Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de lectureaddict : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Insaisissable, Tome 2 : Ne m'échappe pas Insaisissable, Tome 2 : Ne m'échappe pas
Tahereh Mafi   
Oui, bah non, j'ai pas tenu le coup, je l'ai lu, voilà, j'ai craqué. Et ça me fait ressentir des choses paradoxales, je suis heureuse, très heureuse, euphorique même. Mais je suis triste, triste de devoir attendre un an avant la sortie du prochain tome. Ce roman est ... je n'ai pas suffisamment de mots pour décrire combien j'ai attendu de lire quelque chose comme ça, combien j'ai espéré qu'un auteur m'offre cet extase, une fois dans ma vie (et j'en veux plus, plus, plus). Je ne reviendrais pas sur la plume irrévocablement et indéniablement sublissime de Tahereh Mafi, ceux qui ont lu le premier tome savent déjà à quel point c'est une auteure talentueuse.
Des livres excellents, j'en ai lu, et j'en lirai. Celui-ci est différent, pas le meilleur, un des meilleurs, oui. Mais il est différent. Si différent. On n'a pas tellement l'impression de lire un roman, on a juste l'impression qu'on est quelqu'un d'autre, on a juste l'impression de penser, inlassablement, sans réel fil rouge, sans transition, sans mensonges. Parce que les sentiments sont si authentiques, ils sont si véridiques que ça ne nous touche même pas, ça ne nous fait même pas ressentir de l'empathie, c'est plus fort que ça, plus puissant, plus poignant. Waw. Oh mon Dieu, Oh mon Dieu, Oh mon Dieu. C'est haletant, presque fatiguant. Je ne sais pas quoi dire, ni quoi penser, j'en reviens pas.
Les personnages sont...la raison principale qui me fait tant aimer ce livre, et je suis déçue de ne pas pouvoir leur attribuer un 100, un 1000 sur 10. Ils sont incroyablement attachants, incroyablement vrais. Juliette a évolué, oui, et on sent cette évolution. Si je l'aimais au tome un, j'en suis venue à l'adorer, j'ai ressenti tout ce qu'elle a ressenti, agonie, frustration, tiraillement. Warner a évolué, Warner est changé, Warner est...juste Warner. Il n'en faut pas plus pour l'aimer, aimer son imprévisibilité, la contrariété qu'il éveille parfois en nous, mais l'indubitable affection qu'on ne peut s'empêcher d'éprouver à son égard. Adam est toujours aussi magique, mais lui aussi est changé, lui aussi est différent. Kenji est la petite fraîcheur au milieu de ce monde chaotique, celui qui m'a fait sourire et rigoler, même dans les situations les plus dramatiques, ce personnage est vraiment indispensable au roman, vraiment.
Je ne vais pas plus m'étaler (même si je pense l'avoir déjà assez fait), mais Unravel me a définitivement quelque chose de plus que les autres romans YA. Définitivement.


par Dreamer
Insaisissable, Tome 3 : Ne m'abandonne pas Insaisissable, Tome 3 : Ne m'abandonne pas
Tahereh Mafi   
"Mon cœur se brise en mille morceaux."

Avant de faire ce commentaire, j'ai du attendre 2 bonnes heures pour pouvoir à peu près correctement, exprimer mon avis sur ce livre. Car après l'avoir refermé, la seule chose que j'aurais pu écrire serait " ... ". Juste cela. Car ce roman m'a laissé sans voix, sans souffle, sans mots, comme si ce livre avait aspiré mon pouvoir de raisonner.
N'ayant pas fait de commentaire sur les tomes précédents, ma critique englobera les tomes 1, 2, et 2/5, bien qu'il sera beaucoup plus centré sur le dernier tome. Je m'excuse donc d'avance pour la longueur, et pour les plus pressés, vous pouvez passez directement à ma critique du tome 3. (Cinquième paragraphe)
Durant la lecture du premier tome d’Insaisissable, le style de l'auteur m'a tout de suite séduite : Tahereh Mafi à une manière bien à elle d'agencer les mots, de les réunir pour qu'ils ne veulent plus rien dire du tout, ou au contraire, faire un mélange si explosif que nous mêmes, nous avons du mal à en capter le sens complet. Son style colle tout à fait avec le comportement de Juliette: fou, à fleur de peau, qui n'est sure de rien (D’où les phrases barrées, -beaucoup moins présentes, voire absentes lors du dernier tome-). Juliette, enfermée depuis 264 jours, est une fille brisée, anéanti, fragile vulnérable et tellement, tellement...faible. Elle en veut au monde entier mais se déteste par dessus tout. Elle se dégoûte, se veut morte, n'accorde aucune importance à la vie, elle se considère comme un monstre : En effet, tous ceux qui la touche et qu'elle touche se retrouve vidés de leur énergie vitale et meurent si son contact dure trop longtemps, c'est aussi la raison de son emprisonnement: l’empêcher de faire encore du mal à autrui. Ce qu'elle trouve dans un sens, juste. Et puis un jour...Adam. Adam arrive et là, c'est l'explosion, l’apothéose, la révélation: elle peut le toucher. Elle l'aime et ferai tout pour lui...Même quand elle découvre qu'il n'est venu dans sa cellule que sous les ordres de son chef. LE chef des chefs : Warner. Et même quand ce dernier l'a fait sortir de sa prison, lui offre un logement, de l'eau chaude, de la nourriture et des vêtements si luxueux qu'ils en défieraient l'entendement, Juliette reste (presque) de glace. De manière justifiée d'ailleurs, car Warner lui a fait clairement comprendre qu'il comptait l'utiliser comme une arme et qu'elle lui obéirait, comme une espèce de marionnette, sans qu'elle est son mot à dire. Warner apparaît dans ce tome comme l'Ennemi, celui qu'il faut fuir, la figure de tout ce qu'Adam, Juliette et bon nombre d'autres personnes déteste : le Rétablissement.
Bien évidemment, ils arrivent à s'enfuir et après beaucoup de péripéties et l'aide de Kenji, un soldat "déserteur "tout comme Adam (mais beaucoup plus drôle et sympathique, on sera d'accord) ils arrivent à se réfugier au Point Oméga, quartier général de la Résistance, où, tout comme Juliette (et Adam qui le découvrira plus tard),ces "réfractaires" ont des pouvoirs. C'est la fin du tome 1.
Le tome 2 se passe principalement au Point Oméga où Juliette pleurnichotte (Je confirme ce mot n'existe pas) la plupart du temps et où Adam la réconforte...aussi la plupart du temps. Puis Adam découvre qu'il a lui-même des pouvoirs et Juliette décide de "rompre" car son pouvoir risque de le tuer par sa faute.
Et, je ne sais plus trop comment, Warner est capturé et ramené au Point Oméga : On découvre qu'il à lui aussi des pouvoirs et qu'Adam et lui sont ( ATTENTION SPOILER POUR CEUX QUI N'ONT PAS LU LE TOME 2...)...demi-frères !...Et Juliette commence à avoir quelques doutes sur ses sentiments et n'accepte pas le fait d’être attiré par Warner. Mais les circonstances font, qu'à la fin du tome 2, elle soit "obligé" de collaborer avec Warner pour se venger de son père, Anderson; Une guerre à éclaté et beaucoup de gens du "bon coté" sont morts à cause de lui.
Le tome 2,5 est hors série et se place du point de vue de Warner. Un Warner que l'on découvre pas si insensible que ça et clairement amoureux de Juliette. Le carnet qu'elle gardait pendant son emprisonnement est trouvé et lu par Warner. Ses sentiments sont divers, face à la lecture des plus profondes pensées de Juliette; et il est de plus en plus fasciné par elle.
Et enfin, j'arrive à ma critique du tome 3. Un tome qui m'a inspiré beaucoup de sentiments, tellement, tellement de choses à dire de ce tome. Le style qui singularise Tahereh Mafi des autres auteurs est beaucoup moins présents dans ce tome que dans les deux premiers; néanmoins, je crois que des 3, celui-ci dépasse toutes mes espérances (surement aussi, parce que c'est le dernier) .
J'aimerais pouvoir vous faire part de mes sentiments le plus clairement possible. J'aimerais pouvoir vous faire ressentir les mêmes sensations que j'ai éprouvé en lisant ce livre. J'aimerais ne jamais avoir lu ce livre aussi rapidement. Pour le relire. Encore, et encore, et encore, et encore... Sans jamais m’arrêter.
On retrouve Juliette changé. Plus forte, plus féroce, plus...Insaisissable. Je ne sais pas comment Tahereh Mafi fait, a fait, pour que tous les mots de ce roman, ainsi que les autres, nous donne l'impression de nous révéler un interdit, un grand secret, comme si un ange descendait du ciel pour vous chuchoter à l'oreille le plus horrible de tous secrets... Je ne sais pas comment elle fait pour qu'ils donnent l'impression de vouloir dire quelque chose de si profond, de si vivant et de si réel, quelque chose de tellement plus réel que la réalité, tellement plus réel qu'un livre et bien trop réel pour des personnages de fiction; qu'ils donnent l'impression que le tangible devienne incertain et que l'incertain devienne tangible ... Chaque mots vous heurtent jusqu'à briser vos os, briser vos jambes et vos bras, briser votre esprit, vos pensées, briser vos convictions les plus solides,vous faire fondre et vous figer en même temps, vous transmettre tellement et si peu de choses à la fois, et vous faire
à
chaque
fois
de plus
en plus mal
et vous donnez l'impression de chuter et de voler, d’être bien plus vivant que vous ne l'avez été de toute votre vie ou plus proche de la mort à chaque instant... Vous tombez, toujours plus vite, toujours plus bas, toujours toujours...
Plus profond.
Et ma chute n'a été que plus rapide quand les doutes de Juliette se sont transformés en certitude et qu'elle à été sure[spoiler] que c'était Warner, et pas Adam, le véritable amour de sa vie (désolé de paraître clichée), et qu'elle était certaine [/spoiler] du choix qu'elle allait faire.
On découvre un Warner totalement à l'opposée du 1, et quelques parties de sa vie nous sont révélées. Adam, par contre, est presque [spoiler]pitoyable, par son comportement, ses cris et[/spoiler] méconnaissable. Je crois que l'auteure a choisi la solution de facilité pour le choix de Juliette et même s'il ne me déplaît pas, je l'ai trouvé trop facile à mon gout: le choix de Juliette semble évident.
La fin, quoique plutôt rapide, signe à la perfection ces 3 tomes mais donne l'impression de ne pas être le dernier de la série. (Une adaptation en film est peut être prévue.)
Quoiqu'il en soit, ce dernier tome est une merveille, j'aimerais tellement, dans 1 an, y repenser et ressentir exactement les mêmes sentiments que maintenant, un mélange de déception et de joie, d'avoir fini ce livre et de n'y avoir trouvé dans l'ensemble aucun défaut, et que ce souvenir reste intacte, ce moment où je me rends compte que ce livre restera gravé dans ma mémoire...

"Et j'aimerais, plus que tout, savoir comment immortaliser ces moments pour les revivre à jamais.
Parce que celui-ci
vaut tout l'or du monde."

par Fantalex
Les Chroniques de Narnia, Intégrale : Le Monde de Narnia Les Chroniques de Narnia, Intégrale : Le Monde de Narnia
C. S. Lewis   
Un gros livre, possédant une police assez petite mais qui se laisse facilement dévorer de la première à la dernière page ! Plongez au coeur d'un monde trépident d'aventure, de fantastique et de suraturel !

Un seul mot à dire... NARNIA !

par monique
Hazel Wood Hazel Wood
Melissa Albert   
Lu en V.O.

Son achat n'était pas du tout prémédité... Une chance que mon regard ait croisé sa couverture.

Qui aurait-cru que les contes de fées puissent être aussi effrayant?
J'ai acheté The Hazel Wood sur un coup de tête. A vrai dire, je n'avais jamais entendu parler de ce livre, jusqu'à mon achat. Je ne regrette pas.
The Hazel Wood n'est pas exactement l'idée que je m'en faisais : je m'attendais à un remake d'Alice aux Pays des Merveilles ou à un conte de fée moderne. Ce n'est pas vraiment ce que j'ai eu. Et j'admets que c'est plutôt une bonne surprise.
Melissa Albert, à travers son livre, nous propose un univers bien effrayant où les happy-endings ne semblent pas exister. Elle nous expose l'histoire d'Alice Proserpine -Alice Crewe-, qui durant toute son enfance, accompagnée de sa mère, fuit le "malheur". Puis la mort de sa grand-mère, Althéa Proserpine, auteur des célèbres "Contes de l'Hinterland", meurt; et, peu de temps après, sa mère est kidnappée. Un mot lui est laissé : "Ne t'approche pas de Hazel Wood", la résidence recluse où habitait Althéa. Alice va alors chercher, à tout prix, à retrouver sa mère et se lance dans une aventure insensée qui la mène dans une nouvelle dimension : l'Hinterland. J'ai trouvé intéressant cet aspect du livre : Alice rentre dans un monde où les Histoires, les contes de fées sont de partout! Pourtant, aucun conte de fées joyeux ne réside dans l'Hinterland. Là-bas, tout est sinistre et assez effrayant. Lorsque j'ai lu The Hazel Wood, je ne vous cache pas, que plusieurs fois, mon sang s'est glacé et mes poils se sont hérissés. Ce livre n'a vraiment fait peur par moments; mais c'était une peur positive, qui vous donne envie de continuer la lecture et vous entraîne.
Le personnage d'Alice est assez inhabituelle. Ce n'est pas la héroïne parfaite aux qualités extraordinaires; mais je vous laisse le soin de juger cela par vous-même lorsque vous aurez lu le livre. Il n'y a pas beaucoup de personnages principaux, ce qui est plutôt pratique pour se souvenir de leur nom.
The Hazel Wood est plein de rebondissements également et de pièges, si je puis dire. On se laisse entraîner, puis l'on est surpris, peut-être déçu par moment; mais ça passe parce que c'est ce qui fait que cette histoire est bien. Il y a quelques retournements de situations assez surprenantes également; mais aussi des évènements trop prévisibles.
En outre, The Hazel Wood est un livre qui m'a glacée le sang, et je trouve que pour effrayer quelqu'un juste avec des mots, il faut du talent. Donc oui, j'ai aimé ce livre et j'aimerais bien voir une suite paraître. Mais surtout n'oubliez pas :

"Keep away from the Hazel Wood"
Red Queen, tome 2 : Glass Sword Red Queen, tome 2 : Glass Sword
Victoria Aveyard   
Voila un second tome que j'ai attendu de pied ferme. Une attente qui m'a semblé interminable bien que pour le coup, les éditions MSK nous ont fait une énorme surprise avec une date de sortie très proche de celle en VO.

C'est donc tout naturellement que je me suis jetée dessus. Un an après avoir lu le premier tome, j'avais globalement l'histoire en tête. Du moins le principal. Après, j'avoue avoir eu besoin d'une bonne cinquantaine de pages pour me remettre vraiment dans l'histoire.

Concrètement, Glass Sword se découpe en deux parties. La première reprend quasiment là où on s'était arrêtée. Cal, Mare, et les rouges fuient Maven et sa mère qui sont prêts à tout pour en finir. Cette première partie était assez lente. Et j'ai vraiment eu peur que les choses ne décollent pas, et donc, que je ne retrouve pas ce que j'aimais dans le premier tome. En tout cas c'est avec plaisir que j'ai retrouvé Cal. Ce personnage si mystérieux qui m'avait tant plu dans Red Queen.

Passée cette première partie qui globalement relatait leur fuite et de multiples pièges, j'ai enfin commencé à vraiment apprécier ma lecture. Les choses commençaient à bouger, à évoluer et les rebondissements étaient nombreux.

L'apparition de nouveaux personnages a relevé l'intrigue à ajouter un petit plus à l'histoire. Finalement, on découvre tout autre chose en dehors du palais.

On a également le droit à la présence que je redoutais vraiment : le retour du meilleur ami... comment vous dire que c'est le genre de détail qui m'énerve profondément. J'ai senti venir un triangle amoureux qui forte heureusement, n'ira pas plus loin.

Dans l'ensemble cette lecture m'aura donc tenu en haleine. Seulement, j'avoue m'être attendue à plus. Et pas seulement. En fait, le personnage de Mare m'a vraiment énervée. Son comportement, ces décisions m'ont déçues. Alors oui, je sais, elle évolue, elle a changé à cause de tout ce qui lui arrive mais pour le coup, ça m'a vraiment embêtée. Au final, j'étais assez perdue, comme Cal.

Et alors qu'on tourne tranquillement les pages... on arrive au dernier chapitre, et là, on se dit que ce n'est pas possible. Victoria Aveyard nous achève avec cette fin. Littéralement. Cette fin bouleverse tellement de choses. Elle remet tout en question.

Par pitié, dites-moi que la suite est prévue pour bientôt...

par Carole94P
Red Queen, tome 3 : King's Cage Red Queen, tome 3 : King's Cage
Victoria Aveyard   
Put**n. C'est le seul de la série Red Queen que j'ai lu en VO, et c'est celui que j'ai le plus aimé. La traduction VF a-t-elle quelque chose à voir avec ça? Réponse dans 2 mois, je compte bien lire la version française également.
Alooooors. Déjà, sachez que y a trois points de vue différents dans ce bouquin, un gros plus, [spoiler]du moins pour les chapitres d'Evangeline, franchement pour Cameron, que ça soit elle ou un autre, ça n'aurait pas changé grand-chose[/spoiler] cependant Mare est toujours le pdv principal. Et heureusement, parce que les autres c'est pas la joie (enfin encore moins que Mare dépressive). On a donc Mare, prisonnière de Maven.
Et toute cette première partie est géniale. J'ai adoré Maven (oui je sais que je devrais le détester, mais c'est pas possible quoi), en savoir plus sur lui, son obsession sur Mare, ce que sa mère a provoqué etc. Ce "méchant" est l'un des meilleurs au monde, sérieux. Chaque scène où il est présent est super intense.
Mare se reprend vachement par rapport à Glass Sword, où elle était in-su-por-table. Sa psychologie est intéressante et bien développée.
Ensuite, Cal est légèrement moins ennuyeux (mais toujours transparent, franchement, sauf à la fin, mais juste parce que c'est centré totalement sur lui). Ce mec est un bloc de tous les clichés à lui tout seul, ça m'énerve, surtout qu'il n'a vraiment pas de personnalité définie [spoiler]ce qui cause quelques petits problèmes, cf la fin "Cal follows orders, but he can't make choices" biiiim [/spoiler]
Farley est un coup de coeur dans ce tome (et déjà celui d'avant même), tout comme Evangeline [spoiler]et sa relation avec Elane, boooooum[/spoiler]. Oui oui.
Jusqu'aux deux tiers du livre, où y a des scènes absolument géniales, on est bien. Ça retombe un peu façon soufflé au fromage juste après (selon moi), mais après on s'en prend plein la gueule pour un final MAGNIFIQUE. [spoiler]même si tout le monde ne sera pas d'accord, y a des gens qui aiment bien Cal, ce que je ne comprends toujours pas (Maven est tellement plus captivant, sans mauvais jeu de mots) Et oui, c'est vrai que malheureusement, ça ne laisse pas non plus la place à Maven mais l'espoir est toujours là, on sait jamais. Même si ça a l'air parti pour un "c'est tous des connards, j'ai pas besoin de gars pour vivre, laissez moi en paix, libre et vieille fille" [/spoiler]
Et par contre, elle aime bien passé trois heures sur la même scène, Victoria Aveyard, parce que je sais pas si c'est à cause de l'anglais ou quoi, mais ça m'a semblé vachement plus décrit que d'habitude (ce qui est plutôt bien).
Bref, tome trèèèèès cool, qui laisse un suspens de ouf comme d'habitude. J'ai hâte de le relire en français cette fois, et aussi d'avoir la SUITE.

par Y555
Red Queen, tome 4 : War Storm Red Queen, tome 4 : War Storm
Victoria Aveyard   
Bonjour,
Je constate que tout comme moi la sortie de War storm version française est un mystère pour beaucoup. C'est pour cela que j'ai contacté les éditions JC Lattès / Le Masque, qui ont publié les trois premiers tomes de la saga Red Queen, sur sa date de sortie. Alors bonne nouvelle: ce livre va bel et bien sortir en France dans cette édition ! Mais il va falloir encore un peu de patience car sa sortie est prévue pour automne 2019...
Voila j'espère que j'en ai aidé certain, maintenant il ne reste plus qu'à attendre.
Le Parfum de la trahison Le Parfum de la trahison
Erin Beaty   
Vu que j'avais eu un vrai coup de coeur pour le tome 1 j’appréhendais un peu ce tome 2, je craignais qu'il ne soit pas à la hauteur du 1 et tâche le souvenir que j'avais du premier tome. Je me suis bien trompée!! Si vous avez aimé le premier tome courez acheter le deuxième!!
On retrouve une Sage pas si sage que ça, elle apprend le maniement de l'épée tout en étant préceptrice auprès des princesses. Elle est lasse d'Alex qu'elle n'a pas vu depuis de long mois et compte les jours avant leur possible union. Mais les événements du tome 1 ont eu des répercussions et c'est à partir de là que tout commence. Sage va plus que jamais être une espionne, son érudition et son intelligence son sa meilleure arme (même si elle se débrouille en combat). Elle joue donc l'espionne de la reine tout en étant auprès de son fiancé. Evidemment le double jeu des 2 protagonistes pèse sur leu relation qui se détériore de jour en jour. C'est assez frappant de voir que c'est le manque de communication et de partage d'information qui font que les 2 amoureux se mettent dans des positions inconfortables. Pourtant le premier tome leur avait déjà appris qu'ils ne sont doués qu'à 2! Là c'est Sage qui cache des informations à Alex et Alex qui réagit en fonction d’éléments extérieurs.
C'est impressionnant de voir une Sage si érudit et vraiment curieuse (il faut le dire) elle s'infiltre là où elle devrait pas, mais elle veut savoir à tout prix.
A la fin du livre on découvre une autre facette des personnages: une Sage revancharde [spoiler]quand elle veut faire assassiner sans autre forme de procès celui qu'elle prend pour l'assassin d'Alex juste par esprit de vengeance sans même chercher à entendre une justification, notamment si c’est lui qui l'a tué. Elle nous avait habitué à des actes plus réfléchit[/spoiler] mais aussi plus faible que jamais [spoiler]brulée et sous drogues... on va voir dans le troisième tome comment elle va faire pour se réapproprier son corps[/spoiler]. On découvre un Alex plus amoureux que jamais, près à mourir pour celle qu'il l'aime mais aussi près à accepter beaucoup de chose pour elle.
On découvre un autre peuple, la fin de ce tome 2 présage de nouvelles aventures pour Sage et Alex mais cette fois peut-être plus ensemble vu qu'Alex a prit en grade et en responsabilité et pareil pour Sage... Si avant ils avaient du mal à se voir là ça risque de devenir coton...

Un troisième tome qui s’annonce haut en couleur!! Il me tarde tellement de le lire! Dès qu'il sort je me jette dessus!! Je veux voir comment va évoluer la relation entre Sage et Alex, mais aussi Sage dans ses nouvelles fonctions ainsi qu'Alex, comment vont-ils réussir à faire tenir leur histoire et surtout l'amitié entre Sage va-t-elle réussir à accepter son corps!

par ninon64
La Couleur du mensonge La Couleur du mensonge
Erin Beaty   
La couleur du mensonge… sa magnifique couverture, son résumé un peu trop détaillé, mais particulièrement intrigant… Voilà un titre qu’il me tardait de recevoir, et une histoire que je me languissais de dévorer ! Je n’ai pas attendu : je me suis jetée dessus sans tarder et je l’ai terminé très rapidement. Ce premier tome s’est révélé être un page-turner bourré de surprises.

Sage vit à la charge de son oncle et sa tante. Pour une fille telle qu’elle, le seul choix dont elle dispose est celui du mariage. Pourtant, Sage ne l’envisage pas un instant. Son caractère impétueux et son don aigu pour analyser les autres font d’elle une personne difficile à contenter. Un jour, son oncle lui annonce qu’il a réussi à lui obtenir une entrevue avec la marieuse la plus cotée du pays. Même si elle n’en a pas la moindre envie, Sage se plie à sa décision et rencontre donc Maitresse Rodelle. Mais on ne se débarrasse pas aussi facilement de sa langue bien pendue, et Sage n’est pas une fille qui se plie aux règles élémentaires. Plutôt que de lui trouver un mari, Maitresse Rodelle la prend comme apprentie. Les voilà bientôt à sillonner les routes afin d’accompagner de jeunes célibataires vers la capitale où elles seront mariées aux plus beaux partis du royaume. Escortées par une troupe militaire aux intentions douteuses, Sage va se lancer dans une aventure des plus inattendues.

Ce qui m’a d’abord séduit dans La couleur du mensonge, c’est son cadre bien particulier. Un univers aux allures médiévales, tout en se retrouvant dans la peau d’une apprentie entremetteuse… ça me plaisait énormément ! Il m’est très vite apparu que ce titre ressemblait à certains ouvrages de fiction historique, tout en apportant un vent bienvenu de nouveauté et d’une certaine modernité.

On le remarque surtout à travers Sage, une héroïne qui ne s'en laisse pas compter, opiniâtre avec un caractère de feu. Fine observatrice, elle m’a impressionnée plus d’une façon. Elle m’a fait penser à un petit animal sauvage qui mord parfois la main qu'on lui tend.

On suit également Ash et Queen, deux hommes chargés d’escorter les jeunes filles jusqu’à la capitale. Il y avait quelque chose chez Ash qui me dérangeait, sans que je parvienne à mettre le doigt dessus. En revanche, j’ai eu un faible pour Queen (quand vous aurez lu le livre, vous comprendrez l’ironie de la situation).

Là où Sage s’avère trop prompte à passer aux conclusions, Queen, lui, se montre trop pressé dans chacun de ses actes. Les histoires de Queen et de Sage sont différentes en tout point, mais leur route finit par s'entrecroiser par la force des choses. Et ça donne quelque chose… d’intéressant, je dirais !  

La prise en main du roman n’a pas été sans quelques difficultés, en ce qui me concerne. Le début, avec sa légère surcharge de plans stratégiques, m'a paru un peu difficile à intégrer. Mais après une centaine de pages, toutes les pièces du puzzle se mettent en place et j'ai pris énormément de plaisir à découvrir cette histoire.

L'univers créé par Erin Beaty est fourni, la psychologie des personnages bien amenée et sans artifices. L'auteur nous les présente tels qu'ils sont et nous offre des dialogues particulièrement percutants.

Au niveau du style et du contexte, j’ai beaucoup pensé à The Curse qui est une saga que j'affectionne énormément. Ça bouge dans tous les sens, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Erin Beaty joue avec nos nerfs, les personnages rusent, mentent et se cachent de lourds secrets. La manipulation atteint un tel niveau qu'au bout du compte, on ne sait plus très bien qui manipule qui. 

Quand on parvient au point de rupture où les masques s'abaissent, c'est la confusion qui règne. J'ai commencé à revenir en arrière pour relire certains passages et faire la lumière sur des dialogues un peu nébuleux. Une chose est certaine : les personnages cachent sacrément bien leur jeu. Et c’est sans doute ce que j’ai le plus aimé dans ce premier opus !

En résumé, stratégies militaires et paranoïa sont de mise. La couleur du mensonge est un roman qui s’apprivoise, où la vérité se mérite. Ne croyez pas tout ce que vous lisez, vous risqueriez de tomber dans le panneau, comme moi ! Ici, tout le monde cherche à en apprendre sur tout le monde. Les personnages rivalisent de ruses pour découvrir ce que cachent leurs interlocuteurs. Prêts pour une aventure où les mensonges sont au cœur de toutes les préoccupations ?


Ma chronique : https://april-the-seven.weebly.com/fantasy---merveilleux/la-couleur-du-mensonge-erin-beaty
Entre chiens et loups, Tome 1 : Entre chiens et loups Entre chiens et loups, Tome 1 : Entre chiens et loups
Malorie Blackman   
Livre vraiment fantastique, je n'ai pas décroché tant que je n'avais pas fini !!! Très émouvant tout au long de l'histoire, Callum n'a pas été épargné par la vie, Sephy non plus... Dès le départ on se dit qu'une telle histoire d'amour, si compliquée, ne peut que mal finir et on ne se trompe malheureusement pas, même si malgrès tout il y a une note d'espoir en la personne de Callie Rose.
C'est juste tellement réel!!! C'est forcément arrivé à des gens biens qui ne souhaitaient que vivre libres et en paix leur amour par le passé.

par Puce880