Livres
472 456
Membres
445 006

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Gollum 2014-11-08T12:05:18+01:00

"Comment emmener Jane hors de ce pays de sables mouvants oû s'enfonçaient dans la drogue et dans la mort tant de garçons et tant de filles venus de tous les endroits du monde, attirés par le mirage de la liberté, de la fraternité entre tous les êtres vivants, et de la proximité de Dieu ? A Katmandou, on faisait ce qu'on voulait, c'était vrai. Personne ne s'occupait de personne. C'était vrai. Nos frères les oiseaux ne se dérangeaient même pas quand on leur marchait sur la queue, parce que depuis dix mille ans personne n'avait tué un oiseau. C'était vrai. Dieu était présent partout, sous dix mille visages. C'était vrai.

C'était vrai pour les hommes et les femmes et les petits enfants nés dans le pays. Ce n'était pas vrai pour les enfants de l'Occident à longs cheveux et à longues barbes. Ils étaient, eux, les enfants de la raison. Elle les avait séparés à tout jamais de la simple compréhension des évidences, inanimées, vivantes, divines, qui sont les mêmes et par qui tout est clair, depuis le brin d'herbe jusqu'aux infinis. A leur naissance, le bandeau de la raison s'était posé sur leurs yeux avant même qu'ils fussent ouverts. Ils ne savaient plus voir ce qui était visible, ils ne savaient plus lire le nuage, plus entendre l'arbre, et ne parlaient que le langage raide des hommes enfermés entre eux dans les murs de l'explication et de la preuve. Ils n'avaient plus le choix qu'entre la négation de ce qui ne peut se prouver, ou une foi absurde et aveugle dans des fables improbables."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Gollum 2014-11-08T12:04:17+01:00

"Les cigarettes, les pipes, les cassolettes, passaient d'une bouche à l'autre, et peu à peu, derrière elles, les groupes, les feux et les chants s'éteignaient, la nuit grise les submergeait."

Afficher en entier
Extrait ajouté par veroniquedubois 2012-07-23T07:24:22+02:00

A la Sorbonne, Olivier occupait avec Carlo, un petit bureau en haut de l’escalier. Il avait collé sur la porte une affiche tirées par les élèves des Beaux-Arts. Elle portait en grosses lettres les mots : POUVOIR ETUDIANT. Il avait écrit au-dessous à la craie « discussion permanente

Afficher en entier
Extrait ajouté par Birginie 2011-06-26T13:44:40+02:00

"Tous ces types derrière leurs micros, en train de couper les idées en quatre et de sodomiser les mouches, allaient asphyxier la Révolution sous leurs phrases" (p75)

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode