Livres
472 232
Membres
443 958

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le vice de la lecture



Description ajoutée par sophia0806 2011-08-18T11:18:40+02:00

Résumé

« Peu de vices sont plus difficiles à éradiquer que ceux qui sont généralement considérés comme des vertus. Le premier d’entre eux est celui de la lecture. »

Dans ce texte paru en 1903 dans une revue littéraire américaine, la romancière Edith Wharton (1862-1937) dénonce l’obligation sociale de la lecture, nuisible à la littérature et fatale à l’écrivain

Afficher en entier

Classement en biblio - 6 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par coued 2013-09-16T11:12:32+02:00

La large avenue qui mène à l'approbation du lecteur mécanique est si facile à suivre et si grouillante de compagnons de voyage prospères que plus d'un jeune pèlerin y a été attiré par le seul besoin de camaraderie ; et ce n'est peut-être qu'à la fin du voyage, quand il rejoint le Palais des Platitudes et s'assoit devant un festin de louanges sans discernement, avec les plumitifs qu'il a le plus méprisés, se servant sans gêne aucune du plat préparé en son honneur, que ses pensées se tournent avec envie vers cet autre côté - le droit chemin menant "aux happy few".

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par coued 2013-09-16T11:09:55+02:00

D'entrée Edith Wharton prend le contre-pied d'une idée reçue et que nous n'aurions pas idée de contredire : le lecture n'est pas une vertu, elle est un vice ! et si elle est devenue un vice c'est essentiellement à cause de la fameuse « diffusion de la connaissance ». Ce qui revient à dire, que la démocratisation de la lecture (elle parle d'ailleurs du suffrage universel) a dénaturé la lecture.

Donc pour Edith Wharton, la lecture n'est pas plus une vertu que respirer. Nous lisons, non par devoir, comme on fait du sport pour entretenir sa santé, et en cela le sport est une vertu, mais la lecture relèverait plutôt du réflexe.

Ensuite l'auteur passe aux livres. Un livre est bon s'il entraîne une modification à la fois de la pensée de son auteur, et de son lecteur : Les plus grands livres jamais écrits valent pour chaque lecteur uniquement par ce qu'il peut en retirer.

Afficher en entier

Date de sortie

Le vice de la lecture

  • France : 2009-03-07 - Poche (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 6
Commentaires 1
Extraits 18
Evaluations 1
Note globale 0 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode