Livres
461 209
Membres
417 292

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

« Alors Mia, parlez-moi un peu de vous. »

Elle fut interrompue dans ses pensées par cette question formulée d’une voix douce.

« Hum… OK. Sans savoir pourquoi cette question la troublait. Que voulez-vous savoir ? »

Il haussa les épaules et sourit. « Tout »

« Eh bien je suis étudiante à l’université de New York, ma matière principale est la psychologie, commença Mia en espérant ne pas bafouiller. Je suis d’une petite ville de Floride et je suis venue faire mes études à New York. »

Il l’arrêta d’un signe de tête.

« Tout cela je le sais déjà. Il faut m’en dire plus. »

Mia fut tellement choquée qu’elle le regarda fixement. Elle se sentait tout à coup comme du gibier pris au piège. Avec un calme dont elle fut la première surprise elle lui demanda « Et comment le savez-vous ? »

« De la même manière qui m’a permis de vous retrouver aujourd’hui. Il est très facile de s’informer sur les humains, surtout quand ils n’ont rien à cacher. » Il sourit comme s’il ne venait pas de faire voler en éclats les illusions qu’elle se faisait sur la vie privée.

Afficher en entier

- Tu n’as pas bu mon sang, dit-elle, s’apercevant qu’il était plus facile de lui parler en lui tournant le dos.

- Non, en effet, confirma-t-il avant d’ajouter, je pensais que tu avais eu suffisamment de nouvelles expériences pour aujourd’hui.

Comme il était attentionné, pensa-t-elle amèrement. Quel gentleman, épargnant à la malheureuse vierge un traumatisme supplémentaire. Peu importe qu’il soit justement la cause du traumatisme à la base.

Comme s’il lisait dans ses pensées, il lui dit en continuant de lui caresser les cheveux

- Je suis désolé que ce fut si douloureux pour toi. Je sais que tu ne vas pas me croire, mais je n’ai jamais voulu te faire mal comme ça et jamais plus je ne le referais. Si j’avais su à quel point tu étais étroite et à quel point ton hymen était résistant, j’aurais fait en sorte d’y remédier bien avant que nous finissions dans cette chambre. Une fois en toi, c’était trop tard - je ne pouvais plus m’arrêter. Cela ne se passera pas comme ça la prochaine fois, je te le promets.

Mia écouta son petit discours en sentant une angoisse croître en elle.

- Que les choses soient bien claires, dit-elle lentement, je ne veux plus jamais refaire ça avec toi. Jamais. Si tu me touches à nouveau, ce sera du viol, dans le sens strict du terme.

Korum ne répondit pas, et Mia comprit le cœur lourd qu’il avait belle et bien l’intention qu’il y ait une prochaine fois.

- Tu es un monstre ! lui dit-elle en tentant de se dégager. Il la laissa faire et se leva également. Avant qu’elle ne réalise ce qu’il voulait, il se pencha vers elle et la prit dans ses bras, l’emmenant encore nue hors de la chambre.

Afficher en entier

Nouvel extrait

Spoiler(cliquez pour révéler)

P.29

Sans lui permettre de reprendre son souffle il poursuivit de ce même ton légèrement moqueur.

''Voilà pourquoi. Pour une raison inconnue, vous avez attiré mon attention hier, assisse là, sur ce banc, avec vos cheveux bouclés et vos grands yeux bleus, si apeurée quand je regardais dans votre direction. Vous n'êtes pas mon type du tout.Je ne cours pas après les petites filles effrayées normalement, encore moins celle du type humain,mais vous, '' il approcha sa main droite et doucement lui caressa la joue, '' vous m'avez donné envie de vous déshabiller là, en plein milieu du parc, pour voir ce qui se cache derrière ses affreux vêtements que vous portez. J'ai du faire appel à toute ma volonté pour vous laisser partir à ce moment là et, quand vous avez léché vos doigts de cette façon si lascive dans ma cuisine, je pouvais à peine me retenir d'ouvrir votre peignoir et m'enfoncer entre vos cuisses, là directement sur la table de la cuisine.''

Il lui remit une mèche de cheveux derrière l'oreille et lui toucha doucement les lèvres du doigt; en sentant qu'il la touchait, des ondes brûlantes envahirent Mia tout entière.

Afficher en entier

« Attendez, je vous en prie, je ne peux pas venir avec vous » protesta-t-elle. Pousser dans ses derniers retranchement, un « J’ai un devoir à rédiger ! » lui échappa.

« Ah vraiment ? Et vous allez l’écrire dans cet état ? » Il avait un ton sarcastique et il regardait ses cheveux trempés et ses mains écorchées avec un mélange de condescendance et de tendresse. « Vous vous êtes fait mal et vous allez sans doute attraper une pneumonie, avec votre système immunitaire minable. » Tout comme il l’avait déjà fait réagir auparavant, elle s’insurgea contre lui. Comment osait-il lui dire qu’elle était minable ! Mia explosa.

« Excusez-moi mais mon système immunitaire est parfait ! De nos jours on n’attrape plus de pneumonie en se prenant une averse ! Et d’ailleurs, en quoi cela vous regarde-t-il ? Que vous faisiez là ? Vous me suiviez ?

- Oui, je vous suivais. » Il lui répondit d’une voix douce et parfaitement calme.

La colère de Mia retomba aussitôt et elle sentit de nouveau la peur l’envahir. Comme elle avait la gorge sèche elle avala sa salive et ne parvint qu’à dire d’une voix rauque « Ppp…pourquoi ? »

« Ah, nous y sommes. » Une limousine noire était garée au coin de la 4ème Avenue et de Broadway. Quand ils se rapprochèrent les portes s’ouvrirent automatiquement sur un intérieur luxueux couleur crème. Mia crut qu’elle allait s’évanouir. Hors de question qu’elle monte dans une étrange voiture avec un K qui venait d’admettre qu’il la suivait.

Elle s’arrêta net et était sur le point de hurler.

« Mia. Monte. Dans. La. Voiture. » Chacun de ses mots étaient comme un coup de fouet. Il semblait en colère et ses yeux devenaient de plus en plus jaunes. Sa bouche qui était sensuelle d’habitude avait pris tout à coup une expression de cruauté implacable. « Ne m’oblige PAS à me répéter. »

Afficher en entier

- Il t’a dit son nom ? Et comment s’appelle-t-il ? lui demanda Jessie, les yeux exorbités de stupéfaction

- Korum.

- Evidemment, Korum le K, c’est logique. » L’humour de Jessie se manifestait souvent dans les moments les plus inattendus. Le ridicule de sa remarque les fit ricaner toutes les deux.

Afficher en entier

- C’est vraiment délicieux. Où avez-vous appris à cuisiner comme ça ? lui demanda-t-elle avec curiosité en avalant une cinquième bouchée.

Il haussa de nouveau les épaules, finissant son propre sandwich qui était un peu plus gros.

- Par plaisir. Faire la cuisine est une question de plaisir. Et comme j’aime bien manger, autant bien faire la cuisine.

C’était logique. Mia mangea jusqu’à la dernière miette et se lécha les doigts pour ne rien laisser perdre de la délicieuse marinade. En levant la tête et en remarquant l’expression du visage de Korum elle se figea brusquement.

Il regardait fixement sa bouche avec une expression vorace et à chaque seconde ses yeux devenaient de plus en plus dorés.

- Refaites ce geste ! lui ordonna-t-il d’une voix douce, comme un ronronnement profond qui lui parvenait de l’autre côté de la table.

Le cœur de Mia se mit à battre la chamade.

Tout à coup l’atmosphère s’était alourdie devenant intensément sexuelle, et elle n’avait pas la moindre idée de la manière de se protéger. Toute la vulnérabilité de sa situation lui apparut. Elle était toute nue sous l’étoffe épaisse du peignoir. Il suffisait à Korum de dénouer la petite ceinture qui l’attachait et son corps se révélerait à lui. Aucun vêtement n’aurait pu la protéger d’un K ou d’un homme d’ailleurs, étant donnée sa petite taille, mais le fait de ne porter qu’un peignoir la rendait encore plus vulnérable.

Elle se leva lentement et fit un pas en arrière, toujours derrière la table. Les battements de son cœur l’assourdissaient. Elle laissa échapper ces mots :

- Merci pour ce repas mais il faut vraiment que j’y aille maintenant. Pensez-vous que mes vêtements soient secs ?

Korum ne réagit pas immédiatement, il continuait de la regarder avec cette intensité dans les yeux qui la déconcertait tant puis comme s’il venait de prendre une décision en son for intérieur il se mit lentement à sourire et se leva à son tour.

- Oui, ils doivent être prêts maintenant. Pourquoi ne mettriez-vous pas la vaisselle dans la machine pendant que je vais voir ce qu’il en est ?

Mia ne répondit que d’un signe de tête par peur d’être trahie par sa voix tremblante. Les jambes en coton elle commença à rassembler la vaisselle tant bien que mal. Korum lui sourit pour la remercier et sortit de la pièce, lui permettant de retrouver ses esprits.

Afficher en entier

Il la fit tourner dans ses bras, baissa la tête vers elle et lui dit en souriant « Je ne voudrais pas te vexer Mia, mais je ne t’ai jamais vu porter quoi que ce soit qui t’aille bien. Tu es ravissante mais la plupart du temps tu t’habilles comme si tu étais un petit garçon de dix ans. Il me semble qu’on pourrait dire sans grand risque de se tromper que l’élégance n’est pas un tes points forts. »

Afficher en entier

« Désolé » disait-il pour la énième fois « ce sera mieux la prochaine fois, je te le promets. Essaye de te détendre et tu n’auras plus mal, je te le promets…chut ma chérie…détends toi…oui, c’est bien, ça va aller mieux, je te le promets… »

Menteur, pensa Mia avec amertume. Comment est-ce que cela pourrait aller mieux alors qu’il était encore au plus profond d’elle et que ce qui lui avait fait si mal était encore enfoncé dans son corps ?

Elle se sentait violée et trahie, coincée sous le corps de Korum, qui était tellement plus grand que le sien, sans espoir de s’échapper jusqu’à ce qu’il ait fini. « Finissez-en » lui dit-elle durement, prête à tout pour que ce soit terminé. Un petit sourire apparut sur les lèvres de Korum malgré la tension de son visage. « Ah Mia, ma douce ma courageuse Mia, tes désirs sont des ordres... »

Afficher en entier

-Voilà une idée géniale! Jessie était tellement excitée qu'elle applaudissait. Il voudrait que tu portes quelque chose de joli ce soir? Alors, montre-lui de quoi tu es capable! Porte ce que tu as de plus laid, mange une gousse d'ail et de l'oignon, mets de l'huile sur tes cheveux pour qu'ils soient bien gras, et pourquoi tu ne ferais pas un truc pour transpirer - un footing tiens! et ne prends surtout pas de douche après, ho et ne met pas de déodorant!

Mia la regarda avec fascination.

-Tu me fais peur. Comment peux-tu imaginer des choses pareilles? Ce n'est pas comme si tu essayais de repousser régulièrement des mecs!

Afficher en entier

- Merde. Jessie resta sans voix quelques instants. Bon, dis-lui simplement non quand il viendra te chercher ce soir. Tu crois qu’il t’obligerait à le suivre malgré tout ?

- Je n’en sais rien, dit Mia d’un air narquois en s’arrêtant devant le bâtiment où elles allaient. Il faut que j’y réfléchisse encore. Peut-être que si j’étais particulièrement affreuse ce soir il renoncera.

- Voilà une idée géniale ! Jessie était tellement excitée qu’elle applaudissait. Il voudrait que tu portes quelque chose de joli ce soir ? Alors montre-lui de quoi tu es capable ! Porte ce que tu as de plus laid, mange une gousse d’ail et de l’oignon, met de l’huile sur tes cheveux pour qu’ils soient bien gras, et pourquoi tu ne ferais pas un truc pour transpirer - un footing tiens ! - et ne prend surtout pas de douche après, ho et ne met pas de déodorant!

Mia la regarda avec fascination.

- Tu me fais peur. Comment peux-tu imaginer des choses pareilles ? Ce n’est pas comme si tu essayais de repousser régulièrement des mecs

- Mais c’est très simple. Il suffit de penser à tout ce qu’on fait d’habitude quand on se prépare pour un rendez-vous et de faire exactement le contraire.

Jessie s’éventa de la main avec son petit air de Mme Je-Sais-Tout, Mia ne put s’empêcher d’éclater de rire.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode