Livres
461 303
Membres
417 565

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par bagheera 2012-11-19T19:45:44+01:00

"la jalousie est un défaut généré par le désir de possession et un ego en érection. Le coeur, c'est comme le sexe, ça gonfle et ça défaille. La jalousie, c'est la peur de l'exclusion, le symptôme délirant de l'abandon. Un homme jaloux n'est pas amoureux, il est simplement jaloux"

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2012-04-27T13:17:52+02:00

Tu voudrais être cet enfant triste noyé dans les coussins avec des bras autour de toi qui ne te lâcheraient plus.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Croquignolle 2019-06-07T20:49:41+02:00

Tu as été cet amour qui brise avec douceur les miroirs, qui dévêt d’une caresse invisible le cœur en armure, et qui me donne cette légèreté, comme une ancre hors le fond qui se dénude d’une enveloppe de silice. Je t’ai laissée dériver mais je sais maintenant qu’il n’y a que moi pour rassembler tant d’amour.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Croquignolle 2019-06-07T20:47:47+02:00

Le don est la source même de l’infini, une houle de tendresse dans l’éternité.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Croquignolle 2019-06-07T20:46:12+02:00

La paix enfin. Poser son regard sur le jour éblouissant, regarder l’invisible, des heures, qui s’appuie sur chaque branche, chaque pétale ivre. Se baigner des parfums, ne rien faire qu’être le moment, sans futur, sans griffe du passé, être maintenant, inondé de lumière matinale, sans amertume en bouche. N’avoir à respirer que le silence, le souffle léger comme un murmure, avec la soie d’une brise de mer qui caresse la peau, boire le soleil doucement comme un lait d’or. Même les ombres sont solaires, surtout les ombres, puisque dessinées par la lumière avec du bleu et des restes de nuit.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Croquignolle 2019-06-07T20:36:21+02:00

Ici, il n’est d’ombre que celle de l’oiseau, d’empreinte que celle du vent. L’histoire des hommes est écrite sous la lave. Diego a gardé la gueule de ses ancêtres, broyés par des dieux impatients. Il aime les étoiles de sel sur le rouge braise. Son cœur est ainsi, de neige et de feu avec des coulées d’or sur ses blessures, comme les sommets andins.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Croquignolle 2019-06-07T20:33:51+02:00

La terre se donne. Si elle repousse, c’est qu’on a fermé quelque chose en soi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Croquignolle 2019-06-07T20:32:42+02:00

C’était un prêtre de la terre, du désert, qui avait retroussé ses manches pour donner un coup de main et offrir autre chose à manger au peuple que des hosties. Ses gestes étaient doux comme la lumière. Le Niger coulait, paisible, vers le couchant sous des miroirs en feu.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Croquignolle 2019-06-07T20:30:32+02:00

Il y eut pour le quatuor le vin partagé, les nuits blanches, les chants du silence entre les débats fiévreux, les fugues et les murmures, les questions après les caresses. On jouait à la vie, comme des funambules.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Croquignolle 2019-06-07T20:28:57+02:00

Le mystère de cette forêt nous angoissait. Les territoires du surnaturel nous attendaient. Nous n’avions rien connu de tel et nous serions bien loin des fumées d’herbe de nos pitoyables joints.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode