Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de LePadre : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Une chasse dangereuse Une chasse dangereuse
Clifford Simak   
Père Simak, raconte-nous une histoire. Père Simak, raconte-nous deux histoires. Père Simak met tes lunettes et ils nous tout. Parce que Père Simak, c'est un merveilleux conteur.

En plus d'être le titre d'un recueil de 7 nouvelles, « Une chasse dangereuse » est également un récit. Toutes ces histoires ont été écrite durant la glorieuse décennie ‘50 – la plus belle pour la Science-Fiction. D'ailleurs, ça été mon critère de sélection, j'ai choisi un livre de Clifford Donald Simak et des textes des années ‘50.

Sommaire :
→ Une chasse dangereuse (The world that couldn't be – 1958), parut initialement dans Galaxy (VF : Galxie).
→ Pour sauver la Terre (The civilization game – 1958), parut initialement dans Galaxy (VF : Galaxie, « Batailles à venir, soldats de la fin des temps », « Histoires d'automates »)
→ Plus besoins d'homme (How-2 – 1954), parut initialement dans Galaxy (VF : Galaxie, « Histoires de Robots ») – édité également sous le nom de « Brikol'age ».
→ La planète aux pièges (Junkyard – 1953), parut initialement dans Galaxy (VF : Galaxie)
→ Jardinage (Green thumb – 1954), parut initialement dans Galaxy (VF : Galaxie)
→ Opération putois (Operation stinky – 1957) parut initialement dans Galaxy (VF : Galaxie)
→ Projet Mastodonte (Project Mastodon – 1955), parut initialement dans Galaxy (VF : Galaxie)

Le talent lyrique et onirique de Clifford Donald Simak a donné un recueil formidable, où même les deux premières nouvelles sont très agréables à lire. Sur l'ensemble, j'ai été moins passionné par « Une chasse dangereuse » – qui nous narre une traque entre un homme et un extraterrestre – et par « Pour sauver la Terre » – que j'avais déjà lu dans l'anthologie « Histoires d'automates ».

Énorme coup de coeur pour « Plus besoins d'homme », dans un humour ubuesque et grandiloquent. Un homme fan de bricolage s'achète en kit un chien. Il reçoit par erreur un robot qui est lui-même bricoleur. S'ensuit des scènes cocasses où le personnage central se voit embarqué dans une spirale administrative infernale.

Le texte « La planète aux pièges » est apparenté à une sorte de space-opéra. Un vaisseau se retrouve sur une exoplanète lointaine. Ils leur aient impossible de repartir. Un très bon texte, bien immersif, où j'ai aimé le côté aventure.

Autre énorme coup de coeur qu'est « Jardinage ». Un texte dispose d'une touche comique, mais est plein de tendresse. On pourrait même y déceler une forme de sensibilité comme le dépeint un autre maître du genre en la personne de Theodore Sturgeon. C'est aussi une rencontre, une amitié très forte entre un homme et un extraterrestre quelque peu original.

Troisième texte de très grande qualité, j'ai adoré « Opération putois ». J'ai apprécié cet humour omniprésent et surtout ce lien fraternel entre un vieil homme et un sconse. Vraiment un magnifique récit.

J'ai été un peu déçu de la dernière nouvelle « Projet Mastodonte », bien que la qualité narrative de l'auteur permet un bon résultat. En fait, je n'ai pas vraiment adhéré à l'histoire, où l'homme cupide, voit en ses intérêts de profité d'une brèche dans le passé pour piller les ressources de la préhistoire.

Si un jour, mortel, vous croisez ce recueil de nouvelles, ne vous arrêtez surtout pas à cette hideuse couverture signée Michel Deutsch – les Éditions J'ai lu étant un spécialiste des illustrations hors sujets et dégueulasses –, car oui, le plus important étant le contenu de qualité. La preuve une fois de plus que le combo gagnant Clifford Donald Simak et décennie ‘50 est une valeur sûre. de plus, cet auteur est talentueux. C'est un véritable conteur et c'est avec une incroyable facilité que l'on rentre dans ses histoires.

par Masa50
L'Univers en folie L'Univers en folie
Fredric Brown   
"L'univers en folie" est une nouvelle écrite en 1948, et utilise le thème classique des univers parallèles. Thèse répandue en domaine de physiques, si vous en avez la possibilité, laissez quelqu'un vous l'expliquer, vous verrez ça donne à réfléchir.

Les personnages principaux ne sont pas très nombreux : un écrivain et rédacteur en chef d'une revue d'anticipation, Keith Winston, un de ses fans (il lui écrit très souvent), et une collègue dont l'écrivain commence à devenir amoureux.
L'histoire : le soir du premier lancement de fusée vers la lune, les collègues du journal se retrouvent chez un des leurs, pour fêter l'événement.

Le moment du lancement, notre héros se trouve dans le jardin, scrutant le ciel, pour apercevoir la fusée, une grande explosion se produit, il s'avanouit! Du moins c'est ce qu'il croit!
A son réveil, plus rien n'est pareil, ni la villa dans laquelle il était, ni la ville, ni les cabines de téléphone, ni l'annuaire qu'il consulte. Les différences sont minimes, mais ce n'est plus la même chose. C'est comme si c'était un mauvais rêve, un cauchemar pas très élaboré.

Il se rend à un bar, pour essayer d'avoir des informations, et là, surprise, un être étrange, ayant tout à fait l'air d'un extra-terrestre (grostesque pourtant, comme dans les mauvaises revues d'anticipation), se présente au bar!
Notre ami essaye d'assimiler tout ça et en même temps, il n'y croit pas encore.

Au moment de payer au bar, catastrophe. Il sort ses pièces et ses billets, le barman, terrorisé donne l'alerte. Tout le monde essaye de l'attraper à partir de ce moment, même l'extra-terrestre.
Il prend la fuite, et ce sera la fuite jusqu'à la fin du livre, et en même temps il apprend des choses et commence à comprendre ce qui lui est arrivé.

A cause du grand choc de l'explosion (provoqué par la fusée, dont le décollage à été raté), un univers parallèle a pris la place du monde dans lequel Keith vivait.
Les billets qu'il avait sortis de sa poche sont désormais interdits! Et tout collectionneur ou possesseur est passible de prison, ou même pire. Ils ne peuvent logiquement être détenus que par des espions venant d'Arcturus, la planète ennemie de la Terre.

Sur terre, martiens, vénusiens et autres créatures cohabitent avec les êtres humains. Des fusées arrivent et partent tous les jours!
Un grand scientifique et guerrier, jeune et beau domine la terre par son savoir. C'est lui à qui toute la terre doit tout. C'est lui qui est à l'origine des inventions de ces dernières années, c'est lui qui a sauvé plusieurs fois la terre de créatures malfaisantes (les Arcturiens), et c'est lui qui est fiancé à son ancienne collègue désormais vêtue de costumes ultra sexy comme sortant de l'imagination d'un adolescent. C'est lui aussi qui a inventé et créé une espèce de créature, qui n'est qu'un grand cerveau, un ordinateur immense, qui communique en utilisant la télépathie, et qui est considérée comme Dieu par les terriens. C'est ce cerveau qui viendra en aide à notre pauvre rescapé.

Finalement, toute cette situation, n'est elle pas le fruit de l'imagination de quelqu'un d'autre? L'ancien fan par exemple? Univers dans lequel c'est lui qui tient le premier rôle? Et si tel est le cas, comment revenir à l'autre monde, et comment faire pour ne pas atterrir dans un autre univers parallèle sortant de l'imagination de l'un des milliards d'individus qu'il y a sur Terre?
Lisez-le! Vous vous amuserez jusqu'à la fin!

Plein plein plein d'imagination dans ce livre, vous en resterez étourdis.
Amusant et cauchemardesque à la fois, voir la scène des Nocturnes par exemple. Des tueurs et des criminels qui sortent quand tout le monde se cache (couvre feu oblige) dans le noir total et se déplacent grâce à des cannes d'aveugles. Tap tap tap, s'ils trouvent un être vivant...
American Gods American Gods
Neil Gaiman   
Qu'advient-il des dieux lorsque la religion est remplacée par le consumérisme et les rites par la publicité ? Et s'ils ne disparaissaient pas quand les hommes cessent de croire en eux ? Dans ce livre, les dieux sont des clandestins : amener dans l'inconscient des hommes, ils se retrouvent piégés dans un nouveau monde qui ne veut plus d'eux. Victimes du melting pot. Vivant de combines, essayant de s'intégrer ou de tirer leur épingle du jeu.
Tout au long de ce road novel, Ombre et Voyageur nous emmènent jusqu'aux racines de la culture américaine et de ses contradictions, et c'est jouissif.
Chroniques martiennes Chroniques martiennes
Ray Bradbury   
J'ai dévoré ce livre en quelques heures. Je le trouve complètement fascinant. Au début, je m'attendais à lire un recueil de nouvelles sans le moindre rapport entre elles. Mais en réalité, c'est comme une longue histoire avec des protagonistes différents qui se passent le relais en quelque sorte d'année en année, sans pour autant avoir de liens.
On se retrouve à suivre une sorte de saga martienne qui s'étale sur plusieurs années, à suivre les évolutions et régressions de la société vivant sur cette planète. J'ai vraiment adoré.


par x-Key
A La Recherche de Calvin et Hobbes A La Recherche de Calvin et Hobbes
Bill Watterson   
Le catalogue de la grande exposition exclusive du créateur de Calvin et Hobbes : suivez le guide !
Bill Watterson dans les coulisses de Calvin et Hobbes : découvrez ou redécouvrez la série à l'occasion d'une grande expo exclusive ! A la recherche de Calvin et Hobbes est le catalogue de l'exposition consacrée à Bill Watterson (Festival d'Angoulême, France, 2015, Billy Ireland Cartoon Library & Museum, université d'Etat de l'Ohio, Etats-Unis, 2014).
Cet album contient une interview exclusive de Bill Watterson.

par Bleuopale
Souvenir Souvenir
Philip K. Dick   
Ça faisait longtemps que je voulais lire un livre de cet auteur, alors, pourquoi pas un recueil de nouvelles pour commencer ? Résultat, j'aime énormément.
La première, "Rajustement" , et la dernière, " Le Monde de Jon", sont les deux qui m'ont vraiment plu.
Je n'étais pas trop une habituée de la science-fiction mais ces nouvelles sont vraiment très prenantes, et j'en lirai sans doutes d'autres sans hésiter.

par x-Key
Nosfera2 Nosfera2
Joe Hill   
Lorsque j’ai su que Joe Hill était le fils de Stephen King, et que ce troisième roman s’était classé à la 5ème place de la liste des best-sellers du New York Times, et qu’il avait reçu le Prix Masterton du meilleur roman étranger en 2014, je n'ai plus hésité !
Ma première bonne surprise fût la présence de petites illustrations signées Gabriel Rodríguez, (dessinateur chilien, co-créateur avec Joe Hill du monde de Locke and Key et nominé aux Eisner Awards 2011 pour ces comics) insérées en début de chapitre pour symboliser l’élément central de celui-ci. Comme autant de petites cerises sur le gâteau pour nous mettre dans l’ambiance.
Pour mon grand plaisir, l’étonnement a été au rendez-vous !
Je ne m’attendais pas une histoire aussi recherchée… À des personnages aussi réussis… À un suspense et une montée en puissance si maîtrisés…
Pourtant, le prologue nous assène immédiatement un petit coup derrière la tête, annonciateur dès les premières page du charisme et du potentiel d’un vrai méchant...
Les personnages, m’ont beaucoup plu, et Joe Hill a un talent indéniable pour modeler leurs psychologies.
Je n’ai pas envie de faire de comparaison entre les univers du père et du fils !
Mais juste de dire que j’ai retrouvé quelques similitudes dans la profondeur des personnages. Des êtres malmenés par la vie, à l'innocence brisée, en marge de la société, condamnés à lutter seuls contre leurs démons, à l'innocence volée, aux prises avec une faculté extraordinaire qui va les marginaliser, les pousser à l’alcoolisme, les faire lentement basculer au seuil de la folie… C’est d’ailleurs pourquoi Victoria m’a fait penser à certains moments au petit Daniel Anthony Torrance de "Shining", puis devenu adulte dans la suite "Docteur Sleep".
Sans être une spécialistes de l'oeuvre de Papa (je suis loin d'avoir lu tous ses romans), j’ai également repéré quelques petits clins d’œil de Joe à Stephen :
Dans "Ça (It)", les enfants étaient approchés par une entité maléfique sous la forme d'un clown… Ici, l’entité malfaisante joue avec la magie de Noël, parvenant à les séduire en leur promettant d’accéder à un endroit magique appelé Christmasland, où règne le rêve de Noël tous les jours de l’année !
Dans "Christine", la fameuse voiture, une Plymouth Fury modèle 1958, était hantée, ici on retrouve une vieille Rolls Royce Wraith de 1938, de fabrication anglaise, qui n’a rien à envier aux pouvoirs de la première !
Pour tous les fans de Stephen King qui commençaient à s’interroger sur la relève éventuelle (bien qu’à 68 ans le King ait encore le temps de nous régaler dans les années futures), je vous le dis carrément ; celle-ci est brillamment assurée par le fiston ! À croire qu’il a hérité du gène familial :D
Il faut dire que la famille est bien pourvue en la matière puisque même maman (Tabitha King) est elle aussi tombée dans la marmite de l’écriture.
A propos de maman King justement, ce qui me permet d'évoquer la fin de ce roman ; elle est juste impeccable ! Après un chapitre épique à Christmasland à vous rendre allergique aux paysages enneigés et autres décors de Noel, nos petits nerfs sont maintenus en éveil jusqu'à la dernière page ! D'ailleurs Joe mentionne dans ses remerciements de fin d'ouvrage (que je vous conseille instamment de lire) qu'il a jeté les quinze dernières pages pour réécrire quelque chose de mieux après que sa mère les ait lues et lui ait indiqué que le chapitre final ne convenait pas. Merci Tabitha !

Avant votre lecture, voici quelques petites mises en garde, je ne veux pas avoir votre disparition sur la conscience :D
- Ne montez jamais dans une vieille Rolls-Royce avec un inconnu !
- Si la radio de la cuisine commence à diffuser en boucle des chants de Noël, mettez-la dans le four, thermostat 250.
- Conservez un masque à gaz sous la main en cas d’effluves de pain d’épice (ça tombe bien, j’ai horreur du pain d’épice !).
- N’utilisez pas de deux-roues sur un vieux pont branlant prêt à s’écrouler et peuplé de chauve-souris...

par Lupa
Kick-Ass 3, tome 2 : Le début de la fin Kick-Ass 3, tome 2 : Le début de la fin
Mark Millar    John Romita Jr   
What’s a tween girl assassin to do once she’s locked up? Start running all the gangs in the joint, of course! After the surviving the brutal pecking order of middle school, Hit-Girl finds jail just might be a little more up her alley. Meanwhile, Kick-Ass starts learning there’s more to life than just superhero work.

par Sonico
Au seuil des ténèbres Au seuil des ténèbres
Ramsey Campbell    Stephen King    Graham Masterton    Richard Christian Matheson    Poppy Z. Brite    Jack Ketchum    Ray Garton    Douglas Clegg    Joe R. Lansdale    Nancy Collins   
Des nouvelles sympathiques et palpitantes, mais je vous déconseille de les lire en pleine nuit, c'est parfois glauque.
Le Pays de l'ombre Le Pays de l'ombre
Richard Matheson   
♦ Un petit excès de vitesse dans un village de la côte du Maine ? Méfiance. Un nouveau voisin plein de courtoisie ? Méfiance. Une vie comme au cinéma ? Méfiance, vous risquez d'entrer dans le pays de l'ombre...

Ce quatrième des cinq volumes constituant l'intégrale des fictions courtes de Matheson – présentées dans l'ordre de leur composition et dans des traductions nouvelles ou soigneusement revues – couvre les années 1956-1962, une période fertile en chefs-d'œuvre. Sans renoncer aux traitements de choc qui sont son image de marque, Matheson a désormais tendance à privilégier un fantastique plus intériorisé, où les forces que les personnages affrontent sont issues de leur inconscient, où c'est le quotidien qui, lorsque le rideau des apparences se déchire, se dévoile dans toute son inquiétante étrangeté, voire toute son horreur.

Robert Bloch, un autre grand du domaine, salue ici un auteur qui « sait mettre à jour nos peurs les plus intimes », tandis que Robert Louit lui consacre un brillant essai.



♦ Sommaire :

1 - Robert BLOCH, Un mot de Robert Bloch, Introduction
2 - L'Indéracinable (Steel)
3 - J'veux voir le père Noël (A Visit to Santa Claus / I'll Make It Look Good)
4 - Les Enfants de Noah (The Children of Noah)
5 - L'Homme des jours de fête (The holiday man)
6 - Lemmings (Lemmings)
7 - Jours disparus (Old Haunts)
8 - Le Distributeur (The Distributor)
9 - Au bord du précipice (The Edge)
10 - Une surprise de taille (Big Surprise / What Was in the Box ?)
11 - L'Horreur rampante (The Creeping Terror / A Touch of Grapefruit)
12 - Date limite (Deadline)
13 - Mantage (Mantage)
14 - Les Vampires n'existent pas (No Such Thing As a Vampire)
15 - Les Grillons (Crickets)
16 - Le Jour du jugement (The Faces / Graveyard Shift / Day of Reckoning)
17 - Premier anniversaire (First Anniversary)
18 - Le Pays de l'ombre (From shadowed places)
19 - Cauchemar à six mille mètres (Nightmare at 20 000 Feet)
20 - Le Langage des mains (Finger Prints)
21 - Robert LOUIT, Etre seul de son espèce, Postface
22 - Bibliographie


par x-Key