Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Lea6283 : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Troisième humanité, tome 2 : Les micros humains Troisième humanité, tome 2 : Les micros humains
Bernard Werber   
Le premier tome de cette trilogie, je n'avais pas pu le lire jusqu'au bout car le fait de faire parler la Terre comme une personne à part entière m'a fortement dérangé. J'avais vu dans le premier volet un débat écologique. Je ne suis pas contre l'écologie mais je suis réaliste. L'être humain doit faire attention à son environnement mais ne peut pas aussi faire marche arrière au contraire avance toujours plus loin dans les découvertes. Je me suis demandée si je devais entamer ce deuxième tome, je me suis dit "tu ne risques rien d'essayer". Ce qui me plait chez Bernard Werber c'est son imagination de l'évolution de l'homme, des sociétés. Je pense tout comme lui que l'évolution pour nous n'est pas la dernière. Les singes ont eu besoin de se redresser pour surveiller leur entourage et cela a permis avec un raccourci de voir apparaître l'Homme. Actuellement nos besoins sont bien différents qu'au départ et je ne peux que penser que les changements physiologiques physiques et psychologiques continueront d'apparaître.
Dans ce volet, l'auteur imagine une miniaturisation de l'espèce animale. Après tout pourquoi pas, avant nous il y avait des dinosaures et des insectes géants après l'aire des dinosaures seuls sont restés les mammifères donc la taille plus réduite peut permettre de croire qu'elle permet la survie. Seulement ce changement c'est effectué de façon naturelle et dans le bouquin tout est basé sur des expériences sur les cellules vivantes et quand l'homme se décide plus efficace que la nature cela ne se passe vraiment pas bien par la suite.
CE que j'ai aimé c'est la leçon d'humanité et d'humanisme qu'a donné l'auteur. Il était très important pour lui de nous faire comprendre que la catégorie "humain" n'est jamais fixe et qu'il faut savoir faire évoluer sa façon de penser.
Werber a su nous dire qu'il y a peu de temps les femmes, les étrangers et les esclaves n'étaient pas considérés comme des être humains mais dans un temps encore plus réduit dans un autre pays certaines personnes pensaient que le peuple juif n'était pas des être humains. Il est important de pouvoir lutter contre ces pensées néfastes et pour ces raisons que je vais qualifier ce livre comme réussi même si je n'adhère pas à tout.
L'être humain est une personne qui m’intéresse pour qui j'ai de l'empathie d'ailleurs un peu trop parfois et il est important de savoir reconnaître nos défauts mais aussi nos qualités. Cet auteur sait si bien les mettre en avant qu'il nous permet de mieux nous connaître.
C'est un livre passionnant à lire et il nous apprend des choses ou des visions des choses.

par quristine
Troisième humanité, tome 3 : La voix de la Terre Troisième humanité, tome 3 : La voix de la Terre
Bernard Werber   
Je l'ai fini il y a quelques jours et je suis toujours déçu que la trilogie de "Troisième Humanité" soit terminée. [spoiler]Ce dernier tome ma littéralement émue, surtout la mort d'Emma 109 ou devrais-je dire sang neuf...

J'ai été vraiment choquée que l'histoire d'amour entre Aurore et David ce soit si brusquement arrêté ! Je m'attendais à ce qu'ils ce retrouvent vers la fin du livre, mais non. David à finalement choisie Hypatie... [/spoiler]
Ce livre est beaucoup plus pour moi, car il m'a été signé par Bernard Werber en personne. Il a une grande valeur à mes yeux, car cet auteur m'a ouvert les yeux non seulement pour la littérature, mais aussi pour mon avenir, pour la politique et encore beaucoup d'autres choses !

Qu'elle bonheur en tout cas, que puis-je dire de plus ?
Troisième humanité Troisième humanité
Bernard Werber   
Haaa comme je l’attendais ce dernier Werber ! Deux ans que j’espérais sa dernière oeuvre comme une prépubère son premier flirt ! Et le voilà achevé… Deux ans de patience et un week end en ermite pour me récompenser!

Troisième humanité, un nouveau délire onirique de mon cher Bernard. Où j’ai retrouvé avec joie la famille Wells qui naquit il y’a vingt ans pour » Les fourmis », enfin leur descendants bien sûr. Voilà donc un retour aux sources pour les fans dont je fais partie.

Cette famille de précurseurs et de découvreurs en tout genre nous fait réléchir, dans ce roman, au devenir de l’humanité. Surconsommation, nucléaire, intégrisme, surpopulation, en passant par les catastrophes de Fukushima et du 11 septembre et tout ça à travers le regard et la pensée de….notre propre planète. Car, à travers l’imagination débordante de Bernard Werber, la Terre est vivante, elle a une conscience, c’est elle qui a crée les humains et elle souffre de les voir la détruire. Perforation à coup de bombes nucléaires, vol de son « sang noir », engrais, pesticides, pollution qui détruit sa protection, la Terre en a assez de ces mammifères qui se reproduisent à vitesse exponentielle sans se soucier de l’avenir de l’humanité!

Le grand challenge de quelques unes de ses créatures sera de sauver leur planète en créant une race de « mini humains » résistants aux radiations, capables de se faufiler n’importe où pour des missions secrètes. Une race féminine et ovipare! La femme n’est-elle pas l’avenir de l’homme ?

Je vais tenter de ne pas trop m’emballer au risque de spoiler à tort et à travers mais cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un aussi bon Werber, un début de trilogie comme il se doit, avec des parenthèses de l’Encyclopédie du Savoir Relatif et Absolu, comme dans tous ses romans, qui nous laisse plus intelligent qu’avant.

Une nouvelle réflexion sur notre avenir, sur notre comportement, un cri d’alerte qui se dévore en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire. Fidèle à lui même, Bernard Werber nous jette des mots et des phrases sans fioritures, qui vont droit au but. PAN! Prends ça dans la tête et maintenant réfléchis. Réfléchis bien….


par NathM
Bourbon Kid Bourbon Kid
Anonyme (Bourbon Kid)   
Encore un roman à la hauteur des autres. C'est une tuerie, c'est toujours autant déjanté et l'univers est toujours aussi prenant. Avec les Dead Hunters et Bourbon Kid, l'histoire est toujours aussi bien menée et merci à l'auteur pour certains clin d'oeil. Bref, je suis toujours autant addict à cette série. Un régal jusqu'au bout.....

par Oryana35
Le tueur des cimetières : PK9, le jeu recommence Le tueur des cimetières : PK9, le jeu recommence
Alain Audin   
Ce livre est vraiment pas un coup de coeur, sans aller jusqu'à dire qu'il m'a déplu.

Globalement, c'est un polar qui ne se démarque pas vraiment du genre. Une affaire policière assez classique, avec un tueur en série qui manque de consistance, peut-être simplement parce qu'il n'a tout simplement pas été développé suffisamment : on met l'accent sur l'affaire, et non pas sur le tueur. D'autant que si j'ai bien compris, il s'agit de la suite d'un livre. Rien ne l'indique vraiment, pas de mention de "tome 2" ni même que ce tome succède à un autre. Et peut-être que ça m'aurait permis d'accrocher un peu plus, parce qu'on se retrouve dans le cas où le tueur est déjà connu, alors que je n'ai aucune idée de ce qu'il a pu se passer précédemment.

Niveau scénario, ça aurait pu être pas mal. Et c'est plutôt instructif : que ce soit au sujet des cimetières, des tueurs en séries, des sectes, des rituels sataniques, tout ça. Le cadre est sympathique, et très réaliste, et les informations qu'on y apprend vraiment intéressante. De ce côté là, c'est plutôt riche, mais c'est loin des thrillers psychologiques que je préfère habituellement, et comme il me manquait les informations qui se devaient probablement dans le tome d'avant, ce livre restera un livre parmi d'autres qui ne m'aura pas marquée plus que ça.

par Jenna95
La Forêt des ombres La Forêt des ombres
Franck Thilliez   
Voilà sept ans que David Miller, 30 ans, exerce le métier de thanatopracteur. Sept ans qu'il côtoie la mort au quotidien et qu'il s'investit sans compter et avec respect dans ce métier difficile et morbide. David aime écrire et un jour, la roue tourne... Arthur Doffre, richissime homme condamné au fauteuil roulant, propose à David d'écrire un roman dans lequel Doffre aurait "un rôle pour revivre" et dont il serait le héros... ce, bien sûr, en échange de beaucoup d'argent. Si David accepte, il devra respecter à la lettre, les conditions de Doffre : loger durant un mois, avec sa femme et leur petite fille, dans le chalet de ce parfait inconnu, en pleine forêt...

C'est avec "La Forêt des Ombres" que je découvre l'univers littéraire de Franck Thilliez. Cette découverte est un choc ! D'entrée de jeu, Thilliez plante le décor : c'est l'hiver, en pleine nature, dans un chalet perdu dans l'immensité d'une forêt au silence assourdissant que tout commence. D'abord apaisante puis mystérieuse, l'ambiance évoluera peu à peu mais sûrement pour se muer en un climat inquiétant et lugubre. Au fil des pages, les personnages s'étoffent, leur personnalité devient plus complexe et, c'est progressivement mais avec force et puissance que l'auteur plonge le lecteur dans un climat d'effroi et d'horreur. Le rythme s'accélère, l'écriture devient violente et démoniaque à l'image des protagonistes.On a envie que tout s'arrête mais la folie prend racine, une folie meurtrière et dévastatrice...
C'est une écriture talentueuse mais une lecture difficile, parfois insoutenable et le lecteur, pour "s'en sortir", ne doit pas perdre de vue qu'il s'agit bien d'une fiction.
Vous l'aurez compris, c'est un thriller à ne pas mettre entre toutes les mains : âmes sensibles s'abstenir...

par SuperNova
Le Coma des mortels Le Coma des mortels
Maxime Chattam   
Tout d’abord, si vous voulez vous plonger dans un bon Chattam qui vous fait frissonner, trembler et voir toute la noirceur de l’âme humaine, ne plongez pas dans « le coma des mortels ». Maintenant, si vous souhaitez passer un très bon moment de lecture, qui vous laissera en pleine réflexion, oubliez le nom de l’auteur et plongez dans ce nouveau roman. J'ai bien dit roman et non thriller.

Dès les premières pages, vous serez déstabilisés, le style ne ressemblant en rien aux précédents écrits de l’auteur.

Ce nouveau roman est écrit à la première personne. Pierre nous raconte son histoire et pour bien la raconter, il commence par la fin.
Au fil des chapitres, numérotés à l’envers, on découvre son histoire et les raisons qui l’ont poussées à partir, à tout quitter.
Ici, pas de descriptions bien noires, de sang, de violence. Même s’il y a quelques meurtres, « Le coma des mortels » n’est pas un roman noir, au contraire, c’est un hymne à la vie.

Après sa lecture, on en ressort avec tant de questions, qui resteront pendant des jours.
Je m’interroge encore sur plusieurs thèmes.
Sommes-nous tous des moutons ? Ne prenons nous pas assez le temps de vivre, de profiter des nôtres, de bonheurs simples ? Subissons nous vraiment le système ? C’est certainement le cas pour beaucoup. Pour ma part, je préfère des valeurs simples, ma famille, mes amis, … plutôt que de suivre le système qui veut qu’on ait un super boulot, une belle maison, … Ce n’est pas cela le vrai bonheur ?

Une autre question m’interpelle énormément mais là je ne peux vous en parler sans spoiler la fin du livre.
J’étais déjà en pleine réflexion à ce sujet avant la lecture du roman, c’est encore pire après.

Comme à son habitude, Maxime Chattam est excellent au niveau de l’écriture, on ne le lit pas ses romans, on les vit.
Les très nombreux dialogues sont parfaits et les personnages sont attachants et hauts en couleurs. J’ai un petit faible pour Antoine, vieux monsieur très attachant. Mais j’ai aussi adoré Tess, Ophélie et tous les autres.

Les avis des lecteurs sur ce roman sont très partagés, certains détestent, d’autres aiment.
Mais qu’auraient pensés ceux qui n’ont pas apprécié cette lecture s’ils avaient lu ce roman sans en connaitre l’auteur.
Avec « le coma des mortels » Maxime Chattam a fait un pari risqué, celui de quitter son genre de prédilection.
Il aurait pu publier sous un pseudo mais il assume, ce qui mérite le respect.
Pour ma part, se renouveler et prendre des risques est une force pour un auteur et j’ai adoré ce nouveau roman.

Ne vous laissez donc pas influencer par les critiques, foncez en librairie, acheter « le coma des mortels », oubliez le nom de l’auteur et savourez votre lecture.

Cyanure Cyanure
Camilla Läckberg   
Une famille riche, un dîner de fin d'année, une île où il n'y a personne d'autre, une grosse tempête. Le patriarche meurt au cours du repas... Un huis-clos qui aurait mérité plus de profondeur. Les personnages et l'intrigue ne sont pas assez creusés à mon goût. Dommage il y avait de l'idée pourtant : Un faux-semblant tout de même d'un best seller d'Agatha Christie, ou simplement l'auteure a été bien inspirée par la reine du crime...
La vie est un roman La vie est un roman
Guillaume Musso   
La vie est un roman.
Par où commencer, je me suis perdue dans ce roman.
Je me faisais une joie de l'avoir en main et j’ai eu une énorme deception.
Je ne vais sûrement pas me faire des amis, pour les fans de Guillaume Musso.
J’ai vraiment aimé ses premiers romans, de véritables pépites, mais là je me suis ennuyée.
Je n’ai pas été captivée, je n’ai ressenti aucun attachements pour les personnages.
Pour finir, je définirais ce livre de casse-tête.
Je suis vraiment déçue de devoir dire que je ne l'ai vraiment pas apprécié.
Mais pour être honnête, ne doit-on pas dire ce que notre coeur ressent ?
Cogito Cogito
Victor Dixen   
Wahou, quelle lecture intense ! J'en ai encore l'esprit tout retourné. C'est à la fois actuel, car le cadre du roman débouche directement des technologies que nous développons en ce moment, et futuriste, mais un futur totalement envisageable et réaliste. Et ça fait froid dans le dos. De savoir que le chemin que l'on prent peu tout à fait nous mener dans cette direction.
Ce livre, c'est un problème de société parfaitement traité.
D'un côté, on a l'aventure, les personnages, le récit, qui nous fascinent et nous transporte, nous laissant à nouveau apprécier tout le talent pour l' écriture de Victor Dixen.
De l'autre, on a ce partage d'inquiétudes et d'interrogations quant à l'avenir et aux voies que nous empruntons, l'évolution vers laquelle nous nous dirigeons.
C'est avec brio que l'auteur nous fait réfléchir par le biais d'un ouvrage qui se dévore rapidement et avec gloutonnerie, dans un récit vraiment bien mené et documenté, tout en alliant intrigue et réflexion.

par CindySB
  • aller en page :
  • 1
  • 2