Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...

Extrait de Les Chroniques lunaires, Tome 4 : Winter - Marissa Meyer

Ajouté par BelleBrunette

<< Voir tous les extraits
Par BelleBrunette le 15-05-2016 Editer
Les Chroniques lunaires, Tome 4 : Winter
/!\ Spoiler

Quand Thorne cessa de l’embrasser, elle pouvait encore sentir ses cheveux lui chatouiller la mâchoire, et son souffle chaud sur son épaule.

— Vingt-trois fois, dit-il.

— Hmm ?

Elle ouvrit les yeux, confuse. Thorne se redressa d’un air coupable, inquiet, et l’euphorie de Cress retomba quelque peu.

— Tu m’avais demandé combien de fois j’avais dit à une fille que je l’aimais. J’ai essayé de me souvenir, et je suis à peu près sûr que la réponse est vingt-trois.

Elle cligna des paupières, lentement. Ses lèvres s’entrouvrirent sur une question qu’elle mit un moment à formuler.

— En comptant la Lunaire qui vous a embrassé ?

Il fronça les sourcils.

— Parce qu’il faut la compter aussi ?

— Vous le lui avez dit, non ?

Son regard se déroba.

— Alors vingt-quatre.

Cress en resta bouche bée. Vingt-quatre filles. Elle ne connaissait même pas vingt-quatre personnes.

— Pourquoi me dire ça maintenant ?

— Parce que je tiens à ce que tu saches que je ne l’avais encore jamais pensé. Je le disais, parce que je croyais que c’était ce qu’on attendait de moi, mais ce n’était pas sérieux. Avec toi, c’est différent. C’est la première fois que j’ai peur. Peur que tu finisses par changer d’avis. Peur de tout gâcher. Nom d’une dame de pique, Cress, je suis terrifié devant toi !

Elle sentit ses entrailles se nouer. Il n’avait pas l’air tellement terrifié.

— Ce qu’il y a, commença Thorne en se glissant par-dessus ses jambes pour s’allonger à côté d’elle, avec ses bottes et tout, c’est que tu mérites mieux qu’une canaille qui finira tôt ou tard par se retrouver en prison. Tout le monde le sait. Même moi, je le sais. Mais tu sembles bien décidée à croire qu’au fond je ne suis pas un mauvais bougre. Alors ce qui me fait le plus peur, c’est qu’un jour tu te rendes compte que tu pourrais avoir beaucoup mieux.

Il entortilla une mèche de Cress autour de ses doigts.

— Thorne…

— Pas de problème, la coupa-t-il en embrassant sa mèche de cheveux. Je suis un génie du crime, j’ai un plan.

Après s’être raclé la gorge, il entreprit de cocher des cases invisibles devant lui.

— D’abord, trouver un travail convenable – c’est fait. Acheter mon vaisseau dans les règles – c’est en cours. Prouver que je peux être un héros en aidant Cinder à sauver le monde – attends, ça aussi c’est fait. (Il lui adressa un clin d’œil.) Oh, et arrêter de voler des trucs, mais ça va sans dire. Donc, le temps que tu réalises à quel point je ne te mérite pas… eh bien, peut-être que je te mériterai, finalement.

Son sourire devint canaille.

— Voilà comment ce discours était censé se dérouler.

— C’était un bon discours, approuva-t-elle.

— Je sais.

Il se pencha plus près pour l’embrasser sur l’épaule. Elle en eut la chair de poule sur tout le bras.

— Capitaine ?

— Cress ?

Elle ne pouvait pas ne pas le dire, même si elle se rendit compte qu’il avait raison. C’était un peu effrayant. Beaucoup plus que la première fois qu’elle le lui avait dit, dans le désert. Car les choses étaient différentes maintenant. C’était bien réel.

— Je vous aime.

Il rit doucement.

— J’espère bien, après tout le mal que je me suis donné.

Il lui déposa un baiser sur la tempe.

— Moi aussi, je t’aime.
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.