Livres
477 574
Membres
458 370

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Après une demi-heure sans sommeil, j’ai remarqué, à travers mes paupières fermées, que le niveau de pénombre dans ma chambre s’atténuait. Mes yeux se sont ouverts en grand et j’ai vu que l’écran de mon téléphone était illuminé, sur ma table de nuit. De la buée sortait de ma bouche à chaque respiration. La température de ma chambre avait chuté, comme chaque fois lorsque je n’étais plus seule dans la pièce. Un son à peine audible m’a chatouillé les oreilles, et quand j’ai penché la tête pour mieux entendre, je me suis rendu compte que des chiffres étaient en train d’être tapés sur mon téléphone. Un par un. Comme si quelque chose d’invisible passait un appel.

Afficher en entier

La première pièce jointe de Violet m’avait intriguée, mais en voyant la seconde, je me suis vraiment demandé ce qu’elle cherchait à faire. C’était une photo d’un document écrit à la main qui détaillait un certain nombre d’instructions sur la façon de planter un arbre, avec des illustrations sommaires.

« Creuse un trou d’une profondeur d’un mètre exactement. Plante le jeune arbre aux premières lueurs de l’aurore après la nouvelle lune. Remplis ton cœur et ton esprit de pensées pleines de dévotion en recouvrant les plantes et en sécurisant l’arbre. »

Qu’est-ce que…

Je n’avais pas la moindre idée de ce que ce charabia pouvait bien signifier. Violet nous avait avoué cet hiver que sa mère voulait si désespérément avoir un enfant qu’elle avait étudié toutes sortes d’histoires de grands-mères et de formules magiques. Si je me souvenais bien, elle avait dit quelque chose sur le fait que sa mère avait demandé à son père de planter un arbre pour chacun des enfants qu’ils avaient perdus. Ce que Violet m’envoyait semblait avoir un rapport avec cette histoire : on aurait dit un mélange entre une recette mal écrite et un sortilège de sorcière à peine cohérent.

Afficher en entier

Je m’apprêtais à éteindre la lumière quand j’ai entendu mon téléphone vibrer dans mon sac. J’ai hésité avant de vérifier. J’avais beaucoup de chance que ma mère ne m’ait pas confisqué mon portable pendant ma visite, mais si elle apprenait que j’étais en contact avec quiconque lié aux événements de cet automne, elle me le prendrait pour de bon. Il était rarissime que je reçoive un message ces jours-ci. Trey n’avait pas accès au téléphone dans son académie militaire près de la frontière canadienne. Mischa avait tendance à envoyer des mails plutôt que des textos parce qu’elle était du genre bavarde, mais maintenant qu’elle m’en voulait, je ne m’attendais pas à recevoir quoi que ce soit d’elle. Henry était à l’autre bout du monde et m’avait déjà prévenue qu’il ferait exprès de ne pas prendre de forfait mobile international parce qu’il avait besoin de couper avec tout ce qui avait un rapport avec Willow. Ça m’avait vraiment fait de la peine de l’entendre dire ça, mais j’avais compris. Le message était de Violet. J’ai trouvé bizarre qu’elle ait toujours mon numéro enregistré dans son téléphone. La dernière fois qu’elle m’avait envoyé un texto, c’était en septembre, quand elle était encore considérée comme la nouvelle au lycée. À l’époque, c’était pour organiser le trajet pour le match du gala d’automne qu’elle m’avait écrit. Ça faisait des mois que j’avais effacé tout ça, y compris son numéro, parce que je ne voulais garder aucune trace de cette fille dans mon téléphone, au cas où il contiendrait des restes d’énergie maléfique qui assombriraient ma vie de tous les jours.

Afficher en entier

Sur le chemin du retour, j’ai frissonné en me disant que, s’il y avait eu une nouvelle mort, c’était parce que Mischa m’avait fait confiance. Nous avions tous été débiles et ridicules de croire une seule seconde qu’on pourrait vaincre le Mal. C’était moi qui l’avais persuadée de résister aux ordres que les esprits lui avaient donnés. Je lui avais écrit de longs mails depuis la Floride. Mischa m’avait expliqué que les esprits maléfiques lui communiquaient des nombres depuis l’hiver. Selon elle, il s’agissait du nombre de gens qu’elle devait convaincre de jouer à son jeu de cartes pour que les esprits collectent leurs âmes. Elle avait ajouté qu’elle craignait que les esprits fassent du mal à ses parents si elle ne se pliait pas à leurs ordres. Sa théorie était parfaitement logique. C’était comme ça que Violet avait accepté de suivre leurs ordres quand elle-même était ensorcelée. J’avais encouragé Mischa à ne pas céder, et, à mon immense regret, ils avaient mis à exécution leur menace.

Afficher en entier

Depuis novembre, je m’étais attiré des ennuis avec la police locale pour agression et vol de voiture (heureusement, ces charges avaient été abandonnées parce que la voiture en question appartenait à la mère de mon petit copain). Ceci avait entraîné une course-poursuite avec la police à travers plusieurs États. Ensuite, je m’étais échappée de mon internat, et on avait passé plusieurs jours en cavale avec Henry et Trey. J’avais sans doute enfreint dix millions de lois en janvier, heureusement sans que la police l’apprenne, dont le vol de la voiture du père de Violet (et, théoriquement, le kidnapping de Violet, même si on avait réglé cette affaire-là entre nous). C’était un coup de chance incroyable que le juge Roberts, qui en avait assez de me voir débarquer dans sa salle d’audience, décide que la meilleure chose pour moi (ou plutôt, que la meilleure chose pour Willow, Wisconsin) serait que mon père obtienne ma garde et que je parte vivre avec lui à Tampa en Floride. En seulement trois mois, j’étais passée du statut d’élève brillante à celui de délinquante juvénile.

Afficher en entier

Du coin de l’œil, j’ai vu Glenn prendre ma mère par le coude avec douceur lorsqu’on est arrivés au niveau du croisement où on avait l’habitude de tourner pour atteindre la tombe de ma sœur jumelle, Jennie. J’ai ressenti de la rancune : évidemment, ma mère lui avait montré la tombe de Jennie et lui avait raconté l’incendie de notre maison. La mort de Jennie faisait quasiment partie du folklore de la ville et ma mère avait parfaitement le droit de partager l’histoire de cette tragédie avec son nouveau petit ami. Mais j’avais quand même l’impression qu’on venait de me voler quelque chose d’important. Le temps qu’on arrive au dépositoire, en haut de la colline, et qu’on attende notre tour pour entrer, je refoulais une colère immense.

Afficher en entier

J’essayais de toutes mes forces de retenir mes larmes. Sombrer dans la tristesse ne ferait pas avancer les choses : je devais rester forte pour Mischa. Je voulais qu’elle voie combien j’étais désolée pour elle, mais il fallait aussi qu’elle comprenne qu’elle devait absolument résister à l’envie d’explorer les pouvoirs maléfiques qu’elle avait reçus accidentellement en janvier. Elle serait plus tentée que jamais à présent, j’en étais convaincue, pour s’assurer que sa mère et sa sœur restent en sécurité. Mais il fallait à tout prix qu’elle évite de jouer avec le Mal. Elle et moi avions sous-estimé l’énormité du sort qui lui était tombé dessus…

Afficher en entier

J’essayais de toutes mes forces de retenir mes larmes. Sombrer dans la tristesse ne ferait pas avancer les choses : je devais rester forte pour Mischa. Je voulais qu’elle voie combien j’étais désolée pour elle, mais il fallait aussi qu’elle comprenne qu’elle devait absolument résister à l’envie d’explorer les pouvoirs maléfiques qu’elle avait reçus accidentellement en janvier.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode