Livres
511 984
Membres
523 022

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

page 312

...Dempsey avait toujours eu de petites attentions à son égard, mais jamais elle n'avait pensé qu'il puisse être amoureux d'elle.

- Nous ne devrions jamais attendre que ceux que nous aimons soient en danger de mort pour leur avouer nos véritables sentiments, chuchota Dempsey à l'oreille de Chloé tout en la serrant contre lui.

"C'est ce que Wellan a découvert lui aussi avec Bridgess", se rappela-t-elle.

-Je t'aime depuis que je t'ai rencontrée il y a presque vingt ans.

- A notre arrivée à Émeraude? s'étonna-t-elle. Mais je n'étais qu'une gamine!

- Tu étais la plus belle gamine de tout Enkidiev, la taquina Dempsey en la faisant rougir. Et tu étais si différente de moi, c'est ce qui m'a attiré. J'ai besoin de ta tendresse, de ton intuition et de ta présence.

Afficher en entier

Kira traversa la cour à toutes jambes et pénétra dans le palais . Elle courut jusqu'à sa chambre et s’arrêta net en trouvant le roi debout au milieu de ses appartements , vêtu de sa grande tunique de velours bourgogne et coiffé de sa couronne . On l'avait donc distrait au milieu de ses fonctions officielles .

_Majesté , fit-elle en s'inclinant devant lui .

-Je ne suis pas très fier de toi , Kira , laissa tomber Émeraude 1er en posant sur elle un regard mécontent .

L'enfant baissa aussitôt la tête mais ne chercha pas à se dérober . son châtiment serait certainement moins sévère s'il provenait de l'homme qui l'aimait comme un père plutôt que du chef des chevaliers .

-Wellan ma dit que tu a lever une arme contre lui et il veut que je sévisse .

-Dans ce cas , il vous faudra aussi punir ceux qui complote contre moi depuis mon arriver dans ce château .

Afficher en entier

[ Page47-48 ]

- Vous êtes très dur avec ma fille, Chevalier.

- Je suis désolé, Majesté, mais Kira est tout simplement impossible...s'excusa-t-il.

- Elle est audacieuse et téméraire, comme vous l'étiez au même âge, et pourtant vous êtes incapable de lui pardonner ses fautes.

- Je ne puis oublier qu'elle a été conçue dans la violence par un...

La reine appliqua vivement sa main diaphane sur sa bouche pour le faire taire, et Wellan regretta aussitôt ses paroles.

Afficher en entier

Le soleil se levait à peine lorsque Chloé fut réveillée par les pleurs d'Ariane, sa jeune apprentie de onze ans. Le moment qu'elles redoutaient était arrivé. La femme Chevalier repoussa ses couvertures et, d'un geste de la main alluma toutes les chandelles sur la commode en bois. Couchée sur le ventre, la fillette s'accrochait désespérément à son matelas de plumes, en proie à une effroyable douleur.

Chloé s'agenouilla près de l'enfant effrayée et caressa tendrement sa tête. Les longs cheveux noirs d'Ariane, trempés de sueur lui collaient au crâne.

-Tiens bon, ma chérie, l'encouragea le Chevalier en lui transmettant une vague d'apaisement.

-Vous m'avez dit qu'on me débarrasserait de mes ailes si je décidais de devenir Écuyer, sanglota la fillette.

-Et je t'ai dit la vérité, Ariane, mais pour pouvoir couper tes ailes, elles doivent d'abord naître.

-Je n'en veux plus... Ça fait trop mal...

Chloé n'aimait pas voir souffrir les autres. Depuis son arrivée à Émeraude, elle s'employait à soulager la douleur physique et morale de ceux qu'elle côtoyait. Mais Ariane constituait un mystère pour elle. Fille du Roi des Fées et quoiqu'elle ressemblât physiquement aux humains, sa complexion était fort différente. Son corps ne possédait pas la même densité et souffrait de maux distincts. Même les vagues d'apaisement des Chevaliers ne la réconfortaient pas toujours.

La robe de nuit de l'enfant se mit à s'agiter, comme si un petit animal s'y débattait. La Roi Tilly avait mentionné cette métamorphose des Fées lors de leur adolescence sans leur fournir plus de détails.

-Maître, aidez-moi..., implora Ariane.

Chloé ne se fit pas supplier. Elle retira à Ariane sa robe de nuit et la recoucha sur le ventre, horrifié à la vue de la peau violacée entre ses omoplates. Elle allait assister à la naissance de ses ailes, privilège rare pour un humain. Les pleurs de la petite redoublèrent, et Chloé appliqua ses paumes sur ses tempes. Elles s'illuminèrent un moment mais ne soulagèrent nullement son apprentie.

-Les humains ont de la chance de ne pas avoir d'ailes... geignit l'enfant.

-Ils ont bien d'autre tourments, crois-moi, répondit Chloé en se demandant si des compresses froides pourraient atténuer la douleur.

Elle posa doucement ses mains sur le dos d'Ariane et sentit des mouvement saccadés sous sa peau.

-Maître! cria la petite Fée eb se tordant de douleur.

Chloé n'écouta que son courage et fendit la chair avec ses ongles. Au lieu de la fontaine de sang à laquelle elle s'attendait, quatre longues ailes transparents recouvertes d'une curieuse gelée blanche jaillirent des blessures et retombèrent mollement sur le lit. «Elles sont magnifique, s'émerveilla le Chevalier en les effleurant du bout des doigts.

-Ariane, est-ce que ça va? s'inquiéta-t-elle en ne l'entendant plus gémir.

Afficher en entier

Dans la cour du château , Wellan entrainait Cameron à la lance lorsqu’il l'appel de détresse et l'image du dragon menaçant dans son esprit . Autour de lui , ses frères d'armes cessèrent aussitôt l'entrainement de leur Écuyers . Rapidement , le grand chef sonda les alentours et repéra sa jeune compagne en bordure de la rivière wawki

- À vos montures , chevaliers ! cria-t-il de sa voix forte . Les écuyers restent ici !

Ayant aussi entendu la voix de Bridgess dans leur tête , les guerriers coururent vers l'écurie et les enclos ou les palefreniers eurent juste le temps de passer une bride à leur destriers . Wellan prit les devants et galopa sans retenue en direction des portes Ils foncèrent à travers les champs à peine ensemencés , effrayant les paysans , empruntant le plus court chemin jusqu’au cours d'eau .

Ils croisèrent Swan au milieu d'un grand pré , tandis qu'elle revenait vers le château à bride abattue . L'écuyer tira de toutes ses forces sur les rêne pour arrêter son cheval effrayé devant ceux des chevaliers .

-un dragons attaque mon maitre ! s'écria-t-elle .

-Retourne au château ! lui ordonna Wellan en talonnant aussitôt son cheval .

Swan ne pouvait certes pas désobéir aux grand chef , bien qu'elle se sentit tout à fait de taille à affronter un monstre . Elle émit un cri de rage et poursuivit sa route en directions de la forteresse .

Lorsque les chevaliers atteignirent enfin le pied de la colline , un terrifiant spectacle les attendait . Debout , l’épée à la main , Bridgess affrontait bravement le dragon qui se contentait pour l'instant de rugir et de secouer la tête . Wellan avait vu les dommages infligés par ces monstres aux sholiens et il craignit pour la vie de sa jeune femme . Il sauta à terre et remit les guide de son cheval à Wanda , directement à coté de lui .

- Mais comment un dragon s'est-il rendu jusqu'ici ? s'écria Bergeau en retenant sa monture effrayée .

Afficher en entier

L'ADOUBEMENT

Après avoir connu cinq cents ans de paix, le vaste continent d'Enkidiev suscita de nouveau la convoitise d'Amecareth, le seigneur des hommes-insectes. Voulant s'approprier de plus en plus de territoire, l'Empereur Noir lança d'abord de petites troupes sur toute la côte. Pendant les sept ans qui suivirent la première attaque à Zénor, les forces ennemies menèrent des raids de plus en plus fréquents contre les humains. Les Chevaliers d'Émeraude réussirent à contrer toutes ces tentatives d'invasion, sans comprendre pourquoi les hommes-insectes adoptaient continuellement les mêmes tactiques contre eux, puisque toutes leurs garnisons étaient systématiquement éliminées à chacun des débarquements sur le continent.

À leur retour au Château d'Émeraude, lors d'une trêve bien méritée, les Chevaliers en parlèrent à maître Abnar, l'Immortel qui, sous le masque d'un apprenti mage, s'occupait de l'éducation des futurs Écuyers avec le magicien d'Émeraude. Ils en vinrent à la conclusion, après un examen minutieux d'un grand nombre de batailles, que l'ennemi persistait sans doute dans son schéma d'attaque en espérant que les Chevaliers finiraient par devenir négligents et qu'ils les laisseraient passer. « Sans doute le cerveau de ces créatures diffère-t-il de celui des humains au point où celles-ci ne peuvent pas concevoir une autre façon de conquérir un nouveau territoire », pensa Wellan. Tout en continuant de sonder régulièrement la côte à l'aide de ses sens magiques, le grand Chevalier décida de profiter de ces quelques jours de répit pour adouber leurs apprentis : Bridgess, Kerns, Wanda, Buchanan, Nogait, Wimme et Kevin.

Ayant loyalement servi leurs maîtres pendant ces dernières années, les Écuyers purent enfin devenir Chevaliers. Un grand banquet fut organisé en leur honneur dans le hall du palais, et les nouveaux guerriers se régalèrent des meilleurs mets du royaume et dégustèrent de bons vins du Sud. Dans l'allégresse, les jeunes gens chantèrent, dansèrent sur les tables et se racontèrent les blagues qu'ils avaient entendues pendant leurs nombreuses missions. Ils savaient que cette fête serait suivie de plusieurs années de combats et de privations et ils en savourèrent chaque seconde. Mais, au milieu des rires et des chants, Bridgess constata que Wellan, son mentor, ne mangeait pas, le regard baissé sur son assiette, perdu dans ses pensées.

Le grand Chevalier était amoureux d'une belle dame fantôme qui lui apparaissait surtout lorsque l'ennemi s'apprêtait à attaquer le continent. Il s'agissait d'un amour étrange et peu satisfaisant, selon Bridgess, puisque son ancien maître sombrait continuellement dans la mélancolie. Décidée à l'égayer un peu ce soir-là, elle déposa sa coupe de vin et traversa la grande salle bruyante pour s'asseoir près de lui. Wellan leva ses yeux glacés sur Bridgess, la fixa un moment, puis un sourire admiratif se dessina sur ses lèvres. Tout comme lui, elle portait ses cheveux blonds un peu plus bas que l'épaule et elle ne les attachait que lors des combats. Les yeux bleus plus sombres de la jeune femme commandaient le respect, et ses traits volontaires lui conféraient une beauté princière. Ce n'était plus la petite fille qu'on avait confiée au chef des Chevaliers plusieurs années auparavant, mais une belle jeune femme aux muscles d'acier et à l'intelligence aiguë.

— Cela me peine de vous voir aussi triste, maître, déplora-t-elle.

— Tu ne peux plus m'appeler ainsi, Chevalier, lui rappela Wellan, surtout que j'aurai un nouvel Écuyer dans quelques jours. Et toi aussi, d'ailleurs.

Bridgess glissa ses doigts entre ceux de Wellan et les serra doucement en lui transmettant une vague d'apaisement. Il s'agissait d'une technique que les Chevaliers utilisaient souvent avec leurs Écuyers lorsqu'ils se sentaient inquiets ou effrayés, mais Bridgess n'avait jamais cessé de l'employer chaque fois que le cœur de Wellan s'attristait.

— Appelle-moi Wellan et souviens-toi que nous sommes maintenant sur un pied d'égalité.

— Moi, sur un pied d'égalité avec le grand chef des Chevaliers d'Émeraude ? se moqua la jeune femme. J'en doute fort...

Wellan l'observa en silence, et elle le sentit fermer de nouveau son cœur. Il était le plus puissant de tous les Chevaliers, le meilleur stratège du continent et le plus malheureux des hommes. Il embrassa Bridgess sur le front et quitta le hall aussi discrètement qu'un fantôme.

Le grand chef traversa le palais et se rendit dans l'aile où logeaient les Chevaliers. Il la trouva déserte et silencieuse. Il entra dans la chambre où il avait passé très peu de temps ces dernières années et se défit de sa cuirasse verte sertie de pierres précieuses en forme de croix. Son armure lui sembla soudainement plus lourde. Il enleva sa tunique et son pantalon, et se laissa tomber sur sa couchette. Déprimé, il tourna la tête vers la fenêtre et contempla les étoiles. Là-haut, dans le monde des morts, sa reine adorée l'avait oublié.

À la dérive dans un océan de tristesse, Wellan ne sentit pas l'approche de Bridgess. Elle se faufila en douce dans sa chambre et se glissa dans son lit, le faisant sursauter. Avant même qu'il ait pu réagir, elle s'allongeait sur lui. Ses yeux n'étaient plus ceux d'une enfant, mais ceux d'une femme capable de scruter les replis les plus profonds de l'âme d'un homme. Comme elle ne portait plus que sa tunique, il sentit la chaleur de son jeune corps sur sa peau nue. Wellan s'était toujours bien comporté avec elle pendant ses années d'apprentissage et jamais il ne lui avait prodigué ce genre d'encouragement.

— Je suis venue te proposer un marché, Wellan d'Émeraude, murmura-t-elle à son oreille. Nous ressentons tous les deux le besoin de nous blottir entre les bras tendres et chaleureux d'un compagnon, sans toutefois vouloir partager sa vie. Pourquoi ne pas soulager ainsi la tension de nos corps, de temps à autre ?

— Tu as trop bu, répliqua Wellan qui ne voulait surtout pas profiter de la situation.

— Au contraire, Chevalier. J'ai les idées très claires, et ma proposition est sensée.

Les lèvres de Bridgess effleurèrent tendrement celles du grand Chevalier. Cédant à son besoin de tendresse, Wellan se laissa d'abord embrasser, puis il se fit violence. Il prit les poignets de la jeune femme et l'éloigna en douceur.

— Je sais que tu en as envie, minauda-t-elle.

— Il serait malhonnête de ma part de profiter de cette situation, Bridgess.

— Quelle situation ? lança-t-elle. Je t'aime !

— Tu es ivre.

Il l'obligea à s'asseoir devant lui et caressa son beau visage avec un sourire navré.

— Dans d'autres circonstances, peut-être, mais pas ce soir, trancha-t-il.

Il était le plus beau de ses compagnons et, même s'il ne voulait pas avouer les sentiments qu'il éprouvait pour elle, Bridgess ne cesserait jamais de l'aimer. Elle baissa la tête et quitta sa chambre sans même le regarder.

Malgré l'heure tardive, le palais était encore en pleine effervescence, et les jeunes élèves du magicien Élund n'arrivaient pas à dormir. Les enfants n'avaient pu assister aux festivités, mais ils entendaient les rires et les chants des nouveaux Chevaliers et ils pensaient au jour où ils seraient à leur tour adoubés. Les plus vieux allaient bientôt devenir des Écuyers et ils rêvaient tous de servir Wellan.

Parmi ces candidats se trouvait Kira. Moins âgée que ses compagnons de classe, elle maîtrisait la magie mieux que les autres et elle connaissait déjà le code de chevalerie par cœur. Il ne lui restait plus qu'à apprendre à monter à cheval et à manier l'épée, et elle pourrait enfin venger ses parents qui avaient jadis péri aux mains de l'ennemi. Tous croyaient que Kira était la fille de la Reine Fan de Shola et du Roi magicien Shill. Bien qu'il y eût des Elfes et des Fées parmi ses ancêtres, rien ne pouvait expliquer la peau mauve de la fillette et ses quatre doigts griffus. Seuls Wellan, Élund et Abnar connaissaient la vérité à son sujet, mais ils avaient décidé d'attendre que la petite princesse soit plus âgée avant de lui révéler sa véritable identité, car Kira était en réalité la fille de l'Empereur Noir.

Malgré son apparence différente, Kira avait su se faire des amis parmi les jeunes élèves d'Émeraude. Secrètement amoureuse de l'apprenti magicien Hawke, un jeune Elfe aux yeux vert vif qui avait lui aussi les oreilles pointues, elle réservait tout de même une partie de son cœur au séduisant Chevalier Wellan d'Émeraude. Kira ne voyait pas souvent le grand chef, car il partait souvent en mission à l'extérieur du royaume et parce que les Chevaliers entretenaient très peu de contacts avec les élèves. Mais elle se régalait de tous les exploits qu'on racontait à son sujet et elle s'imaginait à ses côtés lors de combats fantastiques.

Même si elle était la pupille du Roi d'Émeraude et si elle dormait dans le palais plutôt que dans la tour avec les autres enfants, Kira ne jouissait d'aucun traitement de faveur. Elle assistait aux mêmes cours et recevait les mêmes leçons que ses compagnons. Elle se doutait bien que maître Abnar l'aimait beaucoup, mais elle ne cherchait jamais à abuser de ce privilège. C'était justement parce qu'elle se sentait comme tous les autres élèves que la fillette mauve se présenta dans la grande cour pour l'attribution des Écuyers. Il y avait désormais quatorze Chevaliers, et Kira pourrait sans doute servir Chloé, Wanda ou Bridgess, même si son cœur réclamait Wellan.

Afficher en entier

27 LA LUMIÈRE VIOLETTE

Aux premières lueurs de l'aube , au chevet du chevalier mourant , Wellan et Swan complétement épuisés , s’endormirent sur des couvertures posées à même le sol près du lit . C'est à ce moment que Kira se glissa silencieusement dans la tour du magicien de cristal . Ressentant la peine qui baignait le château , elle n'arrivait pas fermer l’œil . Bridgess ayant été le seul chevalier à la traiter avec amour et dignité , à lui apprendre à se battre et à voir en elle un véritable écuyer , elle tenait à lui dire au revoir avant qu'elle rejoigne sa mère , la reine Fan , dans le monde des morts .

Afficher en entier

Lorsque les vague le rejetèrent finalement sur les plages rocheuses d'irianeth , Asbeth baissa enfin le cocon d'invisibilité qui l'avait maintenu en vie pendant plusieurs jours . Il avait faim et soif mais surtout , il souffrait terriblement dans tout le corps .

La blessure infligée par le chevalier Wellan aurait pu être mortelle s'il ne s'était pas laisser tomber dans les flots , hors de porter d'une deuxième voler de serpents électrifiés . Réussissant ainsi à protéger sa peau ,il s'était immobiliser pour l'imiter les dommages à ses organe vitaux . Incapable d’accélérer sa guérison tandis qu'il flottait vers l'ouest , son cerveau n'avait cessé d'échafauder des plans de vengeance . Le cocon d’énergie lui avait permis d’échapper aux grand prédateurs peuplant l’océan . Son ignorance de l'esprit des humains , qu'il croyait faible et sans défense , avait failli lui couter la vie . Asbeth jeta un coup d’œil à sa poitrine . La puissante magie du chevalier Wellan ayant fait fondre entièrement sa tunique de cuir et bruler ses plumes jusqu'à la chaire , il se retrouva avec une plaie au milieux du corps qu'il cacherait avec honte pour le reste de sa vie . Dans l'empire d'Amecareth , les hommes-insectes , reliés de façon télépathique entre eux , ignoraient la notions d'entraide .

Afficher en entier

Dès que Kira eut retiré l'anneau en or dde son doigt , Hadrian de sentit aspiré dans le sol humide des catacombes . Il avait appris , durant sa vie de mortel , que les grands magiciens arrivait parfois un invoquer l'esprit des défunts . Depuis son arrivé dans le monde des mort , il n'avait assisté à aucun événement semblable , mais les grande plaines de lumière grouillait d’âmes ayant quitté son plans physique et il ne les connaissait pas toutes .

Afficher en entier

au petit matin , Kira quitta le lit d'Armène en douceur et se rendit à la cuisine encore déserte pour y choisir quelque fruits dans les énormes paniers d'osier alignés sur la table . Elle grimpa ensuite le grand escalier de pierre du palais et fila à la bibliothèque pour fureter dans la section défendue . À la lueur de chandelle , elle découvrit les vieux livres poussiéreux qui allaient lui permettre d'arriver à ses fins sans l'aide du magicien grincheux et des chevaliers d'émeraude .

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode