Livres
378 127
Comms
1 317 440
Membres
261 116

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Akuretari repoussa l'extraordinaire charge de son mieux avec les mains. Mais les blessures magiques qu'il avait subies aux mains d'Onyx et de Danalieth ne lui permirent pas de résister longtemps page 383

Afficher en entier

"Il était une fois un groupe de valeureux Chevaliers

Qui ne cessaient de mettre les pieds dans les guêpiers

Ils auraient tous mieux fait d'être des plâtriers

Au lieu de toujours se sacrifier."

Il fit un petit tour sur lui-même en imitant une marionnette. Même les plus sérieux de ses compagnons durent reconnaître qu'il avait un talent certain pour la bouffonnerie.

"Il était une fois un groupe d'affreux insectes

Qui ne savaient pas être corrects

Ils auraient tous mieux fait d'être architectes

Au lieu de se montrer abjects."

Nogait exécuta une courte gigue, qui faillit le faire tomber la tête la première dans les flammes.

"Il était une fois un grand chef..."

Les guerriers manifestèrent bruyamment leur plaisir de le voir ainsi piquer Wellan.

"... Qui n'écoutait jamais nos griefs

Se vantant de toujours être bref

Dans la bataille il nous lançait derechef. "

Au grand étonnement de l'auditoire, Chloé se leva alors pour répondre à son frère impudent.

"Il était une fois un loquace barde

Qui chantait des chansons gaillardes

Sans jamais prendre garde

De recevoir des coups de hallebardes."

Le rire se propagea jusque dans les rangs des soldats de Diamant et de Jade.

Afficher en entier

Nogait fit glisser son épée dans son fourreau, puis décocha un regard taquin à Chloé.

_ Si j'avais su qu'il était aussi éreintant d'être Chevalier, je serais devenu troubadour! lança-t-il.

_ Après t'avoir entendu chanter, je crois que tu n'aurais pas travaillé longtemps, répliqua la guerrière.

_ Justement.

_ Tu n'es qu'un paresseux, lança Zerrouk en prenant place à côté de lui.

Anton, son Ecuyer, observa le visage de Nogait pour voir comment il réagirait.

_ Je ne vois qu'une façon de répondre à cette insulte, rétorqua ce dernier. Je vais vous chanter une de mes compositions!

Tous ceux qui l'entouraient se mirent à protester. Mais Nogait fit la sourde oreille et exigea plutôt qu'on lui apporte une harpe. Herrior sortit la sienne de sa sacoche de cuir, malgré les plaintes de ses compagons.

_ Ce sera moins terrible si je l'accompagne moi-même, se défendit-il.

_ Oyez, oyez! s'exclama Bailey. Le grand chantre d'Emeraude va maintenant nous interpréter sa plus douloureuse lamentation!

Afficher en entier

28 LA RÉSISTANCE

En rang sur le bord de la falaise de zénor , les chevaliers d'émeraude observaient en silence l'avance des guerriers insectes , qui se comptaient par milliers . Même les plus jeunes d'entre eux comprenaient que les troupes qu'ils avaient affrontés dans le passé n'étaient que des bataillons . Cette fois , ils fessaient face à la véritable armés d'amecareth .

Afficher en entier

À la surprise générale, Hadrian attaqua le premier Les coups échangés entre les deux hommes étaient solides et calculés, Ils ne cherchaient pas à se blesser mutuellement. Moins massif que Wellan, l’ancien chef des Chevaliers était cependant plus alerte. Il s’aperçut tout de suite que le bras musclé de son opposant ne supporterait pas une rapide série de parades. Il força donc Wellan à détourner ses assauts, de plus en plus rapprochés. Puis, soudain, Hadrian opta pour des feintes, qui obligèrent le grand chef à effectuer des mouvements plus larges qui lui offraient de belles ouvertures. — Toi et moi ne nous sommes jamais affrontés en duel, chuchota Swan à l’oreille de son époux, qui étudiait la stratégie des deux héros.

Afficher en entier

Dylan ? Ici ? grommela Onyx en se redressant. Le soleil était levé. Pourtant, les Chevaliers n’avaient pas encore quitté les abords du village pour aller patrouiller la plaine. Que se passait-il ? Onyx observa la leçon en fronçant les sourcils. Au bout d’un moment, il constata qu’il ne voyait plus les choses de la même façon. Quelque chose avait changé en lui. Il fouilla jusque dans les replis les plus secrets de son âme et découvrit ce qu’il y manquait : sa colère s’était atténuée. La visite inattendue de son défunt fils avait-elle réussi à refermer la plaie béante dans son cœur ?

Afficher en entier

24

LE DÉBARQUEMENT

En sortant de l'imperceptible vortex du roi d'émeraude , Wellan et Onyx se jetèrent plat ventre sur la petite butte ou les avait emmenés le maelström . Il aurait été préférable de choisir un endroit protégé par les arbres , mais ce genre de déplacement magique était difficile à maitriser . Ils se trouvaient à proximité de la hutte d’où les chevaliers d'Émeraude avaient l'habitude de faire le guet .

- Je continue de ne sentir qu'une vague impression magique , grommela Onyx . Il faut nous approcher davantage .

Heureusement que la menace émanait du royaume des elfes plutôt que du royaume de cristal , ou il n'y avait presque pas de végétations . Ils réussirent ainsi à gagner la plage en demeurant sous le couvert des arbres , alors que la lune éclairait tout le paysage d'une lueur bleutée . Wellan fut soudain frappé de stupeur lorsqu'il vit les centaines de vaisseaux qui mouillait sur la cote . Il y en avait à perte de vue ! De gros scarabées argentés avaient d'ailleurs deja débarqué sur l'étroite plage de ce pays , et ils semblaient y installer un bivouac .

En silence , de jeunes Elfes s'allongèrent près du grand chevalier .

- Ces insectes sont différents , annonça l'un d'eux . Nos flèches ne ce fichent nul part sur le corps .

- Tout le monde à une faiblesse , répliqua Onyx .

- Mais ce n'est guère le moment de l'étudier , indiqua Wellan .

Il recommanda au archers de ne prendre aucun risque inutile avant que les chevaliers n'aient le établi une stratégie . Les elfes hochèrent vivement la tête .

- Allons voir ailleurs , décida Onyx sans même sourciller .

Il firent un saut au royaume des fées et au royaume d'argent , ou les paysans avaient malheureusement commencé à démolir la muraille qui les protégeait de la mer . Cachés dans les débris , les deux soldats évaluèrent rapidement la situation .

- C'est une invasion massive , commenta nerveusement Wellan . Nous ne sommes pas assez nombreux pour l'écraser tout en pourchassant les larves .

- Nous ne pouvons certainement pas nous replier à Émeraude et attendre que ces nouveau attaquants nous y rejoignent . Ils dévasteront tout sur leur passage .

Et comme si cela n'était pas assez , un dragon vola au-dessus de leur têtes , se dirigeant vers le sud-est .

- ça commence sérieusement à ressembler a la première guerre , siffla Onyx entre ses dents .

Afficher en entier

LE CONTRECHOC

Le vent glacial eut raison de l'immobilité de Kira. Depuis un moment, son esprit analysait la teneur des paroles du dieu déchu : On peut difficilement cloîtrer la descendante d'un dieu et d'un grand sorcier dans un cachot ordinaire. J'ai donc choisi pour toi une vaste prison que tu ne pourras jamais quitter, malgré tous tes pouvoirs. Je t'ai fait reculer dans le temps. Quand tu seras prête à me servir, tu n'auras qu'à prononcer mon nom. Kira avait pourtant appris du Magicien de Cristal qu'il était impossible de se déplacer physiquement dans le temps, mais Akuretari possédait des pouvoirs bien plus grands que tous les magiciens du monde réunis. Cependant, lorsqu'il avait emprunté l'aspect de Nomar, jadis, la divinité avait menti à Jahonne, à Wellan et même à Sage. Lui avait-il menti à elle aussi ?

Kira refusa de paniquer même si son épée double venait de disparaître de ses mains. Avec confiance, elle se mit à chercher ses frères d'armes à l'aide de ses sens magiques, puis les appela avec son esprit. Ils n'étaient nulle part.

— C'est donc à moi de trouver du secours, décida-t-elle.

Hathir ne l'ayant ,pas accompagnée dans sa mésaventure, Kira entreprit à pied le long trajet vers le sud en se frottant les bras pour se réchauffer. À sa grande surprise, elle ne repéra pas, sur la falaise de Shola, le sentier creusé par ses ancêtres pour descendre au pays des Elfes. Abnar lui avait pourtant raconté qu'il avait été façonné par les Sholiens des centaines d'années auparavant pour faire le commerce des pierres précieuses...

Kira fut donc forcée d'utiliser la lévitation pour descendre au pied de l'escarpement. Elle suivit la rivière Mardall jusqu'à la tombée de la nuit et dormit en boule au pied d'un arbre. Au matin, elle cueillit des fruits, but de l'eau et se remit en marche. Son périple dura plusieurs jours. Lorsqu'elle atteignit finalement ce qui aurait dû être la frontière séparant le Royaume d'Argent de celui des Fées, Kira ne vit ni la grande muraille élevée par le Roi Cull, ni les merveilles créées par les ancêtres du Roi Tilly. Elle sonda la région et ne découvrit aucune trace de vie. De plus en plus inquiète, elle piqua vers Émeraude.

La princesse mauve utilisa une fois de plus ses facultés surnaturelles pour franchir le cours d'eau. En avançant d'un bon pas, elle examina la végétation et la maturité des fruits dans les arbres. Elle devina ainsi que la saison chaude s'achevait. Les pluies s'abattraient bientôt sur Enkidiev. Il lui faudrait donc un abri étanche durant les prochains mois si elle n'arrivait pas à se soustraire au sortilège d'Akuretari.

Tandis qu'elle traversait un grand champ dominé par le pic majestueux de la Montagne de Cristal, son estomac se contracta tout à coup : un danger la guettait ! Elle ralentit le pas, tous ses sens en alerte. Les larves l'avaient-elles suivie dans ce cauchemar ? La terre se mit à trembler sous ses pieds.

— Mais qu'est-ce que...

Elle n'avait pas fini de prononcer ces mots qu'au nord se profilèrent les silhouettes d'immenses dragons. Ils se dirigeaient vers le sud au galop. Or, il n'y avait aucune cachette sur cette immense plaine. L'intuition de Kira lui recommanda de ne pas fuir : ce geste aurait tôt fait d'attirer les prédateurs. Elle se laissa donc tomber sur le sol et serra ses jambes contre elle, se faisant aussi petite que possible. Elle ravala un cri de stupeur lorsque les énormes pattes martelèrent le sol à sa gauche et à sa droite. La cavalcade dura de longues minutes. Kira ne respirait plus. Elle n'aurait pas hésité un instant à affronter une seule de ces bêtes, mais pas tout un troupeau. « Comment sont-elles arrivées ici ? » s'étonna-t-elle.

Les secousses cessèrent enfin. La Sholienne releva doucement la tête au-dessus des graminées. La bande de monstres était déjà très loin.

— Il faut que ce soit un rêve, murmura-t-elle pour se rassurer.

Elle hâta le pas vers son pays d'adoption, sans jamais rencontrer de fermes, ni de cultures. L'appréhension qu'elle éprouvait se mua en certitude lorsqu'elle atteignit enfin la base de la montagne. En temps normal, elle aurait dû voir les tours d'Émeraude, mais la trouée où le château s'élevait était vide ! Kira escalada le pan rocheux pour avoir une meilleure vue du pays. Elle s'assit sur une corniche d'où elle pouvait voir aussi loin que les montagnes de Béryl, au sud, et la chaîne de volcans fumants, à l'est. Mais il n'y avait ni forteresse, ni villages...

Incapable de se retenir plus longtemps, la Sholienne éclata en sanglots. Son châtiment était encore pire que la mort. Elle était seule au monde dans un univers qu'elle ne reconnaissait pas.

— Mama... hoqueta-t-elle.

Elle ne reçut aucune réponse. Elle appela Dylan, Abnar et même Parandar. Le ciel semblait l'avoir abandonnée. Les paroles d'Akuretari résonnèrent alors dans son esprit. Pour sortir de ce mauvais pas, il lui suffisait de prononcer son nom et de devenir sa marionnette.

— Pas question ! se fâcha la Sholienne.

Elle parvint à se calmer afin de raisonner clairement. Elle avait reculé dans le temps, à une époque où les humains n'avaient pas encore bâti leurs châteaux. « Quand était-ce donc ? » Elle remercia intérieurement le Magicien de Cristal de l'avoir obligée à étudier l'histoire. Il y avait peu d'ouvrages sur la période précédant la monarchie d'Enkidiev, mais elle en avait trouvé deux. Les grands chroniqueurs de cette époque s'entendaient pour dire que les premiers habitants, soit les Enkievs, avaient réussi à maîtriser suffisamment leur environnement pour permettre l'édification des premières cités. C'était avant l'arrivée des Fées et des Elfes.

— Il est donc en mon pouvoir de changer le cours des événements, comprit-elle.

Rien ne l'empêchait en effet de débarquer sur Irianeth et d'éliminer l'ancêtre d'Amecareth, sinon toute sa race. Elle sauverait ainsi les futurs humains de sa domination. Mais comment se rendre là-bas sans embarcation ? Ses pouvoirs de lévitation lui permettaient certes de descendre d'une falaise ou de sauter par-dessus une rivière, mais de là à traverser tout un océan... Elle avait appris beaucoup de choses auprès d'Abnar, mais pas à construire un bateau ni à maîtriser les déplacements dans l'espace.

Quelque peu découragée, elle s'endormit sur la pierre froide. Ce fut la faim qui la réveilla. L'absence de paysans tirant du sol tous leurs merveilleux produits lui posait un problème de taille. Kira se souvint alors des vergers qui s'alignaient au sud du château. Mais existaient-ils dans ces temps immémoriaux ? Elle quitta son perchoir pour mener son enquête. Le cœur serré par la tristesse, elle marcha dans un champ qui aurait dû être la grande cour. Les douves étaient inexistantes. Elles avaient donc été creusées par les Émériens.

— Armène avait raison de dire que c'est lorsqu'on perd quelque chose qu'on s'aperçoit à quel point on l'appréciait, soupira-t-elle.

Elle aurait tout donné pour retrouver la sécurité de ses appartements royaux. Le cœur lourd, elle poursuivit sa route vers les arbres fruitiers pour se rendre compte, avec soulagement, qu'ils poussaient déjà à l'état sauvage. Elle se gava de pommes mûres. Au moins elle ne mourrait pas de faim, le temps d'imaginer une solution pour revenir dans le présent. La chaleur devenant de plus en plus insupportable, elle se défit de son armure et la suspendit à une haute branche, loin des rongeurs.

— Par où commencer ?

En attendant d'avoir une idée brillante, elle retourna à la montagne. À l'aide de ses pouvoirs, elle pourrait certainement creuser une tanière avant l'arrivée de la pluie. Elle détermina l'emplacement parfait, à une hauteur où le plus grand des dragons ne pourrait pas lui arracher le cœur. Utilisant les rayons ardents de ses mains, elle fit exploser le roc. De gros morceaux de pierre s'écrasèrent lourdement au pied de la falaise. Kira ne termina son travail de forage qu'au coucher du soleil. Elle regretta alors d'avoir accroché sa gourde à sa selle plutôt qu'à sa ceinture.

Prudente, elle étudia les alentours à partir de son perchoir avant de se risquer jusqu'à la rivière Wawki. Il n'y avait aucun prédateur en vue, mais ces bêtes se déplaçaient si rapidement... La Sholienne ne devait pas perdre une seconde. Elle se laissa glisser le long de la paroi, freinant sa descente avec ses griffes, puis courut entre les arbres. « Maintenant, je sais comment se sentent les lapins », songea-t-elle. Elle s'accroupit au bord de l'eau et but tout son saoul. Derrière elle, les derniers rayons de l'astre du jour coloraient la montagne de chaudes teintes. Malgré la beauté du paysage, Kira devait retrouver la sécurité de son sanctuaire avant l'obscurité, car si ces dragons étaient bel et bien les ancêtres de ceux d'Irianeth, ils devaient surtout chasser la nuit.

Elle décrocha son armure de l'arbre pour la ramener dans la caverne qu'elle avait aménagée. Ce n'était pas le matelas dont elle rêvait, mais elle lui permettrait de dormir plus confortablement que sur la pierre froide. Elle se lova autour de la croix de l'Ordre et observa la lune par l'ouverture de la grotte. Les bons soins d'Armène et d'Émeraude Ier, ainsi que les cours d'Abnar, avaient fait d'elle une jeune femme accomplie, et sa formation auprès de Bridgess et d'Hadrian d'Argent l'avait transformée en une redoutable guerrière. Toutefois, rien de ce qu'elle avait appris ne l'avait préparée à survivre sans les ressources qu'elle avait toujours tenues pour acquises.

— Je sais chasser et apprêter le gibier, se dit-elle pour se consoler.

Elle ne connaissait cependant pas la façon de travailler les peaux de bêtes pour s'en faire des vêtements.

— Je ne sais même pas d'où vient le thé...

Elle s'endormit sur ces sombres pensées.

Afficher en entier

En suivant le sentier qui menait à la chute, elle tenta de se convaincre que les Gariséors possédaient certainement les réponses à ses questions, et que ce voyage ne serait pas vain. Une fois qu’elles furent dans la forêt, Nouara devint extrêmement prudente. Elle faisait en fait si peu de bruit que Kira devait éviter de se laisser distraire par le paysage pour ne pas la perdre de vue.

Afficher en entier

Après d’interminables recommandations de la part de Kittriya, Kira se mit en route avec Nouara pour seul guide. La femme Chevalier n’avait jamais parcouru tout le continent lorsqu’elle vivait dans le futur. Il s’agissait donc, pour elle, d’une toute nouvelle aventure. Les deux femmes portaient sur leur dos un sac contenant une couverture tressée, des fruits et de curieuses racines. Même si elle cherchait encore un moyen de rentrer chez elle, la Sholienne jugea bon de conserver un moral d’acier.

Afficher en entier