Livres
553 600
Membres
597 882

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de lele103 : Mes envies

Toujours plus, + = + Toujours plus, + = +
Léna Situations   
https://lislysworld.fr/toujours-plus-de-lena-situations-un-livre-resolument-positif/

Alors comme Youtube ce n’est pas vraiment mon truc, j’avoue que j’étais totalement passée à côté du phénomène Léna Situations. J’ai appris son existence en même temps que la sortie de son roman, par ceux sur bookstagram qui l’apprécient.

Au début j’étais mitigée (les racontages de life par des influenceurs, ce n’est pas vraiment mon truc) d’autant plus que 19€ pour un petit livre tout fin comme ça c’était cher à mes yeux. Mais je me suis laissée convaincre par les avis très positifs et partant du principe qu’un livre qui avait l’air aussi sympa pourrait tout de même me plaire, je me le suis procuré.

Dès la préface, j’ai compris que 1) mes préjugés étaient faux et qu’il ne s’agissait pas d’un énième racontage de life comme d’autres en vendent et 2) cette lecture allait me remonter à bloc.

Du positif, beaucoup de positif
Pour faire court, ce livre est effectivement un shot de positivité et de motivation. En le lisant, vous allez avoir le sourire et être à fond pour tous vos projets, quels qu’ils soient. Léna expose son vécu sans prétention et toujours dans le but d’illustrer ses idées. C’est fun, bien raconté et ça fait du bien à lire.

Une esthétique réussie
Entre la palette de couleurs pastel qui a été choisie pour l’intérieur du roman, les jolis dessins très simples et les polices d’écriture originales, la mise en page de Toujours plus est vraiment réussie. Coup de cœur aussi pour les photos qui ouvrent les différents chapitres dont j’adore l’esthétique !

Un livre tout de même court
Il y a quand même un tout petit point qui continue à me gêner après lecture du livre. Certes, il est génial, amusant et génial à lire mais il reste court, et le rapport page/prix reste exagéré pour moi. Je ne connais pas vraiment le cours du livre de développement personnel mais quand je vois des maisons d’éditions qui proposent des romans de tailles non négligeables moins chers, j’avoue que je me demande si le rapport est équilibré…

En conclusion
Une courte lecture feel-good qui vous motivera sans aucun doute à réaliser vos rêves et vous donnera envie de vous y mettre immédiatement ! Avec humour et légèreté, Léna donne des conseils qui sont néanmoins à prendre au sérieux et vous aideront à mieux profiter de la vie en général.

par Lisly
49 jours, je compterai pour toi 49 jours, je compterai pour toi
C. S. Quill   
http://www.lmedml.fr/2019/03/22/49-jours-je-compterai-pour-toi-c-s-quill/

WAHOU… CETTE CLAQUE…
Le premier ou la première qui vient me dire que la romance ce n’est pas de la littérature et que ce n’est pas digne d’intérêt, je lui met mon poing dans la figure… Vous avez vu comme je suis menaçante, là ? En terminant ce roman, j’ai pensé à toutes ces personnes qui m’ont un jour dit que la romance ce n’était pas un genre littéraire, punaise ce que cela peut m’énerver !

[49 jours, je compterai pour toi] est classé en new romance, et cette histoire a totalement sa place dans les étals des plus grandes librairies au rayon romance, mais ce livre, c’est bien plus qu’une histoire d’amour à proprement parlé, c’est une ode à la vie, à l’amour avec tout ce que cela implique.

Je suis encore un peu sous le choc de cette lecture, c’est pour cette raison que j’ai décidé d’écrire mon avis à chaud, pendant que mes émotions bouillonnent encore sous ma peau.

UNE HISTOIRE INDESCRIPTIBLE…
Je suis là devant mon écran à me demander comment vous parler de cette histoire… Et tout ça c’est ta faute Cami ! A cause de ce qui se passe dans ta tête quand tu décides de te lancer à corps perdus dans une histoire qui te hante.

Peut importe ce que je pourrais dire sur ce livre, rien ne sera jamais suffisamment à la hauteur de Breen et Sawyer ! Le résumé est une perfection, tellement intriguant que l’on se lance dans l’histoire sans vraiment savoir où on va, aussitôt reçu, aussitôt lu ! Je le savais qu’il allait me bouleverser, j’ai lu les précédents récit de Cami, et ils avaient tous réussi à me faire rêver, à me faire comprendre la complexité des personnages et de leurs histoires respectives. Mais rien ne me préparait au contenu de [49 jours, je compterai pour toi].

« QUAND L’AMOUR SE VIT EN 49 JOURS… »
C.S. Quill est une autrice que j’admire pour son audace, son culot et sa façon de voir la vie. Avec ce roman, elle nous offre une oeuvre plus personnelle, plus délicate et en même temps qui ravage tout sur son passage. Elle a ancré son histoire en France, dans un cadre qui incite au voyage. Je me suis téléporté à Camaret, cette petite ville pleine de charme qui abrite cette histoire au contexte si particulier. Dès les premières pages, j’étais conquise, sous l’emprise de ce décompte inéluctable… Ai-je angoissé ? Oui, à mort. Ai-je spéculé sur les tenants et les aboutissants de l’histoire ? Bien sûr, quelle question. Me suis-je planté sur toute la ligne ? J’étais à des kilomètres de découvrir ce que cette histoire dissimule. La chute a été violente, l’effet absolument magistral. Je ne m’en suis toujours pas remise.

DES PERSONNAGES TRAVAILLES, PARTICULIÈREMENT VIVANTS ET TOUCHANTS !
Breen, notre héroïne est une énigme. On la découvre entre passé et présent, un aspect totalement envoûtant qui nous permet de faire la lumière sur ce qui l’empêche d’aimer plus que 49 jours… Ça vous intrigue, hein ? Breen est une jeune femme saisissante, je l’ai aimé dès les premières pages, m’attachant à elle au-delà du possible. En évoluant à ses côtés, j’ai compris de nombreuses choses, j’ai éprouvé une foule d’émotions qui m’ont dévastées autant qu’elle ont fait battre mon cœur à la chamade. Breen est exceptionnelle, son histoire est indescriptible, elle se vit, je me suis sentie si proche d’elle et en même temps tenue à distance par cette histoire de jours qui passent. Cette héroïne a une personnalité très bien travaillée, à tel point que vous ne pourrez que l’accompagner vers cette rédemption qu’elle mérite tant. Sawyer, c’est Sawyer ! Vous voyez je n’ai pas vraiment envie de parler de lui, parce que vous allez forcément craquer pour lui… Je peux vous dire que Cami vous l’a bichonné, elle a donné vie à un BBF proche de la perfection. Un homme qui a de nombreuses qualités autre que celle d’humidifier vos sous-vêtements, même si ce sera peut-être tout de même le cas . #coquine

« CETTE FILLE ME REND DINGUE DEPUIS QUE JE L’AI APERÇUE LÀ-BAS… J’AI SAUTÉ SUR L’OCCASION DE ME RAPPROCHER D’ELLE, SURPRIS DE RÉUSSIR SI VITE À ENTRER DANS SA VIE. MAIS LE PROBLÈME AVEC BREEN, C’EST QUE J’EN VEUX PLUS. ELLE EST EXACTEMENT TELLE QUE JE L’AVAIS IMAGINÉE. LA SEULE CHOSE QUE JE N’AVAIS PAS ANTICIPÉE, C’EST CETTE URGENCE QUI CRÉPITE ENTRE NOUS, COMME SI LE TEMPS QUI DÉFILE ÉTAIT COMPTÉ. »
Il y a pas mal de protagonistes dans ce roman et franchement je reste admirative du fait que l’autrice ait réussi à leur donner une personnalité propre à chacun, ils ont tous un rôle déterminant dans le dénouement de l’histoire et là encore c’est vraiment un festival de révélations de taille les concernant.

UN SCÉNARIO HORS NORME. UNE HISTOIRE BOULEVERSANTE, HUMAINE, PLEINE DE NUANCES ET DE VIE !
Vous allez vivre une aventure hors du commun avec ce roman. C.S. Quill s’est surpassé et pourtant on sent que rien n’est forcé ! Le récit est fluide, entre passé et présent avec une alternance de point de vue absolument fantastique…

Oubliez tout ce que vous connaissez de la plume de l’autrice, ici son talent augmente d’un cran, plus encore. Sa plume se veut plus mâture par rapport aux thèmes abordés, malgré cela son style conserve un côté léger qui se marie à merveille avec toutes les émotions plus brutes engendrées par le récit.

La psychologie est sans doute le plus gros atout de l’autrice car elle en fait ce qu’elle veut. Elle connaît les relations humaines et elle aime explorer la psyché de ses personnages en les décortiquant avec brio. Ce roman c’est une foule de questions qui bouleverse le lecteur. Je n’ai pas été stimulée de la sorte depuis un moment, les sujets que l’on découvre sont percutants, vous ne ressortirez pas indemnes de cette fiction réalité.

La plume de l’autrice se veut poétique, mélancolique et pleine d’émotion. La modernité et l’addictivité sont évidemment au rendez-vous pour scotcher le lecteur.

L’AMOUR…
Je ne souhaite pas que l’on s’arrête uniquement sur le côté romance de cette histoire, romance qui est magnifique, qui a fait battre mon cœur à un rythme effréné… Plus j’avançais dans l’histoire, et plus j’avais l’impression de savoir ce que j’allais découvrir, grosse erreur et c’est là que l’on prend la pleine mesure de l’originalité et du caractère unique de l’histoire.

C.S. Quill joue avec les nerfs de ses lecteurs, elle explore la notion d’amour de plusieurs façons. Elle met en lumière son héroïne qui ne cesse de se retrouver à la croisée des chemins, à la recherche de cette rédemption… On suit un véritable cheminement dont on ne connait absolument pas la destination.

Je suis une grande fan de romance, mais j’ai de plus en plus de mal à y trouver mon compte, j’essaye de sélectionner mes lectures avec soin et CE roman c’est la perle rare, le graal de toutes les grandes romantiques… C’est une merveille pour les lecteurs qui aiment vivre au cœur d’un récit qui ne cessera de les épater et de les surprendre.

« RETIENS-MOI, SAWYER. RETIENS-MOI QUOI QU’IL ARRIVE. JE NE VEUX PLUS M’ÉCHOUER, J’AI TELLEMENT BESOIN D’UN PORT OÙ M’ANCRER. »
EN BREF :
[49 jours, je compterai pour toi], c’est plus qu’un coup de cœur. L’histoire de Breen et Swayer a profondément marqué mon âme de lectrice, au-delà de leur histoire d’amour… C.S. Quill nous offre une histoire indescriptible, poétique, un peu mélancolique avec un fond profondément touchant équilibrée par des touches de légèreté et d’humour. Vous allez vibrer aux côtés des personnages, être submergé par les émotions et vivre une aventure humaine hors norme. Le récit se déroule en France et l’autrice a réussi à sublimer les lieux qu’elle nous décrit avec passion. Le voyage se vit de la première à la dernière page.

[49 jours, je compterai pour toi] c’est LE ROMAN à se procurer de toute urgence ! Disponible dès le 28 mars <3
7 lettres 7 lettres
Olivia Harvard   
Ce thriller, plutôt jeunesse, ne rentrera pas dans mes favoris... Pourtant il partait bien, très bien même!

Une plume entraînante, l'auteur glissant ça et là des éléments pour nous tenir en haleine, une intrigue bien construite et qui s'étoffe progressivement, à chaque réponse son lot de nouvelles questions...

On s'identifie bien aux protagonistes de l'intrigue, on comprends leur ressenti et on s'énerve autant qu'eux tout du long!

Hélas la magie n'a pas opérée jusqu'aux derniers rebondissements avec moi... En effet deux trois éléments permettant la résolution de l'intrigue m'ont semblé manquer de cohérence, ou en tous cas n'ont pas été éclaircis de façon suffisamment claire pour ne pas avoir l'air "bâclés". D'autres sont juste trop improbables. Enfin, la fin est trop tirée par les cheveux et échappe au réalisme que le début avait et qui permettait de se plonger à fond dans l'histoire.

J'ai le sentiment que l'auteur a "changé de cap" en fin de rédaction, ne s'en tenant pas à la chute prévue initialement, ou qu'il s'est dit qu'il allait faire "encore plus fou"... Mais du coup trop fou et bancal à mon goût...

Mais une lecture qui reste très prenante et fait un bon page turner!!

par btizlit
99 Jours 99 Jours
Katie Cotugno   
«I was trying not to lose you. But I lost you anyway.»

WARNING: sûrement pas le meilleur de mes commentaires. (Et certainement pas le meilleur livre que j'ai lu.)

J'ai lu How To Love fin 2015 (c'est le moment où je réalise pleinement qu'on est en Mars 2017 et que j'ai l'impression d'avoir quitté 2015 hier) et ce fut une légère déception pour moi. Pourtant, je me suis quand-même décidée à donner sa chance à 99 Days (un bon bout de temps après mais quand-même).
Résultat, je ne suis pas sûre de pouvoir dire que j'ai aimé 99 Days.

J'apprécie la plume de l'auteure. Ce n'est pas mal écrit, c'est même plutôt agréable et c'est une plume fluide. Sincèrement, je n'ai pas de problème avec sa façon d'écrire. Même si j'ai toujours le sentiment qu'il me faut une éternité entière pour lire ce qu'elle écrit.

Ce qui ne m'a pas plu dans 99 Days c'est l'histoire (et par extension les personnages). Le synopsis me plaisait. Dès le départ on nous prévient, Molly a brisé le cœur de son premier amour Patrick en passant la nuit avec son frère Gabe. Même si je ne suis pas fan de l'idée d'infidélité, je n'avais pas envie de m'arrêter sur ce point et risquer de passer à côté d'une bonne histoire (ça risque pas).

SAUF QUE....

J'aurais pu vivre avec cette histoire du mec trahi par la fille qu'il aime parce que celle-ci a préféré son frère. Seulement, en ce qui concerne Molly et les frères Donnelly, je n'ai pas apprécié une seconde de tout ça.

Je n'ai pas aimé l'histoire et je n'ai pas aimé les personnages et je n'ai pas aimé ce qu'ils faisaient, blablabla.
J'ai même pas envie d'en parler! Je veux juste oublier ce livre. Je veux faire comme si je ne l'avais pas lu.

(MENTEUSE!
Je dirais juste...
Je ne comprends pas vraiment les gens qui se mettent dans une telle situation. Déjà ça complique toujours tout à mort et ça n'apporte clairement pas grand chose qui en vaut le coup. Mais quand c'est ton frère la personne d'en face (vous savez la personne avec laquelle votre amoureux/se vous trompe = personne d'en face -ouais je mets des parenthèses dans les parenthèses-), c'est une double trahison! Quel genre de frère/sœur peut faire ça? Et quand tu es la copine (n'est-ce pas Molly!?), si jamais ça te tente vraiment de tromper ton copain, est-ce que t'es obligée de le faire avec son frère et ne même pas te sentir réellement coupable? AHRRR!!! (mon cri inhumain, le retour).

Ça me donne des envies de violence. Moi, la petite fille si gentille! *pleure de façon dramatique* *ouin ouin ouin ouin*

Voilà pour ce point.
Seconde point!

Au-delà de cette situation dont je pourrais parler pendant un certain bout de temps pour ne rien dire de spécial au final, je voudrais qu'on parle de la mère de Molly... qui a écrit un livre sur sa fille.
(PAUSE: Quelle idée.)
Déjà, quand est-ce que tu te dis que tu vas bousiller la vie privée de ta fille juste pour entrer dans la longue liste des bestsellers? Et quand est-ce que tu te dis que ça serait cool de raconter dans ce fameux bouquin que ta fille a trompé son copain avec le frère de ce dernier en sachant qu'après elle passera pour la pire des salopes? (Désolée pour le mot.) Non mais sérieux, quelqu'un a pensé à lui donner un cerveau? Ou un cœur?! Quel genre de parent peut faire un truc pareil? C'est le moment où je me sens vraiment désolée pour Molly.

Je suis révoltée! ^^)

Je dois admettre que je n'ai pas grand-chose d'autre à dire. Je n'ai pas aimé et je ne suis vraiment pas désolée de ça parce qu'étant la personne que je suis (si, si, je vais laisser cette phrase) aka je me sentais pas capable d'aimer un tel roman. (C'était inutile, hein? Même pas une réelle explication.)

Personnages? Non.
Histoire? hmmm... non.
Bref, tu peux apprécier une plume autant que tu veux, si l'histoire tu n'aimes pas (Hello, je m'appelle Yoda) et que les personnages tu as envie de frapper, il n'y a pas une infinie de possibilité. (Toujours inutiles?)

En gros,
CE QU'IL Y A À RETENIR c'est que je ne mettrais plus jamais la main sur un roman de Katie Cotugno. Sauf si elle écrit un truc de malade. Là, peut-être.

Au fait! J'allais oublier, c'est une romance, on est d'accord? Où est passée l'alchimie entre les personnages? (Al' sort de ta cachette on a besoin de toi d'urgence!!)

OK.

par Sheo
A comme Aujourd'hui A comme Aujourd'hui
David Levithan   
J'ai mis un peu de temps à rentrer dans l'histoire et à vraiment m'attacher aux héros. Je sentais qu'il y avait énormément de possibilités et de chemins vers lesquels David Levithan pourrait se diriger, et j'avais un peu peur qu'il oublie certains thèmes pour s'arrêter sur d'autres choses moins importantes. Mais non. Il est parvenu à me couper le souffle. EVERY DAY est une magnifique d'amour qui m'a anéanti.

Jusqu'à la fin, je me suis demandé comment le roman se terminerait. Puis PAF, la conclusion nous explose à la figure. Je pleurais tellement que les lignes en devenaient floues. Cette fin. Cette fin ♥ Je suis déchiré, ébloui et brisé.
C'est brillant.

Je ne sais pas encore si la suite est nécessaire ou pas, mais j'ai terriblement envie de découvrir ce qui attend A et Rhiannon.

J'avais oublié à quel point pleurer en refermant un roman était magnifique.
Ce livre m'a permis de m'en souvenir.

par Jordan
À en perdre haleine À en perdre haleine
Deb Caletti   
Il n’est pas rare que je me décide à lire un livre parce que je l’ai vu passer sur les réseaux sociaux ou parce qu’un blog que je suis m’a donné envie de m’y plonger. Ça a d’ailleurs été le cas pour À en perdre haleine, découvert en VO sur l’instagram de AristoteMendoza et que j’ai pu lire juste avant sa sortie avec grâce à mes super copines libraires, toujours partantes pour me prêter leurs services de presse. Il s’agit donc d’un livre à côté duquel je serais peut-être passée sans un concours extérieur. Et ça aurait été bien dommage parce que ce roman est une vraie révélation.


Un jour, des mois après le drame, juste comme ça, Annabelle se met à courir. Et juste comme ça elle décide de courir jusqu’à avoir traversé les États-Unis, de courir plus de 4 300 kilomètres, de relier Seattle à Washington, ce qui revient à un demi marathon par jour durant cinq mois. Mais pourquoi Annabelle court-elle ?Que cherche-t-elle à laisser derrière elle, à fuir, en se lançant dans cette folle aventure ? Et surtout prendra-t-elle conscience de l’impact de cette course folle sur le monde qui l’entoure ?

Que vous dire de ce livre ? C’était beau, c’était fort, c’était fou ! C’était dur aussi souvent, plein de violence contenue, de rage, de colère, de culpabilité, de douleur et d’un malaise diffus et contenu sur lequel on n’arrive pas à mettre le doigt tout de suite. Alors on suit Annabelle, on court à ses côtés pour tenter de comprendre avec elle, le pourquoi, le comment et tout ce qui va avec.

On s’attache immédiatement à Annabelle, à sa force dans sa douleur, à toute ses fêlures, au fait que même quand son corps et son esprit la font souffrir au delà du supportable, elle continue. Il y a quelque chose chez elle, dans le fait qu’elle ne veuille pas parler de ce drame dont on ne connait la nature qu’à la toute fin de l’histoire, même si on s’en doute dès le début ou presque, qui fait qu’on l’aime et qu’on la soutient. Sa réussite est un peu la notre aussi. Et quand parfois elle s’effondre, parce que tout ce qu’elle affronte c’est beaucoup, c’est trop même, on ne l’aime que d’avantage encore.

Et puis il y a le reste des troupes, soutient indéfectible : Gina la maman anxieuse, Malcolm le petit frère surdouée ; Olivia et Zack, les amis de toujours qui s’improvisent attachés de presse ; Aurore, Céleste et Luke, supporters aussi inattendus que bienvenus ; El Capiteno, le grand père d’Annabelle, qui traverse tous le pays avec elle, la nourri, la soigne et lui offre un endroit où dormir. Et puis tous ces inconnus rencontrés en chemin, touchés par l’histoire et le geste de cette jeune fille pleine de douleur et de courage et qui l’aident à continuer. Enfin il y a d’autres personnages dont je ne peux pas vous parler ici sans risquer de vous spoiler une partie de l’histoire mais qui y jouent eux aussi un rôle essentiel.

Cette histoire, donc, c’est celle d’une course folle à travers les États-Unis mais pas que. C’est celle aussi de ce drame indicible, impensable qui a fait voler la vie d’Annabelle en éclats un an plus tôt. Comme je le disais plus haut, dès le début on a des indices, des pistes sur la nature de ce drame. Et petit à petit, à grand renfort de flashback, de détails de l’histoire qu’Annabelle se rejoue, la vérité se dévoile. Il y a cette suite de petites alertes, de malaise que l’on chasse quand on devrait les écouter, d’intuitions bafouées qui permettent au lecteur et à l’héroïne de comprendre que dès le début les signes étaient là mais que malgré tout ça n’y change rien, qu’elle n’aurait rien pu faire, qu’elle n’a rien fait de mal, que ce n’est pas sa faute. Et quand le drame frappe enfin, quand la vérité éclate on avait beau s’en douter on est quand même horrifiés et bouleversés. Parce que derrière la fiction se cache des scènes et des situations si réelles, si possibles qu’elles pourraient être véridiques.

Plus que tout, ce qui m’a touché dans cette histoire ce sont bien sûr les messages que nous fait passer l’autrice et les sujets qu’elle aborde et dont je ne peux pas vous parler ici sans risquer de vous dévoiler certains détails clés du roman. Et puis c’est cette écriture simple et épurée qui a aucun moment ne tombe dans l’écueil du pathos, du larmoyant, du too much. Parce que la vérité nue et crue suffit à nous toucher et à nous bouleverser. Et parce que juste comme ça elle nous transmet des émotions fortes notamment cette sensation de malaise qui grandit en Annabelle flashback après flashback et qu’on ressent aussi sans réellement parvenir à la nommer, tout comme l’héroïne.

J’ai couru presque 4 300 kilomètres aux côtés d’Annabelle, j’ai refait avec elle tout le chemin qui a conduit à ce moment décisif de sa vie ou son innocence a volé en éclats, j’ai eu mal avec elle, j’ai eu peur qu’elle abandonne. Et à la fin j’ai été fière comme si j’avais moi même réussi cet exploit. À en perdre haleine c’est l’un de ces romans dont on sait que longtemps après la fin de notre lecture ils nous hanteront encore tant ils sont puissants, justes, vrais et beaux. C’est une histoire de course bien sûr mais c’est bien plus que cela aussi. Et c’est à lire absolument.
A Good Girl A Good Girl
Amanda K. Morgan   
Ma Chronique : https://fiftyshadesofbooks2017.wordpress.com/2017/10/11/a-good-girl/

Ok…. Je viens de me prendre une claque, et je ne vais sûrement pas dormir cette nuit ! je suis en PLS même et je me demande encore comment je vais pouvoir écrire cette chronique tout en vous vendant du rêve et SANS SPOIL ! Si quelqu’un a lu venez me voir en PV j’ai besoin d’extérioriser tout ça !

Alors, Comme le dit le résumé, Riley est la fille parfaite… Mais quand je vous dit parfaite… Vraiment, on dirait un robot !

Elle est major de sa promo, n’a jamais des notes en dessous de 18/19, a assisté depuis son plus jeune âge dans des associations caritatives, sauve les bébés chiots, aide les personnes âgées, les militaires ! Elle à fait du mannequinat.. Enfin bref vous voyez le tableau ! Elle est chef des pom-pom girl et à toujours été élu reine du bal ! même quand elle est arrivée en seconde ! Riley EST parfaite ! Elle est entourée de ses meilleures amies : Kolbie et Neta qui elles aussi sont intelligentes mais pas des intellos et très belle, elle forme à trois un beau trio ! Je m’attendais donc à découvrir qu’en fait Riley faisait ça pour masquer un profond secret, qu’au fond c’était une peste, qu’elle était méchante.. Mais non… C’est bien plus complexe que ça !

Pour retourner à l’histoire, de fil en aiguille.. Les amies de Riley l’encourage à sortir de son cocon de petite fille modèle et de commencer à s’amuser… Jusque la rien de grave puisque Riley n’arrive pas à se détendre.. Les fêtes alcoolisés remplis de gamins… Ce n’est pas sa tasse de thé.

Tout commence quand Le professeur de français de Riley commence à lui prêter un petit peu pus d’attention (Ok, je vois que j’ai votre attention.. Mais ne sous-estimer pas cette histoire.. Ce n’est pas ce que vous croyez !) Petit à petit, une relation amoureuse naît entre les deux et petit à petit on commence à percevoir la personnalité de Riley, mais trop car ce récit et de son point de vue… Et franchement, qui dirais du mal de lui même !!??

Pendant tout le livre jusqu’à la fin rien de spécial n’arrive et je me demandais OU l’auteur venait nous emmené… Tout ce que je voyais c’est que Riley était toujours.. PARFAITE !

Comment je le sais ? A part le fait qu’elle le dise elle même ?

Et bien, chers amis, à la fin de quelques chapitre, il y a une liste avec les qualités et toutes les bonnes choses que Riley a accompli dans sa vie, une liste à faire pâlir de jalousie n’importe qui, une liste à se sentir minable et à se demander… Mais en fait, je ne fais pas grand chose de ma vie… Ou cette fille trouve-t-elle le temps de faire des brownies, sauver des bébés chiens, participer à 3 œuvres caritatives tout en maintenant sa vie scolaire et sa vie sur le plan social !!! Ça doit cacher quelques choses… Et bien… Jusque la NON ! Tout ce qui est dit … EST VRAI ! Riley est un ange…

« Je suis une fille sage, après tout. »

Je continue donc ma lecture… Entre elle et Alex, une fois ça va, une fois elle se montre jalouse car toutes les filles du lycée lui tourne après, celui ci lui promet de quitter sa femme pour elle… Bref une histoire lambda comme on s’y attend, une sorte de cliché en somme…

Alors, je me demandais.. Mais il est ou le thriller à la fin quoi !!!

Et la… Les dernière pages… LE CHOC ! D’où la position de PLS :

Je vous vois derrière vos écrans trépigner d’impatience, vous demandant MAIS QU’A T-IL PU BIEN SE PASSER POUR QUE JE SOIT COMME CA !

Chers lecteurs.... L’heure est grave car je ne dormirai pas ce soir…

Le pire dans ce livre c’est qu’après avoir tourné la dernière page, on est pas sur d’avoir bien compris l’histoire, on se rend compte que Riley… Cette fille est bizzare ! Je ne dirais pas d’autres mots pour ne pas SPOIL mais… Woah !

Ce livre nous fait tourner en bourrique pendant tous les long et ce n’est qu’au 5 dernière pages que TOUS le récit prend son sens ! Toute la force de ce livre repose dans les dernières pages !

Cette fin nous laisse… Perdu, j’ai même du aller demander sur Insta à des âmes charitable si c’était bien ce que j’avais compris du récit tellement je n’étais pas sur ! Tellement ce livre m’a retourné le cerveau ! Ce livre est mon deuxième thriller… Et vous savez quoi ? Selon la définition de ce mot ! Les conditions sont REMPLIS ! Et je suis désolé moi même de vous en dire sans trop vous en dire, mais si je vous disais réellement ce qui se passait ! Ça gacherait TOUT !

A good girl c’est l’histoire d’une fille parfaitement imparfaite, je dirais !

" Les apparences sont parfois trompeuses "

C’est une histoire normale, une histoire qu’on lit tout en se demandant où est l’action, une histoire ou on a hâte d’en découdre et au final, on ne s’attend pas à cette fin ! Ce livre était vraiment un thriller psychologique car à la fin…. Vous le découvrirez vous même

Je me suis dit que la fin aurait pu être plus développé car j'étais vraiment perdu... Comme si je n'avais pas vraiment compris toute l'histoire.... Je me suis alors demander si justement... C'était volontaire de la part de l'auteur car après tout c'est un thriller psychologique... Et qu'à la fin nos cerveaux en sont tout retourné.. et j'avais raison car quelqu'un viens de m'apporter une info cruciale et je quoi que je me suis mise encore en PLS parce que ce livre.. c'est du pur génie !
Addiction Addiction
Blake Nelson   
Maddie est une jeune droguée dans le centre d'intoxication. Elle veut sortir de ce cercle infernal qui est la drogue. Cette jeune fille renfermée sur elle-même, va rencontrer Stewart, sa vie va complètement changer, Stewart va être sa raison de vivre, la personne qui va l'aider à ne pas replonger dans les conneries de la drogue.
Une fois dehors Maddie est perdue, Steward pers pied et elle comprend qu'elle est beaucoup plus forte que lui, plus confiante en l'avenir. Elle sait qu'elle doit le sauver, mais va-t-elle replonger ?
Addiction n'est pas un roman vraiment addictif, car j'ai vraiment eu du mal à le terminer. Même si Maddie évolue tous le long du Roman, l'histoire est vraiment longue. Il y a des chapitres ou j'étais vraiment emballée, et il y a des chapitres où je me forçais à ne pas sauter des pages. Maddie est le clichée de l’adolescente, j'ai pas aimé son caractére.
J'ai vraiment été lassé, j'avais vraiment de grands espoirs sur ce livre, surtout par rapport au sujet traité. Je suis resté sur ma fin, mais malheureusement, il me manquait quelque chose, je ne sais pas quoi exactement mais il me manquait cette petite note de folie dans ce roman.

Malgré ça, la lecture reste simple, fluide et facile à comprendre.

http://lesmerveilleuxlivre.blogspot.fr/

par Meels
After the storm After the storm
Caro Mélu   
J'ai reçu ce livre, bien avant sa sortie et je remercie les éditions plume de papier pour cet envoi. Bien que je ne l'ai pas lu, aussitôt reçu, l'avoir et le voir m'a fait drôlement plaisir. < 3

After the storm, c'est l'histoire de Lilith et de Wes, tous les deux perdus, mais qui se retrouve, dès lors ou un coup de foudre (au sens propre, comme au sens figuré) se produit entre eux, c'est comme si les étoiles se réalignaient et qu'enfin, ils se retrouvaient. Après qu'ils aient passé une nuit dans un hôtel, dans les bras l'un de l'autre, ils décident le lendemain, de parcourir ensemble les routes américaines dans un Van. Ils vont s'aimer sur le sable, sur les planches de surf qui s'agitent sur les vagues. Le secret de Wes, pourrait risquer de fêler cette amour naissant, qui grossit au fil du temps et la fin de l'été qui s'approche pourrait les séparer, à tout jamais.

L'héroïne, Lilith, ne sait pas qui elle est, ni quoi faire de sa vie. Bien entendue, elle a des idées, elle aimerait travailler dans l'enseignement, seulement le doute est là. Elle ne sait pas quoi décider, ni quel chemin prendre. Pour réfléchir, elle a pris le choix de passer un été en Amérique. C'est une femme solitaire, mais sociable. Elle aime les gens, elle aime la vie, elle aime écrire et observer ce qui l'entoure. Sa tête, empli d'imagination, ne cesse de travailler et de crééer des histoires, qu'elle écrit sur des tas de calepins. Dès le début de son voyage, Wes se met sur son chemin, qu'ils poursuivront ensemble, en camping car. Ce dernier, lui aussi perdu, fuit sa vie d'avant. Tout ce qu'il veut, c'est être seul, redécouvrir qui il est réellement, et non pas celui que tous les gens qui le connaissent, croient qu'il est. (Cette phrase ne veut absolument rien dire, ou c'est moi ? J'ai l'impression que ce n'est pas français ! XD) Il profitera de l'ignorance de Lilith, afin d'être vraiment lui.

J'ai tellement apprécié les personnages, ils sont adorables séparément, mais encore plus ensemble. J'aime le fait que Wes soit très tactile avec Lilith, j'aime que les deux soient passionnés et doués avec les mots. Ils sont touchants, sincères et pleins de vie. On sent, au travers de la narration, que le couple est attaché au monde qui les entourent. Ils ont la même façon de penser aussi, ce qui montre qu'ils se sont bien trouvé. Wes aide la jeune femme à apprendre le surf, Lilith lui apprend le français. L'héro cache quelque chose, qu'il n'ose avouer a sa dulcinée, de peur de casser cette bulle d'amour qu'ils ont formé. Alors il ne dit rien, à la place, il laisse la femme l'apprendre par elle-même.

La romance demarre très vite, il n'y a pas de jeu de séduction, on plonge dans leur romance direct. C'est beau, c'est doux et sensuel aussi. On sent, dans leur union charnel, par le biai de leur geste, de leur mot, de leur regard et de leur pensé, l'amour qu'ils ressentent l'un pour l'autre. Il n'y a pas besoin de mot, du moins, pas prononcé, car l'auteure sait très bien comment MONTRER sans dire, les émotions qu'ils ressentent. Une histoire, certes, simples, mais tellement touchante. Dans un road-trip, ils vont se découvrir, évoluer, grandir et apprendre sur eux-mêmes. Ils rencontreront des gens, de nombreuses personnes qui seront sources d'inspiration pour eux.

Et là, nous allons entamer mon avis sur la plume de l'auteure. Une tuerie, tout simplement. Je ne suis pas forcément adepte des histoires écrit à la troisième personne, mais là, mamamia ! Que j'ai adoré. Comme une musique à l'oreille, Caro Mélu sait comment, avec ses mots, donner l'impression à ses lecteurs de lire de la poésie. C'est doux, c'est frais aussi. Je pourrais lire mille livres anonyme, je reconnaîtrais sa plume sans problème. Elle est unique en son genre, elle ne ressemble à aucune. Elle insiste sur des mots, sans que cela donne l'impression qu'elle fait de la répétition, c'est pour, au contraire, donner de la mesure aux paroles et aux pensées des persos. Aussi, on ressent sa passion pour la musique, pour les mots et pour le monde. Même sans la connaître, il est facile de le deviner. Les paysages sont biens décrits, à tel point que c'est comme si on était au côté des protagonnistes. Et les sentiments aussi, bon sang, leur amour, leur tristesse, leur joie, c'est totalement fou, car Caro arrive à exploiter toutes les palettes d'émotions pour nous transmettre à nous, lecteurs, les émois de Lilith et de Wes. J'avais déjà lu sur wattpad, une grosse partie du récit (comme son précédent récit New soul) et c'est toujours un plaisir, toujours le même régale. C'est une romance, oui, mais la musique et le monde prennent une part importante aussi, ainsi que les chemins de vie à prendre, les choix à faire, le poids de la popularité...

En conclusion, ce roman est un coup de foudre. Un récit unique, si beau, si frais, si doux aussi. C'est une histoire qui tourne autour de la musique, du monde, et tut un tas d'autres sujets aussi. Le gros, l'énorme point fort du livre, c'est la plume de l'auteure. On ne peut la comparer à aucune autre, selon moi, tellement elle est unique. Comment la décrire ? C'est poétique, dans l'émotionnel. Dans ses mots transparaît, les passions qu'elle a. Cette auteure fait, incontestablement partie, de ma liste d'auteurs francophones préférés. Aussi, j'en profite pour dire que la couverture et l'intérieur du livre est dingue ! La graphiste fait du beau boulot et je tiens à le souligner. Il rend très bien dans la bibliothèque !
Alaska Wild Alaska Wild
K. A. Tucker   
Aussitôt acheté, aussitôt lu ! J'attendais la sortie de ce roman depuis plusieurs mois déjà et je dois dire que je ne suis pas déçue !

Tout d'abord, je trouve que la couverture est particulièrement réussie et très représentative du paysage qui nous est décrit dans le roman avec ses petits avions, ses lacs et ses montagnes.

J’ai beaucoup aimé le soin apporté par K.A Tucker quant aux nombreuses recherches sur l’Alaska. C’est à ce niveau-là qu’on se rend compte que c’est loin d’être une simple New Romance et vous apprendrez pleins de choses sur l’Alaska ! En effet, elle montre aussi bien les splendides paysages à flanc de montagne de l'Alaska mais elle montre aussi le côté plus sombre. Notamment, elle montre la pauvreté et la misère qui peuvent régner dans certains recoins de l’Alaska avec le coût de la vie qui est extrêmement cher (coucou le café à six dollars cinquante) et le fait que certains habitants sont même obligés de déménager à pied parce que l’essence coûte trop cher ! Elle évoque également le problème de l’alcoolisme. D’ailleurs, il est impossible même de trouver de l’alcool dans certaines épiceries puisque c’est interdit !

Les paysages décrits sont splendides que ce soit les avions qui décollent, qui passent au dessus de l’eau ou entre les montagnes ou encore les petits animaux qui gravitent dans cet environnement comme les ratons-laveurs ! J’ai totalement adoré cette immersion en plein cœur de l’Alaska qui change des autres lieux que l’on retrouve habituellement dans du New Adult ! Donc si vous souhaitez passer une journée ou deux en Alaska à moindre coût, lisez "Alaska Wild" de K.A. Tucker et vous ne serez pas déçus !

Par ailleurs, je me suis reconnue dans le personnage de Calla qui tient un blog et un compte Instagram avec sa meilleure amie Dalia. Elles écrivent des articles et se prennent en photo pour leurs comptes respectifs, passent du temps à chercher la description parfaite, les bons hashtags et à répondre aux commentaires. En ce sens, je me suis beaucoup identifiée à elles !

J’ai beaucoup aimé aussi que la romance prenne son temps. D’ailleurs, les deux personnages principaux ne se rencontrent qu’au bout de 80 pages environ ce qui m’a plutôt étonnée puisque d’habitude dans de la New Romance, les personnages se rencontrent souvent dès le premier chapitre ou en tout cas dès le commencement de l’histoire. J’ai tout particulièrement apprécié le fait qu’ils se vouvoient pendant une bonne partie du roman ! C’était également novateur de retrouver des personnages plus âgés que ce que l’on retrouve habituellement dans du New Adult. En effet, Calla a 26 ans et Jonah en a 31. Leurs nombreuses joutes verbales m'ont soutiré de nombreux rires !

"Alaska Wild" n'est tout de même pas un coup de coeur pour plusieurs raisons. Tout d'abord, j'ai trouvé qu'il y avait quelques petites incohérences par moment. Par exemple quand Agnès dit à Calla que Jonah emmènera son père pour ses rendez-vous liés à sa maladie et que quelques pages plus loin Calla demande à Agnès : “Mais il est au courant du coup ?”. Alors s’il emmène son père à ses rendez-vous il est forcément au courant de sa maladie, cela me parait logique ! Outre les incohérences j'ai trouvé également de nombreuses répétitions de l'expression "Un ange passe". C'était trop ! Parfois, cette-même expression était répétée deux ou trois fois sur la même page !

Concernant les scènes érotiques, on aime ou on n'aime pas. Je savais personnellement que K.A. Tucker n'était pas du genre à détailler ces scènes puisque je m'étais déjà fait la réflexion lors de ma lecture de "Respire" de sa saga "Ten Tiny Breaths". Alors ceux qui apprécient les scènes érotiques détaillées, ne vous attendez jamais à ça avec K.A. Tucker puisque c'est une auteure qui suggère les choses mais ne rentre jamais dans les détails.

Enfin, même si la fin m'a mis les larmes aux yeux (j'ai réussi à les refouler, promis), j'ai été déçue de ne pas avoir droit à un épilogue. Certes, nous retrouvons nos personnages deux mois plus tard mais cela n'a pas suffit à étancher ma soif.

En conclusion, "Alaska Wild" a ses défauts, certes, mais qui font finalement partis de son charme. Cela reste une très jolie histoire que vous devriez lire pour vous évader, le temps d'un instant, auprès de Calla et Jonah et tous les autres en Alaska !

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode