Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de lecturesrelectures : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
Les secrets de Tharanis - L'île sans nom Les secrets de Tharanis - L'île sans nom
David Moitet   
J'ai aimé cette histoire, surtout la fin où ça bouge beaucoup! J'ai trouvé l'univers bien construit, même si j'aurais aimé être plus proche des personnages. En tout cas, j'ai hâte de lire la suite!
Mack daddy Mack daddy
Penelope Ward   
http://www.lmedml.fr/2019/04/02/mack-daddy-penelope-ward/

UNE ROMANCE SYMPATHIQUE, DRÔLE ET SEXY !
Penelope Ward est une autrice que j’adore, je n’hésite jamais à découvrir un de ses romans. [Mack Daddy] m’a de suite fait de l’œil, et j’avoue qu’en découvrant le résumé j’étais plus qu’intriguée.

Cette histoire de seconde chance s’avère très addictive et le scénario très bien mis en scène. Je vous avoue que j’ai eu un peu peur en débutant ma lecture, le contexte est particulier et j’avais besoin d’avancer dans le récit pour savoir si j’allais adhérer à la trame de l’histoire, et franchement ce fut le cas. J’ai passé un bon moment.

MACK DADDY… UN « DILF » HYPER CRAQUANT !
« – QU’EST-CE QU’IL Y A ENTRE TOI ET MACK DADDY ? JE VOUS AI OBSERVÉS TOUS LES DEUX. J’AI FAILLI AVOIR UN ORGASME.
– COMMENT TU L’AS APPELÉ ? MACK DADDY ?
– OUI. MACK DADDY. C’EST COMME ÇA QUE TOUT LE MONDE LE SURNOMME ICI. TU NE LE SAVAIS PAS ?
– C’EST BIEN TROUVÉ. »
Penelope Ward n’a pas perdu de temps, on rencontre notre héros dès les premières pages, dans un contexte assez sympa… Notre DILF (Papa que je mettrais bien dans mon lit) est absolument craquant, Mack est un homme séduisant, et ce n’est pas Frankie qui dira le contraire. J’ai bien aimé Mack même si je suis restée sur mes réserves concernant ses intentions envers Frankie. Mack est un héros touchant, j’ai particulièrement aimé sa facette de papa attentionné, et sa détermination à reconquérir celle qu’il aime. C’est un homme drôle, sexy et qui sait reconnaître ses erreurs. Frankie est adorable, je me suis prise d’affection pour elle, pour celle qu’elle est devenue mais aussi pour celle qui était amoureuse de Mack à l’université. Frankie est en marge de la société, elle a une personnalité bien à elle, ses bizarreries m’ont plu. Elle est étonnante, douée avec les enfants et c’est une femme intègre et aimante.

Les autres personnages sont très importants. Je vous laisse l’entière surprise les concernant, petite mention pour Jonah, le fils de Mack, qui est adorable.

UNE INTRIGUE CLASSIQUE MAIS QUI RECÈLE QUELQUES SURPRISES…
L’intrigue est assez classique. Nos deux héros se retrouvent de nombreuses années après leurs séparations, leur relation n’était pas clairement définie mais cela n’a pas empêché le cœur de Frankie de se briser. L’amitié qui les unissait était spéciale, particulière et un peu ambiguë. Mais voilà la vie les a séparer et chacun à fait sa vie de son côté. Mack décide de revenir dans la vie de Frankie en inscrivant son fils dans l’école où elle travaille. Mais Mack a-t-il le droit de venir bouleverser l’équilibre de Frankie ? Saura-t-elle prendre les bonnes décisions ?

La romance est intense. Entre passé et présent, je me suis laissée prendre au jeu. J’avais peur de la tournure que prendrait l’histoire. J’avais peur que cela soit trop facile, et ce fut un peu le cas mais pas suffisamment pour que je sois déçue par l’histoire. Le récit est assez court, les choses vont donc un peu vite, mais nos héros ont un passif et c’est sur ce détail que l’histoire se joue.

J’ai été touché par leur histoire commune, par la beauté de leur relation amicale et l’amour qu’ils se portaient l’un pour l’autre. Mais parfois, l’amour ne suffit pas.

J’ai aimé la dynamique de la romance, les décisions prises par nos héros et les divers rebondissements. Il y a beaucoup d’humour mais aussi un contenu très touchant qui explore avec psychologie les troubles du comportement.

EN BREF :
Penelope Ward nous revient avec une romance addictive qui met en scène un papa sexy déterminé à obtenir une seconde chance auprès de la femme qu’il a toujours aimé. L’histoire est moderne, drôle et sexy, l’autrice a su aborder des thèmes touchants et exploiter à merveille un contexte particulier. Une très belle découverte.
On s'aimera les yeux fermés... et le coeur grand ouvert ! On s'aimera les yeux fermés... et le coeur grand ouvert !
Avery Flynn   
Chronique : https://worldofvoz.com/2019/10/01/the-hartigans-tome-1-quest-ce-quelle-a-ma-gueule-avery-flynn/

J’ai eu la chance de lire ce livre car il a été mis en accès libre en avant-première sur la plateforme Netgalley par la maison d’édition. J’ai tout de suite été attirée par sa mention de « body positive » car je ne pense pas avoir déjà lu un livre de ce type et j’étais curieuse de voir comment l’auteure allait amener cette thématique.

J’ai vraiment adoré ma lecture. Nous faisons la connaissance de Gina, qui a beau avoir un corps de rêve, elle a également un visage pas très harmonieux. Depuis toute petite, elle subit des moqueries, des surnoms pas très gentils et remarques désobligeantes. Elle a construit toute sa manière de vivre et d’interagir avec les autres en fonction de cela. Elle a beau être devenue une adulte, les situations s’enchainent et se ressemblent. Parce que oui, les adultes peuvent se révéler être aussi bêtes et méchants que les enfants ! L’auteure nous plonge directement dans le bain en faisant rencontrer Gina et Ford. Gina vit cette situation comme une énième tentative d’humiliation. En effet, pourquoi lui demanderait-on d’embrasser ce policier super sexy ? Pourquoi un mec aussi bien foutu s’intéresserait à elle ? Mais voilà, Ford n’est pas insensible à son charme !

C’est ce que j’ai aimé dans ce livre. Le héros, bien qu’il soit un concentré de sexytude sur pattes, voit Gina pour ce qu’elle est : une femme forte, qui possède son entreprise d’organisation de mariage, très intelligente et drôle. Tout le monde s’arrête au visage de Gina mais pas lui ! Parce que oui, une personne ne se définit pas uniquement par son physique, il faut aussi s’intéresser à sa personnalité. Dans un monde où tout tourne autour de l’apparence, ce livre nous rappelle bien que cela ne fait pas tout.

D’ailleurs, en lisant ce livre, je me suis rendue compte à un moment donné que je ne savais pas pourquoi on se moquait de Gina. Oui je savais qu’il y avait « quelque chose » avec son visage mais je ne savais pas exactement quoi. C’est dit plus tard dans le livre ce qui semble gêner tant de monde et je me suis faite la réflexion que tout le monde la dévisage « juste pour ça ». L’auteur met tellement en avant la personnalité et les actions de Gina qu’on ne prête même pas attention à sa particularité. L’auteure veut que le lecteur soit avant tout séduit par Gina dans sa globalité. Du coup, quand quelqu’un se croit intelligent en voulant lui faire une mauvaise blague, on a tout de suite envie d’aller la défendre, de dire au mauvais plaisantin d’apprendre à la connaitre avant de la juger sur son physique.

Que dire de Ford ? C’est l’archétype même du policier qui aime respecter les règles et le travail bien fait. Il va jusqu’au bout de ce qu’il fait et est très consciencieux. De ce fait, il attend d’avoir toutes les preuves nécessaires avant d’entamer quoi que ce soit. Il est tout l’opposé de ses collègues, c’est pourquoi ce n’est pas l’amour fou entre eux. Mais c’est aussi pour cela qu’il tombe amoureux de Gina, car il ne s’arrête pas aux apparences ! Quand une affaire va lui donner l’occasion de se rapprocher d’elle et d’apprendre à mieux la connaître, il va sauter sur l’occasion. Issu d’une famille nombreuse, il en est également le mouton noir car il a souhaité entrer dans la police au lieu de devenir pompier comme les autres membres de sa famille. Ford est très attachant et sa famille aussi. Ils forment une espèce de joyeuse bande désordonnée où règne une certaine bonne humeur et de la convivialité. Même le lecteur se sent comme faisant partie de cette famille.

En conclusion, j’ai passé un agréable moment de lecture entre les personnages, la romance, la petite enquête de Ford sur la famille de Gina et les situations parfois assez cocasses. Tout cela forme un beau mélange qui détend mais fait aussi réfléchir. J’ai hâte de lire les deux tomes suivants qui paraîtront les 8 janvier et 18 mars 2020. Le tome 2 mettra en avant une femme avec des kilos en trop et le 3e, une femme « garçon manqué ». Et je suis d’autant plus heureuse d’avoir découvert cette auteure car elle sera présente l’année prochaine à deux événements où je me rendrai : l’Apollycon à Washington en mars et la RARE Edinburgh en juin !
Artelier Collection, tome 1 Artelier Collection, tome 1
Yen Hioka   
Ce manga est super génial. C'est mon cousin qui me l'a prêté et franchement j'adore. A conseillé à tout les fans de manga. Je suis à fond dans le tome 2

par theo-51
Donne-moi des ailes Donne-moi des ailes
Nicolas Vanier   
C’est en voyant la bande-annonce du film que j’ai découvert l’existence de ce roman. Ma curiosité autant que les bons moments passés en compagnie de Belle et Sébastien (films et livres !) m’ont poussée à me lancer dans la lecture de Donne-moi des ailes au titre si poétique.

Une belle aventure portée par un message positif : la protection de l’environnement. Un sujet « à la mode » et pourtant, des espèces disparaissent chaque jour. Un sujet qui ne peut que toucher, que ce soit un public adulte (dont je fais partie) ou un public plus jeune (celui sur lequel de nombreux espoirs se portent). À travers ce roman d’aventures, nous voyons d’ailleurs les différents points de vue s’affronter : celui des bureaucrates, celui des écologistes confrontés à la rude réalité administrative, et celui d’un adolescent de 14 ans idéaliste.

Alors certes, ce n’est pas réaliste, l’histoire de ce garçon qui prend les commandes de l’ULM pour sauver ses oies, se lançant dans un périple de la Norvège à la Camargue, mais ça fait du bien. Aux côtés de Thomas et ses oies fugitives, nous traversons des paysages magnifiques, nous vivons une aventure palpitante pleine de moments de doutes, de peur, mais aussi d’exaltation. Une véritable Odyssée des temps modernes, parsemée d’embûches, de rencontres et de belles découvertes. C’est un peu manichéen, sans doute, mais ça fait du bien.

On s’attache aux nombreux personnages : nombreux, oui ! Car il y a Christian, le père, Paola, la mère, Thomas, le fils, Björn, Diana... et 20 volatiles dotés chacun d’une personnalité, que l’on voit naître, grandir, évoluer et pour qui l’on se prend d’affection, nous aussi.

Au-delà de la fable écologique, c’est aussi l’histoire d’une famille, d’un père et de son fils, d’un couple qui s’est perdu et qui se rapproche, d’une passion dévorante capable de détruire ou de fédérer.

Le style est agréable, simple sans être simpliste, la narration au présent permet une immersion dans une histoire où chaque jour marque un événement dans la vie des oies et de leurs compagnons d’aventures.

Après lecture, je suis allée faire quelques recherches pour situer les événements réels qui ont servi de base à cette histoire et faire la part avec la partie fictive. Sauver des oies sauvages ? C’est un combat auquel le grand public ne pense pas. Mais le fait que des espèces courantes se trouvent aussi menacées amène une vraie réflexion sur le sujet. Bravo aux passionnés un peu fous qui osent se lancer dans un combat qui semble perdu d’avance pour tenter de préserver l’avenir
#Trahie #Trahie
Louison Nielman   
Un court roman percutant!

Ce roman est très important à notre époque où les réseaux sociaux sont très omniprésent et où les jeunes y vivent une partie de leurs vies sociales. C'est malheureusement une histoire «vraie», ou une variante d'histoires vécues... le cyberharcèlement dans les romans, je trouve ça important, porteur de discussions, révélateur pour ceux qui ne se doutent pas des dangers du harcèlement pour les victimes.
L'auteur a su mettre en avant la victime Apolline, mais aussi son petit copain a la base de la photo qui provoque le harcèlement, la famille et une prof. Cependant, ce point de vue omniscient a mis trop de distance entre moi et les personnages: je ne me suis pas du tout attachée, à aucun, même pas à la Apolline la victime. C'est vraiment dommage parce que j'ai eu l'impression de voir ça avec des jumelles et de pas être impliquée. C'est vraiment un élément subjectif mais important je trouve.
Je le recommande tout de même pour sa thématique et sa façon d'aborder le sujet sans tomber dans les clichés!
Je ne voulais pas vous faire pleurer Je ne voulais pas vous faire pleurer
Charlotte Monnier   
C'est assez compliqué de donner mon avis sur ce roman: j'ai aimé le fond, mais je n'ai pas accroché à la forme. L'histoire de cette jeune fille anorexique qui tente de se soigner m'a ému: j'ai aimé les thèmes abordés (maladie mentale, l'hospitalisation en psy, le choc des menstruations). Mais je ne me suis pas attachée à l'héroïne, j'ai trouvé sa guérison rapide et pas assez décrite. J'ai eu l'impression que ça survolait des thèmes importants sans aller jusqu'au bout. le livre est court, mais j'ai trouvé que ça manquait de profondeur et au final j'ai trouvé que ça faisait "fabriqué". Pour autant, le thème étant important je le recommanderai pour ma bibliothèque. Après tout, ça ne l'a pas fait pour moi, mais il plaira peut-être plus aux ados!
Profils Profils
Donna Cooner   
J'ai passé un bon moment de lecture, mais sans plus. Au début, j'étais à fond derrière Maisie, mais pendant ma lecture j'ai de moins en moins accroché à ce personnage. Bien qu'elle soit une victime au départ, sa manière de se venger est quelque peu machiavélique (tous les détails qu'elle orchestre, sa manière de jouer double jeu). Je comprends que ça fasse partie de son évolution, seulement j'en suis venue à la trouver antipathique. C'est dommage. En contrepartie, j'ai beaucoup aimé les personnages secondaires : particulièrement Owen. J'ai rarement lu des romans qui traitent de grossophobie avec cette approche, et ça c'était bien. J'ai trouvé très intéressant que ça montre le revers de la médaille des gens cool du lycée : personne n'est parfait et personne n'a une vie parfaite. le sujet de l'identité virtuelle est bien abordé et personnellement, ça m'a beaucoup fait réfléchir.
Romance Romance
Arnaud Cathrine   
De tous les ouvrages que j’attendais en 2020, le nouveau roman d’Arnaud Cathrine était sans nul doute celui que j’étais le plus impatiente de découvrir. Après avoir adoré sa trilogie À la place du cœur j’étais vraiment ravie de retrouver la plume de cet auteur. Il m’a cependant fallu patienter un peu plus que prévu, merci La Poste, avant d’enfin pouvoir me plonger dans cette histoire d’amour un peu spéciale.

C’est l’histoire de Vince qui vit avec sa mère et cogne tous ceux qui osent insulter son orientation sexuelle. C’est l’histoire de Vince, donc, qui cherche le grand amour, galère à le trouver, est frustré, croque les beaux garçons dans le métro, fantasme une histoire d’amour avec un acteur porno américain et tente de gérer sa relation amicale avec Octave, son meilleur ami de toujours. C’est l’histoire d’un voyage mère/fils aux Canaries, d’un mojito qui fait déraper les choses et de toutes les étapes d’une première histoire d’amour.

Une nouvelle fois la magie a opéré bien sûr. La magie d’Arnaud Cathrine, celle d’une plume à la fois familière et poétique, d’une capacité à créer des personnages réalistes, faillibles et donc terriblement attachants, de ce désir de raconter le réel tout en le sublimant et en l’émaillant des petits et grands chagrins de la vie. J’avais aimé l’histoire d’Esther et Caumes, j’ai adoré celle de Vince.

Vince qu’il est facile d’aimer malgré son sale caractère, sa manie de recourir un peu trop souvent à la violence et sa fâcheuse tendance à voir le verre à moitié vide. Oui on l’aime ! Parce qu’il est cynique, sarcastique, drôle, romantique, idéaliste, attendrissant, sincère, fébrile, courageux. On l’admire pour sa capacité à assumer ouvertement et fièrement qui il est, à refuser d’être une victime ou de baisser les bras, même quand la vie le déçoit.

Je suis également tombée sous le charme des autres personnages, à commencer par la mère de Vince qui est carrément géniale, même si elle fume comme un pompier. Il y a également le directeur du lycée, intelligent et juste ; Rokia la meilleure amie de Vince qui est d’un soutien indéfectible pour le jeune homme ; Pablo dont la solitude nous touche. Même Octave qu’on voudrait bien gifler et secouer par moment nous émeut parce que si on ne cautionne pas son attitude, on la comprend.

Le déroulement de l’histoire est splendide aussi. Arnaud Cathrine magnifie le quotidien en trouvant à travers les yeux de Vince du beau dans l’ordinaire. J’ai été émerveillée par la sensualité, la douceur, la tendresse et l’amour qui suinte de chacune des paroles de Vince, le narrateur de l’histoire. L’auteur nous raconte une histoire d’amour, ses prémices, ses complications, ses hauts et ses bas, tout ce qui rend l’amour à la fois génial, beau mais aussi complexe et douloureux.

Et bien sûr comme toujours il y a les questions que soulève ce texte, les thématiques abordées, les sujets traités avec un réalisme et une exactitude bouleversants. Il est donc question d’homosexualité bien sûr, du fait qu’aujourd’hui on définisse encore les gens par leur orientation sexuelle alors que ce devrait être quelque chose d’intime et de personnel, que l’égalité de traitement n’est pas encore franchement acquise. Est également évoqué à partir d’un certain âge la pression que l’on se met et que la société nous met pour nous mettre en couple, les prémices de la sexualité à deux ou seul, et bien d’autres sujets résolument contemporains et actuels.

Vous l’aurez compris j’ai vraiment été séduite par ce roman qui s’est révélé largement à la hauteur de mes attentes. Et même si la fin a frustré l’éternelle romantique que je suis, je tire mon chapeau à Arnaud Cathrine de toujours choisir de nous raconter la réalité dans tout ce qu’elle a de douloureusement beau. Mais on me souffle dans l’oreillette que Vince pourrait avoir droit à un second tome de son journal amoureux.