Livres
475 135
Membres
452 370

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le vieil homme et les loups



Description ajoutée par Nymphee 2016-03-07T19:46:02+01:00

Résumé

Ce récit fantastique est aussi un roman policier.

Des loups envahissent Santa Barbara, ils tuent bêtes et gens, changent les visages des hommes et des femmes: tout le monde devient arrogant, criminel, animal.

Une noyée anonyme est repêchée dans le lac. Alba et Vespasien ne songent qu'à s'entretuer, tandis que le Vieil Homme _ seul être vigilant qui continue à refuser la barbarie ambiante _ meurt d'une mort inexplicable. Qui est l'assassin?

Stéphanie Delacour, journaliste, se transforme en détective pour mener l'enquête. Elle observe une civilisation en pleine métamorphose. Ex-démocratie populaire ou bien société superlibérale qui a perdu ses valeurs, Santa Barbara est un condensé de haine et de crime banalisé.

Cette vision à la Goya noir, appliquée au monde actuel, s'impose au détective à partir d'un deuil qui brûle au coeur de son journal intime. Le Vieil Homme et les loups s'adresse ainsi à ceux qui, ayant perdu une personne aimée, s'étiolent d'angoisse devantl'inimaginable de la mort et cherchent à dire la violence de leur solitude sans partage.

http://www.fayard.fr/le-vieil-homme-et-les-loups-9782213027623

Afficher en entier

Classement en biblio - 1 lecteur

Extrait

Extrait ajouté par Nymphee 2016-03-07T19:48:50+01:00

Chassés par les grands vents du nord, les loups traversaient le fleuve glacé, s'engouffraient dans la plaine offerte et neigeuse et venaient guetter leurs victimes aux abords des villes. Tout au long de la nuit, le Vieil Homme entendait leurs hurlements. Blotti près de la fenêtre, il cherchait à travers le brouillard les yeux jaunes qui piquetaient d'effroi la solitude déposée en plaques, depuis combien d'années déjà, dans sa peau, dans son souffle. Sur les vitres, le givre sculptait des étoiles, des branches aux feuilles ajourées, de ces dentelles cristallines que l'on trouve partout, en plastique ou en strass, dans les magasins à la veille de Noël ; ou encore en vapeur gelée dans de nombreux pays, très chauds l'été, très froids l'hiver, comme celui où nous sommes pour l'heure. C'est dire que le Vieil Homme avait du mal à distinguer, derrière cet ouvrage d'un Père Noël transformé en miniaturiste persan, les formes et les événements devant sa maison. Mais la chaleur du bon vieux poêle en céramique verte était arrivée à son point optimal, faisant fondre la glace au milieu du carreau, et le hublot ainsi ménagé permettait de mieux discerner maintenant le drame qui se jouait dehors.

Non, il ne pouvait pas dire qu'il avait peur. Est-ce qu'on a peur quand on rêve, transi de néant? Peut-être, mais c'est une peur si froide, si inaccessible, qu'elle paraît artificielle, comme une fantaisie, presque amusante dans l'agitation pathétique des humains. Cette lutte avec les loups était cependant quotidienne, permanente, car, nourrie de la nuit, elle se poursuivait tout le jour. Et le Vieil Homme ne cessait de déceler les signes des passages loufoques : odeurs fauves, traces de griffes sur les allées humides du parc, dans l'air étouffant des foules, sur les gorges des animaux, des oiseaux et même des femmes. Aucun doute : les hordes sauvages étaient là, dissimulées mais présentes. Elles s'emparaient des villages et des villes, elles s'infiltraient sous la peau des gens, le monde entier devenait de plus en plus canin, féroce et barbare.

– Vous rêvez, souriait Alba Ram.

Car parfois le vieillard osait lui confier ses certitudes et ses visions, rien qu'à elle, persuadé que l'innocence , de sa jeune amie la destinait probablement à être la victime des loups, mais en aucun cas leur complice.

Rêve ou cauchemar ? Et cette douleur au creux du ventre, qui le réveillait en plein cœur de la nuit, à l'heure même où les hurlements reprenaient et où les yeux sauvages perçaient le rideau, taraudaient la chair, se vrillaient dans l'estomac – brûlantes ventouses, là, au-dessous du cœur, précisément? Ils le labouraient de leurs crocs, ils le léchaient de leurs museaux, le sang allait jaillir, il ne suffirait plus de se réveiller. Les loups avaient trouvé son point faible, ils avaient collé leurs gueules dessus, ils le déchiquetaient au-dedans, tandis qu'au-dehors le Vieil Homme continuait d'entendre leurs cris à pleines oreilles, de compter leurs empreintes partout dans la neige.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents


Date de sortie

Le vieil homme et les loups

  • France : 1991-08-28 - Poche (Français)

Activité récente

Editeurs

Les chiffres

Lecteurs 1
Commentaires 0
Extraits 1
Evaluations 0
Note globale 0 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode