Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Leane-Belaqua : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
La Voie des âmes La Voie des âmes
Laurent Scalese   
Lorsque j'ai commencé ma lecture je savais deux choses ! Premièrement qu'il m'avait été fortement conseillé ( et ça c'est pas négligeable !) deuxièmement qu'il y avait un côté fantastique dans le livre ! Voila sinon rien, nada, que tchi.....C'était un peu une lecture à l'aveugle !

Donc j'ai retroussé mes manches, dopé à la caféine, j'ai commencé à tourner les pages. Comment vous expliquer, je n'avais jamais rien lu de l'auteur ni vu d'ailleurs sa série, bref novice jusqu'au bout des cils. Mais j'ai mangé Monsieur Scalèse, j'ai voyagé avec Monsieur Scalèse (en vrai dans le train pour aller bosser), j'ai rêvé de avec Monsieur Scalèse, et Monsieur Scalèse m'a perturbé lors de mes journées de travail..Car c'est frustrant de ne pas pouvoir connaître la suite !!!

L'auteur a réussi le tour de force de me faire pleurer, me mettre dans l'angoisse de l'après, me soulager pour me remettre en état de tristesse. Regretter, espérer....bref la liste est longue!

Pour les cinéphiles, j'ai trouvé qu'il y a un petit côté "Le témoin du mal" .L'histoire du diable qui passait de corps en corps juste par le contact physique. Un film qui m'avait marqué à l'époque de sa sortie. Je me permets cette petite comparaison à un film car ce roman à pleins de clin d’œil au 7ème art !

Il y a deux personnages fort dans ce roman : Richard et Rosener
Richard Neville est dévasté par la mort de sa femme, par le deuil de ses enfants, par la peur d'un futur sans la personne qu'il aime. Lorsqu'on lui offre la possibilité de retrouver ce qu'il vient de perdre, il n'hésite pas. Sachant qu'on obtient rien sans rien, il saute à pied joint dans ce marché avec le "Diable" (enfin Diable on n'en sait rien en fait !)
La diable, Satan, Lucifer, le prince des ténèbres, l'Antéchrist, Belzébuth, appelez-le comme vous voulez, est une invention de l'homme pour expliquer les maux qui l'accablent.
Qu'auriez vous fait à sa place ??

Rosener est un flic pointilleux, un flic cartésien et entier. Sa vie privée est au plus bas, les relations avec sa femme sont inexistantes, ils vivent sur deux planètes différentes.Pourtant, il a toujours l'espoir de retrouver la femme qu'il aime . L'enquête, sur laquelle il est, le pousse a explorer un monde qu'il avait complètement fermé, loin de ses convictions.

Ces deux hommes se ressemblent en plusieurs points (ils sont flics, ils aiment , ils ont trompés et ils sont seuls )

Et puis, il reste le côté sombre ..... Nancy (c'est assez rigolo de voir que le mal est une femme ...c'est bien un homme qui a écrit ce roman !) une âme vile, malfaisante, perverse qui a pourtant un point faible Gabriel, son amant.

Vous l'aurez compris, ce livre vous parle essentiellement de trois couples, trois histoires d'amour. Sans être un livre de midinettes et trop fleurs bleues ! Car on ne manque pas d'action. Accrochez vous un peu tout de même, on tract le plus grand serial killer de tous les temps, la mal absolu !

L'auteur va vous coconer dans son roman , il va vous faire découvrir l'Amérique , l'Ecosse,l'Australie et la France, et puis vous allez voyagez dans le temps , croiser d'illustres personnages (je garde le secret vous ne saurez avant rien d'avoir lu !).
J'ai apprécié que Monsieur Scalèse prenne son temps, tout est dit avec une extrême douceur, une grande tendresse. Il vous chante une berceuse avec ses mots et vous vous abandonnez à lui.

Je ne peux comparer avec les autres écrits de l'auteur et vous dire que c'est son meilleur livre. Par contre je peux vous garantir une chose, c'est le premier mais pas le dernier roman qui passera entre mes mains de ce Monsieur !
http://lesciblesdunelectriceavisee.blogspot.com/2015/05/la-voie-des-ames-laurent-scalese.html

par stoufnie
Les Déviants Les Déviants
Westley Diguet   
Ce n'est pas une histoire que je lirais une seconde fois. Pas parce que je n'ai pas aimé, mais parce que le sujet est vraiment difficile. Je ne savais pas à quoi m'attendre. J'avais lu de nombreux avis dessus (tous positifs) mais je savais que l'histoire en elle-même était triste de ce fait, je voulais une seconde lecture pas trop longue afin de combler celle-ci dans le cas où je finirai au sol, entouré par des centaines de mouchoirs et...

Je n'ai pas fini au sol entouré de centaines de mouchoirs, mais bon sang j'ai jamais eu aussi mal au ventre en lisant une histoire. D'habitude je laisse les larmes déborder (ne mentez pas, vous le faite aussi), mais ici je n'ai pas réussis. Juste cet horrible mal de ventre et ce nœud dans la gorge qui se resserre au fur et à mesure.

J'ai été surprise de voir la taille. Je lis pas mal de livres dans le genre dystopie et généralement ils sont très longs, cependant l'auteur avait deux choix. Épiloguer ou aller à l'essentiel. Deuxième option, bon choix pour ma part. Parce que finalement, l'essentiel est là. Oui, il y aurait pu avoir plus de détails, mais je n'en ai finalement pas trouvé l'utilité. Les détails, les descriptions c'était suffisant (pour ma part, une nouvelle fois). Et je pense que l'histoire est suffisamment dure. Je découvre un auteur, je découvre une plume incroyable et sensationnelle. J'admire cet auteur pour sa force et son courage d'avoir écrit cette histoire. Parce que disons les choses comme elles me viennent : M*rde il faut du cran pour oser écrire sur des douleurs aussi violentes. Reprendre les démons du passé et réécrire l'histoire dans un sujet actuel où l'homophobie est encore si présente dans notre société.

J'admire le courage dont fait preuve Alexandre. Celui dont fait preuve Tyler. Je suis admirative de l'auteur, tout simplement.

​Et finalement c'est en écrivant cet avis que je vois tout flou d'un coup...

par Linkward
Les pépites du bac Les pépites du bac
Collectif   
Chaque année, nombreux sont les correcteurs qui relèvent les petits bijoux de naïveté, de poésie et d'incompréhension qu'ils découvrent à la lecture des copies des futurs bacheliers
Des phrases phonétiques « Le con flî comment ça en 39 », des confusions géographiques « L'espace Schengen est une région de la Chine où on fabrique des tee-shirts »... ou encore le cri du coeur d'un élève réalisant toute l'horreur de la guerre au cour de l'examen

par bebi
Les Rêveurs, tome 1 : Le réveil des anciens dieux Les Rêveurs, tome 1 : Le réveil des anciens dieux
David Eddings    Leigh Eddings   
En comparaison des oeuvres précédentes de David Eddings ce premier tome de cette série est vraiment décevant. L'histoire est longue à démarrer, les personnages sont quelconques. J'ai eut l'impression de lire un bout de livre et non un tome complet.
Pour ce qui ne connaisse pas Eddings, cela pourrait être un bon livre mais à déconseiller au Fan, surement le pire de l'auteur.
C'est bien dommage, jusqu'ici Eddings était un gage de qualité.

par manu74
Les Rêveurs, tome 4 : La folie des Dieux Les Rêveurs, tome 4 : La folie des Dieux
David Eddings    Leigh Eddings   
Dans la lignée du troisième tome. Peut être un peu plus dynamique mais cela reste assez mou.
[spoiler]La disparition d'Aracia est un point important et pourtant c'est réglé en même pas une page. Je ne parle même pas du "combat final" contre le Vlagh. Allez hop papa dieu et maman dieu claque des doigts et c'est réglé.[/spoiler]
Même si cela reste du Eddings, c'est quand même une déception.

par Akisame
Les Rêveurs, tome 2 : La dame d'atout Les Rêveurs, tome 2 : La dame d'atout
David Eddings    Leigh Eddings   
La venue de nouveaux personnages met un peu de piments à l'intrigue qui semble par moment toute tracée et prévisible dès le début de l'histoire, grâce/à cause des Rêveurs. De plus, la façon d'expliquer, de retracer l'histoire des différents nouveaux personnages permet aussi d'éclairer leurs actions, et de les comprendre mieux.

Cependant, alors que l'intrigue aurait vraiment pu être intéressante à un certain point ([spoiler]lors de l'invasion par les troupes de l'Adnari Estarg[/spoiler]), les auteurs ont cédé à la facilité ([spoiler]qu'ils s'exterminent entre méchants grâce à un super puissance qui dirige tout[/spoiler]). Cela m'a fort déçu, car un grande partie de l'action qui aurait pu être développée est passée à la trappe.

Cela dit, le livre reste agréable à lire, facile, et l'avantage d'une intrigue "prévisible" est qu'on avance plutôt bien, avec un certain sentiment de contentement.

par Indri
Les Rêveurs, tome 3 : Les gorges de cristal Les Rêveurs, tome 3 : Les gorges de cristal
Leigh Eddings    David Eddings   
Grâce à ce troisième tôme, on commence vraiment à en savoir plus sur le pays de Drahll, puisqu'après les domaines de Zelana et Veltan, c'est celui de Dahlaine qui est maintenant le point d'entrée du Vlagh.
Un des points positifs du livre et qu'enfin une des civilisations de Drahll a l'air d'être un peu plus travaillée, avec quelques luttes intestines, et les trois nations du domaine du Nord. Cela permet de développer différentes qualités des natifs du pays, et d'explorer un peu plus le pays sans l'aide des Extérieurs qui avaient jusqu'à présent quasi le monopole de l'innovation dans leur civilisation.

Je suis par contre un peu déçue de la bataille finale : comme lors des deux tômes précédents, il semble que les auteurs cèdent à la facilité pour la résoudre, recourant une fois de plus à une fin précipitée où on se demande un peu ce que les gens de toute nation venaient faire là (vu qu'ils semblent par moment ne servir à rien...). La lecture reste cependant agréable.

En avant le quatrième tôme!

par Indri
Les Secrets de l'Immortel Nicolas Flamel, Tome 1 : L'Alchimiste Les Secrets de l'Immortel Nicolas Flamel, Tome 1 : L'Alchimiste
Michael Scott   
C'est vraiment un super livre,je suis impatient de lire les autres.On rentre dedans direct dés les premiers chapitres il y a de l'action ça bouge souvent c'est rarement mou,des surprises a tout moment et beaucoup de personnages historiques, sont présent sauf les jumeaux.A lire!

par xx26x
Déferlante Déferlante
Lily Haime   
Comme d'habitude avec cette auteure, ma lecture a été intense et bouleversante. Lily Haime a un don pour conter des histoires d'amour puissantes qui parlent directement au cœur. C'est un des très (très) rares auteurs où je vais acheter ses livres les yeux fermés.

J'ai adoré Lil, sa maturité, sa passion pour la mer et pour Aidan, son honnêteté et son courage et si j'ai eu plus de mal avec Aidan pendant une bonne partie du livre, ne comprenant jamais vraiment ses intentions et ses sentiments envers Lil, il m'a conquise et je suis totalement tombée sous son charme dans la 3ème partie, face à son abnégation et à la force de son amour.
Une 3ème partie, d'ailleurs, qui fait passer ce livre d'excellente lecture à coup de cœur.
Car, bien que j'ai adoré la totalité de ma lecture, les deux 1ères parties avaient comme un écho de ses précédents livres: une histoire YA, des personnages plus ou moins abîmés, un héro entouré d'une tribu soudée, des sentiments reniés dans un 1er temps....
Mais la 3ème partie est magistrale, superbe, d'une puissance à couper le souffle, et j'ai refermé le livre avec un petit pincement au cœur. Tout comme Mathias & Eden, Jamie & Alexandre, Lil & Aidan resteront gravés dans ma mémoire.

Ma part de Gaulois Ma part de Gaulois
Magyd Cherfi   
Français d'origine kabyle, Magyd Cherfi, l’auteur de « Ma part de Gaulois » vit dans le quartier nord de Toulouse. Il nous propose, dans ce livre, une plongée dans l’intimité d’une famille et d’une cité.

Nous sommes au début des années 1980. François Mitterrand vient d’être élu Président de la République ce qui crée un vent de panique dans la cité toulousaine où vivent beaucoup de Français d’origine étrangère. Vont-ils tous devoir repartir dans leur pays d’origine ? Magyd Cherfi peine à maintenir un équilibre entre sa vie quotidienne et le poids des traditions de sa famille, des immigrés... Il nous confie avoir souvent eu du mal à porter le poids de sa "double culture", "sa double identité " devant toujours faire plus pour prouver qu’il était Français, sans en être moins Arabe « Enfant, on se rêvait noir comme Nougaro ou blanc comme Amstrong, on en crevait d’être incorrectement définis, flous ». Se pose la question essentielle de l'identité de ces enfants d'immigrés toujours partagés entre deux cultures « … faire un choix qui m’identifie au plus juste, en gros que devais je être ? Arabo-beur, franco-musulman, berbéro-toulousain, gaulo-beur, franco-kabyle, magrehrébo-apostat … J’arrête là ». Ses copains de la cité lui reprochent, par sa parfaite maîtrise de la langue, de trahir ses origines, ce qui lui a valu bien des déconvenues « Français jusqu’à 17h ! Et ensuite la rue nous broyait». Il raconte comment, lui, beur, rejeté, tabassé parce qu'il travaille bien à l'école, réussit malgré tout à obtenir son bac - objectif que lui avait fixé sa mère à laquelle il est très attaché - tout en cultivant son goût pour l'écriture de poèmes et de pièces de théâtre, puis à devenir célèbre en tant que parolier et chanteur du groupe Zebda.

Un livre un peu confus traduisant parfaitement le clivage interne de l'auteur, adolescent déchiré entre ses origines et son désir d'intégration... « - Pardon pour la prière étalée dans les rues. - Pardon pour le chômage. - Et d’avoir fait le plein de toutes les prisons. – Pardon pour le désordre et pour la saleté. – Pardon de ne pas être repartis ! … »

Ce récit autobiographique offre une analyse pertinente du problème identitaire douloureux des générations maghrébines françaises avec une dimension socio-politique toujours d’actualité.

Un témoignage parmi d'autres, qui a le mérite de ne pas dissimuler les problèmes de violence, de discrimination des filles issues de l'immigration, de rejet du système scolaire, mais aussi des traditions.

J’ai été gênée par la hargne et la violence des mots qui jalonnent ces pages. Ce qui m'a choquée c'est l'accumulation d'insultes et de grossièretés. C’est pourtant et j’en suis convaincue, nécessaire pour retraduire l’ambiance qui régnait dans la cité mais cela a parfois nuit à la compréhension du texte et va influencer ma note…




par soizig