Livres
469 726
Membres
437 360

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Csirene 2016-09-10T10:25:26+02:00

VA MOURIR

Salem

Elle s’appelle comme la mère de Jésus et vit à Salem, au sud de Stockholm, à deux syllabes de Jérusalem.

Maison oubliée de Dieu, pense-t-elle en remontant la piste cyclable vers le grand ensemble gris. Le quartier est plongé dans le noir par une nouvelle coupure de courant, la troisième cette semaine, et, comme le digicode ne marche pas, elle sort ses clés.

Ses mains tremblent, sans qu’elle sache si c’est de peur ou d’impatience.

Dans le sac plastique qu’elle tient, une bouteille d’alcool de contrebande de marque russe et un litre d’eau de Javel.

Maria ouvre la porte de l’appartement et pénètre dans l’entrée obscure. Cherche des bougies, les dispose sur la table du séjour et les allume.

Elle prend son téléphone. La dernière personne à qui elle parlera doit être quelqu’un de confiance, et Vanja est la seule qui puisse peut-être comprendre. Elle est descendue aussi profond.

Toucher le fond est une mauvaise comparaison. C’est une bouillie, un marécage dénué de sens : plus on lutte pour en sortir, plus profondément on coule.

Le téléphone sonne, mais Vanja ne répond pas.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SkeletonGirl 2018-11-26T18:16:46+01:00

La vie n'est pas un jeu. C'est une guerre impossible à gagner, et où il n'y a qu'une règle : chacun pour soi et Dieu contre tous.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SkeletonGirl 2018-11-26T18:02:30+01:00

La vie est la mort. La mort est la vie. Pourquoi personne ne comprend ça ?

Et le sentiment d'être à la fois mort et vivant n'est jamais aussi fort que lorsqu'on le partage avec quelqu'un. La vie et la mort sont les deux côtés de la médaille. Pile et face. Nuit et jour.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SkeletonGirl 2018-11-26T18:00:30+01:00

La seule chose qui me permet parfois de respirer est d'écrire. Quand j'écris je vais mieux, presque bien , mais dès que je repose la plume, cette sensation disparaît. Souvent je hais mes propres mots. Tout aussi souvent je les trouve banals, insignifiants. Mais parfois, parfois seulement, c'est comme si tout prenait sens. Je ressens alors de l'espoir, une sorte de satisfaction, comme si je commençais à me comprendre moi-même.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SkeletonGirl 2018-11-26T17:54:20+01:00

Je suis un solitaire. Je ne considère même pas mon âme comme une amie, car nous ne sommes que deux cadavres qui partagent la même tombe.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SkeletonGirl 2018-11-26T17:54:13+01:00

Le silence n'est pas l'absence de bruit, pense-t-il. Plutôt son manque. Ce n'est qu'en ressentant le manque de bruit que l'on fait l'expérience du silence.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SkeletonGirl 2018-11-26T17:54:02+01:00

Je veux vivre, car mon désir de mourir est si fort que je veux en jouir le plus longtemps possible.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SkeletonGirl 2018-11-26T17:50:39+01:00

C'est la dernière fois qu'elle se fait du mal.

Maria Alvengren mélange le cocktail dans le noir, sans en renverser une goutte, dans cette maison oubliée de Dieu alors qu'elle n'est qu'à deux syllabes de Jérusalem.

Un décilitre de vodka, un décilitre d'eau de Javel.

Elle ne vomit pas en ingurgitant le mélange mortel? Ni au deuxième verre. Ni au suivant.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SkeletonGirl 2018-11-26T17:49:17+01:00

Elle voudrait qu'il entende ses appels à l'aide muets, mais non, et le froid reprend sa progression sournoise, lentement, mais sûrement.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode