Livres
469 845
Membres
437 736

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Ahmal se campa devant elle pour lui donner un baiser sur le front, comme il le faisait chaque soir. Adhara s'approcha de lui. Cette nuit là, une flamme singulière brûlait dans son cœur. Tout naturellement, elle se haussa sur la pointe des pieds. Un instinct secret guidait ses gestes, comme si le chemin était déjà tracé, et que ne pas le suivre était impossible.

Les lèvres d'Ahmal s’offrirent aux siennes, d'abord figées par la stupeur. Puis au bout de quelques secondes, il les entrouvrit et l'embrassa pour de bon. Adhara ne pensa à rien, seulement à la chaleur qui se répandait en elle, à la torpeur qui engourdissait peu à peu ses membres. Elle comprit tout à coup le lien qui l'unissait à lui, ce lien qui les avait rapprochés depuis le début. Le désir l'embrasa, et elle serra les bras autour de ses hanches, puis glissa les doigts le long de son dos, effleurant les contours à peine visible de ses muscles.

Ce fut lui qui s'éloigna le premier. Il y avait une étrange langueur dans ses yeux, et aussi quelque chose qu'Adhara ne réussit pas à déchiffrer.

- A demain, jeta-t-il, et il s'enfuit dans la nuit, la laissant seule devant les grilles.

Afficher en entier

- Si nous voyageons ensemble, je ne peux pas continuer à t'appeler "eh, toi !" ou "jeune fille". Il te faut un nom.

Une lueur s'alluma en elle. Un nom. Une identité. Quelque chose qui lui permette de sortir de cet anonymat...

- Mais je ne me souviens pas de mon nom...

- Je vais t'en donner un. Comment aimerais-tu t'appeler ?

Elle secoua la tête. Elle avait déjà essayé de faire remonter un nom à sa mémoire, sans résultat. Quant à ceux qu'elle connaissait maintenant, "Salazar", "la Nouvelle Enawar" et "Laodaméa", ils ne lui disaient rien ; c'étaient de simples sons jaillis du néant, de ce même néant qui avait pris ses souvenirs en otage.

- Je ne connais aucun nom de fille, murmura-t-elle en baissant les yeux sur sa pomme. Ni de garçon, à vrai dire...

Elle réfléchit encore un instant.

- Hier soir, il y a une fille qui m'a aidée dans une auberge. Elle s'appelait Galia.

Amhal fit la grimace.

- C'est un nom ordinaire, un nom de servante. Non, il te faut quelque chose de mieux.

Elle le regarda avec anxiété.

- Qu'est-ce que tu proposes ?

- Adhara

"Adhara". Elle n'avait aucune idée de ce qu'il signifiait, ni s'il lui plaisait ou non, pourtant il lui parut aussitôt familier. C'était un nom pour elle, un nom qui la définissait. "Adhara".

- C'est beau...

Ahmal frappa avec conviction sur la table.

- Alors, soit ! Dorénavant, tu seras Adhara.

C'était drôle d'avoir tout à coup un nom avec lequel se mouvoir dans le monde. Elle se le répéta mentalement, tout en finissant de croquer sa pomme. Adhara. Désormais, elle n'était plus la fille perdue qui errait dans les bois en ignorant tout du monde. Désormais, elle était quelqu'un.

P 76.

Afficher en entier

Le jeune homme sourit et pris son sac.

- A demain, alors.

Ils restèrent debout l'un en face de l'autre, aucuns des deux n'osant rompre l'équilibre fragile qui s'était créé entre eux. Ce fût lui qui finalement se pencha vers elle à l'improviste et lui colla un baiser sur la joue. Adhara eu t à peine le temps de sentir la douceur de ses lèvres sur sa peau.

- Bonne nuit, murmura-t-il.

Adhara resta immobile au milieu de la chambre.

Afficher en entier

"Comme de l'extérieur, elle regarda son corps se déplacer avec une précision létale : poignard contre poignard, elle combattait cet ennemi sans manquer un coup. Une partition impeccable, mystérieusement gravée dans ses muscles. Le cliquetis des armes se heurtant, les étincelles qui en jaillissaient, tout faisait partie d'un code qu'elle connaissait. Elle sauta en arrière en prenant appui sur ses bras et envoya un coup de pied à son adversaire. Elle acheva sa culbute, se prépara à l'attaque sur les genoux et se jeta à nouveau en avant. Déséquilibré, l'homme heurta un mur et elle lui fit une clé anglaise. Il tenta de la frapper au ventre, mais elle lui bloqua la main. Ensuite, elle n'eut plus qu'à faire levier. L'autre voltigea en l'air et retomba pesamment sur le dos. Comme il essayait de se relever d'un coup de reins, elle enfonça sa lame entre ses deux épaules."

Afficher en entier

A son réveil, la lumière avait changé. Elle était ambrée, rougeâtre, et non plus aveuglante comme lorsqu'elle avait traversé le pré. Il faisait aussi plus froid. Elle s'était assoupie sans même s'en rendre compte.

Elle essaya à nouveau de sonder sa mémoire. Le sommeil l'avait peut-être ravivée? Mais rien. Elle ne se souvenait avec précision que des expériences qu'elle avait vécus depuis son réveil dans le pré. Avant, il n'y avait que confusion. La peur la saisit, glacée et insinuante. Autre chose aussi la tourmentait. Une espèce de brûlure intérieur, une sensation de sécheresse dans la bouche et dans la gorge. Ses oreilles perçurent encore le son doux et régulier, plus intense qu'à son réveil.

"Je dois aller vers ce bruit."

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode