Livres
473 253
Membres
446 899

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les Choses



Description ajoutée par x-Key 2015-07-01T14:07:36+02:00

Résumé

Il y a cinquante ans paraissait le premier roman de Georges Perec, Les Choses. Un chef-d'oeuvre qui n'a rien perdu de sa modernité et dont les Éditions Julliard réimpriment l'intégralité sous la charte graphique de sa collection littéraire originale.

En 1965 paraît le premier roman d'un inconnu, Georges Perec, dont le titre et le sous-titre sont déjà tout un programme : Les Choses, une histoire des années 60. Maurice Nadeau, directeur des « Lettres nouvelles » chez Julliard, savait-il qu'il venait de découvrir là l'un des auteurs français les plus importants de la seconde moitié du XXe siècle ? La même année, le livre reçoit le prix Renaudot et il n'a cessé, depuis cinquante ans, d'être lu et relu, s'imposant comme un classique.

Deux jeunes gens, Sylvie et Jérôme, à peine sortis de leurs études de sociologie, vivent sur leurs maigres revenus d'enquêteurs pour des agences publicitaires. Mais leurs aspirations au luxe, aux belles choses, aux vêtements de bonne finition, aux meubles racés, à une vie d'oisiveté dans un décor ou chaque détail serait pensé, s'opposent à la trivialité de leur vie réelle : un minuscule deux-pièces ou s'entassent pêle-mêle livres, disques et vêtements achetés aux puces, un métier peu reluisant, une incapacité à donner de l'envergure à leur existence. Pourquoi le bonheur leur semble-t-il aussi inaccessible ? Est-ce parce qu'il ne peut échapper, selon eux, à la condition de posséder des « choses » ?

Afficher en entier

Classement en biblio - 250 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Line-Chan 2016-05-06T09:36:20+02:00

Ils auraient aimé être riches. Ils croyaient qu'ils auraient su l'être. Ils auraient su s'habiller, regarder, sourire comme des gens riches. Ils auraient eu le tact, la discrétion nécessaires. Ils auraient oublié leurs richesses, auraient su ne pas l'étaler. Ils ne s'en seraient pas glorifiés. Ils l'auraient respirée. Leurs plaisirs auraient été intenses. Ils auraient aimé marcher, flâner, choisir, apprécier. Ils auraient aimé vivre. Leur vie aurait été un art de vivre.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Or

Avec le mien, il n'y aura que deux commentaires pour ce livre. Le premier ne le conseille pas, et pire, le trouve ennuyant.

Moi, je le conseille vivement, et je trouve que c'est extrèmement bien écrit, en plus d'être une sorte de témoignage sociologique.

Comme quoi.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Milika 2019-09-22T21:45:35+02:00
Lu aussi

[Commentaire écrit plusieurs années après lecture]

Lu pour le BTS, aucun intérêt

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ReadByMoonlight 2019-05-23T22:16:16+02:00
Lu aussi

Un livre court mais parfois un peu lourd avec des descriptions interminables bien que cela fasse partie du projet

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JBWD 2019-05-01T10:53:31+02:00
Commentaire ajouté par SkeletonGirl 2019-04-20T15:50:52+02:00
Pas apprécié

Certes c'est un livre court et qui se lit rapidement mais malheureusement le sujet et l'écriture ne m'ont pas permis d'apprécier le livre. Il y a de (trop) longues descriptions et peu d'action...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ninou08 2019-01-24T10:04:53+01:00
Lu aussi

Je ne m'y attendais pas mais j'ai bien aimé ce roman, malgré les longues et nombreuses descriptions, et une sorte d'inaction permanente. En fait, c'est une sorte d'étude sociologique, assez triste finalement, qui, pour ma part, m'a donné envie de me bouger et de prendre ma vie en main, sans succomber à la fainéantise et au manque de volonté. Ce roman de George Perec est très intéressant, il apporte beaucoup, lisez-le.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Shizi 2019-01-05T22:03:07+01:00
Lu aussi

Un roman qui est vraiment très rapide à lire, en une journée c'est finie. ^^

J'aime beaucoup la plume de Georges Perec, qui raconte le quotidien de ce couple (Sylvie et Jérôme) qui veulent toujours plus mais qui lorsque qu'ils peuvent faire des changements qui vont pouvoir changer leur vie (comme rénover leur appartement) ne vont pas les faire pour des raisons de peur de la nouveauté ou "fainéantise"?

En tout cas, c'est un témoignage sociologique intéressant même si ce n'est pas une lecture que j'aurais faite sans y être obligé pour le Bac de français.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MGT_ 2018-10-13T10:13:06+02:00
Bronze

J'ai beaucoup aimé la manière que Georges Perec a de raconter le quotidien et l'environnement d'un jeune couple parisien qui essaie de vivre par leur propre moyen en même temps qu'ils se prenne à rêver de leur désir.

Il peut paraitre un peu long mais est vraiment intéressant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Janis16 2018-07-14T10:11:59+02:00
Or

roman que j'ai dévoré en une journée ! je ne m'attendais pas à aimer autant car la société a changé depuis, mais on se rend compte que non et ce qui est démontré vaut toujours en 2018.... ceux qui le trouvent ennuyeux et sans intérêt littéraire sont vraiment passés à côté de ce roman

Afficher en entier
Commentaire ajouté par AnnaBleuen 2018-03-13T20:00:44+01:00
Bronze

Des choses, des choses, encore des choses.

Les choses en deviennent humaines.

Ou les humains en deviennent choses.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Eilly 2017-07-20T08:57:39+02:00

On s’imagine que notre époque est une époque matérialiste, que l’on y cherche de manière inextinguible à posséder, que la source des choses est intarissable et le bonheur à portée de main. Détrompez-vous, l’idée n’a rien d’actuelle. Perec le pensait et cela lui a valu un prix littéraire en 1965 (Prix Renaudot) avec Les Choses.

Jérôme et Sylvie, un couple habitant Paris, veut vivre bien. Il leur faut posséder, si seulement ils étaient riches !! Nous les suivons dans leur recherche du bonheur. Ils achètent tous les objets de marque, bien cotés, bien réputés, ils font un métier stupide, psychosociologue, travail qui consiste à réaliser et mener des enquêtes de satisfaction dans les quatre coins de France. Ne nous moquons pas, ce sont bel et bien les métiers d’avenir, pensons à l’importance des sociétés de com’ actuelles ! A travers cette accumulation de choses, ils n’atteignent pas la fameuse étoile, chantée par Brel. Le Bonheur ne pointe pas son nez et on continue à acheter.

On ressort du livre tristes comme ce jeune couple, on regarde autour de soi et malgré le « à quoi bon », on se demande : « comment faire autrement ? »

Si Perec dénonce ce cumul de biens comme une vaine recherche du bonheur, il écrira dix ans plus tard, La vie mode d’emploi, un gros roman composé de listes de tout et n’importe quoi.

Dernière facétie de l’auteur dans Les Choses, la citation à la fin de Marx (philosophe allemand, auteur du célèbre Capital, comme si tout son roman était une illustration de la phrase : « Le moyen fait partie de la vérité, aussi bien que le résultat. Il faut que la recherche de la vérité soit elle-même vraie, la recherche vraie c’est la vérité déployée dont les membres épars se réunissent dans le résultat ».

À méditer.

Afficher en entier

Date de sortie

Les Choses

  • France : 1999-09-12 - Poche (Français)

Activité récente

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Quiz terminés récemment

Les chiffres

Lecteurs 250
Commentaires 29
Extraits 33
Evaluations 46
Note globale 5.49 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode