Livres
380 514
Comms
1 330 246
Membres
265 160

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

À cinq ans et trois mois, Violette avait remporté son premier concours pour inventeurs en herbe grâce à un rouleau à pâtisserie automatique, fabriqué à partir d’un store détraqué et de six vieilles paires de patins à roulettes.

En lui passant la médaille au cou, l’un des juges lui avait dit : « Toi, on t’attacherait les mains dans le dos que tu trouverais encore le moyen de nous bricoler quelque chose. »

Afficher en entier

Même si quatre lettres seulement les séparent, une salle d’opération n’a pas grand-chose à voir avec une salle d’opéra.

Afficher en entier

Les deux jeunes Baudelaire avaient beau être en blouse blanche avec des masques de chirurgien sur le nez, ils ne ressemblaient guère à des médecins. Ils ressemblaient à deux enfants en blouse blanche, avec des masques de chirurgien sur le nez.

Afficher en entier

Presque tout, en ce bas monde, est plus facile à dire qu’à faire, sauf peut-être scier sans chichis six cent soixante-six saucisses sèches avec une scie censée scier sans chichis six cent soixante-six saucissons – qui est plus facile à faire qu’à dire.

Afficher en entier

— Alors là, je sèche complètement, déclara Klaus.

Et c’étaient là des mots qu’il ne prononçait pas souvent. Violette hocha la tête, puis à son tour elle prononça des mots qu’elle n’avait à peu près jamais prononcés :

— J’ai bien peur que, cette fois-ci, le problème nous dépasse complètement.

— Pietrisycamollaviadelrechiotemexity, compléta Prunille, et c’était un mot que, pour sa part, elle n’avait prononcé qu’une fois dans sa vie.

Ce mot longuet signifiait, en gros : « Du diable si j’y comprends goutte », et la première fois que Prunille l’avait prononcé, c’était à son arrivée de la clinique, six jours après sa naissance, quand ses aînés s’étaient penchés sur son couffin pour lui souhaiter la bienvenue.

Afficher en entier

haque mot éveille en nous, c’est connu, des échos que les psychologues appellent des « associations subconscientes » – ce qui signifie, simplement, que certains mots nous font penser à certaines choses, que nous le voulions ou non, que nous le sachions ou non.

Afficher en entier

Que vous ayez été envoyé devant le principal du collège pour avoir lancé au plafond des boulettes de papier mâché ou que vous soyez allé chez le dentiste pour vous faire évider une dent en vue du transport clandestin d’une page de votre dernier ouvrage, vous savez qu’il n’est jamais plaisant d’attendre derrière la porte d’une personne redoutée.

Afficher en entier

Une fraction de seconde, Violette imagina son père assis là, sur cette banquette, prêt à lui montrer un détail aperçu par la vitre. Une fraction de seconde, Klaus imagina sa mère à ses côtés, échangeant avec lui un sourire en coin à l’écoute du chant des V.D.C. Une fraction de seconde, Prunille imagina la famille entière réunie, sans police aux trousses, sans accusation de meurtre, sans ténébreuses énigmes, sans séparation pour toujours.

Afficher en entier

« Pas de nouvelles, bonnes nouvelles. »

De toutes les formules stupides que les gens répètent à plaisir – et les gens répètent à plaisir une foule de formules stupides –, celle-ci remporte sans doute la palme de la stupidité maximale.

« Pas de nouvelles, bonnes nouvelles » laisse entendre que, par principe, si vous êtes sans nouvelles de quelqu’un, c’est qu’à coup sûr tout va bien.

On voit immédiatement ce qui cloche : que tout aille bien n’est qu’une raison possible, une seule entre mille, pour que quelqu’un ne vous donne pas de ses nouvelles.

Afficher en entier

Si vous faites partie du commun des mortels, vous avez sans doute une petite liste de proches et autres âmes secourables à appeler en cas d’ennuis.

Afficher en entier