Livres
439 722
Membres
369 583

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Légendes Faës tome 1 : La chienne de l'ombre



Description ajoutée par Bluenn 2017-04-12T13:12:41+02:00

Résumé

Faëry, sous le règne de l’Empereur Fenrír.

Melyan est une bâtarde. Mi-fomoire mi-fée, elle a pour unique ambition de devenir une grande guerrière, digne de son héritage.

Elyalë est une banshee. Magicienne aux pouvoirs terrifiants, elle est aussi la martyre de l’Empereur.

Tout les oppose, et elles se connaissent à peine.

Pourtant, elles sont demi-sœurs.

Un coup du sort les rapprochera, mêlé à un même désir : celui de survivre dans les ténèbres.

Et de ne surtout pas succomber aux promesses du dieu-dragon Déchu...

Afficher en entier

Classement en biblio - 55 lecteurs

Extrait

Elle laissa son regard se perdre dans le vague, quelque part entre la pointe de ses ailes et le bord du lac rubis qui s'élargissait sous son corps. Ils voulaient le rendre insensible, ils voulaient repousser les limites de sa psyché au maximum jusqu'à ce qu'il craque...Ou au contraire, qu'il triomphe et soit au-delà de la douleur.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Or

J'ai pris un immense plaisir à lire ce livre où il n'y a... que des "méchants" !! Enfin, ceux que l'on appelle traditionnellement des méchants, car quand on y regarde de près, sont-ils vraiment différents des "gentils" ? Telbrin, par exemple - ben oui, j'ai un faible pour lui !! Il faut TOUJOURS que j'ai un faible pour un personnage masculin !! - a clairement un faible pour la chienne de l'ombre, ce qui, après tout, n'en fait pas un méchant total, n'est-ce pas ?

J'avais déjà aimé lire un point de vue traditionnellement oublié avec Stan Nicholls et ses Orcs, j'ai apprécié ici aussi de plonger en pleine Dark Fantasy. C'est noir, parfois gore, mais c'est jubilatoire, car franchement, envoyer bouler les conventions, c'est bien ! Et puis j'aime l'écriture de Manon, son humour incisif, ses remarques pertinentes, car elle a bien raison en disant qu'en réalité, on n'apprend jamais de l'Histoire et qu'on répète encore et toujours les mêmes erreurs...

Et surtout, en lisant ce livre, il faut garder à l'esprit qu'on n'est pas dans un livre de fantasy "classique", que les valeurs que l'on donne habituellement aux héros ne fonctionnent pas ici. Spoiler(cliquez pour révéler)Par exemple, quand Telbrin n'intervient pas pour sauver Melyan, il lui marque en réalité son respect. Elle lui en voudrait à mort s'il le faisait. Certes cela paraît incompréhensible, mais encore une fois, il ne faut jamais, jamais oublié que ses valeurs ne sont pas les nôtres, et qu'il agit en fonction d'elles. En réalité, dans son monde, Telbrin est un homme d'honneur.

Afficher en entier
Bronze

Pas trop ma came. Trop sombre, trop noir, trop violent mais toutefois servi par une écriture sympa, assez fluide qui ne demande qu'à s'affiner. Mais bon, c'est pas mon univers

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Argent

https://mydearema.wordpress.com/2018/12/12/%e2%94%82jai-lu%e2%94%82legendes-faes-1/

Lors de la Foire du livre de Bruxelles 2018, j’ai pu rencontrer l’autrice et blogueuse Manon d’Ombremont! J’ai directement été conquise par le résumé qu’elle m’a fait de sa saga Légendes Faës. M’étant remise de ma panne de lecture, j’étais enfin dans de parfaites conditions pour découvrir le premier tome!

Alors ouais, la première chose qui te saute aux yeux lorsque tu débutes ce roman, c’est bien la noirceur de l’univers. Pas de faux-semblants, l’autrice n’essaie pas te vendre un univers tout chamallow et bisounours mais pose directement un décor empreint de violence. À vrai dire, c’est le détail qui m’a fait dire un grand OUI, à la fois lors de l’achat mais encore plus lors de la lecture. Dans cet univers très particulier, elle y fait évoluer des personnages tout aussi rudes et brutaux. Melyan et Elyalë doivent ruser pour survivre dans ce monde. Certaines scènes sont choquantes, on ne sort pas indemnes de tous les chapitres..

Toutefois, malgré la dureté de certains passages ou même de l’univers en général (la vie c’est dur), les pages défilent. Défilent tellement que j’ai achevé ce roman en une soirée. Le format me faisait un peu peur au début. À peine 200 pages? Mouais, je craignais de me retrouver face à une intrigue qui trace sans se retourner et à laquelle j’aurais eu du mal à m’accrocher. Bien sûr, si je suis si enthousiasmée par ce livre c’est que ça ne s’est pas déroulé ainsi. Je n’ai pas du tout eu la sensation que tout était précipité, éparpillé ou que sais-je. Il y a des rebondissements à la chaîne, des combats merveilleusement narrés (alors que ce sont les premières scènes à vite m’ennuyer d’ordinaire) mais aussi des moments un peu plus creux qu’on accueille avec plaisir (c’est pas tous les jours facile d’être un méchant tout le temps). La plume de l’autrice captive jusqu’au bout, t’emmenant dans des endroits magiques et sombres à la fois, tout ça avec une facilité déconcertante.

Des méchants en guise de héros? M’en dis pas plus, je marche direct! Chaque personnage mis sur ta route se trouve être infiniment complexe. Ils évoluent parfois de manière inattendue ce qui accentue d’autant plus le côté un peu inaccessible et froid de ce monde. Certains, notamment mon pote Empereur Fenrìr, dévoilent les instincts les plus sombres de ces sympathiques gens. Or, on retrouve parfois presque une touche d’affection et de sympathie qui contraste avec la cruauté ambiante (coucou Telbrin, grande brute au coeur d’or j’en suis sûre). Je suis curieuse de voir l’évolution de la relation entre les deux demi-soeur auxquelles j’ai fini par m’attacher. Évoluer à leurs côtés permet de comprendre les motivations des grands méchants loups et c’est peu ordinaire.

En conclusion, ce fut une excellente découverte et il me tarde de mettre la main sur la suite. Évidemment, si tu es de nature sensible j’aurais tendance à te déconseiller ce livre qui est réellement sombre (si j’avais pas encore assez insisté sur ça, voilà, c’est gratuit) et peut déconcerter à plus d’un niveau. Si par contre tu enjoy une torture en bonne et due forme, fais-toi plaisir!

Afficher en entier
Or

Un univers sombre et duel, deux bâtardes aux pouvoirs magiques inquiétants s’y allient pour réveiller une force obscure, plus ou moins volontairement. Un récit prenant, violent et surprenant. Un premier tome addictif qui ne donne qu’une envie : se procurer la suite !

En savoir plus sur : https://livraisonslitteraires.wordpress.com/2018/09/21/legendes-faes-volume-1-la-chienne-de-lombre/

Afficher en entier
Bronze

https://unepagedeparadisblog.wordpress.com/2018/07/13/c85-les-legendes-faes-tome-1-la-chienne-de-lombre-manon-elisabeth-dombremont/

Première découverte du genre avec ce roman, je n'ai pas accroché aux personnages vraiment trop sombres pour moi. L'univers et l'histoire sont très intéressant et entraînante, et la plume de l'autrice est riche de détails. On se laisse porté aisément. Je pense qu'il devrait ravir les amoureux de Dark Fantasy.

Afficher en entier
Pas apprécié

Bof bof bof. Pas constructif, ,je sais, mais c'est tout ce que cela m'inspire

Afficher en entier
Argent

cela faisait longtemps qu'il était dans ma PAL, il est sombre, violent, et déroutant, mais bien écrit, une fois que l'on tourne les premières pages, on ne s'arrête plus ! Sauf quand il est fini.

Perso, au départ, je n'étais pas certain, de le lire entièrement, mais si, et j'ai aimé, j'attaque la suite ...

Afficher en entier
Lu aussi

https://chroniquetoilee.wordpress.com/2017/11/22/legendes-faes-tome-1-la-chienne-de-lombre-manon-elisabeth-dombremont/

Adepte des romans de dark fantasy, je n’ai pas hésité une seule seconde à acheter celui-ci à Trolls & Légendes. Avec une rencontre avec l’auteure en prime ! Je me suis plongée dans cet univers avec un grand plaisir.

On entre sans difficultés dans une histoire qui nous emporte. Une histoire noire, dangereuse, tellement qu’elle en devient fascinante. Et très bien travaillée. Des rebondissements juste où il en faut, du suspens qui nous suit jusqu’à la fin du roman, des descriptions des scènes les plus noires et les plus effrayantes qui enflamment notre imagination. Un langage cru mais qui met très bien dans l’ambiance. Ainsi que des intrigues et des complots qui fleurissent au fil des pages et nous tiennent en haleine jusqu’au dernier mot.

Des personnages attachants, et très intéressants, poussés dans leurs derniers retranchements, des méchants inquiétants et très bien travaillés. Des personnages fascinants et torturés. La psychologie de ces derniers est très poussée. On a pas à faire à des personnages qui du jour au lendemain se retrouvent propulsés dans une histoire avec le poids du monde sur leurs épaules mais bien à des personnages qui dès le début, souffrent. Autant physiquement que mentalement, et qui ne ressortent pas indemne des différentes épreuves qui se mettent en travers de leurs chemins.

On rencontre au fil des pages des créatures aussi fascinantes les unes que les autres et tout autant manipulatrices.

Une plume fluide, soutenue et agréable à lire nous plonge dans un roman addictif et sombre. Une jeune auteure qui avec ce premier tome, promet d’aller très loin.

Afficher en entier
Argent

Ce que j'ai aimé

Le background du récit, sa solidité et cette faculté d'attiser la curiosité à chaque chapitre. Ces derniers sont courts et permettent une avancée rapide et il y a peu de place à l'ennui. Non, vraiment, le fond de l'histoire est prenant et l'on ressent de la frustration quand vient l'épilogue. Des personnages forts et une suite prometteuse. Les scènes de combat, bien que courtes, sont également très appréciables. Un bon sentiment général et un bon premier livre pour Manon.

Ce que j'aurai aimé, ce qui m'a dérangé

Ici, je vais surtout être dur dans la forme (vu que j'ai aimé le fond). Pas mal de répétitions (surtout avec le mot fomoire au début et Unseelies tout au long), des phrases parfois un peu incohérentes ou tout simplement inutiles (ex: Âgée de quatorze ans, elle mesurait un mètre soixante - ce qui était peu pour une seelie, mais une taille respectable pour une enfant de son âge........ WHAT ?). Ensuite cette orthographe compliquée qui, finalement, n'apporte rien à la prononciation (imaginez si le terme Mana devait s'écrire "Màhnä", heureusement ce n'est pas le cas). Non, il faut la jouer simple pour le coup et ne pas vouloir faire du Tolkien like. Puis j'ai noté pas mal d'incohérences en terme de ponctuation, je pense aux "virgules" qui manquaient cruellement sur plusieurs phrases. Mais pour la plupart des points cités ici c'est, à mon sens, à l'éditeur de refaire encore un travail de correction générale(déjà fait apparemment mais il aurait fallu aller encore plus loin).

Je pense également que le livre, même si Manon semble exceller dans le récit court, méritait une bonne centaine de pages en plus. Plusieurs choses passent à la trappe avec seulement 200 pages (je pense à pas mal de races citées mais dont on a aucune info sauf pour les léannans, mais pour ce qui est des sluaghs et clurichauns, nada. Dommage).

Conclusion

Il semble y avoir plus de points négatifs que positifs, mais ne vous y trompez pas. Je mets surtout en lumière des problèmes de forme plutôt dérangeants car le fond est très bon.

Le récit narré par Manon est un beau voyage, teinté d’encre noire, où l’évasion vous transporte vers ce qui conduira le monde des Faës à la ruine. N’attendez pas que les Fées soient douces avec vous, n’imaginez pas que les Banshees soient dépourvues de sentiments, guettez la résurrection du Déchu.

Un bon roman Dark Fantasy pour ceux qui aime le genre, mais attention à ceux qui n’ont pas l’habitude.

J’espère pouvoir me procurer le tome 2 prochainement et ainsi connaître ce qui arrive à Melyan et Elyalë.

Pour la suite de la critique -->

https://evasionimaginaire.wordpress.com/2018/01/08/legendes-faes-vol-1-la-chienne-de-lombre-une-ode-a-la-dark-fantasy-francophone/

Afficher en entier
Lu aussi

Je n'ai pas vraiment réussi à entrer dans l'histoire. Trop de choses déjà vues en Dark F et c'est dommage, d'où des cotes basses pour "créativité et originalité" .

Afficher en entier

Pas apprécié non plus. L'écriture de l'autrice ne m'a pas accrochée. Mais bon, c'est son style, faudra faire avec durant toute la lecture. J'ai trouvé beaucoup d'analogies avec les livres de Karen Marie Moning (Fiecre noire, rouge, faë...) et cela m'a dérangée. Je n'aime pas de retrouver autant d'inspiration d'un autre livre. C'est déplaisant.Je vais essayer de ne pas rester sur une mauvaise impression et je vais tenter un autre livre (au nom imprononçable) de cette personne. J'espère que celui-là n'aura pas été "inspiré" lui aussi.

Afficher en entier

http://lecalepindunelectrice.fr/la-chienne-de-lombre-de-manon-elisabeth-dombremont/

Un roman de dark fantasy très bien écrit. Une belle découverte !

Entre le lexique et le prélude, l'auteure s'adresse à nous, lecteurs, et pique notre curiosité.

"Non, cette histoire n'est absolument pas féerique et n'a pas de fin heureuse. À peine fournit-elle une morale. de toute façon, qui s'en soucie encore ? le passé n'apprend plus rien puisque personne n'en tire d'enseignement. […] Ceci est le récit de la chute des mondes, provoquée par une poignée d'êtres aveugles. Des acteurs aisément remplaçables, animés par leurs désirs personnels et futiles de vengeance, de pouvoir. C'est une course éternelle, un cycle condamné à se répéter. Dans le nôtre, il n'aura fallu qu'une guerrière fomoire, un Seigneur noir, une reine banshee et un dieu-dragon pour déclencher une fin du monde trop prévisible. Ensemble, ils m'ont fait écrire l'Histoire en lettres de sang."

Les premiers chapitres de la Chienne de l'Ombre se déroulent en 1324. Nous y découvrons alternativement Melyan, la fille de l'Empereur unseelie Fenrír et d'une fée, au camp d'entraînement fomoire, et sa demi-soeur, Elyalë, résidant dans la forteresse impériale située dans la grotte-capitale de Lorlín. Les Fomoires sont les guerriers d'élite du peuple unseelie. Pendant que Melyan apprend à se battre, notamment avec Telbrin, le seul fomoire qui semble la prendre au sérieux – les autres, en effet, ne la tolèrent qu'en tant que progéniture de l'Empereur, Elyalë subit la violence quotidienne de son père. Les deux soeurs ne se côtoient pas, Melyan ayant quitté la forteresse dès son plus jeune âge. Jusqu'au jour où Elyalë décide de faire appel à sa soeur, en 1357… Comment la contacte-t-elle ? Je vous laisse le découvrir… N'oublions pas que sa mère est une banshee…

En quelques chapitres donc, le ton est donné. Les deux jeunes filles, bien que physiquement séparées, doivent faire preuve de force et/ou de ruse pour vivre, ou plutôt survivre, en milieu hostile. Où l'on a l'impression que l'une est privilégiée, il n'en est rien en réalité. Certaines scènes marquent, choquent, remuent. Mais l'écriture de l'auteure envoûte, s'empare des instants potentiels de bascule – ceux où le lecteur pourrait faire une pause pour reprendre sa respiration, pour donner une envie irrépressible de continuer à tourner les pages.

Si ce premier tome relate des événements qui s'étalent sur plusieurs décennies, des ellipses temporelles – fort bien amenées, également commentées par la narratrice/auteure – permettent d'avancer dans l'intrigue et d'aller à l'essentiel. On n'apprend rien, par exemple, des retrouvailles entre les deux soeurs. Treize ans ont passé lorsqu'on les retrouve, mais très vite, on comprend que les liens qui les unissent sont devenus étroits et indéfectibles. Nécessaire, quoique parfois ambigu, lorsqu'on réalise les plans diaboliques de l'Empereur, personnage effroyable et dénué de tout sentiment envers sa progéniture !

Je n'ai pas ressenti pas une once d'ennui à la lecture du roman. Les rebondissements nous entraînent dans des lieux sombres, jusqu'à l'antre du dieu-dragon Déchu, Elcmar, prêt à tout pour retrouver sa liberté et récupérer ses Sphères éparpillées en différents et improbables endroits. Ils nous font douter en permanence des personnages-créatures, si bien qu'il est difficile d'anticiper la suite. Se perdre dans les ténèbres a quelque chose de fascinant…

Fluide, limpide, l'écriture de Manon Elisabeth d'Ombremont nous fait voyager dans un univers – ou des univers – magiques et impitoyable(s). Les peuples (mythiques) unseelie et seelie se vouent une haine ancestrale et sans limite. J'aimerais maintenant en apprendre un peu plus sur le Multivers, car Faërie n'est qu'un univers parmi une infinité. Pourquoi son équilibre semble-t-il à ce point menacé ?

Je ne suis pas une grande amatrice – a priori – de Dark Fantasy et pourtant La Chienne de l'Ombre a plus qu'éveillé ma curiosité de lectrice. J'ai apprécié l'ambiance oppressante, la noirceur des actes et des propos, la complexité des personnages, les scènes poussées à l'extrême. Si bien que le Déchu, deuxième tome des légendes Faës (L'ivre-Book, avril 2017), me tend naturellement les bras... enfin... les pages !

Afficher en entier

Dates de sortie

Légendes Faës tome 1 : La chienne de l'ombre

  • France : 2015-04-07 - Poche (Français)
  • France : 2017-04-22 (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 55
Commentaires 39
Extraits 7
Evaluations 58
Note globale 6.68 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode