Livres
388 509
Comms
1 362 243
Membres
277 053

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

sa respiration se fit longue et mesurée, il ne me quittait pas des yeux. Puis il se pencha vers mon visage,se dirigeant avec une lenteur étudiée vers mon cou, frôlant ma joue avec ses cheveux. Je ne bougeait plus,pétrifiée.

_Je te suivrais jusqu'en enfer, murmura-t-il à mon oreille. Même enchaîné, je te suivrai.

Afficher en entier

Je reposai le combiné et me tournai vers Grigore qui, un sourire au coin, faisait glisser un regard alangui le long de ma serviette de bain. Je sentis le rouge me monter aux joues, mais plutôt mourir que d'avoir l'air d'une bécasse.

Hannah : Quoi ? Tu ne prend jamais de douche, toi ?

La lueur de malice qui brillait dans ses yeux se passait de tout commentaire. Grigore était un séducteur, un croqueur de femmes, bien que je ne l'eusse jamais vu en leur compagnie. Mais je le savais de source sûre. A commencer par les deux bimbos qui avaient cours avec moi, tous les lundis. Grigore ne s’était pas privé de leur conter fleurette. Et plusieurs fois.

Un sourire s'épanouit sur ses lèvres.

Grigore : L'éponge vous va si bien...princesse.

Ce qui l'avait le don de m'agacer quand il voulait !

Du coin de l’œil, j'aperçus un coussin qui trônait sur le fauteuil cabriolet de l'entrée. En moins de temps qu'il n'en fallut pour le penser, je me jetai dessus et le lançai de toutes mes forces à la figure de Grigore qui esquiva en éclatant de rire.

Hannah : Arrête de me reluquer et arrête de m'appeler princesse !

Grigore : Vos désirs sont de ordres prin...

Hannah : Grigore!

Grigore : Ok, j'arrête, s'amanda-t-il en reprenant son sérieux.

Chapitre 4, page 59

Afficher en entier

Je n'arrivais toujours pas à comprendre comment tout avait commencé, mais je savais au moins une chose : je serais encore debout quand tout finirait.

Je m'en fis la promesse.

Afficher en entier

Spoiler(cliquez pour révéler)

_Joli toutou, se moqua-t-il. Mais je te trouvais plus séduisante avant.Il fit un pas vers moi que je pris aussitôt pour une tentative d'agression.

Sans contrôler davantage la haine qui faisait rage en moi, et avant qu'il ne le fasse, je fondis sur lui en poussant un grognement féroce et le plaquai au sol. Aveuglée par la colère, je ne remarquai pas qu'il n'amorçait pas le moindre geste pour se défendre, se laissant totalement maîtriser alors qu'il aurait largement pu m'envoyer m'écraser à plusieurs mètres de lui. je ne remarquai pas non plus que quelqu'un avait appelé l'ascenseur et qu'il montait tranquillement dans les étages, arrivant vers nous aussi sûrement que j'étais sur le point de déchirer le cou de Pitt.

_Hannah?

Horrifiée, et rétractant mes crocs de justesse, je pivotai brusquement le tête pour vérifier à qui appartenait la voix derrière moi.

_Hannah Jorion! Qu'est-ce que tu fais? Lâche immédiatement mon petit ami!

En une fraction de seconde,la terre venait de s'arrêter de tourner.

Sissi?

Afficher en entier

Doucement, il repoussa mes cheveux en arrière et me sourit.

- Mais ton mascara est en train de couler, tu as l'air d'un clown.

Je souris à mon tour.

- Je n'en mets pas.

- Alors je l'ai imaginé.

- Imaginé ?

- Pour pouvoir te l'ôter.

Je levai les yeux sur lui en une question silencieuse.

Quoi ?

Afficher en entier

- Il n'est pas question de te couver, Hannah, mais de faire en sorte qu'il ne t'arrive rien.

Je fronçai les sourcils en les regardant un par un, je savais qu'il me serait impossible de les en empêcher. Leith absent, ils se sentaient encore plus responsables de ma petite personne.

- De lui, de très loin, alors ! les prévins-je, l'index dressé. Je ne veux même pas vous voir me rôder autour, c'est compris ? Si vous me collez d'un peu trop près, moi aussi je vous arrache les yeux !

- Donne m'en cinq, ma sœur !

Georgia pouffa et leva la main droite pour que je la tape de la mienne.

Je souris en coin et claquai ma paume contre la sienne. S'en suivit un grognement masculin général qui nous fit rire de plus belle. J'aimais cette meute, je l'aimais vraiment.

Afficher en entier

"C'est l'espoir qui fait avancer, tout le reste n'est que mensonges. L'apitoiement, les jérémiades, les pleurs. Ça ne sert à rien."

Afficher en entier

Puis il se redressa, la bouche entrouverte sur un souffle brisé.

- Je ne te lâcherai plus d'un pouce, dit-il en resserant son étreinte autour de ma taille, les yeux dans les miens. Plus jamais.

Afficher en entier

De mauvaise humeur et trempée jusqu'aux os, j'arrivai dix minutes plus tard, au pied de mon immeuble. Grigore attendait tranquillement, bien protégé sous le porche.

- On dirait que tu as pris une sacrée rincée.

Dans mon dos, je l'entendis se moquer doucement de moi tandis que je cherchais les clefs au fond de mon sac. Les cheveux dégoulinants de pluie sur le front, les paupières baissées, je fis volte-face pour le mitrailler du regard.

- Non ? Sans blague ?

Il me gratifia d'un clin d'oeil et tendit le bras pour pousser la porte que je venais d'ouvrir et me laisser passer.

- Après toi, Princesse des Eaux.

- Crétin !

Il éclata de rire.

- J'aime quand tu me dis des mots doux !

- Pff !

Afficher en entier

- Ce garçon... J'ai trouvé qu'il te regardait comme si... Je ne sais pas. Il est bizarre. J'ai eu l'impression qu'il était sur le point d'égorger quelqu'un.

Elle ne croyait pas si bien dire.

- Tu as une aventure avec lui ? demanda-t-elle tout à trac.

Je manquai de m'étouffer.

- Mais non ! Grigore est un ami. Sissi, enfin ! Tu sais ce que Leith représente pour moi !

Elle plissa les paupières en faisant la moue.

- Tu ne ressens peut-être rien pour ce Grigore, mais je t'assure que lui, il doit voir les choses différemment ! Il était sur le point de te faire une scène !

Afficher en entier