Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de lea2003546 : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
Gardiens des cités perdues, Tome 1 Gardiens des cités perdues, Tome 1
Shannon Messenger   
OK, je rends les armes, je n'arrive même pas à exprimer une pensée cohérente sur ce livre. Oui, le côté école spéciale pour elfes fait penser à Harry Potter mais les ressemblances s'arrêtent là et c'est génial !
L'histoire est passionnante, complexe (mais pas trop, pour ne pas nous paumer au passage) et surtout très drôle. J'ai pas mal rigoler toute seule (oui, oui, ça fait très débile, je l'admets) tellement je trouvais les répliques ou les situations hilarantes.
J'adore les personnages, bien travaillés avec chacun leur personnalité bien à eux et leur manière d'être drôles. Même si c'est vrai que je n'aime pas les méchants (nooooon ? Vraiment ?)
Bref, cette série est super et... bah c'est tout en fait !

par LilaJune
Gardiens des cités perdues, Tome 2 : Exil Gardiens des cités perdues, Tome 2 : Exil
Shannon Messenger   
Parfois, les tomes suivants n'arrivent pas à la hauteur du premier. Là, l'auteure a réussi à faire très fort puisque ce deuxième tome est tout simplement incroyable ! Et puis, Keefe est beaucoup plus présent et beaucoup beaucoup de lecteurs l'adorent ! Fitz aussi d'ailleurs...
Ah, Silveny et le crottin à paillettes, ça me fera toujours rire !

par LilaJune
Gardiens des cités perdues, Tome 3 : Le Grand Brasier Gardiens des cités perdues, Tome 3 : Le Grand Brasier
Shannon Messenger   
Que dire ? Et bien, ce livre est certainement le meilleur de la série. Il est juste génial. Cependant, du coup, c'est dur de trouver rien qu'un seul point négatif donc je vais parler un peu sur chaque personnage et sur certains passages.


[spoiler]Tout d'abord, Keefe :
On en apprend beaucoup sur sa famille et sur la façon dont il est traité, ce qui je trouve nous aide à le comprendre. Je l'ai parfois trouvé plutôt lourd et la plupart ( fin la moitié ou le tiers plutôt ) de ses réflexions ne s'avéraient pas souvent utile. J'ai trouvé ça assez dommage compte tenu qu'une des choses qui m'attache le plus à lui soit son humour qui, je vous le rassure est quand même présent. Je trouve qu'il apporte vraiment de la fraîcheur dans se livre quand il n'est pas un "boulet" question réplique.
Le fait que sa mère soit impliquée chez les rebelles et tellement triste et horrible... Je félicite grandement l'auteure pour avoir su nous faire autant ressentir ses émotions tout au long du livre.

Dex :
Ah ce cher Dex ! Et bien je dois avouer que je suis déçue ( et pas qu'un peu ) par son caractère dans ce tome.
Déjà, je trouve qu'il fait trop peu d'apparition au début du livre, bien que chacune soit magique.
Je le trouve tellement mignon quand il essaye de faire plaisir à Sophie. Le fait qu'il lui offre une bague et qu'il soit si attentionné m'a fait m'attacher encore plus à lui.
Cependant, quel a été ma déception par la suite. A partir du moment où tout le monde sait qu'il est Technopathe et que tout le monde s'intéresse à lui, il prend la grosse tête et abandonne litérralement Sophie. Il commence à lui cacher des choses et je l'ai beaucoup moins apprécier à partir de ce moment.
Mais le ponpon c'est bien entendu quand on se rend compte que c'est lui qui a fabriqué la punition de Sophie. Même si il ne savait pas à quoi ça pourrait servir, comment à-t-il pu faire ça ? Même par le suite et malgré toute sa culpabilité ( d'ailleurs il n'a pas semblé trop en souffrir ! ) je n'ai pas pu lui pardonner.

Fitz :
On le retrouve comme toujours. Je trouve que c'est le seul qui n'a pas changé au cour de la série. Il est toujours le même. Le fait qu'il ait lié une intime connexion avec Sophie est très bien.
Seulement... J'aimerais vraiment savoir ce qu'il a dit à son subconscient pour qu'il le laisse entrer ! ça à l'air tellement important et personnel !
J'adore vraiment Fitz ( peut-être est-ce dû au fait que ce soit le premier personnage inventé dans GDCP )

Sophie :
Sophie, Sophie, Sophie...
Et bien je ne sais pas trop quoi dire d'elle...
Elle est vraiment trop mature pour son âge mais pourtant ça ne m'a pas dérangé. Ni non plus le fait qu'elle soit parfois complètement "immature".
Je ne comprends pas le fait qu'elle ait pu pardonner ( même à moitié ) Dex !
J'aime bien son attitude avec Fitz bien que j'aimerais qu'elle ait le même comportement avec lui que dans les 2 premiers tomes.
Comment tout les gens peuvent le détester ?
Comment peuvent-ils tous ne retourner contre elle ?
Ne se rendent-ils pas compte qu'elle n'y ait pour rien ?
Les elfes, ce peuples si pacifique, si gentil ( en apparence apparemment ), comment peuvent-ils faire des atrocités pareil en croyant que c'est pour le bien de leur peuples ?
Comment peuvent-ils le supporter, eux si souvent rongés par la culpabilité ?
Non vraiment je n'ai pas compris...
Sinon c'est une héroïne courageuse dont, je dois l'avouer, je ne comprends pas toujours ses choix.

Jolie : ( et oui ! Elle a le droit à son petit paragraphe !^^ )
Et bien comment dire...
je la déteste. Pour aucune raison valable certes, mais je ne peux pas la supporter.

Voilà. Je ne vais pas faire tout les personnages non plus !

Non mais sérieux ? C'est quoi cette histoire de bureau des Unions ? ça m'a fait trop rire, la méthode qu'avait les elfes !
Je plains Sophie là !
Parce qu'au début, je me suis dit qu'ils ne trouveraient personne à mettre sur la liste ( à part peut-être Fitz ) et puis après, vu comment ils la détestent bah j'ai un doute qu'ils y mettent grand monde !
Cette histoire me fait quand même beaucoup penser à la technique des rois d'unir leur enfants qu'à un enfant du royaume allié.

Sinon pour l'histoire...
Elle commence calmement comme les autres mais à partir de la moitié du livre elle prend un tournant très sombre et diabolique. On se retrouve dans un univers de ténèbres où le Conseil, qui bien qu'il ait ses défauts, perd la boule et commence à devenir fou. Ils prennent des décisions extrêmes, se retourne contre les mauvais ennemis, font des choses horribles à Sophie alors qu'avant ils la protégeaient. Il y a une chose que j'aimerais savoir.
Pourquoi ?
Pourquoi ce retournement soudain ?
Pourquoi faire vivre des choses pareil à Sophie ?
Pourquoi ?
( trop de pourquoi, trop de comment. )
Ah et un dernier !^^
Pourquoi Bronte devient comme ça ? C'est juste incroyable ! Tout les Conseillers gentils deviennent méchant et celui qui l'est le plus est contre les choses horribles qu'ils veulent faire ! C'est insencé !

[/spoiler]
Quand j'ai lu j'ai vraiment eu l'impression de faire un bon d'une histoire à une autre.
Comment aurait-on pu s'imaginer que GDCP, un livre jeunesse si gentil malgré le thème, pourrait devenir comme ça.
Ce livre nous plonge vraiment dans un univers noir, où on ne peut qu'à peine réfléchir tellement l'histoire nous emporte dans de sombre recoins.

Mais malgré cela l'histoire me fait rêver. GDCP est de loin mon livre préféré et ce tome est le meilleur.
Ma seule déception ?
Que ce monde n'existe pas.
Que ces personnages n'existent pas.
Que nous ne puissions jamais vivre une histoire pareil, aussi triste que joyeuse.

Je n'ai plus rien à dire à présent. Tout le reste ne peut s'exprimer avec des mots.


PS : Un petit point négatif quand même...
Certaines des traductions ne sont pas bonnes et rendent la compréhension de la phrase, plutôt difficile.
Mais cela n'en concerne que quelques unes.

par Hurane
Gardiens des cités perdues, Tome 4 : Les Invisibles Gardiens des cités perdues, Tome 4 : Les Invisibles
Shannon Messenger   
Certains auteurs écrivent des romans merveilleux. Des romans qui vous touchent, qui vous font rire et pleurer, qui vous rendent vos douze ans. C'est le cas de Shannon Messenger. Quand j'ai terminé le premier tome de Gardiens des Cités Perdues, j'ai eu beaucoup d'espoir pour la suite. J'ai bien fait, tant le second tome a été à la hauteur de mes espérances. Je me suis estimée chanceuse d'avoir été à nouveau conquise par le troisième opus, plus encore que par les précédents. Mais j'ai osé douter, avant de commencer ce tome-ci. L'auteur arrivera-t-elle à nouveau à me surprendre et à se surpasser ? Alors que je refermais le livre, le coeur gros et les yeux encore humides, je me suis dit que oui, définitivement, ce quatrième tome avait été encore meilleur que les précédents.
Si, avec les trois précédents romans, Shannon Messenger avait réussi à malmener mon coeur, elle m'a carrément anéantie avec celui-ci. Je ne m'en remets toujours pas. J'ai passé une partie de la nuit à fixer le plafond, totalement dans le déni, une fois le livre terminé. Et le pire, c'est que j'ai adoré ça. Dans cette saga, rien n'est jamais gratuit, chacune des 655 pages est indispensable, que ce soit au niveau de l'avancée de l'intrigue, de l'exploration de l'univers ou de l'approfondissement des personnalités des personnages. Faisons une pause pour l'applaudir.
Les Invisibles est très différent des autres tomes. En effet, nous sortons de notre zone de confort et des lieux que l'on avait pris l'habitude de visiter régulièrement en même temps que Sophie. L'intrigue nous permet de nous rappeler à quel point l'univers imaginé par Shannon Messenger est vaste et bien pensé. Nous en apprenons plus sur différents peuples dont nous n'avions fait que survoler l'existence précédemment, mais nous découvrons surtout deux lieux qui étaient restés plus que mystérieux depuis le début de la saga : l'école Exilium et le quartier général du Cygne Noir. Et je ne sais pas lequel des deux j'ai préféré visiter.
Clairement, en découvrir davantage sur le Cygne Noir était presque un soulagement. Et Shannon ne se moque pas du tout de nous, elle lâche des révélations à la pelle : identités secrètes, nouvelles missions, lieux cachés… Même si ses membres gardent encore de nombreux mystères pour eux, l'organisation se dévoile un peu plus. C'était le parfait moment pour révéler à ses lecteurs de nombreux secrets qu'elle gardait depuis le début, tout en s'amusant à nous dévoiler discrètement des indices (j'en ai découvert un habilement caché dans ce tome, mais on ne me la fait pas, à moi !) alors soyez attentifs à tout ! Alors qu'une guerre semble se préparer, le rôle du Cygne Noir paraît être de plus en plus indispensable, surtout face à un Conseil elfique affaibli depuis les événements survenus dans le tome précédent.
Quant à Exilium, l'école alternative des bannis, ce fut clairement une bonne surprise. Je m'attendais à quelque chose de cliché pour s'opposer à l'éclat de Foxfire, et j'ai été vraiment émerveillée par ce nouveau lieu, sans parler de ceux que l'on y rencontre. Moi qui suis habituellement un peu refroidie par les arrivées tardives de personnages importants, je me suis tout de suite attachée à ceux que l'on rencontre ici. C'est encore une fois habilement joué de la part de Shannon Messenger, qui gère parfaitement chaque rebondissement de son histoire. Et surtout, qui prouve encore une fois qu'elle sait habilement créer des personnages crédibles et nuancés, tout en parvenant en quelques pages à leur composer un background complet en les rendant attachants et agréables à suivre.
Mais les nouveaux ne font pas de l'ombre aux personnages que l'on connait et aime depuis le tout premier tome ! C'est toujours un immense plaisir de les retrouver, comme on retrouve de vieux amis que l'on connait par coeur. À ce stade, on tremble pour eux, se rappelant que tour à tour, ils ont tous déjà exposé leur part d'ombre, et que la difficulté des aventures qu'ils vivent risque à tout moment de les faire basculer. Et l'auteur prend un vrai plaisir à jouer avec l'amour qu'elle sait que ses lecteurs portent à ses personnages principaux, pour les malmener crescendo jusqu'au final…
J'aimerais tellement vous en dire plus sur ce roman, mais je n'ai pas envie de vous gâcher quoi que ce soit, pas une seule ligne de ce pavé parfait. Partez juste extrêmement confiants, faites confiance à Shannon Messenger : si vous découvrez le quatrième tome, c'est probablement que vous avez apprécié les précédents. Croyez-moi, vous ne serez pas déçus. Choqués, attristés, traumatisés, peut-être, mais pas déçus. Oserais-je vous conseiller encore une fois de découvrir ce tome, cette saga ? Ça dépend. Vous voulez passer un des meilleurs moments de lecture de votre vie, ou pas ?

par Ombi37
Gardiens des cités perdues, Tome 5 : Projet Polaris Gardiens des cités perdues, Tome 5 : Projet Polaris
Shannon Messenger   
Je viens tout juste de terminer le tome 5. Comment dire que mon cœur est brisé ? Shannon Messenger m'a emporté encore une fois dans les cités perdues et je ressors de cette aventure boulversé.
La série Gardiens des cités perdues est LA série où on se pose un milliard de questions, les réponses ? Elles arrivent longtemps longtemps après. Et ce 5 tome n'a pas répondu à toute mes questions à mon grand désespoir.
Ce roman est tout simplement incroyable, j'ai vécu les aventures des personnages, leur peine, leur douleur, leur joie... J'avoue avoir bien ri à certains passages.
Pour ce qui est des personnages dans ce tome eeet bien j'ai eu un coup de cœur pour Tam. Dex a remonté dans mon estime. Keefe ? Et bien j'hésite encore, j'aime tellement ce personnage mais j'ai eu envie (et pas qu'une fois) de le baffer. Même chose pour Sophie. Elle est adorable et courageuse mais parfois elle m'exaspère. Pour ce qui est de Biana je la voie bien finir avec Dex héhé. Edaline et Grady sont tellement mignon, même si Grady est légèrement surprotecteur je l'adore. J'ai également adoré Sandor dans ce tome !
En fait, j'adore tous les personnages qu'a créé Shannon Messenger. J'aime particulièrement la noirceur ou la douceur caché de certains.

En bref, pour les fans émotifs de la série qui attendent avec impatience la sortie du tome 5 en français je vous conseille de préparer les mouchoirs. Tout ce que je peux vous dire sans vous spoiler est que vous ne ressortirez pas indemne de cette lecture.
J'attends avec impatience la sortie du tome 6 en VO pour le dévorer. L'attente risque d'être longue et douloureuse..

#TeamKeeper

par Jordane_
Gardiens des cités perdues, Tome 6 : Nocturna Gardiens des cités perdues, Tome 6 : Nocturna
Shannon Messenger   
Génial !

Après avoir attendu une éternité le temps qu'il sorte (puis la fin du cinquième tome n'arrangeait pas les choses mais bon) je n'ai pas du tout été déçue. Shannon a une imagination fantastique, elle invente des trucs c'est juste incroyable ! Puis y a pleins de personnages secondaires qui apparaissent au premier plan on va dire, et on les redécouvre d'une certaine façon.
Enfin bref, j'ai plu qu'a attendre le septième tome *soupir*.
Je préviens ! Shannon n'a aucune pitié vu la facon de se finit le tome XD

par Noxy
Gardiens des Cités Perdues, Tome 7 : Réminiscences Gardiens des Cités Perdues, Tome 7 : Réminiscences
Shannon Messenger   
Après un an d'attente quel bonheur d'avoir enfin entre les mains le tome 7 de Gardiens des cités perdues !
Et quel tome !!!! Je suis définitivement tombée
encore plus amoureuse de cette série et de la plume de Shannon Messenger... Et franchement je ne pensais pas que c'était possible !!!!

Si dans la première partie du livre l'histoire est relativement longue à se mettre en place la deuxième partie du livre est totalement addictive !!!! Il m'a été impossible de lâcher ma lecture tant l'écriture est belle, pleine d'émotions et de rebondissements.

Comme toujours la fin nous laisse sans voix et impatient de lire le tome suivant !

Quand je pense qu'il faut à nouveau attendre un an... Quelle torture !!!!

UNE SERIE DEVENUE INCONTOURNABLE ! A LIRE DE TOUTE URGENCE !!!!
The Generations, tome 1 : Alive The Generations, tome 1 : Alive
Scott Sigler   
Tiré du blog → http://alizeabooks.blogspot.com
Tiré de l'article → http://alizeabooks.blogspot.fr/2016/02/the-generations-tome-1-alive-ecrit-par.html

Je tiens à remercier les éditions Lumen ainsi qu'Emily pour l'envoi du roman et pour leur confiance !

Je ressors de ce roman complètement conquise. Il n'y a pas de mot assez fort pour décrire ce que j'ai ressenti durant ma lecture. Il faut juste savoir que je n'en suis pas ressortie indemne et que je pense aller hiberner jusqu'à-ce que la suite sorte ; oui, c'est ce que je vais faire ahah !

Dans le colis contenant le livre se trouvait également un dossier presse avec toutes les informations sur l'auteur, l'histoire, etc... et j'y ai lu que Scott Sigler était décrit comme un mélange de Chuck Palahniuk et Stephen King. Je ne connais pas le premier mais j'ai déjà entendu beaucoup parler des romans de Stephen King, certains adaptés au cinéma.
Malheureusement, j'en n'en ai jamais lu car on m'a toujours dit qu'ils se rapprochaient de l'horreur et ce n'est pas vraiment le genre livresque que j'affectionne le plus. Mais en ayant lu Alive, je me dis que je pourrai y remédier et me laisser tenter par un de ses romans.

J'ai donc fort apprécié l'écriture de Scott Sigler qui est des plus plaisantes à lire. Il jongle avec nos émotions et manie les mots avec brio. Les descriptions étaient vraiment complètes et ajoutaient beaucoup de réalisme à l'histoire.

Comme je l'ai dit précédemment, je ne suis pas une grande fan de l'horreur. Il y en avait dans le livre, certes, mais je n'ai pas trouvé que c'était trop excessif ; il n'y en avait pas à chaque page. Et même quand il y en avait, les phrases n'étaient pas tournées pour que nous soyons effrayés mais plutôt angoissés. Et de toute manière, que serait un thriller sans un peu de piquant ?

L'histoire nous prend bel et bien à la gorge dès les premières lignes ; j'avais énormément de mal à m'arrêter de la lire. Le résumé à lui seul est déjà très prometteur alors imaginez quand on se plonge enfin dans le roman. C'est tout bonnement magique !

Nous suivons donc Em, une jeune fille de douze ans qui en paraît plutôt dix-sept, qui se réveille dans un sarcophage. Elle ne sait pas ce qu'elle fait là et ne se souvient plus de son passé mis à part le fait que c'est son anniversaire. Elle finit par réussir à se libérer de son cercueil pour découvrir onze autres sarcophages autour d'elle. Certains sont vivants, d'autres morts.
Étant donné qu'elle est la première à être sortie, Em prend la tête du groupe d'adolescents et ensemble, ils vont essayer de trouver de quoi boire et se nourrir, et pourquoi pas d'autres survivants. Mais la question qui revient sans cesse dans leur tête est : comment se sont-ils retrouvés là ?

Em (ou Savage) est pour ainsi dire le personnage féminin que j'ai le plus adoré. Elle reste forte comparée aux autres qui sont terrassés par la peur. Elle est courageuse, intuitive et a un caractère bien trempé ; c'est ce que j'apprécie beaucoup chez une personne. Même si elle commet quelques erreurs, elle le fait pour protéger son « peuple ». Si j'avais dû choisir un personnage à incarner, je l'aurai choisie elle.
Tous les autres personnages ont leur caractère à eux. Parfois on les aime et parfois non. Il y avait vraiment de tous les genres : petits et grands, costauds et maigres ou encore blancs et bronzés. Ensemble, ils formaient une grande famille. C'est quelque chose qui m'a énormément plu !

La couverture est ce qui m'a attirée en premier lieu. Elle est juste sublime ! Elle correspond tout à fait à l'histoire je trouve, et la jeune-modèle qui représente Em est très jolie. Globalement, elle est très fidèle au roman et très agréable pour les yeux.

Je suis une grande fan de thriller et pour être franche, je pense qu'Alive a atteint le sommet de ma pyramide des coups de foudre de l'année 2016 ! Je n'ai vraiment rien à redire dessus. Il est juste parfait.

Conclusion : un énorme coup de foudre pour moi ! Si vous aimez les thrillers, alors ce roman est fait pour vous ! Personnellement, je le considère comme LE livre de l'année. Et si je devais vous donner un petit conseil : lisez-le à tout prix !
The Generations, tome 2 : Alight The Generations, tome 2 : Alight
Scott Sigler   
http://papillonvoyageurbloglivresque.weebly.com/chroniques/the-generations-tome-2-alight-scott-sigler

Alight est le tome 2 de la trilogie The generations dont le tome 1 est plus couramment appelé Alive. Je remercie sincèrement les éditions Lumen pour ce deuxième opus tant attendu et, ma gratitude est dirigée plus particulièrement envers Emily pour sa confiance ! Enfin, trêves de bavardages, ce super parpaing de 568 pages sort aujourd'hui et si vous ne l'attendiez pas spécialement avec impatience, moi je peux vous assurer que vous passez à côté de quelque chose ! C'est un énorme coup de foudre !

JE PRÉCISE QUE CETTE CHRONIQUE CONTIENT DES SPOILERS SUR LE TOME PRÉCÉDENT.

Comme vous vous le rappeliez sans doute, à la fin de Alive, les protagonistes se voient confrontés à quelque chose de tout nouveau : Omeycan. Cette planète, qu'ils ont décidé de rejoindre avec beaucoup de chances pour semer les Adultes, leur réserve bien des surprises ! Oubliez ce que vous avez connu avec le premier tome parce que dans cette suite, vous êtes plongés au cœur de la jungle où chaque détail est important. Entre les nouvelles créatures dangereuses qu'ils rencontrent et la soif de guerre d'un religieux extrême, nos héros ne vont pas chômer...

Le début du roman vous fait pénétrer directement dans l'histoire. Un commencement identique au tome antérieur. Em est coincée dans un cercueil. Mais évidemment, pas dans le même contexte... Sans spoilers, puisque c'est dans le résumé du bouquin, je peux vous dire qu'ils ont bien atterri et qu'alors, l'heure est venue de bâtir un endroit où vivre. Pour cela, ils doivent connaître leur terrain puisqu'ils n'en sont qu'à sa découverte. Je trouve que, dès les premières pages, Scott Sigler nous propulse dans son univers avec aisance, tel que j'ai eu l'impression d'avoir débuté cette suite automatiquement après Alive, ce qui n'est pas le cas... J'ai découvert cet univers il y a quelques mois. Néanmoins, si avec le premier opus, il m'a été facile de lire la moitié en une soirée, avec celui-ci, ça n'a pas du tout été le cas. Pas que j'ai moins aimé... Que du contraire ! Selon moi, Alight dépasse largement Alive, alors que d'habitude, on a tendance à être déçus des suites. J'ai seulement mis plus de temps à le lire parce qu'il est tellement intense en émotions qu'il nous faut énormément de temps pour s'en remettre (puis, j'ai l'école, les corrections de mon propre écrit... mais ça au pire, on s'en balance!). Quoiqu'il en soit, qu'il se lise vite ou pas, ce bouquin est une bombe intersidérale.

Le scénario tient la route et suit bien la logique de tout ce qu'on a appris avant. Sauf que maintenant, il n'est plus temps de chercher une sortie, de s'enfuir, de survivre dans un bâtiment... Ici, Em et ses amis sont largués en pleine nature, sur le sol d'une planète dont ils ignorent tout. Personnellement, j'ai trouvé leur arrivée similaire à celle de Clarke et ses amis dans The 100, ça avait la même badassitude. C'était magnifique, excitant... On se met à leur place, on a tellement envie de connaître tous les mystères d'Omeycan. Rien ne paraît incohérent, c'est calculé de A à Z. Au final, dans Alight comme dans Alive, il ne se déroule pas énormément de jours, il n'y a pas tant que ça de profondeur dans le temps. Pourtant, tout s'enchaîne tellement vite avec une écriture fluide et déconcertante qu'on y prête pas attention.

On lit, on savoure et c'est tout.

Il est évident que je tenais à vous souligner un éléments bien précis : La plume Sigler. Pour certains, elle n'aura rien de spécial mais pour moi... C'est une écriture simple mais tellement prenante à la fois. Dès que je lis une phrase de cet auteur, je ne suis plus sur la planète Terre, je suis complètement ailleurs. Emportée dans les tourments de son univers, dans le sadisme de ses idées. Ô oui, c'est un écrivain sadique, très sadique. J'ai beau adoré ce monsieur et son écrit, j'ai envie de lui lancer sur la tête (en toute gentillesse, bien sûr). Je ne vous spoilerai pas mais j'aime ce livre autant que je le hais, à cause d'un seul événement. Faut le faire. Aussi, nous avons affaire, encore une fois, à un suspense haletant, coupant le souffle du lecteur. Vous avez l'impression que vos chouchous sont en sécurité, qu'ils ne leur arrivera rien car ce sont les principaux mais retenez bien : Scott Sigler n'a pas de pitié. Il n'hésitera pas à accélérer vos battements de cœur en même temps que celui de ses personnages, il n'aura aucun scrupule à vous embourber dans le plus grand des stress. Et vous vous demanderez à plusieurs reprises : MAIS POURQUOI ?, ce à quoi je vous réponds immédiatement pour ne pas vous laisser dans le flou : PARCE QUE SCOTT SIGLER. Ce livre tire sa plus grande force de là ; le fait que tout est imprévisible et que même vos hypothèses peuvent se retourner contre vous. Dans ce tome-ci, l'auteur a exécuté un coup de maître magistral qui m'a tout simplement bluffée.

Si je commence à vous parler de tous les personnages, la chronique risquerait de faire un roman entier et vous finiriez par vous ennuyer. Je ne vais pas m'étaler sur beaucoup de personnages, seulement quelques principaux. Em est la narratrice, une protagoniste avec laquelle j'ai eu un peu de mal dans le tome 1, bien que je l'ai quand même aimée dès la première page. Dans cette suite, elle se révèle beaucoup plus différente et contient plus de responsabilités. Des erreurs, elle en fait, comme tout le monde. Mais j'ai adoré cette fille dans le tome 2. Toujours prête à tout pour sauver son peuple, quitte à partir tête la première au cœur de la jungle pour ramener à manger ou combattre les ennemis. Audacieuse et tenace, Em est une adolescente que j'admire beaucoup. O'Malley a énormément changé, je l'ai vu d'un autre œil, surtout au vu de quelques vérités confirmées au fil du roman à son sujet. C'est une personne qui, de base, ne m'avait pas marquée. Dans ce tome-ci, soyez-en sûrs que je m'en rappellerai : il a révélé qui il était vraiment. Et c'est un personnage plus complexe que ce que je croyais, bien qu'il reste aussi « mignon et silencieux » qu'avant leur départ sur Omeycan. Bishop aussi a eu son lot de changement et mon amour pour lui n'a pas changé. Em et lui se rapprochent de plus en plus et on le voit différemment. Je pense que chaque individu de ce livre grandit d'une manière ou d'une autre. Par contre, Spingate, j'ai appris à la détester littéralement. Étant une protagoniste que j'appréciais un minimum avant, dans cette suite, je ne pouvais plus me la voir. Son caractère m'horripile, je ne l'aime absolument pas. J'ai aussi découvert que je haïssais un personnage très fort : Aramovski. Dans Alive, il était déjà lourd mais alors ici, j'aurais bien transpercé le livre de mes mains pour lui défoncer la tête. Voilà, c'est dit. Séquence assez cash, je sais, mais je me demande quand même bien qui peut apprécier ce garçon...

Pour conclure cette chronique, sachez que j'ai eu beaucoup de mal à refermer la dernière page de ce livre. Il se passe un événement tellement... inattendu ? J'ai éclaté en larmes, c'en était trop. J'avais une impression, durant ma lecture, que quelque chose clochait. C'est comme si ça me pesait au ventre... « Je sens qu'un truc va arriver ». BOOM. Explosion. Scott Sigler nous offre la preuve concrète qu'il est un psychopathe impitoyable, non sans nous avoir bercé quelques secondes d'un espoir éphémère. Je n'arrive tout simplement pas à le croire et chaque fois que je repense à ce bouquin, mon cœur se serre. Néanmoins, le final est encore plus surprenante que celle d'Alive. J'ai tourné la page et puis, plus rien. Les infos se répercutent, les révélations s'entrechoquent, la fumée Sigler s'abat sur nous et quand tout s'éclaircit enfin... suite au prochain et ultime tome.

C'est en PLS et le pouce en bouche que je vais terminer ma soirée, une fois cet avis posté !

Grosso modo, si vous avez adoré le premier tome de The generations et que vous avez envie de ressentir des émotions encore plus profondes, je vous conseille ce livre. Scott Sigler nous livre encore avec génie une histoire dont lui seul a le secret. Suspense, peur, action, révélations et amours inavoués sont au rendez-vous...

par Rosalys
Gone, Tome 1 : Gone Gone, Tome 1 : Gone
Michael Grant   
Un premier tome à l'écriture fluide, facile à lire. L'histoire est originale, dans le sens où elle raconte un peu le rêve de chaque enfant : un monde sans adulte. Mais contrairement à Peter Pan, elle montre aussi l'envers du décor, la réalité de la chose : les problèmes de survie, de tensions entre groupes, etc.

par Selenna
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4