Livres
520 313
Membres
536 164

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Sophie-154 2019-08-11T02:09:47+02:00

Ma petite culotte ne tient déjà plus. Elle est prête à se faire la malle toute seule. Si, si, je vous assure. Une culotte, c’est très indépendant, et elle sait ce qu’elle veut.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Folize 2019-08-24T15:18:13+02:00

De rage, je repousse ma couette, m’extirpe comme une foldingue de mon lit et me précipite vers la porte d’entrée. Il est vingt-trois heures passées et, demain, c’est ma première journée de cours !

Il va m’entendre ! Qui que ce soit, il va voir de quel bois je me chauffe !

J’ouvre la porte de l’appart’ avec fracas, la faisant valdinguer contre le mur, si bien qu’avec la force de mon geste elle se referme dans son élan. Je ne m’en préoccupe pas pour le moment, remontée comme une pendule par mon bruyant voisin.

Je toque violemment de mes petits poings. Je dois avoir la tête d’une furie, rouge comme une tomate, les cheveux hirsutes et les yeux lançant des éclairs.

Je ne vais pas me laisser faire !

La porte s’ouvre sur un homme en pantalon de pyjama noir… et rien d’autre.

Les yeux révulsés, bouche ouverte, je le détaille sans vergogne. Des longs cheveux noirs lui arrivent au-dessus des épaules. Une barbe de plusieurs jours lui mange le visage et deux billes orangées m’observent à leur tour.

Je prends soudain conscience que je n’ai rien enfilé en me levant. Je porte donc juste mon pyjama. Pyjama qui se résume à un micro-short bariolé de cupcakes roses et violets et d’un débardeur blanc.

Je baisse mon regard sur ma poitrine qui semble vouloir s’échapper du tissu bien trop serré pour elle – entre mes 15 ans et aujourd’hui, deux tailles de bonnet en plus ! Mon top me moule indécemment les seins. Et ceux-ci, en bons fourbes qui se respectent, pointent vers Jared Leto.

Mon voisin croise les bras et ne lâche pas ma poitrine du regard.

– Mes yeux sont ici ! fulminé-je en pointant mon index sur mon visage.

– Le spectacle est tellement plus agréable en bas, dit-il d’une voix rauque et ô combien sexy.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Livie-1 2019-07-31T11:34:37+02:00

Je dansais avec mon partenaire, je me suis emmêlé les talons dans ma robe longue qui traînait légèrement au sol. J’ai perdu l’équilibre… J’ai écrasé son pied, puis dans ma chute, je lui ai explosé le nez d’un coup de boule. Et en cherchant toujours désespérément à me redresser, je me suis accrochée à la première chose qui se trouvait à portée de main, c’est-à-dire son pantalon, mais celui-ci n’a pas arrêté ma chute, au contraire il m’a suivi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Livie-1 2019-07-31T11:34:10+02:00

« Canard vibrant : utilisation dans la douche et le bain, trois vitesses de vibration »

Je prends le courrier qui est dans le colis et découvre un mot qui me laisse perplexe.

Pour ne pas que Bunny se sente seul.

Duck lui tiendra compagnie. Et à toi aussi.

Fais-en bon usage, bébé.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Avalone76 2019-07-26T16:21:27+02:00

– Je préfère les blondes… murmure une voix dans mon dos.

Cette voix…

– Et moi, les hommes bien sous tous rapports, répliqué-je.

– J’ai su me tenir, hier soir. Un autre t’aurait certainement sauté dessus vu ce que tu portais.

Des frissons. Mon corps réagit de façon excessive à sa voix et à ses paroles. Je ferme les paupières et m’imagine nue sous lui, nos corps luisant de sueur, d’excitation, mes tétons dans sa bouche, son sexe dur contre le mien. Je serre mes cuisses l’une contre l’autre afin de soulager le lancinement dans mon bas-ventre.

Je secoue la tête pour effacer toutes ces images salaces alors que le cours vient de commencer et entends un ricanement de sa part. Je fais un quart de tour et le fusille du regard.

– Je suis sûr que tu apprécies les barbus... Regarde tes cuisses, elles se referment toutes seules… chuchote-t-il, les yeux rieurs.

Il se redresse sur son siège quand notre professeur pénètre dans la salle.

Je le hais !

Afficher en entier
Extrait ajouté par violaineb 2020-06-20T23:45:13+02:00

La sonnerie de mon téléphone vient me sortir de ma torpeur. Je grogne, puis essuie le filet de bave qui est en train de couler.

Ben non, je ne suis pas parfaite ! Ni la seule à baver !

Afficher en entier
Extrait ajouté par Felicia-11 2020-04-22T15:51:39+02:00

...Lorsque la porte de la salle de bains - transformée en salle de plaisirs - s'ouvre brusquement, me foutant une trouille terrible.

La scène se déroule comme au ralenti... Ma mère se trouve sur le pas de la porte. De peur, ma main parcourue d'un spasme envoie Duck à travers la pièce tandis que je pousse un cris terrifiant. Le canard, toujours en mode vibration, tombe aux pieds de ma mère. Ses yeux se baissent sur l'animal jaune, s'écarquillent.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Panda21 2020-04-06T00:42:35+02:00

Ce garçon si sexy préfère passer sa pause déjeuner avec moi plutôt qu’avec ses copains. Il attire les regards féminins, et moi, par la même occasion, je m’attire les foudres de ses adoratrices. Il pourrait être avec une fille tellement plus jolie que moi. Je ne comprends pas ce qu’il me trouve. Je suis maladroite au possible, banale, je n’ai pas beaucoup d’expérience dans l’intimité – pas sûr qu’il le découvre – et je n’aime pas la musique qu’il écoute – merci frangin de m’en avoir dégoûtée. Après tout, ne dit-on pas que les opposés s’attirent ? Je me rassure comme je peux. Je sais que je lui fais de l’effet. J’en ai eu la preuve dans sa cuisine avant que Matt et Alex débarquent. Mais joue-t-il simplement avec moi ? Ou veut-il plus ? Je ne sais pas trop si j’arriverai à lui résister même s’il ne fait que jouer avec moi. Accro, moi ? Énormément !

– Ça te va ?

– C’est très bien, réponds-je en lui adressant un sourire. Il a l’air tout à coup peu sûr de lui.

– Je n’ai pas réfléchi sur le moment, mais si tu préfères aller ailleurs…

– Emmett, c’est vraiment très bien et puis on aurait tort de se priver du beau temps. Il me décoche un grand sourire. Les papillons reviennent en force dans mon ventre. Nous croquons dans nos sandwichs avec faim. Son regard ne quitte pas le mien. Il est si joyeux à cet instant, si plein de vie et de… désir. Oui, cet homme me désire réellement. Je n’en reviens pas. Il m’offre un autre de ses sourires en coin que j’aime tant, comme s’il avait deviné le cours de mes pensées. Il se penche vers moi, frotte son nez dans mon cou. Des frissons me parcourent l’échine, il dépose un baiser sur mon pouls palpitant, puis remonte vers ma bouche, son nez me caressant dans sa lente ascension.

– Pourquoi vous êtes là ? Nous grognons à l’unisson en entendant la voix de Tess. Ses lèvres étaient à un chouia des miennes…

– Vous faites bande à part, ou quoi ? reprend-elle contrariée et pas du tout gênée d’avoir interrompu un moment important pour Emmett et moi, si tant est qu’elle s’en soit vraiment aperçue…

– On profite du beau temps, réplique ma gueule de fauve.

– Vous auriez pu nous prévenir…

Afficher en entier

Il s’installe sur le bord de mon lit. Sa proximité m’électrise.

– Oui.

– Tu ne m’as pas classée dans la catégorie « folle à lier » ?

– Non, juste dans la catégorie « maladroite, rafraîchissante et gourmande ».

– Gourmande ?! Ce n’est pas un truc à dire à une fille, monsieur le fauve.

– Pourquoi ?

– Ça signifie qu’elle est enrobée. Au lieu de balancer un « Oh, comme tu as du gras au bide », les gens disent « Oh, comme tu es gourmande ». Plus politiquement correct, tu vois ?

– Tu n’es pas enrobée.

– Je ne suis pas filiforme non plus !

– Heureusement !

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2019-08-18T07:58:09+02:00

Tu seras toujours dans mon cœur. La femme de ma vie. À jamais.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode