Livres
506 805
Membres
515 175

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Journal de Césarine :

" Quelle que soit l'époque, les garçons sont des idiots et c'cest tout."

Afficher en entier

"Ne crois pas que j'ai de l'affection pour toi mais si tu meurs, je te tue."

Inès

Afficher en entier

"Comme un con, j'ai souri ; elle a suivi mon regard ; elle a rougi ; moi aussi, et avant que j'ai le temps de la voir venir je me suis pris la plus belle gifle de ma vie... Et Inès m'a claqué la porte au nez en me laissant comme un con au milieu d'un couloir rempli de gonzesses mortes de rire."

Afficher en entier

''Journal de Césarine

Quand Inès a ouvert le Livre j'ai tout de suite compris qu'il y avait un problème parce qu'elle faisait exactement la même tête que les gens à qui je parle pour la première fois ( un air bizarre, avec des paupières qui clignent et la mâchoire inférieure qui refuse de se fermer ).

Inès était su surprise qu'elle à même secoué la tête deux fois avant de regarder à nouveau le Livre comme pour se persuader qu'elle avait bien vu ce qu'elle avait vu et, évidemment, c'était le cas.

Une fois qu'elle me l'a passé j'ai mieux compris pourquoi : c'est parce qu'à l'intérieur de la très vieille couverture de cuivre il n'y avait pas de Livre..Spoiler(cliquez pour révéler)mais un miroir.

Afficher en entier

Faut avouer que, question parfum, " Fleur de zombi" ça commençait à devenir lassant !

Afficher en entier

Tu dira à ta larve puante de copain qu'ELLE était venue se présenter, mais que comme ELLE ne fait pas dans l'humanitaire ELLE va repartir pour trouver des gens qui ne pleurnichent pas sur leur sort comme des gamins hystériques et qui sont prêts à se battre pour sauver la Confrérie. Au passage, dis-lui aussi que s'il ose s'approcher de moi à moins de cinq mètres sans avoir pris de douche je me chargerai moi-même de lui apprendre les règles d'hygiène de base, ajouta-t-elle en fronçant les narines d'un air dégoûté avant de quitter la pièce en claquant la porte.

Afficher en entier

À peine avons-nous franchi la porte et pénétré dans la grotte qu'une équipe d'Autodafeurs en combinaisons noires a émergé du tunnel sous-marin. Ils étaient quatre: trois super baraques et un quatrième moins costaud qui arracha son masque et s'avança vers moi en beuglant dès qu'il me vit.

-Laissez-le-moi ! Murphy a promis, cette petite ordure est pour moi !

Je sursautai; malgré la cagoule de plongée qui masquait partiellement son visage, cette délicate voix de bourrin ne laissait aucun doute sur l'identité de son propriétaire.

-BG!

Oui, je sais, j'aurais pu faire mieux que de juste crier bêtement son nom. Par exemple un truc du genre:

Emphatique: Entre ici, Bernard-Gui, avec ton terrible cortège...

Ironique: Tiens, je ne savais pas que la conférence annuelle des gros cons se tenait dans le coin !?

Courtois: BG, quel plaisir de te revoir, et comment va ton père ?

Grossier: Je savais que la merde flottait, maid grâce à toi je découvre qu'en plus elle sait nager.

Poétique: Un jour comme celui-ci, de sang tombé du ciel,

Au beau milieu de troupes d'azur et de chevaux bipèdes,

La masse écumeuse du grand large

Créa BG qui, telle une vague, surgit de l'onde marine.

Afficher en entier

Vous, je ne sais pas, mais moi, quand je lis un livre ou quand je regarde un film, je me demande souvent quelle taille fait la vessie des héros parce que les mecs (ou les filles d'ailleurs) on ne les voit JAMAIS aller aux toilettes. Genre, ils sauvent le monde sans pisser une seule fois. Alors pour Harry Potter passe encore, je me dis qu'il a peut-être une formule magique du style pissum disparum ou merdo evacuo, mais les autres ? La princesse Leia, quand elle est prisonnière de l'Etoile noire, vous pouvez vérifier, y a pas de WC dans sa cellule, alors elle fait comment ? Et le comte de Monte-Cristo dans sa geôle c'est pareil, d'ailleurs je suis certain que cette histoire d'évasion pour se venger c'est du flan... le mec il en avait juste marre de pisser dans un seau et c'est pour ça qu'il s'est tiré ! Cherchez bien, vous verrez que même les héros les plus modernes, comme ceux d'Hunger Games... ben ils ne pissent pas; ils passent des jours à se battre, à s'entretuer et à s'embrasser... mais jamais il y en a un qui s'éloigne pour avoir un peu d'intimité !

Afficher en entier

Nous étions déjà à une dizaine de mètres sous l'eau quand Inès m'attrapa par le col et se mit à battre frénétiquement des jambes pour me tirer vers la surface. C'était du suicide, ses rangers l'empêchaient de nager avec efficacité et mon poids l'entraînait vers le fond; si elle ne me lâchait pas tout de suite, jamais elle n'arriverait à s'en sortir et cette prise de conscience m'a donné le coup de fouet nécessaire pour que je me secoue. Je refusais d'être responsable de la mort d'une autre personne.

J'ai bandé mes muscles de toutes mes forces, encore et encore et, d'un seul coup, j'ai senti céder le lien de plastique qui enserrait mes poignets.

Il paraît qu'en cas de situation critique le corpd humain est capable de se dépasser en sécrétant d'un coup une dose d'adrénaline tellement forte qu'elle vous rend capable de soulever des voitures; c'est exactement ce qui a dû m'arriver à ce moment-là.

Je n'avais presque plus d'air dans les poumons, mais l'énergie du désespoir m'a propulsé en avant avec plus d'efficacité qu'un moteur de dragster et, saisissant à mon tour Inès par le col de son tee-shirt, je l'ai tirée à ma suite vers la lumière ...

À six mètres, mes poumons brûlaient.

À quatre, j'ai senti qu'Inès ne bougeait plus.

À trois, des points noirs se sont mis à danser devant mes yeux.

À deux ... j'ai commencé à avoir des hallucinations et j'ai pensé qu'il y avait vraiment des choses plus agréables à voir avant de mourir que la tronche d'un prof.

Afficher en entier

-Vous faites quoi dans le noir ? C'est idiot, lança une voix que je connaissais bien.

-Un exercice d'attaque nocturne, Césarine. Tu peux te joindre à nous si tu le souhaites, mais avant, peux-tu fermer la porte, s' il te plaît ? répondit patiemment maître Akitori.

Sans dire un mot, ma sœur s' inclina à la perpendiculaire devant lui avant de nous replonger dans le noir en ajoutant sa petite silhouette rouge sur notre fond vert.

Nos voisins et voisines eurent l'air surpris que leur maître laisse une petite fille participer à son cours, mais Néné comprit tout de suite ce qu'impliquait l'arrivée de ma sœur.

-Putain, y sont morts, ricana-t-il doucement.

Évidemment, il avait raison et je me réjouis en pensant qu'Inès ne l'emporterait pas au paradis. Depuis qu'elle avait passé un mois les yeux fermés pour vivre comme son copain aveugle, Césarine se déplaçait dans le noir comme en plein jour et je savais que cet exercice ne lui poserait aucun problème.

Je ne me trompais pas; éliminant d'abord Shé dans le plus grand silence, elle étala ensuite Lorenzo d'une manchette judicieusement ( et douloureusement ) placée avant de s' avancer vers Inès sans la moindre hésitation.

-C'est quoi son truc à ta sœur ? Elle a des yeux de chat ou quoi ?! me demanda Lorenzo, un poil vexé, en se posant sur le banc à côté de moi.

J'étais concentré sur Inès, mais Néné répondit à ma place.

-Ouais, des yeux de chat, la précision d'un laser, la froideur d'Hannibal Lecter et la mémoire d'un ordi ...n'essaye même pas de lutter, mec, c'est perdu d'avance!

Sur le tatami ma sœur tournait autour d'Inès comme un requin autour de sa proie mais, chose étrange, Inès tounait en même temps qu'elle et , aussi incroyable que ça paraisse, je compris qu'elle l'avait sentie venir.

-Vous ne pouvez pas vous contenter d'attebdre, lança tout à coup maître Akitori. Dans un combat réel le temps est votre ennemi, il faut attaquer vite sous peine d'être débordé.

Ma soeur ne se le fit pas dire deux fois et sa jambe partit tout à coup au ras du sol à la rencontre de celles d'Inès ...qui l'évita d'un bond avant de retomber sur Césarine et de la clouer au sol.

-La vache! Elle est drôlement forte la meuf, siffla Lorenzo. Je comprends mieux pourquoi t'as des vues sur elle, Gus... Par contre t'aimes le challenge, parce qu'à mon avis c'est pas gagné, conclut-il en avisant le discret doigt d'honneur qu'Inès venait de me lancer derrière le dos xe ma sœur.

Je soupirai, qu'est-ce qu'ils avaient tous à vouloir me caser avec cette nana?! Non mais franchement, comme si ma vie n'était pas assez compliquée !

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode