entier

— Tu finiras par te sentir mieux. Mais seulement parce que tu auras outrepassé ta souffrance, pas parce qu'elle aura disparu. Elle ne disparait pas. Simplement... le monde continue à tourner. Et on finit par reprendre le cours de nos vies, nous aussi. C'est inéluctable. Ce n'est pas humain de ressasser sa douleur à l'infini. Ça finit par rendre fou même le plus fort. Ils sont morts. Mais toi, tu es vivante. Tu es vivante, Octavia. Alors oui, tu devrais profiter de la vie, parce que tu es chanceuse. Parce que tu sais que tu n'es pas immortelle, parce que tu connais le prix de la vie. Tu sais à quel point elle est éphémère et fragile. Tu peux faire quelque chose de ton existence.

Afficher en entier

— Ça te va bien.

— De ?

— Sourire. Être apaisée.

Afficher en entier

— C'est fou, ce désir qu'ont les gens de me voir sourire. Comme si je devais m'empresser d'être à nouveau joyeuse et de profiter de la vie, le plus vite possible, surtout. lls pensent que c'est pour mon bien à moi, mais en réalité, c’est seulement qu'ils préfèrent oublier que la vie est une garce injuste qui prend ce qu'elle veut quand elle veut. Si je reste triste, je les renvoie à leur condition de mortels et ça leur est insupportable. J'ai le droit de ne pas m'en remettre en six mois. J'ai le droit d'être en colère contre la Terre entière. Parce qu'ils sont morts et que les autres sont vivants. Parce que le monde continue de tourner alors qu'il ne devrait pas. Mon monde à moi s'est figé. Pourtant, les gens voudraient que je sois comme avant. Évidemment, que j'ai changé ! Comment aurais-je pu rester la même alors que j'ai tout perdu ? Je n'ai pas envie de sourire, ni de m'amuser, ni d'oublier. Je vais vaincre la mort pour que mon monde se remette a tourner.

Afficher en entier

— Le bien et le mal, cela n'existe pas. Rien n'est blanc ou noir, le monde oscille dans un spectre de gris.

Afficher en entier

La vie n’est belle et précieuse que parce qu’elle est vouée à avoir une fin.

Afficher en entier

« Octavia haïssait aussi fort qu’elle aimait. »

Afficher en entier

« Les dieux étaient arrogants, et de nombreuses familles érigeaient des autels en leur honneur. En récompense, les dieux insufflaient la magie à leurs enfants. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode