Livres
472 456
Membres
445 006

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

On entendait les rires et les chants des humains qui s’amusaient à l’extérieur. Au travers la fenêtre de la salle dans laquelle nous patientions, je ne pus m’empêcher de les observer. Les plus anciens se plaisaient à donner des gages franchement humiliants aux nouveaux arrivants. Désinhibés par l’alcool, les étudiants s’avéraient bien plus coopératifs. Au fil des années, j’avais remarqué que ce breuvage devenait incontournable dans les soirées. En même temps, il avait toujours fait partie de la vie. En tant qu’humain, j’aimais aussi boire du scotch, le même que j’avais dans mon verre et dont je faisais tournoyer le liquide. Le temps passait à une vitesse folle quand on était un vampire et parfois l’évolution humaine me dépassait. Aujourd’hui, j’avais décidé d’offrir trois étudiantes à des vampires venus en visite dans la région. Comme j’avais une centaine d’années de plus qu’eux, ils me respectaient et attendaient beaucoup de ce cadeau. Ils savaient que je possédais un flair redoutable.

Afficher en entier

— Vois-tu dans quel état Angie met notre relation ? s’enquit-il. ..., j’ai entendu votre discussion. Cette fille joue avec nous. Elle cherche ta protection quand je suis en colère contre elle et vice versa. Elle n’est pas celle que tu crois, elle se moque de nous... En la privant de liberté, elle a développé un syndrome de Stockholm dont elle a du mal à se débarrasser. Son attirance pour nous n’est peut-être que chimérique, résultante de notre pouvoir de séduction de vampire et d’un syndrome qui bouleverse ses émotions à notre égard, mais notre but est le même, Laurent, n’est-ce pas ? Nous la désirons, chacun à notre manière. Angie ne serait pas si spéciale sans toi et moi à ses côtés.

Afficher en entier

Je courrai vite afin d'arriver sur les lieux avant les vampires. Dans la forêt, la neige qui avait recouvert le sol apparaissait moins épaisse. Mélangée à la boue, elle effacerait mes traces rapidement. Lola me suivait tandis qu'Alexander marchait devant nous prêt à bondir au moindre danger. Contre mon manteau en laine, je tenais l'arbalète-pistolet qui ne lançait pas des fléchettes, mais des pieux. Afin qu'ils se logent parfaitement contre la corde, les morceaux de bois étaient taillés comme des carreaux classiques mais un rien plus large. Dès que j'en avais l'occasion, je m'entraînais à tirer contre le tronc d'un arbre.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode