Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de leanie : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Le Cercle des poètes disparus Le Cercle des poètes disparus
N.H Kleinbaum   
Une histoire magnifique, un professeur hors du commun qui apprend à ses élèves à aimer et à ressentir la poésie.Des moments trés émouvants. Je le recommande sans hésiter

par sabritch
L'éternel L'éternel
Joann Sfar   
Il y a bien longtemps que je n'avais autant galérer pour terminer un roman.
Le début est plutôt intéressant, mais bien vite, on tourne en rond. Et il faut lire plus de la moitié du livre avant de voir arriver la psychanalyste...
Parfois très violent, emplie de scène de tortures de guerres et de massacres. Parfois presque vulgaire... Et en même temps réflexion sur la religion, la vie, la mort...
Trop bavard, peut-être trop nombriliste aussi, je ne sais pas. Oui, c'est ça le problème: je ne sais pas quoi penser de ce livre. ..
Novecento : pianiste Novecento : pianiste
Alessandro Baricco   
J’ai du lire ce livre il y a quelques années pour mon cours de littérature. Je ne remercierai jamais assez ma professeure de m’avoir permis de découvrir ce merveilleux auteur qu’est Alessandro Baricco. Son style d’écriture est léger et envoûtant, l’histoire est courte et pourtant si riche, on ne veut jamais s’arrêter de lire. Un véritable coup de cœur !

par Hrader
Autant en emporte le vent - Intégrale Autant en emporte le vent - Intégrale
Margaret Mitchell   
Que dire sur Gone with the wind hormis que c'est mon roman préféré... Je l'ai découvert lorsque j'avais 13 ans et maintenant, plus de 22 ans après, le plaisir est toujours aussi intact. Je vibre pour Scarlett, héroïne aussi détestable que fascinante, mue par son amour pour Ashley Wilkes, le voisin d’à côté et seul homme à lui résister.... Et Scarlett de commettre erreur sur erreur, (comme d'épouser Charles, le frère de la femme d'Ashley) uniquement dans le but ultime de voir Ashley lui céder. Mais il y a Mélanie, la douce Mélanie, tellement aveugle aux machinations de sa chère Scarlett qu'elle est devient agaçante... Même si il faut l'admettre, Melly est l'amie qu'on rêve toutes d'avoir ! Et bien entendu, il y aussi Rhett, aventurier, pirate, gentleman, et désespérément amoureux de notre Scarlett. Ces deux là s'aiment, se haissent, se séparent, se retrouvent... A chaque pas de Scarlett, Rhett est présent, pour lui signaler ses erreurs, combler son besoin compulsif de possession, et pour souffrir alors qu'elle se languit de son stupide Ashley. Vous l'avez compris, Autant en emporte le vent est une fantastique histoire d'amour, celui de Rhett pour Scarlett mais aussi celui de la dévotion de Melly pour la Belle du Comté, plus vivante et vibrante que la pauvre petite chose ne le sera jamais... C'est aussi l'histoire d'Ashley, partagé entre son amour sincère pour Mélanie qu'il sait être faite pour lui et la passion dévorante que Scarlett lui inspire... Tout gentleman qu'il soit, Ashley ne joue pas toujours franc jeu avec les deux femmes de sa vie. Quand à Rhett, il est parfait de cynisme et de noirceur, il entraine Scarlett dans son sillage ... Autant en emporte le vent c'est avant tout l'histoire de Scarlett, propulsée dans une guerre qui détruit tout ce qu'elle aime et la vie idéale qu'elle a toujours vécue. Face à l'incompétence de tous ceux qui l'entourent ( exception faite de Melly, admettons le) Scarlett s'efforce de maintenir à flot sa petite famille, sa plantation ( Tara !) et Ashley... (quel boulet celui-ci) Pour cela, elle va bien sûr abandonner peu à peu tous ses scrupules et les enseignements de sa mère, la douce Ellen, à qui elle rêve de ressembler tout en devant s'avouer qu'elle ne parviendra jamais à être une grande dame. Scarlett est une fripouille, une canaille, qui n'hésite pas à voler le fiancé de sa sœur (en même temps, elle a raison, l'argent de Frank était mieux employé avec elle, je suis sûre que Suellen n'aurait jamais donné un centime pour Tara !), complote pour voler le mari de sa seule amie ( chose qu'elle ne réalisera que trop tard) , use et abuse de ses charmes pour parvenir à ses fins. Rhett est son partenaire idéal et leur couple est mythique... On peste de la voir s'entêter sur ce stupide Ashley et on la suit avec autant de passion que d'agacement. Scarlett est une héroïne qu'on ne peut ni oublier ni totalement détester !

Ce que j'aime : Scarlett, Rhett, leur histoire, la relation entre Scarlett et Melly, les hésitations d'Ashley

Ce que j'aime moins : le destin de Melly et de Bonnie, même si avouons le, sans cela le roman ne serait pas aussi fort.

En bref : Un inclassable, une formidable histoire et un roman à lire et relire sans la moindre modération.

Ma note : 10/10.... j'ai beau faire, je ne lui trouve aucun défaut.

par JessSwann
1984 1984
George Orwell   
Effarant comme on peut facilement relier l'intrigue avec la néo-société d'aujourd'hui. Effrayant aussi, mais quelle histoire ! Et quel auteur ! Ce livre m'a donné envie de lire des livres plus littéraires, moins étiquetés comme 'livre pour jeune'

par Romaiin
L'Adversaire L'Adversaire
Emmanuel Carrère   
Un livre qui se distingue de ceux que j'ai du lire pour les cours... Un récit très intriguant qui nous maintient en haleine. Emmanuel Carrière a bien suretranscrire la véritable histoire de Jean-Claude Romand.
Les Quatre Filles du docteur March Les Quatre Filles du docteur March
Louisa May Alcott   
Un des livres préférés de mon enfance! Et tout ce qui va avec: film, dessin-animé...

par Lilie
Disgrâce Disgrâce
John Maxwell Coetzee   
Titre : Disgrâce
Année : 2002
Auteur : JM Coetzee
Editeur : Seuil
Résumé : David Lurie enseigne dans une grande université sud-africaine de Cap Town. Professeur réputé, homme respecté, David est un spécialiste de Byron et Wordsworth. Deux fois divorcé, adepte des prostituées et des rendez-vous à heures fixes, sa vie va pourtant basculer lorsqu’il séduira l’une de ses étudiantes, la jeune et belle Mélanie Isaacs. Accusé de harcèlement sexuel, démissionné de son poste, Lurie n’a d’autre choix que la fuite. Il rejoint sa fille Lucy dans une province reculée d’Afrique, aide aux tâches dans la petite exploitation agricole, jusqu’à ce qu’un évènement tragique vienne perturber la paisible retraite du professeur.
Mon humble avis : Ne jamais rester sur une mauvaise impression, tel devrait être la devise du lecteur. Persévérer, tenter de nouvelles expériences, se tromper, perdre du temps car derrière ces échecs la lumière peut parfois apparaître ( bon j’en fais surement des caisses mais j’étais parti sur ma lancée alors assumons bien qu’il ne s’agisse tout de même que de lectures et de choix d’auteurs ! ) Bref, Coetzee est un écrivain renommé dont j’ai lu un premier roman il y a quelques années maintenant : Une enfance de Jesus paru chez Seuil en 2013. Ce roman, mi-naïf mi-conte, devait certainement posséder une subtilité insaisissable pour moi, une profondeur qui m’a laissé de marbre mais pour le dire honnêtement je pense tout bonnement n’y avoir rien compris. Fort de cette expérience et à regret j’avais tiré un trait sur cet auteur sud-africain. Plusieurs années plus tard, au détour d’une interview télévisée (merci Youtube) le regretté Jean Rochefort parlait des romans marquants de sa vie de lecteur et, de sa voix si particulière, évoquait avec passion Coetzee et Disgrâce, un roman qui l’avait marqué à jamais. Evidemment introuvable sur ma petite île, je m’empressai de le commander sur le champ et bousculai mes prévisions de lecture pour m’attaquer à ce roman primé et respecté de par le monde. Comme dit l’adage « il n’y a que les idiots qui ne changent pas d’avis » ! La lecture qui allait s’ensuivre me confirmera sans aucun doute que dans le domaine littéraire, il est préférable d’approfondir la lecture d’un auteur avant de tirer des conclusions trop hâtives. En effet ce roman est formidable. Formidable dans le ton, formidable dans les thèmes abordés, formidable dans la description d’un monde qui se meurt. Brillamment, par petites touches, Coetzee aborde la fin de l’apartheid, le monde nouveau et inconnu qui s’ouvre pour l’ancienne population régnante du pays arc-en-ciel. Il brasse ce thème (et tant d’autres) à travers le destin de cet homme vieillissant, libidineux qui peu à peu se libère de toute attache humaine. L’auteur natif du Cap dresse le portrait d’une société en mutation mais analyse également la culpabilité et le désir de vengeance de la population autochtone. C’est beau et puissant, d’une intelligence rare, servi par une écriture précise où chaque phrase fait sens, apportant sa pierre à un édifice en tout point brillant. C’est aussi plutôt froid je dois l’avouer, les motivations de Lurie et de sa fille m’ont parfois paru distanciées, intellectualisées à outrance mais n’oublions pas que nous avons affaire à un brillant universitaire, ceci expliquant certainement cela. Après cette lecture je comprends mieux le concert de louanges fait à l’auteur et l’attribution du prix Nobel 2003 ( bien que ce ne soit pas toujours un gage de qualité, voir Dylan en 2016… ) et si ce n’était ces réserves, mon humble avis serait que Coetzee n’est pas passé loin du livre parfait, une oeuvre courte, brillante, possédant plusieurs niveaux de lecture et brassant des thèmes aussi forts que la rédemption, le pardon et l’avenir de toute une nation. Formidable vous dis-je…
J’achète ? : Evidemment que oui et les jurés du Nobel se joignent à moi pour te conseiller ce roman ! Et si tu as lu Une enfance de Jesus et peut m’en donner une petite explication je suis preneur…
L'Assommoir L'Assommoir
Émile Zola   
Oh! Zola, mon auteur préféré. Lorsqu'on plonge dans ce livre, on ne ressort seulement lorsque la dernière page est achevé. Ce livre m'a transporté, j'ai vécu avec Gervaise, j'ai pleuré, rit, respiré avec elle. Et la fin, cette chute si terrible. On pense qu'elle va survivre, une héroîne ne peut mourir mais face à la vraie vie, voilà comment elle finit.

par Tatine
Les Raisins de la colère Les Raisins de la colère
John Steinbeck   
Ce roman conte l'aventure d'une famille de fermiers (Les Joad) pendant la Grande Dépression (la crise de 1929), leur exode vers l'Ouest Américain.
Le style et la maitrise de l'auteur nous mènent trés rapidement aux émotions, à l'attachement, à l'accompagnement des personnages, dans ce long voyage où la misère humaine et l'humiliation sont omniprésentes.

Il a été considéré comme une critique communiste lors de sa parution. Pas étonnant ! La misère décrite et "génante" (politiquement à cette époque épique) a amené l'inévitable interdiction de vente en Californie. Il faut dire que la bestialité des injustices sociales qui existent dans ce système capitaliste US est mise en exergue, et contraste avec l'honnêteté des paysans. On découvre ainsi la portée de la lutte quotidienne, le courage émouvant et l'espoir de ces milliers de paysans qui ont subi la perte de leur terre et le deuil de leurs proches.

C'est réellement un ouvrage superbe avec des instants révoltants, un roman sociologique, historique et humaniste, d'une trés grande profondeur.