Livres
467 248
Membres
432 186

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Les Derniers hommes, Épisode 5 : Les Douze tribus



Description ajoutée par x-Key 2011-06-30T18:03:49+02:00

Résumé

Pourchassé par les légions de l'Apocalypse, le peuple de l'eau a réussi à se sortir de l'ancienne ville fortifiée par un réseau de galeries souterraines.

Mais l'étau continue de se resserrer.

Solman pressent que leur seule chance de salut repose désormais sur Kadija. Or elle a disparu, et le danger se présente à nouveau sous la forme d'une horde de chiens commandée par un ange.

Quel lien l'intelligence acharnée à la perte des derniers hommes a-t-elle avec l'humanité ? Prépare-t-elle l'avènement d'une espèce nouvelle ? Et quel est le rôle de ces groupes dispersés sur terre, dans les mers et dans l'espace qui se nomment les douze tribus ?

Afficher en entier

Classement en biblio - 41 lecteurs

Extrait

Chapitre 43

Assise dans la neige, Kadija devait se résigner à l’évidence : sa sœur n’était plus.

Benjamin avait perdu sa trace un demi-siècle TT (temps terrestre) plus tôt, soit vingt années TT après son départ. Elle était restée en fréquence tribale au début, puis ses communications s’étaient brouillées, comme perturbées par l’atmosphère de la terre, et, après un dernier échange où elle avait tenté d’exprimer cette notion inconnue qu’était la souffrance, elle s’était définitivement tue.

La mort, pourtant, n’était pas inscrite dans le futur des Saints.

Kadija recevrait bientôt son nom d’Éternelle, mais elle s’était habituée à celui que lui avaient donné Ismahil et ses amis. Elle commençait de même à s’accoutumer à la souffrance – un concept absent de sa mémoire mentale et organique – qui la cernait à la façon d’une prédatrice omniprésente et tenace.

Souffrance physique d’abord, la gravité qui plaque au sol, qui sollicite sans cesse muscles, organes et nerfs ; souffrance morale ensuite, le frottement blessant avec les émotions, les sentiments, le passé des hommes. Bien que reliée en permanence à la fréquence de Benjamin, qui pouvait ainsi analyser ses réactions et lui proposer les réponses appropriées, elle se sentait coupée des siens, fragmentée, abandonnée. Elle se demandait si les onze tribus installées sur terre ou dans les profondeurs océanes éprouvaient les mêmes sensations qu’elle. Bien que le temps approchât du rassemblement des Saints dans leur nouvelle demeure, elle ne savait rien des autres tribus. Conformément aux préceptes de l’Eskato, elles avaient cessé de communiquer entre elles pour « poursuivre dans le silence l’œuvre de purification qui engendrerait des êtres irréprochables, dignes de l’arbre de vie ».

Pouvait-on réellement s’affranchir des lois de la Terre ? De cette course incessante contre le temps qui avait entraîné les hommes à leur perte ? Benjamin avait estimé que la sœur envoyée en reconnaissance soixante-dix ans TT plus tôt avait été victime de son manque de préparation, mais, même en jouissant d’une immunité renforcée, Kadija avait elle-même conscience de perdre un peu de son intégrité à chaque seconde qui s’écoulait. Elle ne s’était pas portée volontaire, car le concept de volonté, ou d’affirmation du moi, ne revêtait aucune signification au sein de la tribu, mais l’analyse avait montré que ses aptitudes génétiques en faisaient l’élément le plus qualifié pour partir à la recherche de la sœur disparue. Elle avait été installée, après une préparation méticuleuse, dans l’un de ces tubes à énergie solaire qui serviraient bientôt à conduire les Saints dans leur nouvelle et dernière demeure. Benjamin avait profité de l’occasion pour vérifier la fiabilité du système de transport qu’il avait mis au point en se servant à la fois de la science des hommes et de ses propres connaissances. En état cataleptique, elle n’avait gardé aucun souvenir d’un voyage qui avait duré trois jours TT selon sa chronologie interne. Lorsqu’elle s’était réveillée dans la demeure d’Ismahil et de ses amis, elle avait reçu un tel choc qu’elle s’était révélée incapable de réagir, de synchroniser ses ressources mentales et physiques. Allongée sur un matelas d’où montait une odeur oppressante, offerte à leurs regards comme les femmes de l’ancien temps soumises à la concupiscence des hommes, elle avait mis deux jours à s’adapter, à modifier son métabolisme, à se familiariser avec la gravité, l’épaisseur de l’air, la grossièreté vibratoire de ses hôtes humains, puis une semaine supplémentaire pour découvrir et maîtriser les fonctions principales de son corps écrasé par la pesanteur.

Une fois habituée à son nouvel environnement, elle avait capté la présence de sa sœur : une sourdine lointaine, un frémissement ondulatoire, un écho étouffé du chœur de Benjamin. Elles étaient marquées du même sceau et, bien qu’agressées par la densité de l’atmosphère, bien que séparées par l’espace et le temps, elles s’étaient aimantées comme deux particules de charge opposée assez puissantes pour s’attirer à des centaines de kilomètres de distance. Elle s’était mise en route, pressée de quitter la demeure souterraine d’Ismahil et de ses amis. Elle avait d’abord piqué tout droit vers la mer Méditerranée puis traversé le marais du littoral en direction de l’ouest.

Curieusement, elle avait pris goût à la marche, aux caresses de l’air froid sur sa peau, au spectacle envoûtant de l’eau calme et lisse qui reflétait nuages, soleil, sentiers et végétation. À cela non plus, elle n’avait pas été préparée. La beauté paisible du marais ne correspondait en rien aux images de destruction, de barbarie, de désolation, que sa mémoire gardait de la Terre.

L’empreinte ondulatoire de sa sœur s’était subitement effacée.

Alarmée, Kadija s’était immobilisée au milieu d’un sentier envahi d’herbes noires et était restée un long moment en symbiose avec Benjamin. L’analyse globale n’avait pas apporté d’élément nouveau, sans doute parce que la tribu était aussi perturbée qu’elle. Et puis, c’était à elle, l’envoyée, de prendre des initiatives, de surmonter les difficultés dont la fraternité, là-haut, ne saisissait pas toutes les données.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

un volet de plus sur les survivants de l'apocalypse, un livre qui se lit avec un intérêt certain, les six volet de cette série constitue une histoire d'une tenue et d'une continuité remarquable. Un livre ( en fait 6 "librio" pour moi ) à lire comme incontournable

Afficher en entier

Date de sortie

Les Derniers hommes, Épisode 5 : Les Douze tribus

  • France : 2000-05-16 - Poche (Français)

Activité récente

Hermer l'ajoute dans sa biblio or
2017-08-31T10:45:01+02:00

Les chiffres

Lecteurs 41
Commentaires 1
Extraits 12
Evaluations 4
Note globale 8 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode