Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de lectrice-en-herbe : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
Kaleb, Tome 3 : Fusion Kaleb, Tome 3 : Fusion
Myra Eljundir   
http://wandering-world.skyrock.com/3195600873-KALEB-T-3-FUSION.html

Oh my ! Il y a tellement de choses à dire à propos de FUSION ! Ce roman, c'est un monstre, un pur ovni de la littérature YA. C'est bien la première fois de ma vie que je lis une histoire aussi étrange et aussi obsédante. Je dois bien l'avouer : la trilogie KALEB m'a envoûté et m'a hypnotisé du premier au dernier volet. FUSION clôt à merveille cette saga, car c'est un opus qui répond à absolument toutes nos questions, tout en nous laissant la possibilité d'envisager bien des futurs pour nos héros qu'on adore détester. Malgré tout, je suis un peu plus mitigé qu'après ma lecture des deux premiers romans. En effet, FUSION est véritablement un récit à part, qui se détache à la fois de KALEB et d'ABIGAIL, mais également de tout ce qu'on peut connaître et expérimenter en termes de voyages livresques. J'ai vraiment vécu quelque chose d'unique et de particulier, et je ne sais pas encore si j'ai aimé ou détesté ça. D'un côté, je suis frustré, car Kaleb est assez absent du récit. A contrario, je suis également hyper satisfait et ultra impressionné du travail de l'auteure sur son univers. Bref, la trilogie KALEB ainsi que FUSION n'ont jamais rien fait pour me faciliter la tâche côté émotions et, ça, j'adore !
Le truc vraiment spécial avec FUSION, c'est que c'est un roman... Qui nous parle d'un roman. En effet, ce troisième opus de la saga KALEB nous offre de très nombreux extraits du Livre du Volcan. Ainsi, nous nous retrouvons confrontés aux histoires des EDV (Enfants Du Volcan), chose qui m'a particulièrement étonné. Je ne m'attendais absolument pas à ce que Myra Eljundir (si cette personne existe vraiment, d'ailleurs !) emprunte un tel chemin ! Du coup, j'ai eu besoin d'un peu de temps pour me faire à l'idée qu'on ne suivrait pas que Kaleb dans cette histoire. Je l'avoue, j'ai été déçu et un peu frustré. Kaleb m'a ÉNORMÉMENT manqué. Son histoire m'a toujours irrémédiablement attiré. Sa personnalité, son don, son caractère, ce qu'il projette, tout cela m'a TOUJOURS passionné et enivré. J'étais tellement impatient de pouvoir réitérer ces expériences que voir mes désirs mettre plus de temps à être assouvis m'a mis un petit coup au moral. J'ai profondément craqué pour Kaleb, c'est officiel. Il y a quelque chose d'envoûtant, de chaotique, de sensuel, de charnel, d'hypnotique, de sulfureux, d'inoubliable et de destructeur chez lui. Quelque chose qui nous pousse à sans cesse en redemander plus. Plus, plus, plus. Plus de Kaleb Helgusson. Vous l'aurez compris, une grosse part de ma "déception" provient du fait que le héros de la trilogie ait été effacé au profit d'une histoire encore plus complexe et encore plus intrigante. C'est un peu paradoxal, mais c'est exactement ça. J'ai aimé les éléments qui ont "remplacé" Kaleb, mais j'aurais encore plus aimé retrouver ce héros de la manière dont c'était le cas dans les deux précédents romans.
Concernant le Livre du Volcan, houlalalala ! Myra Eljundir est dingue, c'est sûr. L'auteure part tellement, tellement, tellement loin que je n'ai pu que rester admiratif et ébloui devant autant de travail. C'est juste B-R-I-L-L-A-N-T. Surtout que cela explique pourquoi Kaleb doit être estompé du paysage. D'où le fait que je sois perdu, en fait. Parce que je pardonne aisément à Myra le choix de faire disparaître son héros pour nous livrer un récit aussi mystérieux et envoûtant que celui du Livre du Volcan. Le Livre du Volcan, c'est une histoire gigantesque, ultra sophistiquée et subtile, à laquelle il faut vraiment s'adapter. J'ai eu besoin de beaucoup de temps pour me mettre dans le bain, en fait. On pénètre vraiment au cœur d'un tout autre univers, alors qu'on voyage déjà au beau milieu d'un monde lui-même hyper bien construit et possédant sa part de complexité. Préparez votre concentration pour dévorer ce roman, c'est un conseil !
Rencontrer Wothan, Edda, Hermeda, Järell, Östan ou encore Loki a été une aventure exceptionnelle. Vraiment. Une fois que je suis parvenu à me faire au Livre du Volcan, j'ai été aspiré dans un ouragan de rebondissements et de surprises à couper le souffle. Tous les protagonistes cités précédemment sont HYPER HYPER HYPER profonds. Ils sont tellement bien décrits, tellement authentiques et tellement humains qu'ils en paraissent presque réels. Ils sont presque là, avec nous. C'était pratiquement palpable, bordel ! Myra Eljundir est parvenue à donner une profondeur juste démente à ses héros. J'en suis encore tout retourné ! C'est juste un truc de dingue ! Leurs histoires s'entrecoupent, se croisent et se recroisent, s'entrechoquent pour nous faire halluciner et nous consumer. Puis elles nous mènent logiquement à l'histoire de Kaleb et, là, c'est carrément l'implosion.
Myra Eljundir est vraiment allée loin. Je me répète, mais vous comprendrez ce que je veux dire lorsque vous lirez le roman. Tout est si... Immense. J'ai vraiment eu l'impression d'avoir affaire à quelque chose d'énorme. A un monstre. Je n'arrive pas à m'enlever cette image de la tête. KALEB T.3 est un monstre, tout simplement. Plus on tourne les pages du Livre du Volcan, plus nous sommes possédés par cette espèce d'avidité et de curiosité toxiques qui rampaient déjà dans chacune de nos cellules depuis notre lecture du premier volet : quel sera le dénouement final de cette histoire ? Entre le récit des premiers EDV et les passages où nous retrouvons Kaleb, je vous assure que notre patience est mise à rude épreuve. J'ai vraiment été conquis par les moments relatés au présent, où nous rejoignions enfin Kaleb et ses acolytes. Malheureusement, j'ai trouvé que trop peu de place et d'importance leur était accordée. C'est dommage, car ils sont pourtant ultra intéressants et nécessaires au fil conducteur de l'intrigue. Si les choses avaient été un peu plus approfondies les concernant, tout aurait été parfait !

par Jordan
Les enquêtes d'Hector Krine, Tome 1 : Les pilleurs de cercueils Les enquêtes d'Hector Krine, Tome 1 : Les pilleurs de cercueils
Stéphane Tamaillon   
http://lesmotspourrever.com/

Dans la ville de Londres, à l’époque victorienne, le détective Hector Krine est demandé pour enquêter sur une étrange affaire de profanation de sépultures. Étrange parce que ce ne sont pas les bijoux et les objets qui sont dérobés mais les cadavres. Son enquête le mène dans les bas quartiers de la capitale anglaise, là où s’entassent la misère humaine et les Grouillants, ces créatures surnaturelles dotées de capacités spéciales ou de particularités physiques qui ont fui les quatre coins de l’Europe et ont vu dans l’Angleterre une nouvelle terre d’accueil. Leur intégration est pourtant loin d’être réussie, souvent tenus en marge de la société.

Parallèlement, Krine reçoit une missive de la part de la nécromancienne Hécate, une femme qu’il a longtemps aimé et qui se sent en danger. A la fois intrigué et inquiet, il se rend sur place et découvre qu’elle a été tuée. Pour lui il n’y a aucun doute, la scène a été maquillée pour faire croire à un vol et désigne sans conteste un loup-garou pour coupable. S’il lui faut retrouver l’assassin, il lui faut également mettre la main sur Matthew, le fils de Hécate, que personne n’a vu depuis des heures et qui semble lui aussi posséder certains dons particuliers.

Honnêtement ce n’était pas gagné d’avance entre ce livre et moi. Si la couverture m’avait plu de suite et si le résumé m’avait intrigué, le prologue avait presque réussi à me faire remettre cette lecture à beaucoup, beaucoup plus tard. Ce n’est pas tant la violence et le gore que l’on se prend en plein visage dès les premières pages qui m’ont fait tiquer (même si j’ai été surprise de voir un tel contenu dans un livre jeunesse (oui je suis de la vieille école, bou-ouh)) mais plutôt ce passage d’une scène à une autre, sans aucun lien apparent entre elle. Une minute nous suivons l’évasion ensanglantée de Vseslav Brashislavich, et celle d’après nous sommes en compagnie de Irina Krinikov et de son fils Igor dans une contrée reculée de l’Ukraine. A peine le temps d’apprendre à les connaître que Irina se fait tuer sous les yeux de son fils. Et au chapitre suivant nous voilà propulsés en plein cœur de Londres, sans transition, où un détective du nom de Krine court après un voleur à la tire. Tout ça faisait énormément d’informations d’un coup et sans aucun lien entre elles, ce qui m’a de prime abord rebuté. Mais comme je ne sais pas résister aux histoires de détective se déroulant dans le Londres du XIXme siècle, j’ai persévéré. Et quelle bonne idée que j’ai eu !

Vous me dîtes « détective » et « Londres », je pense aussitôt Sherlock Holmes, donc d’office je vais laisser une chance à l’histoire. Ce rapprochement n’est d’ailleurs pas uniquement le fruit de mon imagination, il y a un réel désir de la part de l’auteur de nous inciter à faire un parallèle entre son héros et celui de Conan Doyle. J’ai retrouvé Holmes dans Krine à travers sa manière d’être, sa gestuelle, ses réflexions, mais aussi son inimitié avec un certain commissaire de police incapable de résoudre une enquête par lui-même, ou encore dans un certain 221 Baker Street. Il n’en fallut pas plus pour que Les pilleurs de cercueils ait toute mon attention (oui je suis faible ^^)

Outre son affinité avec Sherlock Holmes, cette histoire m’a plu parce qu’elle mêle habillement faits historiques, fantasy et steampunk. Chacune de ces catégories n’est finalement présente que par petite touche puisque c’est le côté policier qui prime mais tout cela créer un univers vraiment très, très intéressant, et surtout qui fonctionne parfaitement. Ou tout du moins qui semble crédible, plausible, comme si brusquement l’idée de rencontrer un homme à huit bras ou un sorcier n’avait rien d’extraordinaire. Tamaillon m’a fait adhérer à son univers en un battement de cœur. Il y a aussi toutes ces touches historiques que distille l’auteur sur la politique de Londres et sur les ségrégations que connait la ville à l’époque. Ici les Grouillants ne sont finalement qu’une représentation fantasy des classes sociales les plus pauvres de l’époque.

J’ai été surprise et amusée de croiser d’autres noms connus du grand public comme le Docteur Jekyll et Mister Hyde, Victor Frankenstein et sa créature, le Sphinx, Arthur Conan Doyle, Louis Lucien Bonaparte (même si je ne suis pas convaincue que les plus jeunes comprendront les boutades entre ces deux-là). Et en même temps un peu circonspecte parce que j’avais le sentiment que ACD n’avait pas sa place dans un livre qui se targuait de rendre hommage à un personnage que ADC lui-même avait créé. Un peu comme s’il y avait un paradoxe temporel, une faille dans le continuum espace-temps qui avait fait se rencontrer Krine et Conan Doyle au risque de faire imploser l’univers (oui parfois j’ai des réflexions un peu bizarre).

Là où Les pilleurs de cercueils pèche un peu, c’est dans son découpage. Les chapitres sont très courts (une moyenne de 5 pages environ) et il n’est donc pas facile d’y inclure quelque chose d’intéressant, d’accrocheur, à chaque fois. D’autant plus quand les chapitres ne se suivent pas, nous emportant sur un nouveau lieu plutôt que de nous laisser aller au bout de l’intérêt qu’avait suscité en nous le chapitre précédent. Pas mal de frustration de ce côté là, donc. Il y a également ces longues phrases, ces synonymes parfois surprenant qu’utilise l’auteur pour éviter les répétitions, alourdissant considérablement un récit qui n’est déjà pas toujours évident à suivre à cause de son manque de fluidité à certains moments.

Difficile de réellement classer ce livre. Un peu trop sanglant et gore pour de la jeunesse (si encore on nous avait épargné certains détails) mais le scénario n’est pas assez poussé et un peu trop prévisible pour vraiment plaire à un public adulte. D’un autre côté j’aime beaucoup Krine et son humour sarcastique (notamment avec le commissaire Petterson et Matthew), mais aussi le fait que même s’il est lui aussi un Grouillant, il fait tout pour s’intégrer, allant jusqu’à refuser d’utiliser ses dons alors qu’ils pourraient lui être d’une grande aide, tout en ayant un profond respect pour la couronne d’Angleterre alors qu’il vient d’Ukraine. Au fond le Krine du passé m’intéressait peu, je préférais suivre les aventures de l’actuel. D’accord certaines choses sont courues d’avance, d’accord certains mystères n’en sont pas vraiment, d’accord toute l’histoire se dénoue un peu trop facilement, mais ça n’a pas empêché que j’ai vraiment aimé ce moment passé aux côtés de Hector Krine.
Candide Candide
Voltaire   
Bien sur, c'est un livre à lire.
Bien sur qu'il est incontournable.
Mais désolée, je n'ai vraiment pas aimé !
J'ai eu l'impression de lire 5 fois les même chapitre, à quelques variantes près.
On lit le premier, un du milieu et le dernier chapitre et on a lu le livre !

par Gomette
Les Enchanteurs, Tome 4 : 19 lunes Les Enchanteurs, Tome 4 : 19 lunes
Kami Garcia    Margaret Stohl   
J'étais impatiente d'enfin lire ce dernier tome !
Première impression en boutique : déception. Je m'attendais à un nouveau bon pavé comme les trois premiers. Et là... Il me paraît vraiment minuscule. Bref, la déception ne dure pas longtemps puisque qu'à peine sortie je me plonge dans le résumer et souris, impatiente de démarrer la lecture.
Après lecture, mon avis est mitigé. D'un côté, j'ai adoré car la boucle est bouclée, c'est-à-dire que toutes les questions qui restaient en suspend dont réglées d'une manière ou d'une autre (surtout, mon coup de cœur a été qu'elles pensent à enfin nous révélait ce que fabriquait Link à 9 ans dans la cave d'Ethan !). Ensuite, nous retrouvons tous nos personnages favoris avec plaisir, entre autres, Rid, Link, Macon, John, Liv, Reece et d'autres (en particulier une), dont je ne dirais rien pour vous laisser la surprise.
Ce que j'ai un peu moins aimé c'est tout se passe très vite. On a peine le temps de réaliser que quelque chose s'est passé que tout est déjà terminé. En fait, il se passe énormément de choses dans ce tome, peut-être trop car finalement, on se retrouve presque noyés sous les informations. Il fallait, certes, tous ces éléments pour conclure la saga, mais dans ce cas il aurait peut-être fallu l'allonger un peu.
Cela dit, j'ai beaucoup aimé le dénouement de toute cette histoire. Bien que le style des auteurs - que j'aime toujours autant - a été un peu plus épuré, elles n'ont rien laissé au hasard et on trouvé la façon de lier tout ça et de nous offrir une excellente fin - certes peut-être trop rose mais, après tout, qui n'aime pas ça ?
Bref, la fin de cette sage fiche tout de même un sacré coup et ça laisse une étrange sensation lorsqu'avec la page de fin nous réalisons qu'il n'y aura plus de nouveau voyage à Gatlin...

par Eoria
Une île trop loin Une île trop loin
Annika Thor   
J'ai lu ce livre il y a super longtemps... Je l'ai relu dernièrement, et je l'aime toujours autant ^^! J'adore l'histoire et on s'attache rapidement aux personnages...

par Miss-Coco
Les Ailes d'Alexanne, Tome 3 : Le Faucheur Les Ailes d'Alexanne, Tome 3 : Le Faucheur
Anne Robillard   
Extra génial!!!! par quoi commencer ben tout simplement que se troisième tome es tout simplement parfais!!! j'aurais aimé une suite parce que la fin nous laisse encore nous posez des questions mais c'est comme même une histoire fascinante, chaque personnage est attachants!!! pour cela félicitations à l'auteur!!!
je le conseil vivement car c'est une pur merveille!!!!

par quartz
La Trilogie du Magicien Noir, Tome 3 : Le Haut-Seigneur La Trilogie du Magicien Noir, Tome 3 : Le Haut-Seigneur
Trudi Canavan   
Une fin en apothéose.
Sonéa à parcouru bien du chemin depuis le tome 1. Et Akkarin est de plus en plus intéressant. On apprend enfin toute son histoire.
Il est dommage que ce soit déjà la fin ... mais bon, il faut bien une fin.

par Gayana
Eon et le douzieme dragon Eon et le douzieme dragon
Alison Goodman   
Je l'ai lu avant de lire le Clan des Otori (c'est d'ailleurs ce qui m'a probablement poussé à le lire), et il est vraiment génial.
En revanche, j'ai appris à la fin qu'il y avait un tome 2, or il n'est pas à la bibliothèque où je vais, ce qui m'énerve ! Je le veux !!!

par Kato
Le coeur à l'ouest Le coeur à l'ouest
Camille Brissot   
Il s'agit d'une lecture rapide, et d'un récit plutôt divertissant. J'ai trouvé les personnages très attachants, surtout les personnage de Sully et de Shaun. Mais l'intrigue n'est, selon moi, pas assez approfondie.
Je n'adhère pas non plus à certains choix de l'auteur, comme par rapport à l'histoire d'amour dans ce roman par exemple. J'ai trouvé le personnage de Nathan pas assez développé et malhonnête.
J'ai par contre adoré le cadre de l'intrigue, ce studio au-dessus d'un pub irlandais, j'ai bien aimé cette atmosphère.

par HeiHeen