Livres
472 984
Membres
446 320

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Comme je suis déçue, mais déçue par ce livre !

L’idée de la chasseuse de vampire luttant sous l’Occupation m’a tout de suite attirée. La Résistance ! Les SS ! Les attentats, les arrestations, les pénuries… Une période si riche à exploiter ne pouvait qu’être un sacré terrain de jeu pour de l’urban fantasy.

Que nenni.

75% du livre se passe dans les catacombes dans un huis clos entre vampires. Notre héroïne croisera deux fois des Allemands, pour une anecdotique rencontre et une mini-baston. Super. Merci d’être venu.

C’est plus que dommage. Les penchants d’Hitler et compagnie pour l’ésotérisme sont désormais bien connus et exploités dans beaucoup d’autres œuvres. Oh, certes, ici les Nazis emploient des loup-garou comme limiers mais ça n’ira pas plus loin dans ce tome. Ils laissent les chasseurs de vampire agir et le super tout puissant roi des vampires ne semble même pas concerné par le fait que, mine de rien, c’est un peu la guerre, là.

Parlons maintenant de cette chère Aliette. Entre sa maturité digne d’une petite fille de six ans, sa maladresse et ses réflexions de cour de récréation en espèce d'argot de titi, j’ai été plus que choquée en apprenant qu’elle est sensée avoir vingt-cinq ans. Sans rire. Elle doit passer la moitié du livre à faire des blagues de pet avec ses aisselles.

Aliette est handicapée par de graves phobies depuis l’assassinat de sa maman. Phobies qui consistent juste à la faire sursauter quand elle croise un rat. Génial.

Aliette a la culotte qui la démange sérieusement tout le long du livre et quand elle ne fait pas une blague d’enfant de six ans, elle fait une plaisanterie grivoise.

Elle est tellement en manque que lorsqu’elle rencontre enfin le meurtrier de sa mère, voici la réflexion qu’il lui inspire :

« Mes yeux glissèrent sur son torse musclé et imberbe, seulement souligné par une fine ligne de poils sous le nombril. Fallait-il que je me pince la croupe pour remonter vers son visage ? »

Pour conclure, Aliette a de gros seins et vous le rappellera régulièrement tout au long du livre, si jamais vous aviez oublié ce détail au chapitre précédent.

Passons maintenant à Lawrence, le beau vampire américain. Je pensais sincérement que sa nationalité aurait un intérêt dans l’histoire. Un américain à Paris sous l’Occupation, là aussi il y a des tas de pistes à creuses ! Eh bien non, Lawrence se contente d’être un gentil sidekick, d’être beau et de culbuter régulièrement Aliette.

L’histoire se veut très polar, avec une enquête à la clef. J’aurais probablement pu l’apprécier si Aliette avait eu la maturité d’une jeune femme de vingt-cinq ans qui en plus de devoir survivre sous l’Occupation a aussi à affronter les forces du mal.

Dommage, dommage et mille fois dommage.

https://www.goodreads.com/review/show/1177968661

Afficher en entier

Répondre à ce commentaire

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode