Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
727 614
Membres
1 063 631

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

on dit parfois que , dans la vie , il faut savoir relativiser . C'est un mot savant qui signifie : << se consoler des ennuis présents en les comparant à des ennuis plus graves-ceux du passé ou ceux d'autrui >> . Par exemple , si vous êtes affligé d'un affreux bouton sur le nez , regardez-vous dans le miroir et dites-vous : << Bah ! c'est tout de même moins grave que de se faire dévorer par un ours . >>

Afficher en entier

— Prunille ne parle pas encore très bien, il faut l’excuser, dit Klaus en prenant sa petite sœur dans ses bras. Pas couramment, en tout cas. Sauf en langage bébé, bien sûr.

— Grugni ! protesta Prunille, ce qui signifiait clairement : « Redis-le, pour voir, que je parle bébé ! »

— En ce cas, conclut tante Agrippine un peu raide, il va falloir que je lui apprenne à parler correctement. D’ailleurs, quelque chose me dit qu’un brin de grammaire vous fera le plus grand bien à tous trois. La grammaire est l’une des joies de l’existence, ne croyez-vous pas : La grammaire et sa sœur l’orthographe.

Les enfants s’entre-regardèrent. Parmi les joies de l’existence, Violette aurait plutôt cité le plaisir d’inventer des objets, Klaus les délices de la lecture et Prunille, la volupté de mordre à belles dents (peu importait dans quoi). Leur opinion sur la grammaire – toutes ces règles sur l’art d’écrire et de parler correctement – était en gros la même que sur le pain à la banane : pas mal, mais pas de quoi faire un plat.

Afficher en entier

J'ai une amie du nom de Gina-Sue qui aime à dire: "ce n'est pas quand le cheval a fui qu'il faut fermer l'écurie." Hélas, bien souvent, c'est à ce moment-là qu'on y pense.

Afficher en entier

Pour Béatrice - et j'aimerais tant te savoir en vie et en pleine forme !

Afficher en entier

Lorsqu'il ouvrit la porte de la bibliothèque, Klaus un petit choc. Les dégâts s'étaient fortement aggravés. L'avant-garde de l'ouragan avait achevé d'arracher les tout derniers pans de vitrage, la pluie avait aspergé les fauteuils, créant de grandes auréoles sombres. Sous l'assaut des rafales, plusieurs livres avez roulé au sol et visaient là, gorgés d'eau. Il est peu de visions plus désolantes que celle d'un livre bon à jeter, mais Klaus n'avait pas le temps de se désolé.

Afficher en entier

La frustration est un état émotionnel remarquable. Mélange détonant de déception vive et d’un sentiment d’impuissance, elle déchaîne souvent chez le frustré les pires instincts. Frustrés, les bébés ont tendance à tout éclabousser de bouillie. Frustrés, les citoyens ont tendance à décapiter rois et reines. Frustrés, les papillons de nuit ont tendance à se cogner aux lampes et à les souiller de poussière d’ailes.

Afficher en entier

Aux Etats-Unis, la Poste a une devise : « Ni pluie, ni neige, ni grésil ne nous empêcheront jamais de distribuer le courrier. » Autrement dit, même par un temps à ne pas mettre un canard dehors, votre facteur ou votre factrice, sourd à ses rêves de pantoufles et de chocolat chaud, prendra sa sacoche à l’épaule et affrontera les éléments afin de nourrir votre boîte aux lettres. Hélas, pareil sens du service est rare.

Afficher en entier

Lorsqu’on est allergique à une chose, mieux vaut éviter de fourrer cette chose dans sa bouche – surtout en cas d’allergie aux chats.

Afficher en entier

Ce soir-là, tout en regardant la nuit absorber le lac sombre, Violette, Klaus et Prunille sentirent monter en eux une crainte sourde.

Ce n’était pas une phobie, mais le plus grand expert en terreurs aurait été bien en peine de dire si cette peur était rationnelle ou pas. La crainte des enfants Baudelaire était de voir une nouvelle catastrophe s’abattre sur eux. D’un côté, c’était une peur irrationnelle : tante Agrippine semblait bien brave, et le comte Olaf n’était nulle part en vue. D’un autre côté, les trois orphelins avaient déjà connu tant d’infortunes qu’il semblait totalement rationnel de penser qu’une nouvelle calamité se mijotait en coulisse.

Afficher en entier

Quoi de plus injuste que d’avoir perdu, du jour au lendemain, vos deux parents dans un incendie ? Quoi de plus injuste que d’être poursuivi, toujours et partout, par un odieux comte Olaf qui ne s’intéresse qu’à vos sous ? Quoi de plus injuste que d’être accablé des pires coups du sort, comme si vous étiez à bord de quelque sinistre autobus ne s’arrêtant qu’aux stations Poisse, Guigne et Déveine ?

Afficher en entier