Livres
466 870
Membres
431 425

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

- Ce serait bien de rester ici encore... disons, une centaine d'années, murmura-t-il. Exactement comme cela.

Amelia éclata de rire contre son épaule.

- Comme dans un conte de fées.

- Je n'en ai pas lu depuis longtemps, mais je suppose que tu as raison.

Espiègle, elle donna un petit coup de langue sur sa clavicule.

- Je serais la princesse.

- Ce qui me laisse le rôle douteux du prince. Je ne me rappelle aucune histoire où il séduit la princesse avant le mariage.

Afficher en entier

— Et néanmoins, il lui envoie des fleurs. Un geste inoffensif, certes, mais qui n’en est pas moins une déclaration.

Cette fois, Sophie lui adressa un regard noir.

— Cela n’a rien d’inoffensif, Richard. Il ne devrait pas l’encourager.

— Pourtant, il ne peut pas s’en empêcher. Cela aussi, c’est intéressant.

— Si vous prononcez encore une fois ce mot, je vous avertis que je vais hurler comme une sorcière irlandaise.

Afficher en entier

— Le baiser d’une vierge. Eh bien !

Il avait compris. Ce qui n’était pas si surprenant, mais elle voulut réagir à l’offense même si, étrangement, elle ne se sentait pas le moins du monde offensée.

— Vous n’êtes pas un gentleman, monsieur.

— Détrompez-vous, milady. Si je ne l’étais pas, je ne me retirerais pas en laissant votre réputation intacte. Elle serait définitivement ruinée, croyez-moi, si notre rencontre venait à être connue. Je vous conseille donc de garder ma présence ici ce soir pour vous-même.

Afficher en entier

— Nous attirons l’attention, observa-t-elle.

— Vous avez raison, milady, répliqua Alex, avec ce sourire en coin teinté d’un léger cynisme qu’elle commençait à bien connaître. On nous regarde. Cela vous ennuie-t-il ?

Elle avait aussi rêvé de son sourire. Des rêves troublants, qui lui mettaient le visage en feu quand elle y songeait. Mais il était difficile d’ignorer la curiosité avide dont ils faisaient l’objet.

— Je me demande ce qu’ils disent, fit-elle d’un ton faussement léger. Le débauché et la fille si distante du comte. Cela ne vous ressemble pas et cela ne me ressemble pas.

Mais c’est si bon...

Elle songea à la lettre de son grand-père qu’elle venait de lire et notamment à un passage qu’elle avait trouvé particulièrement poignant : 'Je ne puis vous avoir. Je le sais. Mon esprit ne cesse de buter contre cette réalité, et la rejette cependant. Comment cela peut-il être ? Je n’étais pas mécontent de ma vie. Mais vous l’avez ruinée. Je ne puis réfléchir, travailler, regarder ma famille en face...'

— Qui se soucie de ce qu’ils disent, Amelia. Et je ne dirais pas que vous êtes distante. Le monde prend votre manque de coquetterie pour du dédain. Et le monde se trompe. Vous êtes calme, pas froide. Vous ne faites pas étalage de votre beauté alors que tout le monde s’attend que vous soyez vaniteuse.

Le compliment lui noua la gorge.

— Merci, dit-elle d’une voix étranglée.

— Il n’y a pas de quoi. Les ingénues égotistes m’ennuient profondément.

— Je crois que toutes les jeunes filles vous ennuient, milord.

— Pas toutes, répondit-il avec une douceur surprenante.

Si elle n’avait pas été aussi touchée, si elle n’avait pas été victime d’une telle fascination pour ces vieilles lettres, et si elle n’avait été en train de valser dans les bras de l’homme auquel elle pensait à chaque instant de chaque jour, peut-être n’aurait-elle pas fait cette erreur. Mais, obéissant à une impulsion irrésistible, elle leva la main pour écarter d’un geste tendre une mèche sombre qui lui barrait la joue.

Elle aurait pu tout aussi bien l’embrasser à pleine bouche. Comment avait-elle pu s’autoriser un geste aussi familier en public ? Mais il était trop tard. Elle crut entendre une exclamation collective parcourir l’assistance. Alex lui-même parut un peu déconcerté.

— Si vous vous inquiétez du qu’en-dira-t-on, vous n’auriez peut-être pas dû faire cela, observa-t-il.

Elle eut l’impression que son visage la brûlait.

— Je... je suis désolée, chuchota-t-elle, mortifiée. Je ne voulais pas... oh...

— Faites comme si de rien n’était. Nous sommes en train de danser, rien de plus. C’est parfaitement acceptable.

Acceptable, oui, mais elle avait à présent l’impression que toute la bonne société londonienne venait de découvrir qu’ils se connaissaient beaucoup mieux qu’ils ne voulaient le laisser croire.

Ce soupçon fut confirmé quand la musique s’arrêta. Elle se retourna pour découvrir son père debout au bord de la piste de danse, l’air sombre et désapprobateur.

— D’ordinaire, il m’adresse à peine la parole, chuchota Amelia de façon que seul Alex l’entende. Pourquoi ai-je l’impression qu’il va vouloir me parler sur-le-champ ?

— Ou alors à moi, répliqua Alex tranquillement en la libérant. Quoi qu’il en soit, vous verrai-je demain matin à l’aube ?

— Je l’espère.

Et que Dieu lui vienne en aide, elle le souhaitait vraiment de tout cœur.

Elle était idiote.

Elle était folle.

Elle était incontestablement amoureuse d’Alex St. James

Afficher en entier

— Je viens tout juste de pulvériser le plan de mon beau-frère visant à marier Amelia à Westhope. Il m’en veut un peu, mais il s’en remettra.

— Nul ne sait terrasser un homme aussi bien que vous, ma chère.

Il lui prit la main pour la porter à ses lèvres, avant d’ajouter :

— Je trouve ce talent charmant à l’extrême.

— La plupart des hommes ne partagent pas cet avis.

Afficher en entier

— J’ai affaire à des femmes un peu trop passionnées ces temps-ci.

Avec une sérénité de bon aloi, Luke déclara :

— Une seule, c’est déjà trop.

Afficher en entier

— Il s’appelle Marcus, comme notre père. Cet heureux événement signifie que je viens de descendre encore d’un cran dans la liste des bons partis disponibles sur le marché. Contrairement à vous deux, et malgré vos déplorables réputations. Je suis désormais quatrième dans la lignée de succession alors que toi, Michael, tu es déjà marquis et seras duc un jour, à condition que ta conduite infâme ne t’envoie pas en enfer avant. Quant à Luke, il a déjà hérité du titre et de la grandiose fortune des Daudet.

— Je récuse le terme « infâme », déclara Michael.

Afficher en entier

《Elle avait enchaîné trois danses.

Et maintenant, bon sang, il était inquiet. Comme s’il avait le droit de compter ses valses, comme s’il avait été chargé de son bien-être. Alex avala une copieuse rasade de champagne tiède et fixa d’un regard morose les couples qui tourbillonnaient sur la piste. Elle ne devrait pas.

Et cela ne le regardait en rien.

Bonté divine.

Ce soir, Amelia portait une robe vert d’eau, et sous l’étoffe les rondeurs provocantes de ses seins oscillaient au gré de ses mouvements. Pour le moment, elle dansait avec un inconnu, un jeune crétin comme Alex en avait trop eu sous ses ordres en Espagne : imbu de ses privilèges, arrogant, et sans la moindre idée du danger qu’il courait, car Alex éprouvait l’envie déraisonnable d’aller sur-le-champ massacrer cet idiot prétentieux.

Bizarre.》

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode