Livres
547 468
Membres
584 612

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

— Essayez simplement, lui dit doucement le capitaine. Être Radieux ne dépend pas tant d’une question de force ou d’adresse que de ce que vous avez dans le cœur. Et vous avez le meilleur d’entre nous tous.

Le capitaine paraissait intimidant aux yeux de beaucoup d’étrangers. Une tempête perpétuelle en guise d’expression, une intensité qui faisait fléchir les hommes quand elle était tournée vers eux. Mais il y avait également une tendresse stupéfiante chez lui. Kaladin saisit Hobber par le bras, et sembla presque au bord des larmes.

Certains jours, il semblait que toutes les pierres de Roshar ne seraient pas en mesure de briser Kaladin Béni-des-foudres. Puis un de ses hommes se faisait blesser, et on le voyait alors craquer.

Afficher en entier

— Si, répondit Dalinar tout bas. Mais parfois, un hypocrite n’est rien de plus qu’un individu en train de subir des changements.

Afficher en entier

— [...] Motif, tu seras notre chaperon ce soir.

— Qu'est-ce que c'est au juste, demanda Motif en bourdonnant, qu'un chaperon ?

— C'est quelqu'un qui surveille deux jeunes gens quand ils sont ensemble, pour s'assurer qu'ils ne fassent rien d'incorrect.

— Incorrect ? répéta Motif. Comme par exemple... diviser par zéro ?

Afficher en entier

Sebarial, ainsi qu’Aladar – qui avait été appelé mais n’était pas encore arrivé – allaient devoir établir les fondations d’un nouvel Alethkar. Le Tout-Puissant leur vienne en aide à tous.

— Eh bien ! s’exclama Palona, mains sur les hanches, en étudiant le cadavre de Sadeas. Voilà donc un problème résolu !

Tous les autres occupants de la pièce se tournèrent vers elle.

— Qu’y a-t-il ? reprit-elle. Ne me dites pas que cette pensée ne vous a pas tous traversés.

Afficher en entier

- J'ai fini par comprendre, fit Motif d'une voix surexcitée. Les humains... les humains ne se soucient pas des morts. Vous fabriquez des chaises et des portes à partir de cadavres ! Vous mangez des cadavres ! Vous fabriquez des habits avec la peau des cadavres. Pour vous, les cadavres sont des choses.

- Eh bien, c'est sans doute vrai.

Il paraissait anormalement surexcité par cette révélation.

- C'est grotesque, poursuivit-il, mais vous devez tous tuer et détruire pour vivre. C'est comme ça que fonctionne le Royaume physique.

Afficher en entier

Dalinar étudia Amaram pendant un moment prolongé et tendu. Puis il se tourna enfin vers son neveu et lui adressa un bref signe de tête.

— Le trône prend note de votre acte de régence, clarissime, dit Elhokar à Ialai. Ma mère va rédiger un décret officiel, cacheté et certifié.

— Déjà fait, fit Ialai.

Dalinar soutint le regard d’Amaram au-dessus de la carte flottante.

— Haut-prince, dit enfin Dalinar.

— Haut-prince, répondit Amaran en baissant la tête.

— Salopard, dit Adolin.

Dalinar tressaillit visiblement, puis désigna la sortie.

— Peut-être, mon fils, devrais-tu passer un moment seul.

— Ouais. C’est ça.

Afficher en entier

Ressens la paix de la musique, comme disait toujours sa mère. Cherche les rythmes. Cherche les chants.

Elle résista lorsque les autres l'entraînèrent. Elle pleura de laisser la musique derrière elle. Pleura pour son peuple, qui risquait d'être détruit à cause de ce qui se passerait ce soir. Pleura pour le monde, qui ne saurait peut-être jamais ce que ceux-qui-écoutent venaient de faire pour lui.

Pleura pour le roi qu'elle venait de condamner à mort.

Les tambours s'interrompirent autour d'elle, et la musique en train de mourir résonna dans les couloirs.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode