Livres
436 679
Membres
362 357

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Lebenstunnel, tome 1 : Allégeance



Description ajoutée par Paroledunelivrophage 2017-01-31T12:44:50+01:00

Résumé

Et si le dénouement de la Seconde Guerre mondiale n’était pas celui que l’on connaissait ? 200 ans après la victoire d’Hitler, Germania n’est plus un mythe. La race aryenne tant espérée par le Führer domine le monde et toutes les autres ethnies ont été éradiquées de la planète. Krista, jeune Aryenne, travaille dans un Lebensborn. Elle a été élevée dans le moule de la race pure et ne connaît que ce mode de vie, jusqu’au jour où elle suit malgré elle une femme dans les égouts de la ville. Ce qu’elle y découvre va ébranler toutes ses convictions et peut remettre en question le fonctionnement même du monde dans lequel elle vit.

Afficher en entier

Classement en biblio - 73 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Khiad 2017-09-06T11:11:55+02:00

Mais de temps à autre, certaines choses me déroutent, même si elles s’inscrivent dans la normalité. Je sais depuis que je suis en âge de parler et de comprendre que l’imperfection n’a pas sa place dans notre société, alors je passe outre ces questions qui, parfois, me traversent l'esprit. Notre Führer dit qu’on ne peut pas se permettre de laisser l'humanité se grêler d’êtres incompatibles avec l’excellence. Et parce que j’ai vu le jour dans cet univers cloisonné et réglementé, il ne me viendrait pas à l'idée de penser différemment.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Allyssahp 2018-10-27T18:49:29+02:00
Diamant

Je viens de finir ce livre et je n'étais clairement pas faite pour cette fin qui est ENORME!!! Je pourrais comparer ce livre à Hunger Games avec un fond des âmes vagabondes.J'ai bien aimé les notes en bas de pages qui nous explique des éléments du livre en rapport avec la seconde guerre mondiale, ça nous permet de bien nous mettre dans l'ambiance.Il y a plein de rebondissements tout au loin de l'histoire avec une héroïne qui évolue au fil des découvertes. Si vous êtes fans des dystopie foncez!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Aurore-Six 2018-09-09T14:30:41+02:00
Argent

Une dystopie intéressante qui nous plonge dans le futur (environ 200 ans après notre aère , si les nazis avaient remporté la seconde guerre mondiale. On suit les périples de Krista une jeune aryenne qui se retrouve plongée dans le monde des sous terrains où vivent cachés des "reclus" non aryens qui en veulent à leur oppresseurs.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elodie-Liseuse 2018-08-21T20:38:22+02:00
Argent

https://elodie-liseuse-lifestyle.blogspot.com/2018/08/lebenstunnel-tome-1-allegeance-plib2018.html

Le contexte est donné d'entrée de jeu, avec cette découverte, Hitler à gagner la guerre il y a plusieurs dizaines d'années. Nous entrons donc avec Lebenstunnel dans une Uchronie. Lu pour le prix littéraire de l'imaginaire, je dois avouer que ce titre s'avère très accrocheur et le résumé donne bien envie de dévorer ce roman. Je n'avais de mon côté pas voté pour ce roman pour les sept finalistes, il a donc été retenu et nous avons eu la chance d'avoir le format ebook offert par la maison d'édition Rebelle. Je tiens à les remercier pour leur confiance.

Lu en même pas deux jours, je me suis vite retrouvée happée par l'histoire de Krista, jeune femme travaillant dans un Lebensborn et qui se retrouve du jour au lendemain "kidnappé" par des Juifs, vivant sous la capitale, en secret depuis des dizaines et des dizaines d'années. Petit à petit, elle se lie d'amitié avec Elias jeune juifs, petit-fils d'un chef de tribu. Une action en entraînant une autre Krista et Elias court un grave danger, pour l'un c'est la survie de son peuple qui est mis à mal et pour l'autre c'est un désertement et les répercussions qui vont avec qui vont l'obliger à se battre pour sa survie. Deux personnes au passé totalement différents, deux peuples séparés par des dizaines voire des centaines d'années de lutte et d'extermination et un combat pour la liberté vont les rapprocher.

Les personnages sont les points forts du roman, des caractères aux antipodes les uns des autres, des personnages secondaires charismatiques pour beaucoup, de la douceur avec une femme enceinte, un petit bébé, le besoin de protéger ces êtres sans défense et à l'inverse un peuple avec des vies dirigé par un homme (des hommes ?) ignobles, sans réelle personnalité, qui ne désire qu'une seule chose détruire toute race autre que la leur.

Ce roman est palpitant, accrocheur du début à la fin et ne laisse aucune seconde de répit au lecteur. On entre dans cette ville qu'est Germania, protégé par un dôme des tempêtes extérieur, et on se sent oppresser, suffoquant dans ses tunnels où la mort rôde à chaque tournant.

Je n'ai maintenant qu'une hâte découvrir au plus vite la suite car avec cette fin, on ne peut attendre bien longtemps. Je vous conseille fortement cette Uchronie.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par doubleH 2018-06-05T14:54:58+02:00
Lu aussi

Le début est mieux que ce à quoi je m'attendais: l'écriture est fluide et très jolie. J'ai été assez rapidement prise dans l'histoire. L'héroïne est agréable. Au début elle défend et respecte les lois de son peuple puis peu à peu elle s'en détache et comprend la vérité. Évidemment on n'échappe pas au classique "je tombe amoureuse du beau brun rebelle" et à quelques autres caractéristiques du genre. Mais ce n'est pas une romance qui tourne autour du pot et ça j'apprécie.

Le thème des nazis est bien amené, bien expliqué sans trop en faire, on comprend bien dans quelle situation l'héroïne se trouve. De plus, de nombreuses autres thématiques sont abordées, des thématiques et problématiques actuelles telles que la dépendance à la technologie, etc.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Les-Histoires-dAmelia-Culture-Geek 2018-05-30T19:53:58+02:00
Diamant

Du Young Adult…

Lebenstunnel est très clairement destiné à un public adolescent, jeune adulte, avec tous les codes propres au genre dit du Young Adult. On a un genre littéraire, ici, une uchronie qui s’inscrit dans la science-fiction, puis une romance en filigrane qui ne semble pas prendre le pas sur l’intrigue de base. Et évidemment, une intrigue passionnante qui nous tient en haleine de bout en bout. Krista vit sa vie d’Aryenne sans rien demander à personne quand elle tombe sur une jeune femme enceinte dans une ruelle. Sa compassion (une tare à Germania) l’oblige à l’aider et ce geste la conduit dans un monde dont elle ignorait l’existence… Le personnage de Krista est assez basique : une jeune femme qui se conforte dans son quotidien rythmé par la même routine réconfortante. Puis, quand vient l’événement qui bouleversera sa vie, elle change presque totalement, devenant une hors-la-loi, refusant ces anciens préceptes qu’elle vénérait comme des pans indispensables au bon fonctionnement de sa société, remettant en question toute sa philosophie et par la même, celle du régime. Et même si la romance qui pointe le bout de son nez est assez prévisible, elle reste en arrière plan, sans trop déranger l’intrigue.

Les thématiques…

Krista remet en question toute sa manière de pensées, si bien que nous voilà, nous aussi, confronté à un mode de fonctionnement ahurissant qui nous fait grincer des dents. S’attaquer à un tel pan historique est une tâche très ardue puisqu’on peut tomber dans le politiquement correcte et perdre toute l’essence du roman, ou à l’autre extrême, aller trop loin et choquer jusqu’à dégoûter le lecteur. Oxanna Hope mène très bien sa barque et nous propulse dans un monde certes, plausible, mais qui dans l’évolution de nos pensées aujourd’hui, nous semble inconcevable. Ainsi, je n’ai pas tant été dérangée, prenant ce récit comme un texte fictif, sans but idéologique. Et donc, évidemment, un tel régime amène à poser le doigt sur bien des thématiques fortes : la discrimination, et évidemment, l’antisémitisme, le regard des autres, la confiance, etc… Et si la discrimination peut vous apparaître que d’un seul côté, elle est finalement prégnante des deux côtés rendant ce texte très humains et d’autant plus tragique par certains aspects.

Le style…

Oxanna Hope a cette faculté de nous plonger directement dans son intrigue, sans y aller par quatre chemin. Pas d’explications pompeuses qui auraient eu tendance à nous perdre plus qu’à nous immerger. Pas d’insinuation de ses propres opinions sur le sujet, du moins, si c’est le cas, ce n’est pas visible. Ce qui permet aux lecteurs de se faire ses propres opinions sans être influencés. C’est fluide, la plume est presque élégante et douce, ce qui contraste fortement avec la dureté du thème. Nous sommes plongés dans la tête de Krista, et de fait, ce personnage évolue, se questionne, ce qui fait que pas un seul instant, je ne me suis ennuyée à ses côtés. Cette mouvance du personnage le rend aussi réaliste qu’humain.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par jonasbrothers 2018-02-27T20:23:52+01:00
Lu aussi

Cela faisait plusieurs mois que j'avais ce roman dans ma PAL numérique, sans que je ne prenne le temps de le sortir, et c'est à l'occasion du Prix littéraire de l'Imaginaire 2018 que je l'ai fait. Sans ça, je n'aurais peut-être pas lu ce livre de sitôt, et c'aurait été une erreur de ma part, puisque ce fut une très bonne lecture, comme vous pourrez le voir lors de cet avis.

Pour ce roman, on part d'une question plutôt simple : et si Hitler et les nazis avaient gagné la Seconde Guerre Mondiale ?

C'est en partant de là que l'autrice nous offre ce roman, avec une intrigue tournant autour d'une société où seuls ceux correspondant au physique Aryen ont l'autorisation de vivre. Mais, c'est sans compter sur la génétique, mais aussi sur les survivants au génocide, puisque sous la ville de Germania vit en secret une communauté de gens, qu'ils soient bruns, aux yeux marrons ou encore Juifs, ...

Le récit nous emmène ainsi dans la découverte de cette population cachée, mais nous permet aussi de voir comment une société aryenne aurait pu évoluer si elle avait pu exister.

L'héroïne principale, Krista va vite s'apercevoir qu'il y a de la vie humaine sous ses pieds, et elle devra alors faire face à toutes les convictions qu'on lui a inculquée depuis toute petite.

Au départ, elle est loin de s'affranchir des idées reçues sur la soi-disant race supérieure, sur les Juifs, ... Elle a toujours vécu dans l'optique de cette perfection et de cette "pureté", quoi qu'il puisse en coûter en vies humaines pour que cela se perpétue.

Mais au fil des heures, et même des jours, qu'elle passera en compagnie de ces "impurs", elle remettra en question une bonne partie de ces croyances et sera en proie au doute à propos de son peuple.

Les moments de mouvement et de dynamisme s'enchaînent parfaitement à ceux plus calmes, plus propices à l'introspection, pour nous mener dans cette aventure aux côtés des personnages.

Résignation, acceptation, doute, mais aussi révolte et courage feront partie de cette intrigue dystopique et uchronique, où l'action viendra se mêler à ces questionnements pour nous offrir un roman haletant et entraînant tout du long, que l'on vivra avec la jeune Krista.

Krista est un personnage fort qui a toujours été élevé dans la pensée aryenne, et ce depuis qu'elle est née. Alors forcément, lorsqu'elle doit faire face à ce qu'elle ne connaît pas, la peur et le dégoût se forment en elle tandis que ce qu'on lui a toujours dit à propos des personnes non-Aryennes lui revient en mémoire. On compatit pour elle, car on comprend que c'est l'endoctrinement qu'elle a suivi qui fait qu'elle pense de cette manière, mais aussi car elle prend la peine, au fur et à mesure, de remettre en question ce qu'elle avait pu apprendre le long de sa vie. Le temps qu'elle se rende compte de l'ineptie de ce qu'on lui a inculqué, le doute reste en elle, et on ne peut s'empêcher de grimacer face aux pensées et remarques qu'elle a toujours plus ou moins inconsciemment envers les non-Aryens. Elle est en effet au départ bornée sur ses convictions, mais elle verra petit à petit que les autres hommes ne sont pas moins méritants de vivre que ceux du peuple Aryen, et qu'ils tout aussi humains, avec des qualités et des défauts.

Ces fameux hommes se sont réfugiés depuis près de deux siècles dans les réseaux souterrains de Germania, afin de pouvoir avoir un semblant de vie malgré la violence et la mort qui restent sur leurs pas s'ils venaient à n'être pas assez vigilants. Cette vie en communauté, sa façon de fonctionner ainsi que le fait des souterrains ne fut pas sans rappeler Les Âmes Vagabondes de Stephenie Meyer, mais ce fut là la seule ressemblance que l'on peut notifier (Attention, je ne dis pas que l'autrice s'en est inspiré, seulement que cela m'y a fait penser).

Dans cette population recluse, on croisera de nombreuses personnes méfiantes, voire haineuses envers Krista, du fait de son appartenance au peuple Aryen qui décima les autres "races" d'hommes par le passé. On voit alors qu'ils ne sont malheureusement pas toujours différents des Aryens, quand il s'agit de la peur d'autrui, de la cruauté de certains ou lorsque le danger frappe à la porte. Mais quelque-uns accorderont quand même un peu de dignité au personnage principal, comme Anna, que l'on ne sait pas trop cerner, ou comme Elias.

Ce dernier est l'un des autres protagonistes de l'histoire, auquel on s'attache vite. Il est l'un des seuls qui daigne accorder un tant soit peu d'attention à Krista, et qui acceptera en apprenant à en savoir plus sur elle de voir l'humain plutôt que l'Aryenne. Il est de plus un personnage qui veut combattre pour sa liberté et pour des conditions de vie décentes, alors que la plupart des autres se sont résignés depuis longtemps à sa vie miséreuse, pour eux et pour leurs enfants.

Ce roman est vraiment intéressant, car en plus de la dynamique du récit, des actions et leurs aboutissants, on a un côté humain qui nous mène à réflexion. En effet, il semble pour une grande partie d'entre nous normal que tout un chacun, peu importe sa religion, sa couleur de peau ou son physique, ait le droit de vivre et que donc il n'atteigne en aucun cas à la dignité ou à la vie d'autrui pour ces raisons-là. Sans autant rentrer dans ce genre de débat, le livre nous fait réfléchir, non pas seulement à cela, mais aussi à nos réactions et pensées si nous étions conditionnés à penser d'une certaine manière, si nous étions obligés de vivre cachés, ou encore si nous ne connaissons pas la différence. Le développement de cet aspect fut pour moi vraiment captivant, car on se demande comment l'on se comporterait si nous étions dans l'une de ses situations. Face à ça, on pourrait dire "Mais non, jamais je ne serais comme ça", "C'est tout simplement inhumain, il est impossible que je me comporte ainsi", "Je n'aurais en aucun cas obéi, je me serais insurgé et battu peu importe le coût".

Oui, peut-être que certains d'entre nous auraient réellement agi comme ça, mais quand on est face à la peur de l'inconnu, quand on se retrouve à devoir se confronter à la différence qu'on nous a toujours fermement appris à mépriser et qu'on n'a jamais vu en vrai, quand on est conditionné depuis toujours, que ce soit dans la sphère familiale, amicale, éducative, à un certain mode de pensée, sommes-nous tous enclins à la révolte, à la remise en question de ce qu'on a toujours connu et cru, à l'acceptation d'autrui ? Ce sont des questions qui se posent, sans qu'on trouve jamais la réponse de ce que nous aurions réellement fait et pensé, sans qu'on le sache avec certitude. Et tout cet ensemble m'a vraiment intéressé, tout du long du roman, et a fait que je pouvais avoir de l'empathie pour Krista notamment. Bien que cela n'excuse pas ce qui a pu être fait, que soit dans la fiction comme ici ou dans l'Histoire, que cela n'explique pas les horreurs commises, surtout que certains étaient conscients de ce qu'ils faisaient alors qu'ils n'avaient pas été conditionnés, c'est une réflexion autour de l'humain et ce dont il est capable face au contexte, qui je pense peut avoir sa place.

Le roman m'a ainsi entraîné entre action et réflexion, pour nous mener à une fin faite de rebondissements et croyances parties en fumée, qui laisse comprendre que nous sommes encore qu'au début de ce périple. Ces révélations nous mènent à l'aube d'un jour nouveau, un avenir naissant qui a une chance de se profiler à l'horizon si les gens tentent ce combat, encore flou et incertain, mais qui viendra sans aucun doute heurter les protagonistes et les citoyens. Une conclusion qui termine ce premier chapitre de l'histoire bien plus vaste encore, que l'on souhaite découvrir aux côtés des personnages dans les prochains tomes.

Pour conclure, j'ai beaucoup aimé ce premier tome de la trilogie. J'ai été entraînée tout du long, et les réflexions derrière tout ça ont été intéressantes à chaque instant. On s'attache vraiment aux personnages principaux, tels Elias ou Krista, et on apprend à leurs côtés comment a pu se construire chacun des peuples auxquels ils appartiennent. L'idée de partir sur un simple "si" pour construire une uchronie est souvent captivant lorsque c'est bien traité, et Oxanna Hope l'a réussi avec brio et d'une manière maîtrisée et réfléchie. C'est avec hâte que j'ai envie de découvrir les deux tomes qui permettront de clore cette trilogie, et qui je l'espère seront aussi bons que celui-ci.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Sometimes 2018-01-31T19:24:18+01:00
Argent

Ce livre est saisissant par le réalisme qu’il dégage. Oxanna Hope a créé une société extrêmement cohérente : la sélection naturelle, le contrôle de la population, l’endoctrinement, tous ces éléments sont bien présents et intégrés de manière très intelligente. C’est dans cette société stricte et dans laquelle l’empathie est prohibée qu’évolue notre jeune héroïne Krista. C’est une Aryenne qui – comme tous ses semblables – n’a jamais pensé à remettre en question tout ce qu’on lui a appris dès son plus âge. Et toutes ses certitudes vont vite être ébranlées quand elle va commencer à voir les failles de sa société…

Le gros point fort de ce livre est l’atmosphère qu’Oxanna Hope a réussi à mettre en place. Nous, lecteurs, on ne peut qu’être horrifiés par cette société et par certaines pensées de Krista vis à vis de sa race jugée pure. Néanmoins – et c’est là que l’auteure a bien réussit le challenge – on s’attache quand même à l’héroïne et on arrive souvent à comprendre pourquoi elle pense comme ça. Elle a été élevée dans le culte de sa race, elle n’a connu que ça dans sa vie et même si elle a été très docile et qu’elle aurait pu se poser plus de questions, son attitude est finalement complètement compréhensible.

Cependant, j’ai trouvé que tout au long du livre, on retrouvait les mêmes schémas narratifs qui se répétaient. La première fois ça marche bien puis, les autres fois, j’ai commencé à me lasser un peu. Cependant, il y a énormément d’action en moins de 300 pages et ce premier tome se lit donc vraiment très vite.

Un autre point qui m’a un peu dérangée est qu’il y a parfois quelques facilités (les personnages dont l’auteure a besoin jusqu’au bout reste miraculeusement en vie tandis que ceux qui n’ont pas d’utilité sont tués). De plus, je n’ai absolument pas été convaincue par une révélation à la fin du roman...

https://sometimesabook.wordpress.com/2018/01/31/chronique-lebenstunnel-tome-1-allegence-doxanna-hope/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par merryfantasy 2018-01-28T17:19:09+01:00

C’est ma première uchronie, et je suis ravie que cette première fois ait lieu avec une auteur que j’apprécie tout particulièrement. Plutôt habituée aux dystopies, je ne connaissais pas vraiment les codes de ce genre, et j’avais besoin d’être mise en confiance pour tenter cette lecture. Et cela s’est bien passé. Tellement que j’en redemande !

J’ai lu ce titre sans en avoir lu le résumé. Je ne savais donc pas du tout de quoi ça allait parler, surtout que le titre ne m’aidait pas vraiment à le savoir. Outre le fait que je ne parle pas un mot d’allemand, le sous-titre non plus n’était pas parlant. Alors, imaginez un peu ma surprise d’apprendre que dans cette histoire, Hitler a gagné la seconde guerre mondiale. Mais quelle idée : il fallait absolument que je découvre ce à quoi on a échappé !

Dès les premières pages, j’ai été captivée par l’univers. Je me suis demandé comment cet univers futuriste pouvait être aussi proche technologiquement du nôtre, tout en ayant des codes et des valeurs aussi différents... voire malsains. Choquée et révoltée, j’avançais dans ma lecture pour comprendre ce monde, pour supporter Krista, qui va se retrouver en bien fâcheuse posture.

Car cette jeune fille, dont la personnalité est plutôt plate au début, est un des personnages centraux de l’histoire, et celle qui évoluera le plus à cause d’événements qu’elle n’aurait pas pu prévoir. Jeune Aryenne travaillant dans une maternité, elle croise sur sa route une jeune femme sur le point d’accoucher. L’entraînant à l’abri dans un tunnel, car elle n’est pas Aryenne et son bébé sera voué à mourir, elle se retrouve prisonnière d’un groupe de Juifs qui survivent sous Germania. C’est là qu’elle rencontrera Elias et que son monde basculera complètement.

Outre le contexte particulièrement proche de la non-réalité, ce titre m’a fait penser à toutes les dystopies que j’ai pu lire. Tous les codes de ce genre se retrouvent dans ce texte, et ce n’est pas pour me déplaire. Ajoutons à cela une petite romance naissante entre deux jeunes ados, le choc des cultures, et un soupçon de suspens qui nous rapproche du thriller… Oxanna Hope nous a encore concocté une histoire qui ne laisse pas indifférent et dont on souhaite réellement connaître la suite. Car cette fin… je n’avais rien vu venir. Et j’aime ça !

http://mes-reves-eveilles.blogspot.fr/2018/01/lebenstunnel.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par GabrielleViszs 2018-01-24T18:39:26+01:00
Or

Ce livre était dans ma pal depuis un petit moment et il a fallu une lecture commune avec Val Hou André pour que je le sorte de sa poussière. Et le moment est enfin terminé. C'est la couverture qui m'a attiré en premier, puis le fait que cela soit Oxanna qui en soit l'auteur. J'ai déjà eu la chance de lire d'autres livres écrits par ses petits doigts et j'avais aimé. Donc autant continuer !

Nous suivons les pas de Krista, une jeune femme blonde aux yeux bleus dans un monde où les Allemands ont gagné la seconde guerre mondiale. Elle fait partie de ceux qui ont la chance de rester en vie. Travaillant en maternité, nous découvrons un univers glauque. Du départ, nous apprenons que les enfants sont triés sur le volet. Et il vaut mieux pour eux aller dans le sens du Führer, autrement ils passent au crématoire... Un soir, alors que l'heure du couvre-feu arrive à grands pas, Krista se retrouve dans une position délicate. En rentrant vers la maison de ses parents, elle rencontre une autre jeune femme, enceinte jusqu'aux yeux, tentant de rentrer dans une bouche d'égout. En voulant l'aider, elle va se retrouver dans une position plus que délicate, car il s'avère que le monde d'en haut n'est pas le seul à exister.

La vision de l'auteur est tout autant effrayante par son réalisme, que déroutante. Imaginer que cela aurait pu se produire fait froid dans le dos. Un monde parfait pour la race aryenne. Celle qui se doit d'être pure dans tous les sens du terme. La couleur des yeux, de la peau, des cheveux, les travaux obligatoires, les obligations. Ce n'est plus une sélection naturelle, mais la main humaine qui décide de qui va vivre ou mourir selon les principes inculqués. 200 ans ont passé depuis la fin de la guerre mondiale et les conditions de vie sont strictes.

Krista évolue dans une famille qui est peu présente. Elle est juste bonne à travailler dans la maternité. On ressent bien le ressentiment d'avoir une enfant tout juste "bonne" pour entrer dans les clous, sans pour autant être parfaite. Elle n'a pas réussi à entrer dans une prestigieuse école, ou encore à être la meilleure des meilleures. En bref, on se demande comment elle a réussi à rester en vie. Par chance son physique est pile ce qu'il faut pour la race aryenne.

Le monde crée est vide d'émotions, de sentiments. Seule la peur semble pourtant être l'origine de bon nombre de situation. Se faire attraper en dehors des heures légales est un crime. Tout comme ne pas suivre les consignes de son responsables. En gros, les personnages vivant en Germania ne font pas ce qu'ils veulent. Lebenstunnel me fait penser, en le disant à haute voie, à un tunnel d'ébène. Sombre, la noirceur est bien caché par la blondeur de ceux qui se croient les maîtres du monde. Ils le sont et gardent sous contrôle la population de Germania.

Plus nous avançons dans l'histoire et plus des questions se posent. L'héroïne est partagé entre son sentiment d'impuissance vis-à-vis des bébés qu'elle doit aider à supprimer et son devoir. Pour une famille, pour des générations qui ont été endoctrinés (c'est ainsi que je le vois) cette dualité en elle me rend sceptique sur plusieurs points. Ce qui n'est pas mauvais, au contraire. C'est tout de même dans l'extrême, au niveau des idées. Après tout l'histoire nous a prouvé que l'Homme est capable du meilleur comme du pire.

La rencontre entre Krista et la jeune femme à la plaque d'égout va tout chambouler. Tout ce qu'elle croyait dur comme fer, s'effrite comme les sous-sol de la ville. Sa vision du monde va se briser lorsque la violence va devenir son quotidien. Vivre, survivre dans des conditions déplorables... Krista va douter : d'elle-même, des autres, de sa patrie, de sa propre vie. Ceux qui vont lui permettre de mieux comprendre ne sont pas en reste. Ils sont ceux qui vont lui permettre d'évoluer dans un cercle fermé où le moindre bruit est synonyme de faiblesse. Des si apparaissent un peu plus vite, un peu trop vite. Le doute est bien présent et malheureusement je me suis retrouvée avec une partie de la solution avant d'y arriver. Ce n'est qu'une partie, car l'iceberg cache bien son jeu. Un jeu de pouvoir, un jeu de maintien, une forme d'auto-suffisance qui fait froid dans le dos.

Certains passages sont trop rapide, l'évolution de Krista suit ce mouvement. Je ne sais pas si passer un peu plus de temps aurait été mieux ou non, car au final j'ai lu l'histoire sans pour autant m'arrêter en chemin. En parlant évolution, nous découvrons des personnages qui ne sont pas en reste. Elias est le second personnage principal qui joue sur plusieurs tableaux. Dans ce livre, il vaut mieux ne pas se fier aux apparences et encore moins croire en certaines paroles. Car la traitrise ne va cesser de se montrer. Il fait partie de ce peuple qui a connu l'oppression durant la seconde guerre mondiale. Descendant des résistants, ils sont engrenés dans un système complètement haineux. Impossible pour eux de vivre avec ceux d'en-haut pour plusieurs raisons. Mais surtout la colère est si importante que la violence est quasiment permanente envers ceux qui sont différents des autres. Deux peuples qui se confrontent et qui se comportent de la même manière.

J'ai adoré le personnage de Zack qui est tout à fait l'homme qui n'a pas cessé de maudire ce peuple blond. Il a les réactions attendues, les actes, les paroles qui suivent l'ensemble. Ezra est un autre de mes personnages que j'ai beaucoup aimé. Le fait qu'il reste méfiant, qu'il n'arrive pas à laisser passer certains points me titillaient l'oreille. Concernant Krista, certains passages m'ont fait me poser des questions, une fois de plus. Car elle qui est si moyenne, comment peut-elle suivre certains mouvements dans des endroits si... compliqués. Hum de drôles de doutes se sont insinués. Et je suis certaine que nous n'avons eu que d'infimes réponses à tout cela.

En conclusion, un premier tome qui passe trop vite. La lecture est fluide, quelques passages un peu trop rapide, mais des réactions qui correspondent aux situations. Des personnages qui ont encore beaucoup à donner. De belles surprises, enfin façon de parler car pour les personnages c'est tout le contraire. Une vision de ce qui aurait pu se passer à une autre époque terrifiante. Des rebondissements, de l'action, du suspense, en bref de quoi ne pas s'ennuyer. Dès que je le pourrais je lirais la suite avec grand plaisir, car le final est vraiment sadique !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/lebenstunnel-tome-1-allegeance-oxanna-hope-a135756862

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Enora-Gaby 2017-11-11T09:10:30+01:00
Or

Une lecture qu'on a pas envie d'arrêter av la fin. Une fin frustrante, des le lendemain j'achetais le tome 2.

Un livre que je conseille.

Bonne lecture.

Afficher en entier

Date de sortie

Lebenstunnel, tome 1 : Allégeance

  • France : 2017-02-10 (Français)

Activité récente

Distinctions de ce livre

Les chiffres

Lecteurs 73
Commentaires 33
Extraits 4
Evaluations 39
Note globale 8.23 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode