Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de lecturesduneautruche : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Maîtresse de tous les maux Maîtresse de tous les maux
Serena Valentino   
Nulle part sur la couverture, il n'est indiqué que ce livre est la suite d'une série. Je pensais qu'ils étaient tous indépendants les uns des autres, ce n'est pas le cas.
1. miroir miroir
2. Histoire de la bête
3. Pauvre ame en perdition
4. Maitresde de tous les maux
5. Les étrangers sœurs.

Ce tome 4 de maléfiques ce lit au minimum après le t3 de la petite sirène, sinon comme moi, vous ne comprendrez pas l'histoire ni les personnages.

par XxlunaxX
L'Histoire de la Bête L'Histoire de la Bête
Collectif    Serena Valentino   
Contes revisités, antihéros… des thèmes qui me parlent et m’inspirent. Je savais – avant même de l’avoir commencé – que ce livre allait toucher la corde sensible chez moi. Et il l’a fait dès que j’ai tourné la première page.

Tout le monde connaît l’histoire de La Belle et La Bête, un conte déjà remanié un nombre incalculable de fois, interprété de différentes manières sous forme de livre ou de film… Mais êtes-vous un peu curieux/se de découvrir qui était la Bête avant de devenir une bête ? Qui se cache derrière cette épaisse fourrure et ces crocs acérés ? Serena Valentino nous livre sa version de l’histoire, et elle est renversante !

C’est au travers d’une plume fluide et agréable que l’on découvre la genèse de la Bête. Prenez un Prince séduisant et bouffi d’orgueil, une sorcière blessée dans ses sentiments les plus purs, un trio de foldingues, et vous avez L’histoire de la Bête. Je ne m’attendais pas à une version à la fois fidèle et innovatrice. Contre toute attente, Serena Valentino se base sur le célèbre dessin animé de Disney pour tisser le vécu du Prince.

Étape par étape, on le suit dans un déclin inéluctable. L’histoire est charmante, entraînante et simple aux premiers abords, mais elle cache bon nombre de sous-entendus. Et assister à la transformation de ce prince pas si charmant en un monstre a quelque chose de prévisible, mais aussi d’assez triste.

Je n’ai pas pu m’empêcher de prendre ce personnage en pitié. On le voit prétentieux et présomptueux, condescendant et superficiel, et c’est très vite insupportable. Pourtant, on sait ce qui l’attend, à ce grand gaillard qui pense que tout lui est dû, sous prétexte qu’il est bien né. De fait, on ne peut pas s’empêcher d’avoir un peu de peine, car derrière cette pédance affichée, il n’a jamais appris à aimer véritablement. Pour quelqu'un habitué à tout posséder, il ignore ce que c'est que d'estimer quelqu'un pour ce qu'il est, et non par pour ce qu'il possède. Cet antihéros en puissance est particulièrement rafraichissant. On peut le trouver un peu caricatural, mais on ne tombe jamais dans le ridicule pour autant.

Les autres personnages sont également très attachants. Je pense notamment aux serviteurs qui l'ont vu grandir et s'affirmer. Ces serviteurs qui voient à quel point le Prince peut se montrer capricieux, mais qui l'aiment quand même et prennent soin de lui. J’ai également eu un gros faible pour Tulipe, la fiancée du prince, qui cache une richesse surprenante. Sans parler de Circé qui a jeté la malédiction, ainsi que ses harpies de sœurs. Excentriques et complètement frappées, elles m'ont fait sourire à plusieurs reprises.

À mesure que la malédiction progresse, le Prince, lui, s'humanise. On le comprend beaucoup mieux dans sa détresse que dans son bonheur égoïste. Dans cette version, sa punition ne se tisse autour de lui qu'à cause de ses actes répréhensibles. Ce sont eux qui sont la cause de sa lente déchéance.

Dans le conte de La Belle et la Bête, on parle beaucoup de rédemption, d’affranchissement, de libération. Et parmi toutes les valeurs véhiculées, il y en a une qui ressort bien plus que les autres dans cette version : l'importance de ne pas s'arrêter à l'apparence. Le Prince est beau et charmant vu de l’extérieur, mais ce qui émane de lui est laid et repoussant. Sa fiancée, Tulipe, tient le rôle de la bonne potiche, mais au fond, ce n'est qu'une personne profondément gentille qui a soif de connaissances, dans un monde où la seule chose que l’on attend d’une jeune fille, c’est qu’elle se taise et soit jolie. Serena Valentino nous encourage à gratter un peu la croûte de vernis pour découvrir le vrai visage des autres.

Ma seule petite déception, c'est que j'aurais aimé que l'auteur table également sur l'arrivée de Belle et approfondisse ces passages. Même si on connaît tous cette histoire (qu’on s’est gavé du dessin animé toute notre enfance), j'aurais voulu que la connexion entre Belle et la Bête soit plus palpable. La fin était beaucoup trop précipitée à mon goût, comme si l’histoire s’était brusquement transformée en patate chaude pour l’auteur.

Ce n’est qu’à la fin que j’ai appris qu’il existait d’autres livres du même cru. Le précédent raconte l’histoire de Maléfice et le prochain à paraître concernera Ursula. Une belle brochette de « méchantes », que je suis impatiente de dénicher ! En plus, le roman est truffé de références à ces deux personnages, raison de plus pour craquer, puisque tout est lié !

En résumé, L’histoire de la Bête m’a emportée à des milliers de kilomètres de chez moi, au cœur d’un château bordé d’une roseraie magnifique. Une histoire dotée d’un charme indéniable, pour un roman qui se lit à une vitesse affolante. J’ai tout bonnement adoré ce livre, j’ai découvert l’homme qui se cachait derrière les traits disgracieux de la Bête, un homme dont l’égo ne demande qu’à être flatté. Cette histoire a bercé mon enfance, et c’est un peu de cette enfance que j’ai retrouvé l’espace de 200 pages, mais avec plus de relief et de profondeur.

Ma chronique : http://april-the-seven.weebly.com/fantasy---merveilleux/lhistoire-de-la-bete-serena-valentino
Miroir, miroir Miroir, miroir
Serena Valentino    Collectif   
J'ai vraiment adoré ce livre!!!
Moi qui une suis une grande fan de disney j'attendais énormément de ce livre et je n'ai pas du tout été déçu <3
En plus la couverture est juste MAGNIFIQUE

[spoiler]Même si on connait tous l'histoire de Blanche-neige et de son horrible marâtre,on espère que l'histoire change pour une fois.
On découvre la reine sous un jour nouveau au début, une personne aimante, gentil et pleine vie. Mais vite son comportement tant bien connu reprend le dessus et on découvre les raisons de son égocentricité. La haine que lui porte son père à cause de la mort de sa mère et ensuite la mort de son roi la fait basculer vers une noirceur extrême. Mais jusqu'au bout on sait qu'elle aime sa fille plus que tout.[/spoiler]

Je conseil vraiment ce livre et j'ai vraiment hâte de lire le tome 2 sur la belle et la bête :)

par Alouille
N'écoute que moi N'écoute que moi
Serena Valentino   
The tale of the legendary golden flower is widely known. The story has been told many times and in many ways. But always the flower is coveted by an old witch to keep herself young and beautiful. And always the flower is used to save a dying queen, who then gives birth to a princess with magical hair. Not willing to lose the flower, the old witch steals the princess and locks her away in a high tower, raising her as her own. But the princess always finds out who she truly is and manages to defeat the old witch.

And yet this is only half the story. So what of the old witch, Mother Gothel? Where does she come from? And how does she come across the magical golden flower? Here is one account that recounts a version of the story that has remained untold for centuries . . . until now. It is a tale of mothers and daughters, of youth and dark magic. It is a tale of the old witch.

par x-Key
Twisted Tales, Tome 1 : Ce rêve bleu Twisted Tales, Tome 1 : Ce rêve bleu
Liz Braswell   
Vous avez adoré le Disney ? Et bien plongez-vous dans une aventure différente de celle que vous connaissez car ici, Aladdin n’aura jamais la lampe magique entre les mains ! Mais alors que se passera-t-il dans Agrabah ?

J’ai tout de suite accroché à cette histoire. Pendant les 70 premières pages, j’avais vraiment l’impression de voir le dessin animé devant moi avec quelques détails en plus très sympathiques ! Par la suite j’ai aimé retrouver le caractère des différents personnages surtout celui du génie qui est toujours aussi drôle malgré les évènements qui le touche. Jasmine est courageuse mais pas invincible et elle parait vraiment être une jeune fille lambda et personnellement je l’ai très vite trouvé sympathique ! Aladdin quand à lui me semble un peu plus hésitant mais possède le même cœur pur que dans le Disney et dans ce tome on a la chance de découvrir sa mère ! Cette histoire est un pur délice car elle apporte une histoire alternative très cohérente et je me suis tout de suite attacher à cet univers ! Le personnage qui n’apparait pas dans le Disney dont je me suis le plus attaché est Morgiana, c’est vraiment une femme forte et intelligente qui est généreuse. Parlons maintenant de Jafar. Dans le Disney il est cruel mais à un côté comique tout de même, mais là, on le découvre plus sous un facette un peu folle, d’une personnes prête à tout pour mener à ses fins mais qui n’est pas toujours assez réfléchi. J’ai beaucoup aimé comment l’auteur a réussi à replacer des répliques du dessin animé par-ci par-là alors que les situations ne sont pas les même mais cela fait de jolis clins d’œil ! Je pense que cette histoire pourra plaire à pas mal de personnes, et j’ai hâte de voir les retours qu’il y aura dessus, car pour moi c’est une vrai réussite !

Ma note :18/20 Venez découvrir cette histoire un peu plus sombre que le dessin animé mais qui saura vous plaire tout au temps ! Ici la magie est quelque peu utilisée différemment…
#Frimousse

par Isabelle1
Contes des Royaumes, Tome 1 : Poison Contes des Royaumes, Tome 1 : Poison
Sarah Pinborough   
J'ai bien aimé cette réécriture originale du conte de fées.
J'ai particulièrement apprécié les personnages. Blanche-Neige, libre et intrépide, qui s'oppose à Lilith, sa belle-mère. Cette dernière n'est pas la marâtre que l'on connaît, elle est plus complexe : elle n'est pas tant jalouse de la beauté de Blanche-Neige que de sa capacité naturelle à se faire aimer et respecter.
La fin m'a cependant un peu laissée sur... ma faim, justement. J'ai trouvé que l'histoire se finissait trop vite et j'ai été un peu déçue par la tournure des événements.
Mais ce roman reste une très bonne découverte, notamment pour tous les amateurs de réécriture de contes.

par Artemisya
Twisted Tales, Tome 2 : Il était un rêve Twisted Tales, Tome 2 : Il était un rêve
Liz Braswell   
Alors, alors. J'ai reçu ce livre il n'y a pas très longtemps. J'ai toujours eu un faible pour les histoires concernant les contes, notamment car cela me rappelle ma jeunesse. Je dois dire que je n'avais cependant pas entendu de ce livre avant de le recevoir, mais le nom de l'auteur me disait quelque chose. Toutefois je ne sais pas si c'était pour ce livre ou pour un autre. J'étais donc heureuse de me lancer pour une fois dans un conte que l'on retrouve assez peu : La Belle au bois dormant. Cependant j'ai été pas mal décontenancé par ce livre. Je remercie les éditions Hachette pour cet envoi.

Résumons un peu. Aurore a été adoptée par Maléfique après que ses parents se sont débarrassés d'elle quand elle était petite. Aurore vit à l'intérieur du château de Maléfique, couvert de ronces, avec des serviteurs zélés qui la surveillent. Mais un jour, un troubadour lui glisse une plume d'oiseau bleu : il existe donc des êtres vivants, dehors ! Aurore se met à douter de l'honnêteté de Maléfique à son égard. Elle s'enfuit du château et découvre qu'à l'extérieur, le monde est beau et bien vivant. Elle retrouve le prince Philippe qui lui raconte leur histoire. Les souvenirs d'Aurore reviennent petit à petit. Elle comprend que Maléfique la maintient prisonnière en la gardant endormie et en contrôlant ses rêves. Une nouvelle quête commence pour Philippe et Aurore qui doivent à nouveau terrasser Maléfique pour se libérer et réveiller leurs sujets avant que la méchante sorcière ne les extermine tous durant leur sommeil.

Parlons dans un premier temps des personnages. C'est justement ce qui m'a pas mal décontenancé. Notre personnage principal n'est autre que Aurore (ou Rose comme vous voulez), la belle au bois dormant. Ce qui est assez difficile à comprendre dans cette histoire, c'est qu'il n'y a pas une Aurore mais « deux ». Une dans la réalité et une dans le rêve. Autant celle de la réalité, nous sembles forte et courageuse ; autant celle du rêve je m'en serais bien passé. Je l'ai trouvé neuneu, j'avais envie de lui mettre des claques. Elle est incapable de prendre des décisions, il lui faut constamment l'aide de quelqu'un pour avancer, soit ce sera l'aide de Maléfique, soit ce sera l'aide du Prince... Je n'avais pas l'impression qu'elle avait 16 ans, mais 8. Je trouvais cela insupportable.

(suite lien ci-joint; http://tinkerbells-readings.skyrock.com/3290322796-Il-etait-un-reve-de-Liz-Braswell-chez-Hachette.html )

par Améliane
Twisted Tales, Tome 3 : Histoire éternelle Twisted Tales, Tome 3 : Histoire éternelle
Liz Braswell   
Alors.... comme je n'ai pas vu la version Disney de La belle et la bête, j'admets ne pas avoir de point de comparaison dans ce what if ...Bon alors qu'on soit clairs... les chandeliers, théières et autres tasses parlantes ce n'est vraiment pas mon truc. Cependant, j'ai apprécié cette lecture. Pas tellement à cause du personnage de Belle (que j'ai trouvé un peu cruche) mais surtout grâce au personnage de sa mère et aux nombreux flashbacks. J'ai aimé le passage dans l'asile et la fin est mignonne même si je n'ai pas non plus accroché au personnage de la Bête


Ce que j'aime : les flash back et la cruauté de l'histoire


Ce que j'aime moins : les tasses qui parlent, Belle, le personnage de Gaston


En bref : Une version calibrée pour les enfants qui contient toutefois une intrigue bien menée et de la noirceur


Ma note


6/10

par JessSwann
Twisted Tales, Tome 4 : Profondeurs de l'océan Twisted Tales, Tome 4 : Profondeurs de l'océan
Liz Braswell   
Une plutôt bonne lecture.

Lorsque mon regard c’est posé sur ce tome dans la librairie, il m’a semblé évident que je devais me l’acheter. Une revisite du film Disney de mon enfance (attention il s’agit bien de l’adaptation de Disney et pas une réécriture du conte initial) c’est vraiment top. C’est donc avec beaucoup de curiosité et accompagné de mon âme d’enfant que j’ai commencé les premières pages de ce livre.

L’enfant qui est en moi a vraiment aimé. Tous les personnages du dessin animé sont là : Ariel bien évidemment, Polochon, Sébastien, Erik, Max, Euréka et malheureusement Ursula. C’est un réel plaisir de retrouver ces personnages et de lire leurs évolutions. L’auteur a su intégrer de nouveaux personnages très attachants et qui ont su se faire une place parmi les anciens.

Au niveau de l’écriture, je n’ai rien à redire, c’est plutôt pas mal. On sent qu’elle a fait un certain nombre de recherches sur l’océan et c’est vraiment hyper intéressant. Les personnages ont évolué : Ariel n’est plus la petite sirène insouciante puisque dans cette version, Ursula s’est mariée à Erik et a tué le Roi Triton, la sirène est donc à la tête d’Atlantica et toujours muette. Elle est donc plus réfléchie, plus sage. J’ai apprécié cette nouvelle Ariel. Le Prince Erik en revanche m’a nettement moins convaincue. [spoiler]Le Prince, ensorcelé pendant 5 ans s’est comporté en zombie dont la seule préoccupation est la musique. Jusque là d’accord. Lorsqu’il recouvre la mémoire, il continue de faire illusion auprès de Vanessa en continuant de faire de la musique. Toujours d’accord. Mais après, une fois qu’il est découvert, la musique est toujours présente. J’ai en mémoire un Prince Erik un peu plus guerrier, en tout cas plus aventureux. Il semble pourtant s’être transformé en mégalomane qui ne veut et ne fait rien d’autre. J’ai trouvé ça dommage. [/spoiler]
Ursula est fidèle à elle-même je dirais, démoniaque, méchante, intelligente.
Quant aux autres personnages je n’ai rien de spécial à redire, j’ai bien aimé les nouveaux personnages intégrés et notamment Jona.

L’histoire est plutôt pas mal trop mal et pourtant je n’ai pas été transportée. Je ne saurais pas expliquer pourquoi. Peut être est-ce à cause d’Erik ? Je ne sais vraiment pas. Peut être que j’en attendais trop. Je ne sais vraiment pas. En tout cas ça reste une bonne histoire que je recommande pour tous les amoureux des classiques Disney.

La fin m’a un petit peu déçu : [spoiler]Nous restons dans l’univers Disney donc tout est bien qui fini bien. Ursula meurt, Ariel triomphe et ramène le Roi Triton. Ariel négocie avec le Roi pour devenir une sorte d’ambassadrice. C’est assez cohérent, la sirène ayant toujours été curieuse des autres civilisations, sociable et aimant l’aventure. Quant à Erik… et bien il propose de devenir Triton. Et ça j’ai trouvé ça absurde. Bon ils s’aiment, ils se le sont avoué d’accord. Toutefois, je rappelle que l’existence des sirènes vient d’être découverte, un peuple qu’il ne connait pas, il est quand même Prince de sont royaume. J’entend qu’il a toujours été proche de la mer puisque c’est un Prince marin, mais je trouve sa demande très prématurée. Il y a en fait une espèce d’inversion des rôles : la demoiselle en détresse qui est prête à tout pour être avec son Prince… Et bien ici c’est l’inverse : le Prince est l’amoureux transi prêt à tout pour son amour. C’est beau, c’est romantique, mais ça dénote complètement avec la maturité acquise par Ariel. Il ne connait pas la puissance des sirènes, il ne connait rien à leur monde et pourtant, il lui dit « Je suis prêt à devenir Triton ». Cette nouvelle version du Prince m’a beaucoup déçue en tout cas.[/spoiler]

En conclusion une plutôt bonne lecture, mais une histoire qui ne m’a pas autant transportée que je l’aurais voulue. Une Ariel beaucoup plus mature mais un Erik qui l’est beaucoup moins.

par Pulchoux