Livres
384 488
Comms
1 348 584
Membres
271 166

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Nomar se metamorphosa en une créature dont le museau allongé rappelait celui du crocodile. Les apprentis furent saisis d'horreur et les palefreniers filèrent dans l'écurie.

Quand aux paysans qui se trouvaient dans la cour, ils s'empressèrent de se cacher partout où il le pouvaient. Mais la nouvelle apparence de Nomar n'impressiona nullement Farell.

-Si tu refuses j'immolerait cet enfant sur l'autel de Lubride et je deviendrai mille fois plus fort, le menaca Akuretari.

- Je ne vous laisserai jamais faire du mal a mon fils !

Un halo indigo entoura instantanément le mage. A la vue de cette magie céleste, le dieu déchu voulut s'éclipser, mais Farell fut plus rapide. Il leva brusquement la bras et la griffe cracha son venin. Le rayon bleuâtre attaignit la divinité et le terrassa. Ses épaules n'avait pas encore heurté le sol que le renégat fonçait sur lui.

- Si tu me détruit tu ne reverra jamais ton fils !

- Mais je sauverai les autres ! rugit Farell.

Il se jeta sur le reptile et lui enfonca la petite du dragon dans la gorge. Ses dents acérés s'y plantèrent. Akuretari poussa un cri strident qui ébranla les fondations du chateau. S'il ne reagissait rapidement il serait pulvérisé. De sa longue queue de gavial, il se mit à frapper violemment l'homme qui sapait son essence. La douleur fit trembler le magicien, mais il ne lacha pas prise. Desespéré, le dieu déchu planta ses griffes dans le thorax de son assaillant. Farell faiblit et Akuretari en profita pour le repousser de toutes ses forces.

Le mage meurtri vola dans les airs et s'écrasa durement contre le sol.

Afficher en entier

L'IMPASSE

En se réveillant, ce jour-là, Lassa comprit que sa vie allait complètement changer. Âgé de douze ans, il avait terminé avec succès ses études de magie. Tous les élèves d'Émeraude allaient bientôt devenir des Écuyers et être affectés à des Chevaliers. Le jeune prince avait souvent observé ces magnifiques soldats vêtus de cuirasses vertes de la galerie de leur grand hall, sans pouvoir décider lequel il voulait servir, car ils avaient tous de belles qualités.

Lassa était un garçon très doux, qui aimait écrire des poèmes et des chansons et étudier les étoiles. Il n'était pas très grand pour son âge, ni très musclé. Ses cheveux blonds et raides touchaient ses épaules, cachant parfois ses beaux yeux de saphir, surtout lorsqu'il était intimidé par la présence d'étrangers. Cet enfant possédait de formidables pouvoirs magiques. En fait, il aurait pu devenir le prochain apprenti du magicien d'Émeraude, de l'avis des maîtres Hawke et Farrell. Cependant, une prophétie semblait plutôt vouloir en faire un soldat, puisqu'elle disait que c'était lui qui détruirait l'empereur des insectes. La seule idée de manier une épée ou de se servir d'un poignard horrifiait le jeune prince, qui leur préférait la harpe et la plume. Mais il savait que les dieux ne le laisseraient pas échapper à son destin.

Il avait dormi tard ce matin-là, pour la première fois depuis bien longtemps, car il n'y avait plus de cours dans les deux tours. Il avait ouvert les yeux dans le rayon de soleil que l'étroite fenêtre laissait entrer dans sa vaste chambre circulaire.

— Armène ? appela-t-il en s'asseyant.

— Je suis là, mon poussin, répondit la servante.

Elle s'assit près de lui, replaça ses mèches rebelles et l'embrassa sur le front. Un radieux sourire apparut sur les lèvres du prince dont elle s'occupait depuis la naissance.

— Je t'ai fait remplir une baignoire d'eau chaude ici même, pour que tu puisses te laver avant l'importante cérémonie de cet après-midi, ajouta-t-elle.

— C'est gentil, Mène, mais à partir de demain, je vais devoir me purifier dans les grands bains du château, avec tous les Chevaliers d'Émeraude et leurs apprentis.

— Es-tu bien certain de vouloir devenir un Écuyer, Lassa ?

— Je n'ai pas le choix, si je dois débarrasser le monde de la menace de l'Empereur Noir.

Il sauta du lit et courut jusqu'à la baignoire où flottaient des pétales odorants. Il se glissa jusqu'au cou dans l'eau bienfaisante et ferma les paupières. Il n'avait aucune envie d'apprendre à se battre, mais il rêvait de passer les prochaines années en compagnie d'un homme qui lui servirait enfin de père, ce qu'il n'avait jamais connu. Le Magicien de Cristal, chez qui il logeait, ne lui avait été d'aucun secours dans ce domaine. Il avait même disparu quelques années plus tôt. De toute façon, avant ce mystérieux événement, l'Immortel ne s'était adressé à lui que pour lui faire réciter ses leçons. Lassa allait enfin recevoir l'attention d'un Chevalier et profiter de ses précieux conseils.

Dès qu'il fut séché, Armène lui fit revêtir une tunique couleur sable, d'un tissu souple et soyeux, et enfiler des sandales de cuir. Puis, elle le pria de s'asseoir à la table pour son premier repas de la journée. Lassa y trottina gaiement en chantant une de ses chansons favorites sur les exploits de Kira. « Il est si docile, ce beau Prince de Zénor », pensa la servante en déposant une assiette devant lui. Le gamin mordit dans la galette. Il fixa soudainement la femme dévouée avec des yeux emplis de larmes.

— Mais qu'y a-t-il donc, mon trésor ? s'alarma Armène.

— C'est sans doute la dernière fois que je mange ici avec toi, Mène. Je ne pourrai plus quitter mon maître lorsqu'on me l'aura affecté.

— Mais je serai toujours là quand tu auras besoin de moi, tu le sais bien. Ce Chevalier te laissera certainement me rendre visite de temps en temps. Bridgess permettait bien à Kira de passer quelques heures en ma compagnie toutes les semaines.

Cela sembla le rassurer. Il continua de mastiquer la pâtisserie en mémorisant les moindres détails de la pièce.

— Farrell nous a récité toutes les obligations des Écuyers, raconta-t-il à la gouvernante. Elles ne sont pas si difficiles à observer, finalement. Je suis déjà un garçon poli et obéissant.

— Il n'y a pas de petit homme plus parfait que toi dans le monde entier, acquiesça Armène.

— Ce sera plus difficile pour Liam, je crois.

C'était justement à lui qu'elle songeait, car elle avait appris à bien connaître ce garçon plein d'audace et d'énergie. Elle se méfiait de son penchant pour les choses défendues. Heureusement, il n'avait jamais exercé de mauvaise influence sur son protégé.

Lassa termina son repas et embrassa Armène sur la joue. Elle lui fit promettre de bien se tenir, même si cette recommandation était tout à fait inutile dans son cas, et le libéra. Il était assez vieux maintenant pour circuler à sa guise dans le château sans qu'elle le surveille constamment.

Le gamin se précipita dans l'escalier, traversa la pièce déserte où Abnar avait habité autrefois, puis s'élança vers le second escalier. La disparition du Magicien de Cristal l'avait d'abord rempli d'effroi, puisqu'il était son protecteur, mais au fil des mois, il s'était habitué à son absence. Tout compte fait, il appréciait ce relâchement de discipline.

Farrell s'était avéré un maître de magie beaucoup moins strict qu'Abnar. Au lieu d'imposer ses connaissances aux enfants, il leur avait proposé ses théories et écouté leurs commentaires ou leurs hypothèses, pour les mener tout doucement vers la vérité. Il ne les avait jamais obligés à lire d'énormes traités anciens. Il en avait plutôt résumé le contenu, puis leur avait fait exécuter des exercices pratiques s'y rapportant. Lassa aimait beaucoup maître Farrell. Il le traitait de façon humaine, probablement parce qu'il était le père de trois petits garçons, tandis que le Magicien de Cristal, un Immortel, ne manifestait jamais ses émotions.

Lassa sortit dans la cour inondée de soleil. Il courut jusqu'à l'écurie, où il espérait trouver son ami Liam. Il s'arrêta dans la porte du bâtiment pour laisser ses yeux s'habituer à la pénombre. Il détecta l'énergie du fils de Jasson, mais fut très surpris de déceler aussi une grande tristesse dans son cœur. Pourtant, Liam n'avait cessé de lui parler avec enthousiasme du jour où il deviendrait enfin apprenti. Alors, pourquoi avait-il du chagrin au moment où son rêve allait enfin se réaliser ?

Le prince se précipita dans l'allée jalonnée de stalles. Les chevaux dressèrent les oreilles à son passage, mais continuèrent de manger leur ration du matin. Liam s'était réfugié dans l'un de ces compartiments étroits. Il caressait l'encolure d'un bel animal de combat en train de mâcher les grains qu'on avait versés dans son auge. En étudiant plus profondément les émotions de son ami, Lassa découvrit la raison de sa détresse : leur nouveau statut d'Écuyer allait les séparer pendant les prochaines années.

— Ce ne sera pas pour toujours, le consola le prince en grimpant sur la demi-porte qui empêchait le cheval de quitter sa stalle.

Liam releva vivement la tête d'un air fanfaron, car il était important pour lui d'être le plus brave soldat de tout le continent. Mais Lassa le connaissait bien et il ne s'en offensa pas.

— Un jour, nous serons des Chevaliers et nous jouirons de plus de liberté, ajouta le prince. La période d'apprentissage n'est que de cinq ans, après tout.

Une larme silencieuse coula sur la joue de Liam, malgré tous ses efforts pour se montrer brave. Voyant qu'il n'arrivait pas à le rassurer, Lassa le serra contre lui.

— C'est un sacrifice nécessaire. Je suis certain que tu auras un maître extraordinaire, qui te laissera me parler de temps en temps. Je t'en prie, Liam, ne pleure pas.

— Vous allez me manquer, Jeni et toi, sanglota le garçon bouleversé.

— Peut-être irons-nous en mission ensemble. Les Chevaliers combattent toujours en groupe.

Liam se dégagea de son étreinte. Il inspira profondément pour se donner du courage. Les deux garçons étaient à peu près de la même taille, mais Lassa était moins costaud que son camarade. Liam avait de larges épaules et des bras beaucoup plus solides. Ses cheveux bruns bouclés descendaient dans son dos et ses yeux verts pétillaient comme ceux de son père. Comme il était le fils d'un des sept Chevaliers les plus âgés de l'Ordre, le gamin voulait se montrer à la hauteur pour plaire à Jasson, même si personne ne l'exigeait de lui.

— Allez, viens, proposa Lassa. Nous n'allons pas passer ces derniers moments ensemble dans une écurie. Le soleil brille de tous ses feux et le temps est encore frais.

Il saisit la main de Liam et le tira hors de la stalle. Les garçons s'élancèrent dans l'allée. Ils faillirent entrer en collision avec les chevaux qu'on rentrait en prévision de la chaleur de l'après-midi. Ils débouchèrent dans la cour ensoleillée, où plusieurs de leurs camarades s'adonnaient à un jeu que Bergeau leur avait montré quelques années auparavant. Ils se joignirent donc aux enfants qui se disputaient un ballon de cuir qu'ils poussaient entre deux charrettes en n'utilisant que leurs pieds. Leur course effrénée nuisait au travail des serviteurs du château, mais ces derniers ne tentèrent pas de brider leur enthousiasme. Ils savaient que dès le lendemain, ces petits marcheraient tous aux côtés de leurs maîtres et que le calme reviendrait à Émeraude.

Afficher en entier

- Nous allons trouver une solution, ne t'inquiète pas, affirma-t-elle sur un ton qui rappelait celui de Bridgess.

- Nous ? répéta Wellan. Les Ecuyers ne sont pas censés prendre ce genre d'initiative avant d'être Chevaliers, que je sache.

- C'est exact, mais le code n'empêche pas les enfants de venir en aide à leurs parents.

Afficher en entier

Décidant de prendre son destin en main, la princesse mauve conjure le défunt Roi Hadrian d'Argent, jadis chef des anciens Chevaliers d'Émeraude, afin qu'il lui apprenne le maniement des armes.

Pendant ce temps, les dragons d'Amecareth s'infiltrent sur le territoire d'Enkidiev sous forme d'oeufs flottant jusqu'aux berges de ses nombreuses rivières, où ils éclosent. Au même moment, Asbeth, le sorcier recouvert de plumes de l'empereur, s'attaque aux Chevaliers.

Comprenant qu'il ne pourra pas le vaincre à l'aide de ses seuls pouvoirs, Wellan se rend au Royaume des Ombres pour y recevoir l'enseignement des maîtres magiciens. Il y découvre des hybrides conçus par Amecareth et protégés par l'Immortel Nomar, qui veut s'assurer que leur père insecte ne les retrouve jamais.

Pendant que Wellan apprend à maîtriser de nouvelles facultés magiques, ses frères et ses soeurs d'armes traquent Asbeth dans les forêts du continent. Le sorcier s'empare alors du corps d'un jeune Elfe et conduit les Chevaliers sur le bord de l'océan pour les y anéantir. Mais, de retour de son exil dans le monde souterrain, Wellan fait échouer les plans de l'homme-oiseau.

Dans le troisième tome, Piège au Royaume des Ombres, Kira a quinze ans et ressent les premiers frémissements de l'adolescence. Elle réalise son rêve le plus cher : elle devient enfin Ecuyer d'Emeraude.

Ressentant le besoin de s'unir à une compagne, Jasson et Bergeau se marient, imitant ainsi leurs compagnons Dempsey, Chloé et Falcon.

Extrait du prologue

Afficher en entier

49 LA BRÈCHE

Avec les soldats de son groupe , Wellan formait une ligne devant le château . Le pont-levis était descendu , mais les immenses portes de la forteresse était refermées . Le grand chef savait qu'aucun de ses chevaliers ne laisserait passer l'ennemie . ils possédaient tous des nerf d'aciers , surtout les femmes : Bridgess , Rainbow , Robyn et Winks . Intensément concentrés , leur sens magiques balayaient la route . Les insecte arrivait et leur cliquetis se distinguait se plus en plus du martèlement de la pluie .

Afficher en entier

46 L'ALERTE

Les chevaliers et leurs écuyers mangeaient dans leur hall lorsque la princesse des elfes fit irruptions , son fils de cinq ans dans les bras . Jasson capta sa détresse et se leva , mettant fin à la discussion qu'il était en train d'avoir avec ses soldats au sujet des dieux déchus . Amayelle jeta le mince livre sur la table devant lui .

- Cameron a trouvé le recueil à palabre de parandar , déclara-t-elle en reprenant son souffle . je l'ai questionné et il ma dit que nous étions sur le point d’être attaqués .

Afficher en entier

-Dis-moi quelque chose que les serviteurs de l'Empereur Noir ne peuvent absolument pas savoir, exigea-t-il.

-Jenifael a été conçue par la déesse de Rubis à partir de votre chair, révéla Dylan.

-De ma..., répéta le père, stupéfait.

-Bon, il fallait qu'il tombe sur quelque que tu ne sais même pas toi-même, marmonna Bergeau.

Afficher en entier

La dernière effraie venait de rendre l'âme lorsque Farell réapparut sur l'écurie. Nogait le pointa à ses compagnons. Ils se tournèrent pour observer ce que ferait le magicien. Mais Farell ne les voyait pas : il se concentrait sur le combat qu'il allait livrer à la chouette 2 fois plus grande que lui. Les habitants du château et les villageois venus assister à la cérémonie d'affection des Ecuyers, furent témoins d'une scène sortie tout droit du passé.

Onyx prit le pas sur Farell dans cette situation d'urgence.

Il fit apparaître dans ses mains une formidable épée double, faite d'un métal noir poli qui réfléchissait la lumière.

- Atlance, regarde papa ! exigea le renégat.

Le bambin leva des yeux rougis sur le magicien.

- Nous allons jouer à un jeu. Quand je te le dirais, tu te coucheras par terre et tu mettras les bras sur ta tête. Est-ce que tu comprends ?

- Oui, papa.

Farell donna de plus en plus de vitesse à son arme en la faisant tourner devant lui, il se mit à avancer vers l'ennemi.

- Couche toi, Atlance !

L'enfant se jeta à plat ventre. Dans un geste d'une incroyable rapidité, le renégat hissa l'épée double tourbillonnante au-dessus de sa tête. La chouette chargea, mais son bec menaçant n'atteignit jamais sa proie : les lames aiguisées lui tranchèrent la tête d'un coup sec, la propulsant dans la cour comme un boulet.

Les Chevaliers durent l'écarter lorsqu'elle s'abattit sur le sol. Le corps couvert de plumes suivit quelques secondes plus tard, manquant de peu les abreuvoirs. Farell fit disparaître son arme. Avec beaucoup de tendresse, il cueillit son cadet et le pressa contre lui. Il ne tenta même pas d'arrêter les larmes de soulagement qui coulaient sur ses joues. Tous les spectateurs furent émus de l'attachement que le magicien témoignait à son enfant.

Afficher en entier

_ Tiens, une espionne! lâcha Bergeau en surgissant derrière elle.

_ Je voulais juste voir si mes parents étaient là, se défendit la petite en faisant volte-face.

Le Chevalier s'empara d'elle, la lança sur son épaule comme un sac de farine et la transporta jusqu'à son chef. Jenifael commença par hurler d'indignation, puis éclata de rire. La scène amusa toute l'assemblée.

_ Regarde qui j'ai trouvé! annonça Bergeau en la déposant sur les genoux de Wellan. Il est grand temps que nous occupions sainement ces enfants!

Afficher en entier

Dans le dernier hameau, on lui présenta une petite fille si chétive qu’elle semblait n’avoir que deux ans. En réalité, elle en avait cinq. Santo diagnostiqua son mal, puis, sans rien dire à Mann, il sollicita son avis. L’adolescent alluma ses paumes pour les passer au-dessus du corps de l’enfant

Afficher en entier