Livres
377 573
Comms
1 314 806
Membres
260 293

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Les gardiens retirent mes chaînes pour que je puisse bouger.

Les hommes sont dans leur cour d'exercice, près de la nôtre. Ils commencent à faire comme chaque fois qu'ils me voient.

Ils s'entassent près du grillage en faisant des bruits de baiser et ils crient, Au secours ! C'est l'Ange de la Mort ! Sauvez-moi !

Avant, je les regardais, mais ça les excitait encore plus. Maintenant, je les ignore.

Il y en a un qui s'approche pas du grillage. Il est adossé dans un coin, une jambe croisée sur l'autre, il se cure les ongles avec un petit bout de bois comme si rien comptait pour lui.

Je l'ai encore jamais vu. Il est pas couvert de bosses comme les autres, donc, il doit être nouveau. Il a même pas encore la tête rasée.

Il sent que je l'observe, et il arrête. Il lève la tête. Nos regards se croisent. Il jette son bout de bois, s'approche du grillage et y accroche ses mains.

Il dit pas un mot. Il promène lentement son regard sur moi. Les autres sifflent et huent. Je sens la chaleur envahir ma poitrine et mon cou jusqu'à mes joues. Je dois être écarlate. Puis il sourit. Un sourire de travers.

Je serre les poings. Le salopard. Il se prends pour qui ?

Alors je lui rends la pareille. Je crois les bras sur ma poitrine et je le détaille de haut en bas. Il a des cheveux bruns qui lui retombent sur les épaules, des yeux argentés et un visage tanné. Des pommettes hautes, un peu de barbe. Un nez tordu, comme s'il avait été cassé. Mince mais fort. Il sait s'entretenir.

Nos regards se croisent à nouveau.

- Ca te plaît, ce que tu vois, l'Ange ? il demande.

Je m'approche du grillage. J'y accroche mes mains près des siennes. Je me penche. Il a des petites rides autour des yeux à force de les plisser. Ou peut-être de sourire. Il sent la poussière chaude et la sauge.

- T'es pas mon genre, je lance.

Alors que je tourne les talons et que je m'éloigne, l'un des types crie, Elle t'a bien eu, Jack !

J'entends son rire.

Il s'appelle Jack.

La chaleur me consume. Une goutte de sueur perle sur ma poitrine. Ma main touche la pierre autour de mon cou. Chaude. Non, brûlante.

C'est étrange. Je regarde le ciel. Le soleil est en train de se coucher à l'ouest. La température devrait baisser.

Mais j'ai aussi chaud qu'à midi.

Afficher en entier

" -Oh, deux ou trois fois... C'est pas très différent. C'est pas pour ça que je reviens.

- Ah bon ?

- Non. C'est pour toi.

Il fait deux pas dans ma direction.

- Tu es mon sang, Saba. Tu es mon esprit. Tu es mon souffle, tu es mes os... tu es partout en moi. Tu y es depuis le premier jour où je t'ai vue.

Mon coeur chavire. J'ose pas respirer. La pierre brûle sur ma peau.

- Je me souviens de la première fois où je t'ai vue, tu m'as dit... Qu'est-ce que tu m'as dit ?

- Que... T'étais pas mon genre.

- C'est toujours ton opinion ?

Je l'observe. J'observe ses étranges yeux gris qui passent de l'éclat de la lune au granit en un instant, son nez tordu, sa lèvre supérieure avec la petite fente.

Et je réponds : Je crois que... j'ai changé d'avis

Il me fait son sourire de travers.

- Approche, il dit.

- Non. Toi.

Il s'approche. Il sent la sauge, les ciels d'été et une odeur qui n'appartient qu'à lui. Jack.

- Et maintenant ? il demande

- Maintenant, tu m'embrasses.

Il passe ses bras autour de moi et me serre très fort contre lui. Il m'embrasse les lèvres, le visage et puis encore les lèvres.

Moi aussi, je l'embrasse. Je respire Jack comme s'il était de l'air. Je le bois comme s'il était de l'eau.

Afficher en entier

On m'appelle l'Ange de la Mort.

Parce que j'ai jamais perdu un combat.

Afficher en entier

Quand on nous voit, Lugh et moi, on peut pas imaginer qu'on est du même sang.

On peut pas imaginer qu'on a grandi en même temps dans le même ventre.

Il a les cheveux dorés. Moi noirs.

Il a les yeux bleus, moi marron.

Il est grand. Je suis petite.

Il est beau. Je suis laide.

Il est ma lumière.

Je suis son ombre.

Lugh brille comme un soleil.

Ca a du être facile pour eux de le retrouver.

Il suffit de suivre sa lumière.

Afficher en entier

(Jack & Saba)

Il me fait son sourire de travers, et mon cœur s'envole.

- Je suis désolée, je lui glisse.

- De quoi?

- D'être toujours... tellement...

-Ingrate?

- Ouais.

- Désagréable?

- Je crois.

- Grincheuse? Têtue? Violente?

- Je suis pas violente!

- Oh, si. Beaucoup, même. Mais ça me plaît chez une femme.

J'éclate de rire.

- T'es fou, je dis.

- J'étais normal avant de te rencontrer.

Afficher en entier

Jack!

Ouais?

J'aurais peut-être plus jamais l'occasion de te dire que... de t'expliquer... combien j'apprécie tout ce que tu fais. Tout ce que tu as fait. T'étais pas obligé, mais tu l'as fais et... je t'en suis... reconnaissante. Je l'ai toujours été c'est juste que... je suis pas doué pour le dire, c'est tout.

Ça suffit, il me coupe. Je le mérite pas. J'ai rien d'un héros.

Il se retourne et je le suis. On se glisse par la fente et on se retrouve dans un tunnel assez haut pour marcher debout. J'ai le ventre serré. On est à quelques pas l'un de l'autre, quand je lance, Jack, attends.

Il se tourne, impatient.

Quoi encore?

[Je veux te dire quelques chose. Je veux dire... je sais pas. Autre chose. Je pourrais te raconter tout ce ce que je ressens pour toi à cet instant. Après avoir combattu ce ver de l'enfer, et avoir eu l'épaule déchirée, ce que j'a&i senti en te voyant à mon réveil, réveil, alors maintenant, alors qu'on est si près de retrouver Lugh, je sais pas ce qui va se passer, et...

Jack me regarde, sourcils froncés.

Mais qu'est ce qui te prend, Saba?

Je lui attrape le visage et j'embrasse ses lèvres.

Puis je recule.

On se dévisage. On dirait que le tunnel s'est vidé de son air. La pierre me brûle la peau. Le sang bat à mes tempes.

Tu choisit vraiment le bon moment, il dit.

Il lâche la torche et me pousse contre le mur. Et l'instant d'après, sa bouche est sur la mienne. Il m'embrasse mes lèvres, mon visage, mon cou, puis revient à mes lèvres. Sa bouche est douce. Chaude. Son odeur m'emplit.

Afficher en entier

Je te retrouverai, je dis. Où qu'ils t'emmènent, je te jure que je te retrouverai.

Afficher en entier

Lugh est né d'abord. Au solstice d'hiver quand le soleil est bas dans le ciel.

Je l'ai suivi. Deux heures après.

Et là, tout est dit.

Lugh est devant, et moi derrière.

Mais ça me va.

C'est bien comme ça.

C'est comme ça que ça doit être.

Tout est écrit. Tout est réglé.

La vie de tous les gens nés.

La vie de tous les gens qui vont naître.

C'est écrit dans les étoiles depuis le commencement du monde. Quand on naît, quand on meurt. Et quel genre de personne on va être, bonne ou mauvaise.

Si on sait lire dans les étoiles, on peut connaître l'histoire de la vie des gens. Et l'histoire de sa vie à soi. Son passé, son présent et son avenir.

Afficher en entier

[...]

Il est ma lumière

Je suis son ombre

(Saba)

Afficher en entier

Il me tend la main.

J'hésite puis je la prends. Elle est chaude . Calleuse .Forte .

Je suis désolé d'avoir été si dur avec toi . J'étais ... tu vois Saba ... j'étais jaloux que tu souries à Tommo et pas à moi . Tu m'adressais à peine la parole , je parle pas de sourire, alors j'ai pas pu me retenir .

Jaloux ? Toi , jaloux ? De Tommo ? C'est qu'un enfant !

Je suis jaloux de toute personne à qui tu souris à part moi .Il s'approche et passe le dos de sa main sur ma joue .Un frisson brûlant me traverse .

Je regarde ces lèvres ... et je peux qu'à une chose c'est à t'embrasser .T'en as aucune idée, hein ? T'as aucune idée de combien t'es belle .

Afficher en entier